Decembre 2003 Protocole de gestion des éléments nutritifs dans le cadre du Règlement de l'Ontario 267/03, pris en application de la Loi de 2002 sur la gestion des éléments nutritifs

Partie 3 – Unités nutritives : marche à suivre pour déterminer si les unités agricoles sont assujetties à la réglementation

Table des matières

  1. Tableau des unités nutritives attribuées à certains animaux d'élevage
  2. Exemples de calcul des unités nutritives pour les exploitations qui produisent ou reçoivent du fumier

Le concept des unités nutritives (UN) permet de comparer « des pommes avec des pommes », c'est-à-dire de comparer des unités agricoles de même taille et de même type. Les superficies d'épandage requises pour une unité agricole sont établies à partir du plan de gestion des éléments nutritifs de cette dernière et non sur les unités nutritives. Ces unités diffèrent des unités animales, lesquelles sont utilisées pour calculer les distances minimales de séparation (DMS).

3.1 Utilisation des unités nutritives pour déterminer les obligations d'une exploitation agricole au sein d'une unité agricole

Les exploitations qui produisent du fumier doivent déterminer le nombre d'unités nutritives gérées à l'intérieur d'une unité agricole. Le nombre d'UN générées dans une unité agricole par type d'élevage se calcule en divisant le nombre d'animaux par le nombre indiqué à la colonne 2 « Nombre d'animaux par UN » correspondant au type d'élevage en question qui figure à la colonne du tableau 3.2.1 « Nombre d'animaux par unité nutritive dans des unités agricoles productrices de fumier ».

Si une ferme exploite plus d'un type d'élevage, il faudra refaire ce calcul pour chaque type d'élevage puis additionner ensuite les résultats et obtenir ainsi le nombre total d'unités nutritives produites à la ferme. Exemple :

Nombre d'UN produites = la somme de a + b + c

  1. pour un type d'élevage dans la colonne 1 : x le nombre d'animaux de cette catégorie divisé par le nombre correspondant de la colonne 2
  2. pour un autre type d'élevage mentionné à la colonne 1 : x le nombre d'animaux de cette catégorie divisé par le nombre correspondant de la colonne 2
  3. pour un autre type d'élevage mentionné à la colonne 1 : x le nombre d'animaux de cette catégorie divisé par le nombre correspondant de la colonne 2

Le nombre d'UN que l'on prévoit produire ou qui pourrait être produite, d'après la capacité d'hébergement par unité agricole doit être évalué pour les raisons suivantes :

  • afin d'établir s'il est nécessaire de préparer une stratégie de gestion des éléments nutritifs pour une unité agricole donnée. Partie 2 du Règlement. (Un plan de gestion des élément nutritifs est également requis si l'exploitation fait l'épandage d'éléments nutritifs dans l'unité agricole).
  • pour déterminer si la stratégie ou le plan de gestion d'une unité agricole donnée devra être approuvé par le directeur conformément à la partie 4 du Règlement.
  • afin d'établir si l'exploitant agricole a la possibilité de préparer une version abrégée de la stratégie ou du plan tout en se conformant à la partie 3 du Règlement.

3.2 Tableau des unités nutritives attribuées à certains animaux d'élevage

3.2.1 Nombre d'animaux par unité nutritive

Tableau 3-1. Nombre d'animaux par unité nutritive dans des unités agricoles productrices de fumier
Type d'animal
(basé sur la capacité théorique maximale d'un nouveau bâtiment d'élevage de l'unité agricole)

Nombre d'animaux par UN

Vaches laitières (gros gabarit, 1200-1400 lb, en lactation ou taries, p. ex. Holstein)

0,7

Génisses laitières (gros gabarit, 400-1200 lb, p. ex. Holstein)

2,0

Veaux laitiers (gros gabarit, 100-400 lb, p. ex. Holstein)

6,0

* Vaches laitières (gros gabarit, 1200-1400 lb, en lactation ou taries (Holstein); incluant veaux/génisses)

*0,55

Vaches laitières (gabarit moyen, 1000-1200 lb, en lactation ou taries, p. ex. Guernsey)

0,85

Génisses laitières (gabarit moyen, 325-1000 lb, p. ex. Guernsey)

2,4

Veaux laitiers (gabarit moyen, 85-325 lb, p. ex. Guernsey)

7,0

* Vaches laitières (gabarit moyen, 1000-1200 lb, en lactation ou taries (Guernsey); incluant veaux/génisses)

*0,66

Vaches laitières (petit gabarit, 800-1000 lb, en lactation ou taries, p. ex. Jerseys)

1,0

Génisses laitières (petit gabarit, 275-800 lb, p. ex. Jersey)

2,9

Veaux laitiers (petit gabarit, 65-275 lb, p. ex. Jersey)

8,5

*Vaches laitières (petit gabarit, 800-1000 lb, en lactation ou taries) (Jersey); incluant veaux/génisses

*0,77

Vaches de race à viande (y compris veaux non sevrés et génisses de relève)

1,0

Bovins finis (900-1300 lb)

2,0

Bovins semi-finis (575-900 lb)

3,0

Bovins à l'engrais (575-1250 lb)

3,0

Truies d'élevage de sevrage précoce (en âge de produire, incluant porcelets jusqu'à 15 lb)

3,33

Porcelets en sevrage précoce (15-60 lb)

20,0

Truies d'élevage traditionnel (en âge de produire, incluant porcelets jusqu'à 60 lb)

2,5

Porcs à l'engrais (60-230 lb)

6,0

Chevaux , gros gabarit (poids adulte>1500 lb)

0,7

Chevaux, gabarit moyen (poids adulte de 500 à 1500 lb; incluant les poulains non sevrés)

1,0

Chevaux, petit gabarit (poids adulte <500lb, incluant les poulains non sevrés)

2,0

Poules pondeuses (après le stade poulette de 2,9 lb, jusqu'à la fin de la période de ponte à environ 3,75 lb)

150

Poulettes pondeuses de relève (poulettes d'un jour placées, élevées jusqu'à 2,9 lb)

500

Poulets de chair (surface au sol totale en pieds carrés, sans égard au cycle du contingent ou au poids de finition)

267 pi.ca.

Dindons de chair (dindonneaux/dindes/dindons) (surface au sol totale en pieds carrés, sans égard au poids de finition)

267 pi.ca.

Sujets reproducteurs de relève, type poulets de chair (poussins femelles et mâles, provenant du bâtiment de ponte)

300

Reproducteurs de poulets de chair (poules pondeuses et coqs, provenant du bâtiment d'élevage)

100

Ovins élevés pour la viande (brebis en âge de se reproduire; comprend les agneaux, les sujets de remplacement et les béliers)

8,0

Agneaux d'engraissement, 70 à 125 lb

20

Ovins laitiers (brebis en âge de produire du lait; comprend les agneaux, les sujets de remplacement et les béliers)

6,0

Caprins laitiers (chèvres en âge de produire; comprend les chevreaux, les sujets de remplacement et les boucs)

8,0

Veaux de lait ou de grain

6,0

Note : Dans le cas des animaux qui ne sont pas mentionnés sur la liste précédente, on peut calculer le nombre d'animaux par unité nutritive de la manière suivante :

  • déterminer le nombre d'animaux qui produiront la quantité d'éléments nutritifs dont la valeur fertilisante est équivalente à la moindre des valeurs suivantes, soit 43 kilogrammes d'azote ou 55 kilogrammes de phosphate.
  • il est possible d'obtenir de l'aide du personnel du MAAO pour effectuer ces calculs.

* À noter que pour 100 Holstein en lactation et taries dans un troupeau d'une même unité agricole, on divise par 0,55 vache par unité nutritive pour obtenir 182 unités nutritives pour l'ensemble du troupeau incluant les veaux et les génisses. Si les animaux sont logés dans des unités agricoles séparées, on doit faire des calculs distincts en utilisant le nombre de vaches, de génisses ou de veaux par unité nutritive. En raison de l'arrondissement des nombres, il pourrait y avoir des écarts minimes avec le total des UN.


3.2.2 Exploitations d'élevage en fonction de la taille

Les unités nutritives sont calculées d'après le nombre d'animaux d'élevage de l'unité agricole. Les calculs illustrés dans l'exemple ci-dessus ne sont valides que pour des unités agricoles accueillant un seul type d'animaux d'élevage. Si l'unité agricole accueille plusieurs types d'animaux d'élevage, sa taille est déterminée selon une formule tenant compte des unités nutritives générées par chacun des types. Reportez-vous à la section 3.1 du présent protocole pour un exemple de calcul.

Il est important de porter une attention particulière lorsque les unités nutritives atteignent 5 UN, 150 UN et 300 UN, car ces seuils sont associés à différentes exigences réglementaires.

Le tableau 3.2 présente un aperçu des diverses exigences réglementaires qui s'appliquent aux exploitations agricoles en fonction de leur taille. Dans la plupart des cas, le nombre d'unités nutritives indiqué dans le tableau sera établi d'après le nombre d'animaux d'élevage présents dans l'unité agricole. Toutefois, quand on demande un permis de construction, la capacité de l'unité agricole peut devenir un facteur. Il importe également de noter que le processus d'approbation d'une stratégie de gestion des éléments nutritifs ou d'un plan de gestion des éléments nutritifs peut être déclenché d'après la capacité de l'exploitation d'héberger des animaux de ferme qui produiraient 150 UN ou plus.

Tableau 3.2. Échéancier d'entrée en vigueur du Règlement en fonction de la taille des exploitations d'élevage
Nombre d'UN Échéancier (Partie 2 du Règlement)
≤ 5

Le Règlement n'exige pas de SGEN ou de PGEN.

>5 et < 150

Nouvelles exploitations soumises au Règlement, possédant une demande de permis de construction

En vigueur en 2003

Peuvent être admissibles aux versions abrégées de la SGEN et du PGEN

Les documents peuvent être gardés à la ferme, sauf s'ils doivent être approuvés dans le cadre de la partie 4 du Règlement.

≥ 150 et < 300

Nouvelles exploitations soumises au Règlement, possédant une demande de permis de construction

En vigueur en 2003

La SGEN ou le PGEN doivent être approuvés par la province, en vertu de la partie 4 du Règlement.

≥ 300

Les exploitations nouvelles et celles qui sont en expansion, assujetties à la réglementation

En vigueur en 2003

La SGEN ou le PGEN doivent être approuvés par la province, conformément à la partie 4 du Règlement. Les nouvelles exploitations soumises au Règlement, de même que celles qui sont en expansion, avec demande de permis de construction

En vigueur en 2003

Les exploitations existantes sont assujetties à compter de 2005

La SGEN et le PGEN doivent être approuvés par la province en vertu de la partie 4 du Règlement.

3.2.3 Exemples d'exploitations d'élevage en fonction de leur taille

Les calculs présentés dans cet exemple sont valides uniquement pour les unités agricoles qui ont un seul type d'animal. Si l'unité agricole a plus d'un type d'animal, le total des UN produites par les deux types d'animaux servira à déterminer la taille de l'unité agricole. Voir l'exemple de ce type de calcul à la rubrique 3.1 du présent protocole.

Tableau 3.2.3. Exploitations d'élevage en fonction de leur taille
Exemples de fermes d'élevage(capacité théorique maximale de tous les bâtiments de l'unité agricole ou animaux en pâturage) Unités agricoles >5 UN Unités agricoles > 5 UN, mais < à 150 UN Unités agricoles≥ 150, mais<300 UN Unités agricoles≥ 300 UN
Vaches laitières Holstein en âge de produire (incluant veaux et génisses, on utilise donc 0,55 vache laitière/UN) >3 > 3, mais<82 ≥ 82, mais<165 ≥ 165
Vaches laitières Guernsey en âge de produire (incluant veaux et génisses, on utilise donc 0,66 vache laitière/UN) >3 > 3, mais<99 ≥99, mais<198 ≥ 198
Vaches laitières Jersey en âge de produire (incluant veaux et génisses, on utilise donc 0,77 vache laitière/UN) >4 > 4, mais<115 ≥ 115, mais<231 ≥ 231
Vaches de race à viande (incluant veaux non sevrés et génisses de remplacement) >5 > 5, mais<150 ≥ 150, mais<300 ≥ 300
Bovins finis (900-1 300 lb) (nbre de places dans le parc d'engraissement) >10 > 10, mais< 300 ≥ 300, mais<600 ≥ 600
Bovins semi-finis (575-900 lb) (nbre de places dans le parc d'engraissement) >15 > 15, mais<450 ≥ 450, mais<900 ≥ 900
Bovins à l'engrais (575-1250 lb) (nbre de places dans le parc d'engraissement) >15 > 15, mais<450 ≥ 450, mais<900 ≥ 900
Truies d'élevage de sevrage précoce (en âge de produire, incluant porcelets jusqu'à 15 lb) >17 >17, mais<500 ≥ 500, mais<1 000 ≥ 1 000
Porcelets en sevrage précoce (15-60 lb) (nbre de places) >100 > 100, mais<3 000 ≥ 3 000, mais<6 000 ≥ 6 000
Truies d'élevage traditionnel (en âge de produire, incluant porcelets jusqu'à 60 lb) >13 > 13, mais<375 ≥ 375, mais<750 ≥ 750
Porcs de finition ((60-230lb) (nbrede places dans le bâtiment) >30 > 30, mais<900 ≥ 900, mais<1 800 ≥ 1 800
Chevaux, gros gabarit (poids adulte > 1 500lb; comprend les poulains non sevrés)) >4 >4 mais ≤ 105 ≥ 105 mais<210 ≥ 210
Chevaux, moyen gabarit (poids adulte de 500 à 1 500lb), comprend les poulains non sevrés) >5 > 5 mais ≤ 150 ≥150 mais < 300 ≥ 300
Chevaux, petit gabarit (poids adulte < à 500lb, comprend les poulains non sevrés) >10 > 10 mais ≤ 300 ≥ 300 mais <600 ≥ 600
Poules pondeuses (nbre de places dans le poulailler) >750 > 750 mais<22 500 ≥ 22 500 mais 45 000 ≥ 45 000
Poulettes pondeuses (nbre de places dans le poulailler) >2 500 > 2 500 mais<75 000 ≥ 75 000 mais <150 000 ≥ 150 000
Poulets de chair(surface totale utilisable en pi. ca.) >1 335 pi.ca. > 1 335 mais<40 000 pi.ca. ≥ 40 000 mais <80 000 pi.ca. ≥ 80 000 pi.ca.
Dindons de chair (dindonneaux/dindes/dindons) (surface totale utilisable en pi.ca.) >1 335 pi.ca. >1 335 mais<40 000 pi.ca. ≥ 40 000 mais  <80 000 pi.ca. ≥ 80 000 pi.ca.
Sujets reproducteurs de relève, type poulets de chair (poussins femelles et mâles, provenant du bâtiment de ponte) >1 500 > 1 500 mais<45 000 ≥ 45 000 mais< 90 000 ≥ 90 000
Reproducteurs de poulets de chair (poules pondeuses et coqs provenant d'un bâtiment d'élevage) >500 > 500 mais<15 000 ≥ 15 000 mais <30 000 ≥ 30 000
Ovins élevés pour la viande (nbre de brebis reproductrices, comprend agneaux, brebis de relève et béliers) >40 > 40 mais<1 200 ≥ 1 200 mais<2 400 ≥ 2 400
Agneaux d'engraissement, 70 à 125 lb >100 > 100 mais<3 000 ≥ 3 000 mais<6 000 ≥ 6 000
Ovins laitiers (nbre de brebis en âge de produire, comprend agneaux, brebis de relève et béliers) >30 > 30 mais<900 ≥ 900 mais<1 800 ≥ 1 800
Caprins laitiers (nbre de chèvres en âge de produire, comprend chevreaux, chèvres de relève et boucs) >40 > 40 mais<1 200 ≥ 1 200 mais<2 400 ≥ 2 400
Veaux de lait ou de grain (nbre de places) >30 > 30 mais<900 ≥ 900 mais<1 800 ≥ 1 800

Note : Dans le cas des animaux qui ne sont pas mentionnés sur la liste précédente, on peut calculer le nombre d'animaux par unité nutritive de la manière suivante :

  • déterminer le nombre d'animaux qui produiront la quantité d'éléments nutritifs dont la valeur fertilisante est équivalente à la moindre des valeurs suivantes, soit 43 kilogrammes d'azote ou 55 kilogrammes de phosphate (élément nutritif).
  • il est possible d'obtenir de l'aide du personnel du MAAO pour effectuer ces calculs.

3.3 Exemples de calcul des unités nutritives pour les exploitations qui produisent ou reçoivent du fumier

3.3.1 Exemple 1 – Calcul du nombre d'unités nutritives d'une unité agricole qui produit du fumier pour établir la taille de cette dernière :

Un producteur laitier possède 70 vaches Holstein (en lactation et taries, considérées comme étant de gros gabarit); tous les veaux et génisses sont gardés au sein de la même unité agricole. Il possède également, de l'autre côté de la route, deux poulaillers à double niveau mesurant 40 pi x 300 pi logeant des poulets à griller (48 000 pieds carrés de surface totale au sol). L'ensemble est géré comme une seule unité agricole.

70 vaches Holstein ÷ 0,55 vaches laitières par UN (si les veaux et les génisses sont inclus) = 127 UN

48 000 pieds carrés de surface totale au sol ÷ 267 pieds carrés par UN = 180 UN

Total = 307 UN

Avec cette production de fumier, l'exploitation est tenue de préparer une stratégie de gestion des éléments nutritifs pour 2005 s'il s'agit d'une exploitation existante et pour le 30 septembre 2003 dans le cas d'une nouvelle exploitation.

3.3.2 Exemple 2 – Calcul du nombre d'unités nutritives d'une unité agricole qui produit et reçoit du fumier pour établir la taille de cette dernière :

Une agricultrice possède 1 200 porcs de finition, 9 000 poules pondeuses et 60 bovins d'engraissement qu'elle élève de 575 à 1 250 lb. Elle reçoit par ailleurs 72 tonnes de fumier de volailles élevées sur litière sèche d'une exploitation voisine. L'ensemble est géré comme une seule unité agricole.

1 200 porcs de finition ÷ 6 porcs de finition par UN = 200 UN

9 000 poules pondeuses ÷ 150 poules pondeuses par UN = 60 UN

60 bovins d'engraissement ÷ 3 bovins d'engraissement par UN= 20 UN

Total = 280 UN

Bien que les 72 tonnes de fumier de volailles reçues à la ferme doivent être incluses dans le plan de gestion des éléments nutritifs, cette quantité n'est pas comprise dans le calcul du nombre d'UN que l'unité agricole utilise pour établir si elle est soumise ou non aux dispositions du Règlement concernant la mise en place d'une stratégie de gestion des éléments nutritifs. Puisque cette ferme produit moins de 300 UN, elle n'est pas obligée de se conformer au Règlement à moins qu'il s'agisse d'une nouvelle exploitation ou que l'exploitant compte augmenter prochainement sa production au point de générer 300 UN ou plus.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca
Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 10 decembre 2003
Dernière révision : 10 decembre 2003