Les mycotoxines et les porcs

On observe cette année certains signes de contamination aux mycotoxines dans la récolte de maïs en Ontario. Il est encore trop tôt (au moment d'écrire ces lignes décembre 2011) pour estimer l'ampleur du problème; toutefois, les producteurs de porcs, surtout ceux qui préparent la moulée à la ferme, devraient surveiller les signes de contamination aux myxotocines chez les animaux.

Zéaralénone

  • Exerce un effet oestrogénique.
  • Des concentrations de 1 ppm (ppm = mg/kg) et plus peuvent provoquer les troubles suivants :
    • Chez les cochettes : élargissement de l'utérus, de la vulve et des glandes mammaires; prolongation de la durée des chaleurs et faible taux de conception.
    • Chez les jeunes verrats : réduction de la production de sperme et diminution de la libido.
    • Chez les verrats adultes : pas d'effet.
    • Chez les truies et les cochettes : absence de chaleurs, avortement, porcelets mort-nés, fertilité faible, prolapsus rectal et vaginal dans les cas extrêmes.
  • La toxine peut se propager aux porcelets par le lait maternel et causer l'élargissement de la vulve chez les porcelets femelles.
  • N'a pas d'effet sur l'ingestion alimentaire et le taux de croissance.

Vomitoxine (désoxynivalénol ou DON)

  • Affecte les voies gastro-intestinales.
  • Des concentrations de 1 à 2 ppm entraînent une réduction de l'ingestion alimentaire et, par conséquent, du taux de croissance.
  • À des concentrations situées entre 0,5 et 3 ppm, il est conseillé de diluer les grains contaminés avec des grains propres.
  • Des concentrations qui dépassent 5 ppm entraînent une réduction de l'ingestion alimentaire, laquelle peut devenir grave.
  • Des concentrations de 10 à 20 ppm peuvent provoquer des vomissements et un refus complet de s'alimenter, ce qui occasionne une réduction du gain de poids ou des pertes de poids vif.
  • Les porcs mangeront d'abord des quantités suffisantes pour provoquer des vomissements, mais ils réduiront volontairement par la suite leur ingestion, ce qui fera arrêter les vomissements.
  • Les truies y sont plus tolérantes que les porcelets.
  • De faibles concentrations peuvent affaiblir le système immunitaire.

Toxine T-2

  • Il s'agit d'un tricothécène.
  • Cette toxine est plus puissante que la vomitoxine, mais moins courante.
  • Elle se manifeste surtout au cours des périodes prolongées de temps frais et humide.
  • Des concentrations de 1 ppm ou plus provoquent des vomissements et une réduction de l'ingestion alimentaire et du taux de croissance.

Des concentrations de 16 à 20 ppm entraînent un refus complet de s'alimenter.

Chez les porcs, la meilleure chose à faire en présence de grains contaminés aux mycotoxines est de le remplacer avec du grain qui en est exempt. Toutefois, cela n'est pas toujours pratique ou économique. Si l'on n'a pas le choix de donner du maïs contaminé, alors il faut respecter les concentrations maximales permises de vomitoxine et de zéaralénone dans les rations pour porcs.

Groupe d'âge Vomitoxine (DON) ppm Zéaralénone, ppm
Porcelets
0,5
0,5
Croissance/finition
1,0
2,0
Reproduction
1,0
0,5

Un certain nombre de laboratoires peuvent effectuer rapidement des analyses pour détecter les mycotoxines dans les ingrédients alimentaires. Il est important de prélever un échantillon représentatif de 200 à 250 g de l'ingrédient et de s'assurer qu'il est enveloppé dans un sac de papier afin de prévenir le développement d'autres moisissures. On peut consulter la liste des laboratoires de l'Ontario qui effectuent des analyses de mycotoxines ainsi que d'autres informations à ce sujet sur le site Web du MAAARO.

Related Links


Auteur : Greg Simpson, spécialiste de la nutrition des porcs/MAAARO
Date de création : 12 décembre 2011
Dernière révision : 12 décembre 2011

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca