Prix ministériel pour l'excellence en innovation agroalimentaire

2017 / 2016 / 2015 / 2014 / 2012-13 / 2011 / 2010 / 2009 / 2008 / 2007 / 2006

 

Windsor - le 16 octobre 2013

 

Agroalimentaire : des innovateurs d'ici sont célébrés

Le secteur agroalimentaire de l'Ontario trace la voie grâce à des idées originales et à des produits novateurs qui créent des emplois locaux et apportent à nos tables encore plus de produits d'ici.

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

 À l'avant, de gauche à droite: Rose Keunen, Melinda Rombouts, Rita Heeman, Francisca Fournier, Mackenzie Higgins et Kimberly Kroslak À l'arrière, de gauche à droite: Christopher Gill, Dave Burch, Will Heeman, M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Tim Rempel, Wayne Palichuk, Mark Lehn et Paul Tiessen

À l'avant, de gauche à droite: Rose Keunen, Melinda Rombouts, Rita Heeman, Francisca Fournier, Mackenzie Higgins et Kimberly Kroslak

À l'arrière, de gauche à droite: Christopher Gill, Dave Burch, Will Heeman, M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Tim Rempel, Wayne Palichuk, Mark Lehn et Paul Tiessen

Lauréats des prix

Glenwillow Farms - Strathroy, comté de Middlesex

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

Margaret Brown, Peter Brown et Kathy Haehnel, Directeur régional, ministère de l'Agriculture et l'Alimentation et le ministère des Affaires rurales de l'Ontario

Margaret Brown, Peter Brown et Kathy Haehnel, Directeur régional, ministère de l'Agriculture et l'Alimentation et le ministère des Affaires rurales de l'Ontario

Le transport de pulvérisateurs commerciaux sur l'autoroute peut être un vrai casse-tête. La largeur des remorques à pulvérisateur les plus communes fait de la navigation dans la circulation une expérience extrêmement pénible. Par ailleurs, des versions « ajustables » sont difficiles à réaménager. Comme Peter et Margaret Brown voulaient une meilleure option, ils en ont construit une. Leur remorque pliante unique en son genre améliore les conceptions classiques et permet un transport sécuritaire et pratique des pulvérisateurs commerciaux. Une seule personne est nécessaire pour charger et décharger le pulvérisateur et elle est conçue de manière à ce que le pulvérisateur et les composantes de la remorque soient facilement accessibles à des fins d'inspection et d'entretien réguliers. La remorque respecte également les règlements de Transports Canada. Et lorsqu'elle est vide? En abaissant les deux côtés de la remorque, vous obtenez une remorque autorisée à circuler sur les routes qui mesure moins de 8,5 pieds de largeur.

Great Northern Hydroponics - Kingsville, comté d'Essex

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Kimberly Kroslak et Mackenzie Higgins

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Kimberly Kroslak et Mackenzie Higgins

De nos jours, si vous exploitez une serre importante, vous exploitez également un grand nombre de logiciels : des programmes de comptabilité, des programmes de suivi de l'inventaire, des programmes de gestion des récoltes, etc. Que penseriez-vous d'une interface capable de vous donner accès à tous ces renseignements? Voilà la vision de Great Northern Hydroponics. Le producteur de tomates de serre s'est allié avec Hortimax, un spécialiste dans les logiciels destinés aux serres, afin de connecter les différentes bases de données de son installation de 65 acres. Ensemble, ils ont créé « CombiView ». Le tableau de bord du système donne à tous, des techniciens de serre aux commis aux finances, un accès instantané à des données en temps réel, personnalisées à leurs besoins spécifiques. En augmentant la productivité et en améliorant la traçabilité, CombiView donne à ce producteur de l'Ontario une avance importante sur ses concurrents américains et mexicains.

Heeman Greenhouses - Thorndale, comté de Middlesex

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Will et Rita Heeman

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Will et Rita Heeman

Lorsque les jours raccourcissent et que le mercure chute, les consommateurs commencent à affluer aux serres Heeman, amenant avec eux des hibiscus et des lauriers roses. Ces exploitants de serre avisés ont été les premiers en Ontario à offrir un service d'hivernage pour les plantes de patio. Plusieurs consommateurs n'ont pas l'espace voulu dans leur maison pour ces plantes, alors que d'autres sont des retraités migrateurs qui passent l'hiver dans le sud. L'un comme l'autre, ils sont heureux que des experts prennent soin des plantes qui égayeront leur terrasse lorsque l'été reviendra. Pour Heeman, ce service procure un revenu hivernal et créé plus d'emplois permanents. Cette nouvelle serre éconergétique crée une atmosphère tropicale permettant aux plantes de pousser. De plus, lorsque les consommateurs reviennent chercher leurs beautés tropicales le printemps venu, ils sont souvent tentés d'acheter quelques plantes à massif ou pluriannuelles.

Henro Dairy Farms Ltd. - Kerwood, comté de Middlesex

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West et Rose Keunen

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West et Rose Keunen

Oubliez la mince brosse et l'huile de coude. Henry Keunen pensait qu'il y avait une autre manière de nettoyer les bouteilles dont il se servait pour nourrir ses veaux. Il a donc mis son ingéniosité au travail afin de concevoir un lave-bouteilles qui s'insère dans son pasteurisateur et utilise le système de lavage de ce dernier pour rincer, nettoyer et désinfecter les bouteilles. Son invention permet d'économiser beaucoup de main-d'œuvre, mais les avantages ne s'arrêtent pas là. Les veaux de M. Keunen sont plus en santé ces jours-ci. Il n'y a eu aucun cas de transfert passif de la maladie de Johne, un malaise fréquent et coûteux chez les bovins laitiers. La production et les revenus sont à la hausse. En fait, le lave-bouteilles a un tel succès qu'un revendeur de matériel local a commencé à le fabriquer pour d'autres fermes laitières.

Howe Family Farms -- Aylmer, comté d'Elgin

Après plus de 40 ans à cultiver des citrouilles, la famille Howe connaît une chose ou deux concernant la culture des cucurbitacées. Au cours des dernières années, l'augmentation des coûts de production les a motivés à essayer quelque chose de nouveau : une approche sans travail du sol. Ce procédé implique de faire pousser une culture-abri de seigle à l'automne. Lorsqu'arrivent le printemps et la saison de plantation des citrouilles, un aplatisseur sur mesure écrase le seigle avant l'ensemencement. Cette nouvelle approche a coupé les coûts de main-d'œuvre pour le sarclage de 75 %, empêché l'érosion du sol, augmenté la santé des sols et réduit le besoin pour des herbicides. Cultiver les citrouilles sur une dense couche de seigle mort est également synonyme d'un contact moins important avec le sol, ce qui s'est traduit par une réduction de 25 % du travail de nettoyage et par un produit prêt à servir de citrouille d'Halloween sur les étagères des magasins.

Leamington Area Drip Irrigation Incorporated - Leamington, comté d'Essex

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Wayne Palichuk, Paul Tiessen et Mark Lehn

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Wayne Palichuk, Paul Tiessen et Mark Lehn

Les agriculteurs qui ont investi dans le projet Leamington Area Drip Irrigation savent la quantité d'eau nécessaire pour faire pousser la tomate de champ parfaite, grâce aux recherches réalisées en collaboration avec l'Université McGill. C'est là la quantité exacte d'eau que leurs 2 000 acres de plants de tomate reçoivent. Des humidimètres envoient des données en temps réel aux téléphones intelligents et aux ordinateurs portables des producteurs. Ils utilisent cette information, ainsi que des données météorologiques locales, pour ajuster les valves contrôlées à distance récemment installées sur le pipeline de 36 kilomètres qui irrigue les exploitations agricoles. Grâce à la nouvelle conduite d'irrigation, les agriculteurs ont profité de récoltes record de tomates. Et ce qui est bon pour la production est également bon pour l'environnement. En réglant avec précision l'irrigation dont ils ont besoin, ils réduisent l'écoulement et utilisent moins d'énergie pour pomper l'eau.

Mastronardi Produce/Sunset - Kingsville, comté d'Essex

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West et Christopher Gill

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West et Christopher Gill

Préparez vos sacs : nous partons dans un safari tomate! Chaque année, les cadres supérieurs de Mastronardi Produce voyagent partout dans le monde à la recherche de leur prochaine variété de tomates qui remportera des prix. Ils rapportent des candidates possibles à la serre de 7,5 acres de l'entreprise où plus de 200 variétés sont testées chaque année. Depuis 1998, Mastronardi a introduit de nouvelles tomates goûteuses et à rendement élevé chez les producteurs de l'Ontario; des variétés comme la Kumato brun-rouge, la Zima dorée au goût sucré et les tomates patrimoniales rayées, pour n'en nommer que quelques-unes. Pour les agriculteurs qui les achètent, ces variétés de niches sont synonymes de profits accrus. Entre-temps, les consommateurs qui veulent plus que des tomates beefsteak et en grappe ont un grand choix regroupant presque toutes les formes, les couleurs et les tailles imaginables, toutes cultivées en Ontario.

Pier-C Produce Inc. -- Chatham-Kent

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West et Francisca Fournier

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West et Francisca Fournier

Savez-vous qui cultive vos carottes? Par le passé, la traçabilité d'un produit à partir de sa ferme d'origine nécessitait de coller un code de lot sur chaque palette qui est expédiée. Cependant, une fois ces palettes arrivées dans l'entrepôt du distributeur, elles sont souvent séparées et divisées, ce qui rend impossible le maintien de la traçabilité. Et c'est là où entre en jeu le système « Tag to Bag ». Développé par Pier-C Produce Inc., il étiquette chaque sac avec la date de production et la ferme d'origine. Si un quelconque problème de salubrité des aliments survient, la traçabilité d'un produit jusqu'à sa source est possible rapidement et efficacement. Le système Tag to Bag est devenu le nouvel étalon de référence de l'industrie. Mais pourquoi s'arrêter là? Ce système facilite l'inclusion d'autres renseignements, allant du lieu de récolte aux types d'intrants utilisés durant la production.

Savery Canada Inc. - Leamington, comté d'Essex

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West et Tim Rempel

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West et Tim Rempel

L'exploitation d'une serre pourrait bientôt devenir un peu plus écologique, grâce à un nouveau système de filtration conçu par Savery Canada. Le filtre de l'entreprise R3 Technology enlève les substances nuisibles pour l'environnement provenant des eaux usées de la serre, capturant 99 % des organismes pathogènes, 90 % des sulfates et 60 % du sodium. De plus, il récupère 90 % de l'eau riche en éléments nutritifs, qui peut être recyclée dans la serre tout au long de la saison de croissance. Savery Canada est maintenant aux dernières étapes des essais du système, lequel peut traiter environ 5 000 litres d'eaux usées par heure. Lorsque la production commerciale sera établie, l'entreprise compte embaucher de quatre à six employés supplémentaires.

The Flower Ranch - Strathroy, comté de Middlesex

(double-cliquez sur la photo pour la haute résolution)

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Melinda Rombouts et Dave Burch

M.P.P. Teresa Piruzza, Windsor West, Melinda Rombouts et Dave Burch

La plupart des exploitants de serre voient les algues comme un problème, un organisme nuisible qui rend les sentiers glissants et fait verdir les murs. Ce n'est pas le cas de Melinda Rombouts et de Dave Burch. Les propriétaires de la jardinerie The Flower Ranch consacrent 20 000 pieds de leur serre pour cultiver la plante unicellulaire dans des bioréacteurs spécialement conçus. Ils vendent leur récolte à une incroyable diversité de clients : des producteurs de nutraceutiques, des entreprises d'aliments pour poissons et volaille et des fabricants de produits cosmétiques. Cette initiative diversifie leur flux de rentrées et permet à leurs employés de travailler toute l'année. Par la suite, Mme Rombouts et M. Burch visent à produire une algue riche en lipides qui pourrait servir de biocombustible, ouvrant encore d'autres marchés pour cette culture rentable.



Auteur :
Date de création :
Dernière révision :