2009 Guide des odeurs MSNA dans le cadre du Règlement de l'Ontario 267/03 pris en application de la Loi de 2002 sur la gestion des éléments nutritifs

Partie 8 - Test d'évaluation des odeurs : Méthode

Table des matières

  1. Méthode d'échantillonnage en laboratoire
  2. Méthode d'échantillonnage sur le terrain
  3. Procédure d'échantillonnage d'une source zonale avec une chambre de flux de style EPA
  4. Évaluation des échantillons/Détermination du seuil olfactif

Le test d'évaluation des odeurs a pour but de déterminer, le plus précisément possible, l'odeur produite par les activités sur le terrain. Tous les tests d'évaluation des odeurs doivent être effectués selon le taux d'épandage maximal approuvé pour le site et les MSNA utilisées doivent être représentatives des matières épandues sur les terres. Par exemple, la profondeur des MSNA dans la chambre de flux doit correspondre à la profondeur des MSNA épandues à la surface des terres.

Les laboratoires qui participent aux tests d'évaluation des odeurs doivent avoir d'excellents critères de qualité pour la réalisation globale des tests. Ces laboratoires doivent satisfaire les critères de qualité applicables associés à la réalisation des tests qui sont précisés dans la disposition 5 de la norme EN 13725:2003.

Il est reconnu qu'un test d'évaluation des odeurs réalisé en laboratoire peut résulter en un seuil olfactif plus élevé qu'un test effectué sur le lieu d'épandage même où l'on retrouve un substrat poreux sous l'échantillon (le sol). Un test d'évaluation des odeurs réalisé en laboratoire représente une démarche conservative de classification des MSNA.

Le producteur doit soumettre la méthodologie proposée pour le test d'évaluation des odeurs au directeur avant d'effectuer le test. Pour respecter les règlements, le test doit être comparable aux méthodes standards indiquées dans la section 8.0 de ce guide. Un test d'évaluation des odeurs effectué avant que sa méthodologie soit discutée avec le directeur ne sera pas accepté par celui-ci dans le cadre du processus d'approbation d'un plan MSNA.

Il y a deux méthodes acceptables pour prélever des échantillons d'odeurs à des fins d'évaluation par le groupe d'évaluateurs des odeurs : une méthode d'échantillonnage en laboratoire et une méthode d'échantillonnage sur le terrain.

8.1 Méthode d'échantillonnage en laboratoire

Lorsqu'un test d'évaluation des odeurs est effectué aux fins d'attribuer une catégorie d'odeur à une matière, au moins trois échantillons des MSNA doivent être prélevés pour une analyse en laboratoire. La méthode d'analyse en laboratoire doit être comparable aux méthodes standards indiquées dans la section 8.3 de ce guide en utilisant une chambre de flux de style EPA avec un diamètre de 40,6 cm, une zone de couverture de 0,13 m2 et un débit de gaz d'entraînement de 5 L/min. Les échantillons de MSNA devraient être analysés dans les cinq heures qui suivent leur prélèvement mais jamais plus de 24 heures après.

8.2 Méthode d'échantillonnage sur le terrain

Si la méthode d'analyse sur le terrain est utilisée, au moins trois échantillons en triplicata prélevés à au moins trois endroits qui sont représentatifs de la zone d'épandage doivent être analysés. La méthode utilisée sur le terrain doit être comparable aux méthodes standards indiquées dans la section 8.3 de ce guide en utilisant une chambre de flux de style EPA avec un diamètre de 40,6 cm, une zone de couverture de 0,13 m2 et un débit de gaz d'entraînement de 5 L/min. Les évaluations des odeurs sur le terrain doivent être faites dans les trois heures qui suivent l'épandage des MSNA sur le site.

8.3 Procédure d'échantillonnage d'une source zonale avec une chambre de flux de style EPA

Cette méthode peut être utilisée pour obtenir des échantillons d'odeurs sur le terrain à partir de sources zonales sans flux induit, y compris mais non exclusivement les sites d'épandage sur les terres, ou en laboratoire. Le système avec chambre de flux décrit ci-après peut être installé sur le terrain ou en laboratoire.

Les sources zonales sont rarement homogènes dans la nature. Pour cette raison, il est important qu'une stratégie d'échantillonnage bien élaborée soit adoptée afin de s'assurer que les échantillons prélevés représentent équitablement les odeurs pouvant être émises de la source dans son ensemble. Ceci peut nécessiter le prélèvement d'échantillons à plusieurs endroits ou moments pour chaque source individuelle.

Un croquis d'un système de prélèvement acceptable dans une source zonale pour l'échantillonnage d'odeurs est présenté dans les figure 8.1 et figure 8.3. D'autres systèmes et procédures de prélèvement pour l'échantillonnage d'odeurs peuvent être utilisés si l'on peut démontrer qu'ils sont comparables aux méthodes standards décrites dans la présente section de ce guide et sont jugés acceptables par le directeur.

Veuillez prendre note que le processus d'échantillonnage fondé sur cette méthode ne doit pas se dérouler par temps pluvieux (ou dans les 24 heures qui suivent une chute de pluie) puisque la pluie peut perturber la production et le dégagement normaux des émissions d'odeurs (effet d'épuration des odeurs).

8.3.1 Équipement

L'équipement suivant est utilisé pour prélever des échantillons d'odeurs avec une des méthodes présentées dans les sections 8.1 ou 8.2 de ce guide.

Ligne de transfert des échantillons – fabriquée en Teflon® ou en verre; la distance entre la sonde et le conteneur d'échantillon doit être la plus petite possible. Tous les raccords doivent être propres et sans odeur et avoir un niveau de résistance aux odeurs comparable à celui du Teflon® ou de l'acier inoxydable.

Conteneur d'échantillon – fabriqué en Tedlar®, Teflon® ou tout autre matériel (comme du Nalophan®) qui ne portera pas atteinte à l'intégrité de l'échantillon. Lorsqu'un autre type de matériel est proposé, le directeur doit l'approuver. Le conteneur d'échantillon doit avoir un volume suffisant pour permettre à un groupe d'au moins six évaluateurs des odeurs de réaliser l'évaluation.

Poumon d'échantillonnage – conteneur d'échantillon rigide capable de maintenir une pression négative suffisante pour aspirer l'échantillon du flux d'échappement en temps opportun.

Pompe – pompe à membrane hermétique revêtue de Teflon® (avec débit réglable) ou pompe équivalente, qui est capable de déplacer au moins 1 L/min.

Débitmètre – deux (2) débitmètres avec une plage de débits de 0 à 5 litres.

Gaz neutre – azote (catégorie 4,8 ou plus) ou air qui est traité de façon à être sans odeur, en autant que cela est techniquement possible.

Chambre de flux– contenant ayant une base cylindrique et un dessus sphérique, fabriqué en acier inoxydable ou en verre plastique. L'unité a des raccords sans odeur qui permettent l'introduction d'un gaz neutre (d'entraînement), l'extraction d'un échantillon gazeux et la décharge de pression des gaz d'entraînement (avec une soupape de purge). Voir le diagramme à la figure 8.1. La chambre de flux aura un dispositif de flottaison pour prélever des échantillons à la surface du liquide.

8.3.2 Préparation

Les conteneurs d'échantillon seront préconditionnés par chauffage à 70 °C (158 °F), et purgés continuellement avec un gaz neutre pendant au moins 24 heures. Veuillez prendre note que du matériel autre que le Tedlar® ou le Teflon® n'aura peut-être pas besoin de ce préconditionnement. Il faut toutefois consulter le directeur à ce sujet.

La chambre de flux doit être propre et sans odeur résiduelle avant chaque utilisation. La chambre de flux doit être testée avec des échantillons à blanc entre chaque utilisation pour confirmer qu'elle n'a pas d'odeur.

La ligne de transfert des échantillons doit être propre et sans odeur résiduelle. Si on observe une contamination dans la ligne de transfert des échantillons, il faut remplacer cette ligne. Une ligne sans odeur, nouvelle ou nettoyée, doit être utilisée pour chaque source évaluée.

8.3.3 Procédure d'échantillonnage

Montez le système de prélèvement des échantillons d'odeurs et placez la chambre de flux par-dessus la zone qui sera testée. Assurez-vous que les murs cylindriques de la chambre de flux sont légèrement en dessous de la surface d'échantillonnage pour prévenir l'introduction de l'air ambiant dans la chambre.

Commencez à circuler le gaz d'entraînement neutre mesuré dans la chambre de flux. Le débit sera mesuré à 0,00064 m3/s pour un mètre carré de couverture. En utilisant une chambre de flux de style EPA avec un diamètre de 40,6 cm et une zone de couverture de 0,13 m2, le débit de gaz d'entraînement sera mesuré à 5 L/min.

Les chambres de flux qui couvrent une plus grande surface auront besoin d'un gaz d'entraînement à plus grand débit. Dans ce cas, les résultats du débit du gaz d'entraînement seront normalisés à 0,00064 m3/s pour un mètre carré de couverture.

Laissez au moins quatre (4) échanges d'air se produire dans la chambre avant d'aspirer un échantillon. Chaque échange d'air représente le passage d'un volume de gaz d'entraînement dans la chambre de flux qui est égal au volume de la chambre.

Pour conditionner le conteneur d'échantillon, raccordez-le à la ligne de transfert des échantillons dans le conteneur rigide. Scellez le conteneur et faites démarrer la pompe. Remplissez le conteneur d'échantillon et arrêtez la pompe. Purgez le conteneur d'échantillon et répétez cette procédure. Le conteneur d'échantillon est maintenant conditionné pour le prélèvement des échantillons d'odeurs.

Raccordez le conteneur d'échantillon conditionné à la ligne de transfert des échantillons dans le conteneur rigide. Scellez le conteneur et commencez à prélever des échantillons en faisant démarrer la pompe. Le débit d'échantillonnage doit être tel que le conteneur d'échantillon se remplit au cours d'une période d'échantillonnage de 10 minutes. Le débit volumétrique du gaz d'entraînement doit dépasser celui de l'échantillon. Inscrivez toutes les données en suivant l'exemple à la figure 8.2.

Au moins trois échantillons séparés seront prélevés de chaque source mais, comme nous l'avons déjà mentionné, les sources zonales sont rarement homogènes dans la nature. Le nombre d'échantillons séparés peut être de plus de trois, selon le nombre d'endroits choisis qui fourniront une représentation équitable des possibilités d'émission d'odeurs de la source dans son ensemble.

Veuillez prendre note que lorsque vous utilisez une chambre de flux pour prélever des échantillons d'odeurs, la concentration d'odeur est calculée en fonction du taux de gaz d'entraînement. Ceci signifie que le taux de matière odorante libérée de la source peut ne pas être équivalent au taux du gaz d'entraînement dans la chambre de flux.

Le taux du gaz d'entraînement dans la chambre de flux et sa normalisation sont utilisés pour des raisons pratiques puisque le taux d'échappement de la matière odorante est très difficile à calculer. Le taux d'échappement de la matière odorante d'une surface active dépendra (entre autres paramètres) de la température et de la porosité de la surface, de l'humidité relative ambiante, de la composition chimique et physique de la substance qui relâche la matière odorante, de la tension superficielle entre la matière odorante et la surface active, et de l'effet d'entraînement du vent sur la surface active.

8.3.4 Prélèvement d'échantillons

Après avoir fait le prélèvement de l'échantillon pendant 10 minutes, le conteneur d'échantillon est immédiatement scellé, étiqueté et protégé de la lumière directe du soleil. Pour prévenir la photodégradation chimique, il faudrait placer les échantillons dans un contenant foncé ou opaque pour l'entreposage et le transport.

Les échantillons doivent être transportés dans un laboratoire agréé d'analyse des odeurs pour être analysés dans les 24 heures qui suivent le prélèvement des échantillons.

Nota : N'utilisez PAS des étiquettes, du ruban adhésif ou d'autres produits adhésifs ou à base de solvant pour étiqueter les sacs à échantillon en Tedlar® ou Teflon® car il est possible que des odeurs soient transférées dans le conteneur d'échantillon.

8.4 Évaluation des échantillons/Détermination du seuil olfactif

8.4.1 Équipement de dilution

L'équipement de dilution est l'équipement utilisé pour mélanger les gaz neutres avec les échantillons de gaz odorants à des taux préétablis avant la réalisation de l'évaluation par le groupe d'évaluateurs des odeurs. La norme EN 13725:2003 précise les exigences pour les propriétés générales des matières dans la disposition 6.1 et pour l'équipement de dilution dans la disposition 6.5.

8.4.2 Groupe d'évaluateurs des odeurs

La sélection du groupe d'évaluateurs des odeurs est très importante pour réaliser une évaluation objective et exempte de parti pris des MSNA visées. Le groupe doit comprendre au moins six membres. Les critères de sélection des membres du groupe doivent se fonder sur les critères stipulés dans la disposition 6.7 de la norme EN 13725:2003.

8.4.3 Évaluation des odeurs et calcul de la concentration des odeurs

La norme EN13725:2003 recommande deux modes de présentation (binaire et choix forcé) pour l'évaluation des odeurs par le groupe. On peut utiliser l'une ou l'autre des méthodes pour évaluer l'odeur émanant de MSNA qui seront épandues sur des terres agricoles en vertu du Règl. de l'Ont. 267/03. Les critères pour chaque mode de présentation sont précisés dans la disposition 8 de la norme EN 13725:2003.

Le seuil olfactif est calculé comme la moyenne géométrique des réponses de chaque membre du groupe d'évaluateurs des odeurs. La concentration de l'odeur (UO/m3) est égale à cette valeur numérique.

La prédilution des échantillons peut être nécessaire dans certains cas lorsque la concentration de l'odeur est tellement élevée qu'elle dépasse la capacité de dilution de l'olfactomètre ou qu'une source mouillée cause la formation de condensation dans le sac à échantillon. Dans les situations où une dilution sur le terrain (prédilution) est réalisée, le DT est le produit du taux de prédilution et de la moyenne géométrique des réponses de chaque membre du groupe d'évaluateurs des odeurs.

Des exemples des calculs servant à déterminer la concentration et le seuil olfactif de l'odeur se trouvent dans l'annexe F de la norme EN 13725:2003.

Une fois que le seuil olfactif des MSNA examinées a été déterminé, on peut leur attribuer des catégories d'odeurs selon les limites établies pour les catégories CO1, CO2 et CO3.

Croquis d'une ligne de prélèvement acceptable pour l'échantillonnage d'odeurs (méthode avec la chambre de flux).

Figure 8-1. Croquis d'une ligne de prélèvement acceptable pour l'échantillonnage d'odeurs (méthode avec la chambre de flux).

Fiche de données d’échantillon d’odeur dans une chambre de flux.

Figure 8-2. Fiche de données d'échantillon d'odeur dans une chambre de flux.

Configuration d’échantillonnage d’odeur dans une chambre de flux.

Figure 8-3. Configuration d'échantillonnage d'odeur dans une chambre de flux.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca
Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 14 septembre 2009
Dernière révision : 14 septembre 2009