Coût de l'énergie


Lorsque le coût de l'énergie augmente, il est très tentant de le réduire en diminuant le coût des intrants énergétiques. Les gestionnaires tendent alors à se servir d'un moins grand nombre de lampes à rayonnement infrarouge, à abaisser la température dans les étables, à ne pas chauffer les installations au préalable aussi longtemps que d'habitude et à réduire la vitesse des ventilateurs.

Pour bien saisir les lacunes de ce raisonnement, examinons un porcelet d'une portée pour déterminer si la chaleur qu'il produit, s'il le doit, lui sert ou si elle est perdue.

La température minimale critique chez un porcelet nouveau-né, est d'environ 95ºF ou 35ºC. C'est donc dire que lorsqu'on tient compte de facteurs comme la taille du corps, la quantité de graisse corporelle servant de couche isolante, l'importance du groupe et l'absorption de matières nutritives, un porcelet doit généralement produire sa propre chaleur pour rester au chaud quand la température est inférieure à 95ºF ou 35ºC. La chaleur corporelle se dissipe aussi d'autres façons. L'évaporation cutanée et les pertes de chaleur par la respiration correspondent à 10 p. cent de la déperdition thermique. En outre, jusqu'à 15 p. cent de la chaleur corporelle du porcelet peut être absorbée par le sol. Il est donc important de tenir compte du fait que le type de revêtement de sol peut aussi favoriser la déperdition de chaleur de l'animal.

Vingt-cinq p. cent de la perte de chaleur corporelle du porcelet sont attribuables aux facteurs mentionnés ci-dessus. Les deux autres facteurs qu'il reste à examiner sont le rayonnement et la convection qui, à leur deux, sont responsables d'un pourcentage de perte de chaleur pouvant atteindre jusqu'à 75 p. cent. La chaleur qui rayonne du porcelet risque le plus d'être absorbée par les murs du bâtiment et les parois de la case de parturition ainsi par le plafond. Des facteurs tels que la température de l'air et sa vitesse de déplacement influent sur les pertes de chaleur par convection.
Quelle est la meilleure stratégie de gestion à retenir? Devez-vous réduire vos coûts d'énergie? Signalons à cet égard que les coûts d'énergie sont relativement stables que vous chauffiez au mazout, à l'électricité ou au propane. Le gaz naturel, qui est offert à certains endroits, peut être obtenu à meilleur marché, mais toutes les exploitations n'y ont pas accès.

En adoptant ce scénario, vous viserez à maximiser l'usage de vos intrants tout en vous préoccupant moins de réduire leurs coûts. Certaines mesures s'imposeront toutefois. Vous devrez premièrement veiller à ce que vos systèmes de ventilation, y compris les ventilateurs, les thermostats et les prises d'air, fonctionnement correctement. Vous devrez également couper l'alimentation des prises d'air ou du matériel exposé qui ne servent pas en hiver et sceller ces derniers pour empêcher toute admission d'air froid.

Deuxièmement, vous devrez respecter à la lettre la marche à suivre pour chauffer au préalable les cases de parturition et fournir un apport de chaleur supplémentaire au moment de la mise bas. Toute diminution des valeurs prescrites entraînera une déperdition de chaleur accrue chez les porcelets.
Enfin, pour économiser l'énergie, en recouvrant de tapis le sol où repose la portée ainsi que la portée elle même, vous réduirez votre consommation d'énergie sans compromettre le bien être des porcelets.
Bref, il est important de se rappeler qu'un porcelet qui doit produire sa propre chaleur pour rester au chaud ne peut consacrer autant d'énergie à sa croissance et à son développement, à la lutte contre les maladies et à ses autres besoins vitaux.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : Non disponible
Dernière révision : 25 mars 2008

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca