Comment éviter les problèmes courants de calibration de broyeur à la ferme

Table des matières

  1. Introduction
  2. Problèmes de calibration du broyeur
  3. Calibration de votre broyeur avec appareillage de mesure
  4. Économisez du temps et de l'argent en effectuant un entretien régulier de votre broyeur
  5. La taille des particules dans les rations influe sur la performance de croissance des porcs
  6. Mélangeurs de lots
  7. Problèmes courants liés aux mélangeurs verticaux et horizontaux
  8. Échantillonnage et analyse de la préparation alimentaire
  9. Conclusion

Introduction

Malgré le fait que l'alimentation représente une part de 50 à 70 % du coût de la production porcine, on ne tient pas toujours compte de cet élément dans la gestion de l'entreprise. Bien des producteurs sont moins attentifs à l'alimentation de leurs animaux qu'aux maladies, à la génétique, aux marchés ou aux installations. Cependant, il est à noter que de légères différences dans la qualité des aliments que reçoivent les porcs et la manière dont les animaux sont nourris peuvent avoir des répercussions notables sur le portefeuille du producteur.


Pour déterminer les frais alimentaires par animal, il faut avant tout mesurer l'indice de conversion (tableau 1). En supposant que le prix de la tonne d'aliments pour porc s'élève à 200 $, il en coûtera une somme supplémentaire de 1,50 $ par animal pour chaque 0,1 unité de l'indice de conversion. Il est évident que l'attention accordée à la gestion des aliments ainsi qu'aux autres facteurs touchant le nombre de jours avant la mise en marché et l'indice de conversion aura un effet important sur les frais alimentaires et, par conséquent, sur la rentabilité de la ferme.


Tableau 1. Influence de l'indice de consommation sur les frais alimentaires ($/porc) selon différents prix d'aliments.

 
Prix des aliments, en dollars par tonne
Indice de consommation
160 $
180 $
190 $
200 $
210 $
220 $
240 $
260 $
3,5
44,8
50,40
53,20
56,00
58,80
61,60
67,20
72,80
3,3
42,24
47,52
50,16
52,80
55,44
58,08
63,36
68,64
3,1
39,68
44,64
47,12
49,60
52,08
54,56
59,52
64,48
3,0
38,40
43,20
45,60
48,00
50,40
52,80
57,60
62,40
2,9
37,12
41,76
44,08
46,40
48,72
51,04
55,68
60,32
2,7
34,56
38,88
41,04
43,20
45,36
47,52
51,84
56,16
2,5
32,00
36,00
38,00
40,00
42,00
44,00
48,00
52,00


Problèmes de calibration du broyeur

Une étude récente menée en Illinois (tableau 2) a indiqué que les producteurs de porcs ignoraient la teneur des rations qu'ils produisaient. L'analyse a révélé que la quantité de protéines contenue dans les rations était systématiquement inférieure à ce que prévoyait le producteur. La raison : une mauvaise calibration du broyeur.


Tableau 2. Composition des aliments destinés aux porcs, avant et après analyse

Aliment
Teneur prévue en protéines
Teneur analysée en protéines
Aliment de début
18
14,8
Aliment de croissance
16
14,3
Moulée d'engraissement
14
12,4
Moulée de gestation
14
12,4

(Frank et coll., 1984, Université de l'Illinois)


Une autre étude visant à vérifier la calibration des broyeurs dans un certain nombre de fermes porcines du Manitoba a révélé que sur 18 broyeurs, 13 présentaient un écart supérieur à 5 % en plus ou en moins. On a également découvert (tableau 3) que les erreurs de calibration en ce qui a trait au complément protéique variaient de 40 à 150 % par rapport au taux que le producteur croyait utiliser. L'erreur dans les taux de calibration utilisés pour les céréales et les mélanges à mouler en vrac était aussi très importante (de 55 à 175 %).


Tableau 3. Taux de calibration des broyeurs comparativement aux recommandations.

 
Nombre de fermes Moyenne % du taux de recommandation
Complément protéique
16
87
De 40 à 150
Mélange à mouler en vrac
24
107
De 55 à 175


Calibration de votre broyeur avec appareillage de mesure

À la ferme, il arrive souvent que les broyeurs munis d'un appareillage de mesure soient mal calibrés. Ainsi, les proportions d'éléments nutritifs mélangés dans les aliments ne sont pas celles que vous pensez!

L'analyse des niveaux de protéines et des mélanges à mouler en vrac dans la nourriture pour porcs indiquent généralement que bon nombre de producteurs ne fabriquent pas correctement les aliments destinés à leurs animaux. L'étude concernant l'analyse des aliments menée au Manitoba a vérifié la calibration de broyeurs de ferme et révélé que 72 % de ces appareils étaient déréglés pour un ou plusieurs ingrédients. Seulement la moitié des échantillons variaient de moins de dix unités de pourcentage par rapport à la teneur désirée en protéines.
La mauvaise calibration est principalement attribuable au fait que la masse volumique apparente (le poids du boisseau) et/ou le degré d'humidité des céréales et des compléments protéiques diffèrent de la valeur pour laquelle le broyeur a initialement été calibré. Étant donné que le poids du boisseau et le degré d'humidité des céréales peuvent être très variables d'un chargement à l'autre, d'une cellule d'entreposage à l'autre et d'un champ à l'autre, il est nécessaire de calibrer régulièrement le broyeur. Il faut effectuer une nouvelle calibration de l'appareil chaque fois qu'on observe un changement de plus de 3 % dans la densité ou l'humidité du mélange.

Les broyeurs avec appareillage de mesure peuvent être calibrés selon deux méthodes différentes : la méthode programmée ou la méthode simultanée. La méthode programmée s'avère la plus facile, car la vitesse de débit de chaque ingrédient est mesurée pendant une période de même durée. Par exemple, si la ration doit contenir une proportion de 80 % de maïs et de 20 % de supplément, le broyeur devrait mesurer 80 kg (ou livres) de maïs au cours du même délai fixé pour les 20 kg (ou livres) de supplément. Si le rapport des poids indiqué n'est pas 80:20 (ou le rapport calculé pour votre ration), réglez le compteur et essayez de nouveau jusqu'à ce que vous obteniez le bon rapport de poids.

Selon la méthode simultanée, on met tous les ingrédients en même temps dans différents contenants. On calcule ensuite le poids total et le pourcentage ou le rapport de chacun des ingrédients. Puis, on effectue les réglages et on remet les ingrédients jusqu'à ce que les rapports et les pourcentages appropriés soient indiqués. Pour vous assurer d'obtenir une mesure exacte, l'ingrédient le moins important devrait au moins équivaloir à 1 kg au cours du délai fixé.

Économisez du temps et de l'argent en effectuant un entretien régulier de votre broyeur

Il est essentiel d'effectuer un entretien régulier de votre broyeur si vous voulez produire des aliments d'excellente qualité et de façon uniforme. Consultez le manuel de l'utilisateur qui vous a été fourni avec votre broyeur et suivez les procédures d'entretien qui y sont indiquées. Pourquoi attendre que l'appareil tombe en panne et vienne interrompre une journée déjà bien remplie? Soyez vigilant et repérez les éventuelles défectuosités au moment où le broyeur fonctionne, et réparez-les sans délai. Qu'avez-vous à y perdre? Si vous laissez les choses aller trop longtemps, il pourrait vous en coûter davantage en temps perdu, en mélanges inadéquats et en frais de réparation.
Établissez un calendrier d'entretien préventif basé sur les exigences de votre système, et respectez-le. Répartissez la tâche en fonction de ce que vous pouvez accomplir dans une journée, une semaine ou un mois et fixez-vous des objectifs à atteindre en matière de volumes (p. ex., 100 tonnes d'aliments mélangés). Ainsi, chaque fois que vous effectuez un mélange d'aliments, surveillez si les courroies sont désalignées, si l'appareil est surchargé et si vous notez des changements dans la mixture (comme la présence de grains entiers).

Chaque semaine, prenez le temps de détecter les fuites d'huile, de vérifier l'usure et la tension des courroies et des chaînes d'alimentation, et de contrôler les niveaux de lubrification de l'appareil. Nettoyez la poussière et les débris des tableaux de commande électrique, des boîtes d'engrenages et des moteurs, où la poussière peut agir comme un isolant et provoquer une surchauffe. Une fois par mois, nettoyez la machinerie en profondeur à l'aide d'un aspirateur, en n'oubliant pas l'intérieur du broyeur, le mélangeur, l'appareillage de mesure et le matériel de manutention. C'est également le bon moment d'éliminer la présence d'aliments périmés dans les distributeurs, les cuves réfrigérantes et tout autre équipement, de nettoyer les distributeurs ou de chercher ce qui peut causer le gaspillage d'aliments.

Mais ce qui est le plus important, c'est de conserver un registre de toutes les activités d'entretien que vous avez effectuées afin de mieux prévoir le moment où vous devrez remplacer certains éléments.

La taille des particules dans les rations influe sur la performance de croissance des porcs

Bien que le broyage des ingrédients composant les rations des animaux se fasse souvent à la ferme, trop peu de producteurs savent que les aliments qu'ils s'apprêtent à broyer doivent l'être selon une taille de particules optimale. Lorsque la mouture est plus grossière que nécessaire, la digestion se fait moins rapidement dans l'estomac de l'animal, celui-ci ingère moins d'aliments et l'indice de consommation est diminué de 5 à 8 %. Cependant, une trop grande réduction de la taille des particules augmente l'incidence des ulcères gastriques chez le porc, l'empoussièrement des lieux et les coûts énergétiques du broyage. Les aliments broyés à la taille de particules optimale sont synonymes de rentabilité.

Mais qu'est-ce qu'une taille de particules " optimale "? À quel degré de finesse doit-on moudre les aliments?
On décrit la taille des particules comme étant fine, moyenne ou grossière, mais que veulent dire ces termes au juste? Sachez que, bien que cela ne soit pas surprenant, la définition est très variable selon la personne à laquelle vous vous adressez. La taille des particules doit être mesurée en microns, une mesure du diamètre des particules individuelles dans l'aliment.

Les recherches actuelles laissent supposer que la taille optimale des particules d'aliments destinés aux porcs en croissance (pesant entre 25 et 60 kg) est de 700 à 800 microns (soit de 0,7 à 0,8 mm). Le tableau 4 indique des rapports approximatifs d'aliments/céréales pour la mouture des rations à base de maïs selon différentes tailles de particules.
.
Tableau 4. Effet de la taille des particules de maïs sur l'indice de consommation

Taille des particules, en microns Moins de 700 De 700 à 1000 Plus de 1000
Efficacité alimentaire
1,75
1,8
2,0

Des études ont indiqué que la majorité des échantillons analysés comportaient des particules dont la taille était supérieure à la plage désirée. Depuis 1985, 70 % des échantillons analysés à l'Université de l'État du Kansas mesurent plus de 800 microns. Une étude semblable menée en Ontario a révélé que la taille moyenne des particules d'aliments mélangés à la ferme s'élevait autour de 1000 microns. Cela signifie que les producteurs ontariens sont perdants sur le plan de l'indice de conversion! Davantage de producteurs devraient faire vérifier la taille des particules.

Quelle est la grosseur de tamis à privilégier pour obtenir une taille de particules optimale?

La réponse à cette question n'est pas aussi simple qu'on le pense, car la taille des particules dépend de bien des facteurs :

  • le type de céréale (en raison de la taille, de la dureté, de la forme et du degré d'humidité des grains de blé et de maïs, ces céréales doivent être moulues plus grossièrement que l'orge ou l'avoine);
  • le débit d'écoulement;
  • la vitesse du broyeur ou de l'aplatisseur;
  • l'état et l'entretien du broyeur ou de l'aplatisseur;
  • la grosseur, l'âge et l'état du tamis (probablement le plus important facteur).

Si le tamis est troué ou si les broyeurs à marteaux ou les aplatisseurs sont usés, vous verrez peut-être des grains entiers ou à moitié broyés dans votre mélange. Dans un tel cas, la mouture de l'aliment n'est probablement pas assez fine et vous risquez de perdre entre 3 et 8 % de l'indice de consommation. Il est évident que vous devez effectuer un entretien de votre équipement pour récupérer rapidement votre temps et votre argent. Le tableau 5 présente la taille des particules de maïs produites selon différentes grosseurs de tamis.

Tableau 5. Taille des particules produites par des tamis de broyeur à marteaux de différentes grosseurs.

Grosseur du tamis Taille des particules
1/16
460
3/32
580
3/16
760
1/4
820
1/2
1360



Il ne s'agit ici que d'un guide et ces données concernent des tamis neufs. Les tamis plus vieux ou usés produisent des particules plus grossières. Par exemple, le tamis 3/16 usé peut produire du maïs dont la taille moyenne des particules sera supérieure à celle des particules qui sont passées dans un tamis neuf de ¼ po.

Le meilleur moyen de déterminer la grosseur du tamis à utiliser est de faire analyser des échantillons pour connaître la taille des particules. Demandez à votre compagnie d'aliments pour animaux si elle offre un service d'analyse. Il faut vérifier la taille des particules toutes les fois que 500 à 700 tonnes d'aliments ont été broyés.

Attention de ne pas moudre les aliments trop fin. Les porcs qui ingèrent des particules mesurant moins de 700 microns souffrent très rapidement d'ulcères. À l'Université de Guelph, nous avons observé en 2 semaines seulement l'apparition d'ulcères chez 90 % des porcs qui avaient ingéré des aliments dont les particules mesuraient 550 microns, et au bout de 4 semaines, des ulcères saignants ont causé la mort du premier porc atteint.

Mélangeurs de lots

Beaucoup de grandes exploitations agricoles font maintenant usage de mélangeurs de lots. Ces appareils peuvent généralement mélanger davantage d'aliments, avec une plus grande précision, en moins de temps et à des coûts de fonctionnement moins élevés que les broyeurs. Puisque les aliments sont pesés dans le mélangeur plutôt que mesurés par volume, comme lorsqu'on utilise un broyeur avec appareillage de mesure, la composition des aliments est plus précise. MAIS il peut toujours se produire des erreurs dans le mélange des aliments.

Problèmes courants liés aux mélangeurs verticaux et horizontaux

Si vous ne remplissez pas suffisamment votre appareil, le mélange ne se fera pas correctement. Les mélangeurs de lots horizontaux doivent être remplis au moins au tiers de leur capacité, tandis que les mélangeurs verticaux doivent l'être à 50 % ou plus de leur capacité.

Le fait de trop remplir le mélangeur contribue également à réduire la qualité du mélange. C'est d'ailleurs probablement l'un des problèmes les plus fréquents. Si vous utilisez un mélangeur vertical, ne le remplissez jamais plus qu'au niveau de l'élévateur et si vous disposez d'un mélangeur horizontal, vous devriez être tout juste capable de voir dépasser le bord supérieur des rubans ou des vis au-dessus des aliments.

Pour que le mélange soit adéquat, il est très important de respecter l'ordre de chargement des ingrédients dans l'appareil. Si vous avez un mélangeur vertical, il faut ajouter les micro-ingrédients ou les mélanges à mouler en vrac à mi-parcours du processus de chargement pour que ces éléments soient complètement vidés dans le mélangeur et qu'ils ne se séparent pas. Si vous disposez d'un mélangeur horizontal, vous devez d'abord charger les ingrédients principaux, puis les suppléments, les minéraux ou les mélanges à mouler en vrac. Pour les deux types de mélangeur, vous ne devez ajouter les liquides qu'après que les matières sèches ont été mélangées, car les liquides modifient la structure de l'écoulement et peuvent stopper complètement le processus de mélange.

La vitesse du mélangeur doit toujours être réglée selon les recommandations du fabricant. Les modèles de mélangeur ont chacun une vitesse optimale qui donne un mélange optimal. Si l'appareil fonctionne à une vitesse inférieure ou supérieure, les aliments risquent d'être mal mélangés, ce qui peut entraîner de piètres performances de croissance du porc, une mauvaise utilisation de l'énergie et d'autres problèmes d'entretien du mélangeur.

Il faut éviter d'accumuler des matières dans l'équipement ou de les repasser dans le lot suivant. Les particules fines, les aliments collants ou les liquident augmentent ces risques. Retirez les matières accumulées aussitôt que possible, effectuez un rinçage de l'appareil après l'utilisation d'additifs ou d'antibiotiques, suivez l'ordre recommandé de chargement des aliments et nettoyez l'appareil à la main selon les exigences.

Vérifiez régulièrement les signes d'usure. Si l'écart entre les vis ou entre les éléments malaxeurs et les parois du mélangeur est supérieur à 0,6 cm à 0,9 cm (¼ po à 3/8 po), les ingrédients vont commencer à se séparer le long des parois. Sur certains appareils, il est possible d'effectuer le réglage des écarts. S'il est impossible de régler un écart qui est trop large, on peut souvent augmenter la grosseur des vis ou des éléments malaxeurs.

Si le mélangeur est neuf, vérifiez le temps de mélange requis selon les directives du fabricant, puis vérifiez-le de nouveau tous les 3 à 4 mois pour vous assurer que l'appareil fonctionne correctement.

Échantillonnage et analyse de la préparation alimentaire

L'échantillonnage des aliments peut être à la source d'erreurs importantes dans l'analyse des aliments. Le tableau 6 indique l'analyse des éléments nutritifs d'un échantillon d'aliments de croissance à 16 % prélevé à la vis de déchargement, sur le dessus de la cellule d'entreposage et au milieu de la cellule. Pour chacun des échantillons, on a obtenu des résultats très différents. On se demande alors quel échantillon est le bon, s'il en est un.

Tableau 6. Effet du lieu de prélèvement de l'échantillon sur l'analyse des éléments nutritifs.

 

 
À la vis de déchargement Sur le dessus de la cellule Au milieu de la cellule
Protéines, %
14,2
11,9
19,7
Calcium, %
0,57
0,24
0,93
Phosphore, %
0,56
0,40
1,05
Sel, %
0,40
0,19
0,46


Le tableau 7 indique l'analyse d'un échantillon d'aliments prélevé à la vis de déchargement au moment où l'on vidait une cellule à fond conique. Encore ici, on a observé des différences dans les résultats, mais moins importantes que lorsque l'échantillon a été prélevé directement de la cellule. Il faut donc en conclure qu'il est nécessaire de procéder avec soin au prélèvement des échantillons si l'on veut que les résultats obtenus s'appliquent au mélange complet.

Tableau 7. Analyse à 3 stades différents du vidage des aliments d'une cellule à fond conique.

 
Au début Au milieu À la fin
Protéines, %
17,6
17,4
15,7
Calcium, %
1,09
0,99
0,74
Phosphore, %
0,95
0,85
0,65
Fibres, %
3,80
4,20
9,00
Fer, ppm
310
200
200
Zinc, ppm
260
140
140

(Patience, 1981.)

Quel est la bonne façon de prélever des échantillons d'aliments à des fins d'analyse des éléments nutritifs?
La méthode d'échantillonnage suivante devrait permettre une analyse d'aliments représentative du mélange complet.

  1. Prélevez des aliments à 10 reprises, soit au moment où ils sont en préparation, soit lorsqu'ils sont transférés dans une cellule d'entreposage.
  2. Prélevez une proportion de 2 à 5 % du mélange total, mais pas moins de 50 kg.
  3. Mélangez le total des aliments prélevés. Déposez la mixture sur un plancher de béton, sur une bâche ou dans une grosse brouette ou un gros chariot à aliments et utilisez une pelle pour mélanger le tout.
  4. Divisez le tas en deux moitiés et mélangez de nouveau l'une des moitiés.
  5. Répétez l'étape no 4 jusqu'à ce que la quantité d'aliments qui reste corresponde à la quantité que vous voulez faire analyser.

Prélèvement d'échantillonnage en vue du mélange dans un mélangeur de lots
Les mélangeurs de lots peuvent ne pas mélanger correctement les aliments, que ce soit en raison de la conception, de l'usure ou du mauvais fonctionnement de l'appareil. Il est donc important de vérifier votre mélangeur dans des conditions de fonctionnement normales afin de déterminer le temps qu'il faut compter pour obtenir un mélange uniforme.

Pour vérifier un mélangeur de lots à la ferme :

  1. Déterminez la concentration prévue d'un traceur, comme le sel, dans les aliments;
  2. Commencez le mélange et prélevez des échantillons à intervalles précis (p. ex., à 4, 8, 12 et 16 minutes après le début du processus de mélange);
  3. Prenez au moins 10 échantillons à différents intervalles de temps durant le processus de mélange, et conservez-les dans des sachets séparés et bien identifiés;
  4. Faites analyser les échantillons pour en connaître la concentration en sel;
  5. Déterminez la moyenne des 10 échantillons, l'écart standard (la différence par rapport à la valeur moyenne) entre les échantillons, puis calculez le coefficient de variation (CV), c'est-à-dire l'écart standard divisé par la valeur moyenne et multiplié par 100. Pour effectuer ces calculs, une calculatrice peu dispendieuse, mais dotée des fonctions statistiques, fera l'affaire.

Un CV inférieur à 10 % révèle que les échantillons indiquent à peu près tous le même résultat et que vous avez obtenu un mélange uniforme. Si le CV est supérieur à 10 %, les échantillons sont tous très différents et le mélange est mal préparé.

Lorsque vous avez établi un temps de mélange convenable, continuez vos vérifications périodiques pour vous assurer que le mélangeur fonctionne toujours comme il le devrait.

Conclusion

Une mauvaise préparation des aliments entraînera un délai dans le nombre de jours relatifs à la mise en marché, un mauvais indice de conversion et une augmentation du coût de l'alimentation de vos porcs. Pour tirer le maximum de votre mélange d'aliments effectué à la ferme :

  1. Vérifiez la calibration de votre broyeur une fois par mois et celle de votre mélangeur de lots tous les trois mois. Si vous ne savez pas comment faire, communiquez avec le fabricant de votre équipement ou le représentant de votre compagnie d'aliments pour animaux;
  2. Effectuez une nouvelle calibration du broyeur selon les directives du fabricant, dans les cas suivants :
    • si vous changez de fournisseur d'aliments,
    • si la masse volumique apparente (le poids du boisseau) varie de plus de 5 %,
    • si le degré d'humidité varie de plus de 3 %;
  3. Analysez régulièrement vos ingrédients et les rations à l'aide d'une méthode d'échantillonnage appropriée;
  4. Sachez en quoi consistent les exigences en matière d'éléments nutritifs dans l'alimentation du porc ou demandez à un expert (le représentant de votre compagnie d'aliments ou un conseiller en production porcine du MAAARO) de vous aider à établir la formulation des rations et un programme alimentaire;
  5. Conservez des données concernant l'utilisation des aliments et l'indice de conversion afin de repérer toute difficulté. Une augmentation subite ou graduelle de la consommation d'aliments peut annoncer un problème.

Auteur : Greg Simpson - Spécialiste de la nutrition des porcs/MAAARO
Date de création : 18 août 2000
Dernière révision : 29 février 2012

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca