Alerte vétérinaire - Bioterrorisme visant le bétail

À la suite des récents événements qui sont survenus en Amérique du Nord, les gouvernements et le public sont davantage conscients de la possibilité que soient commis des actes de bioterrorisme touchant l'agriculture et notamment les animaux d'élevage. La présente alerte ne vise pas à créer de panique ni à amplifier les inquiétudes déjà évidentes. Toutefois, les vétérinaires et les éleveurs pourraient, avant tout le monde, relever les premiers cas de bioterrorisme agricole puisque le bétail peut servir d'indicateur de tels actes. À tout le moins, le présent communiqué offre des sources de renseignements.

Aux États-Unis, les Centers for Disease Control and Prevention ont publié une liste des agents biologiques les plus susceptibles de servir au bioterrorisme (voir l'extrait ci-dessous). Il s'agit dans de nombreux cas de pathogènes communs aux humains et aux animaux, dont certains peuvent frapper plus durement le secteur agricole. D'autres agents constituent également une source de préoccupation, notamment les maladies animales exotiques et autres maladies à déclaration obligatoire (comme la fièvre aphteuse et la grippe aviaire). Bien que bon nombre des pathogènes considérés comme des agents bioterroristes potentiels ne causeraient que des infections localisées ou sporadiques, certains pourraient avoir des conséquences plus graves sur la santé publique ou les échanges commerciaux.

Les vétérinaires doivent faire preuve de vigilance et demeurer à l'affût des signes cliniques de maladies à déclaration obligatoire ou de maladies animales exotiques, ainsi que des symptômes ou regroupements de maladies inhabituels liés aux agents énumérés ci-dessous. Le laboratoire d'hygiène vétérinaire (LHV) de l'Université de Guelph et d'autres laboratoires canadiens de diagnostic ont été mis en alerte afin de détecter ces agents. Parmi les maladies ou regroupements de maladies indiquant une exposition attribuable à un acte de bioterrorisme, mentionnons des tendances démographiques inhabituelles, des infections touchant plusieurs espèces, des problèmes de santé apparaissant en même temps chez l'animal et chez l'homme et des groupes de souches ou de sérotypes inhabituels. Voici des sources de renseignements sur la santé animale :

Ligne d'urgence sur les maladies animales exotiques pour les vétérinaires : 1 877 814-2342
ACIA - Ontario : (519) 837-9400 ou le bureau de votre région
Dr Grant Maxie, Laboratoire d'hygiène vétérinaire (LHV), Université de Guelph : (519) 824-4120, p. 4544
Dr David Alves, vétérinaire provincial, Médecine vétérinaire, MAAO : (519) 826-3127

Centre d'information du MAAO : 1 877 424-1300

Catégorie A

Le système public de santé et les fournisseurs de soins de santé primaires des États-Unis doivent se préparer à faire face à divers agents biologiques, y compris des pathogènes rarement observés dans ce pays. Les agents infectieux hautement prioritaires comprennent les organismes qui constituent un risque pour la sécurité nationale, car ils peuvent être facilement disséminés ou transmis d'une personne à une autre. Ces agents :

  • entraînent un taux élevé de mortalité et peuvent avoir des répercussions majeures sur la santé publique;
  • peuvent être cause de panique dans la population et provoquer des perturbations sociales;
  • nécessitent des mesures spéciales en cas d'interventions éventuelles.

La catégorie A regroupe les agents infectieux suivants :

  • la variole;
  • Bacillus anthracis (maladie du charbon);
  • Yersinia pestis (peste);
  • la toxine de Clostridium botulinum (botulisme);
  • Francisella tularensis (tularémie);
  • les filovirus;
  • la fièvre hémorragique d'Ebola et la fièvre hémorragique de Marburg;
  • les arenavirus;
  • Lassa (fièvre de Lassa), Junin (fièvre hémorragique argentine) et autres virus apparentés.

Catégorie B

Le deuxième groupe d'agents infectieux en ordre de priorité comprend ceux qui :

  • sont moyennement faciles à disséminer, qui entraînent un taux moyen de morbidité et un faible taux de mortalité;
  • qui nécessitent des améliorations spécifiques de la capacité de diagnostic des CDC ainsi qu'une surveillance accrue des maladies.

La catégorie B regroupe les agents infectieux suivants :

  • Coxiella burnetti (fièvre Q);
  • espèces de Brucella (brucellose);
  • Burkholderia mallei (morve);
  • les alphavirus;
  • l'encéphalomyélite du Vénézuéla;
  • l'encéphalite équine de l'Est et de l'Ouest;
  • la toxine de Ricinus communis (graines de ricin);
  • la toxine epsilon de Clostridium perfringens;
  • l'entérotoxine staphylococcique B.

Il existe un sous-groupe de la catégorie B qui comprend des pathogènes d'origine alimentaire ou hydrique.
Voici certains de ces pathogènes :

  • espèces de salmonelle;
  • Shigella dysenteriae;
  • Escherichia coli O157:H7;
  • Vibrio cholerae;
  • Cryptosporidium parvum.

Catégorie C

Le troisième groupe d'agents infectieux en ordre de priorité comprend les pathogènes émergents qui pourraient être fabriqués et disséminés en masse pour les raisons suivantes :

  • leur disponibilité;
  • leur facilité de production et de dissémination;
  • leur potentiel de morbidité et de mortalité, et leurs répercussions considérables sur la santé.

La catégorie C regroupe les agents infectieux suivants :

  • le virus Nipah;
  • les hantavirus;
  • les virus de la fièvre hémorragique transmis par des tiques;
  • les virus de l'encéphalite transmis par des tiques;
  • la fièvre jaune;
  • la tuberculose à bacilles multirésistants.

(Liste adaptée du document Biological and Chemical Terrorism: Strategic Plan for Preparedness and Response. Centers for Disease Control and Prevention, 21 avril 2000; 49(RR04), pp. 1-14)

Liens connexes


Auteur : David Alves et Paul Innes
Médecine vétérinaire, MAAARO
Date de création : Octobre 2001
Dernière révision : 20 juillet 2011

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca