Modèles de croissance pour les élevages de porcs commerciaux

Concrètement, c'est un défi de trouver la meilleure stratégie de gestion ou d'alimentation dans une exploitation de croissance engraissement. De nombreux facteurs influent sur la stratégie, dont les potentiels de performance des porcs, l'aménagement physique de la ferme, la consommation alimentaire, les conditions environnementales, les ingrédients composant la ration, la transformation des aliments et les systèmes de paiement. Pour compliquer encore les choses, la meilleure stratégie est souvent modifiée avec le temps selon l'évolution des conditions économiques ou environnementales dans l'industrie.

Un modèle de croissance des porcs peut intégrer dans le même logiciel toutes les données existantes sur l'utilisation des éléments nutritifs pour la croissance de l'animal et les interactions entre ce dernier et son environnement. À cet égard, les modèles constituent des outils efficaces pour définir la stratégie la plus appropriée pour les exploitations de croissance engraissement individuelles, en simulant différentes stratégies d'alimentation et de gestion pour en évaluer les avantages.

Depuis 15 ans, un modèle a été élaboré par l'International Pig Growth Modeling Group, une initiative regroupant des chercheurs de l'Université de Guelph, de Massey University (en Nouvelle-Zélande), de Wageningen Agricultural University (aux Pays-Bas) et Agribrands International. Un récent article dans la Revue canadienne de science animale a décrit les principes nécessaires à l'élaboration et à l'application des modèles de croissance des porcs dans l'industrie porcine commerciale.

Selon les chercheurs, la majorité des modèles de croissance des porcs en usage de nos jours dans l'industrie sont basés sur l'utilisation de l'énergie et des acides aminés. En effet, l'efficacité de la production porcine repose sur ces facteurs et l'alimentation y représente le coût le plus important; l'énergie et les acides aminés comptant pour plus de 80 % du coût des éléments nutritifs des rations données aux porcs.

Pour simuler d'importantes caractéristiques de production du point de vue économique, les détails d'une exploitation doivent être reflétés de façon exacte dans le modèle. Pour y arriver, le programme doit compiler des données sur les poids vifs initiaux et finaux, les teneurs en éléments nutritifs disponibles dans les ingrédients des aliments et des régimes, le nombre de rations servies, l'aménagement physique de l'exploitation, les systèmes d'évaluation des carcasses et de paiement, les coûts des produits et des ressources et les objectifs de production. D'autres renseignements, comme les taux de dépôt de protéines et les quantités d'aliments ingérées aux différents stades de croissance, sont plus difficiles à quantifier mais tout aussi importants pour assurer l'exactitude du modèle.
Comment prédire l'ingestion alimentaire aux différents stades de la croissance, ou comment établir la courbe de consommation alimentaire constitue l'un des plus grands défis auxquels sont confrontés les concepteurs de modèles. La consommation d'aliments est influencée par nombre d'éléments en commençant par l'animal lui-même (poids vif, sexe, état de santé), les aliments qui sont consommés (forme, qualité et composition), le milieu environnant (température ambiante, qualité de l'eau et disponibilité, aménagement des distributeurs d'aliments et des box) et par les interactions entre ces divers facteurs. Les quantités d'aliments ingérés estimatives permettent aux spécialistes en nutrition de formuler le bon niveau d'éléments nutritifs une fois qu'ils ont établi les besoins alimentaires quotidiens. L'ingestion d'aliments est aussi étroitement liée au taux de croissance, à la conversion alimentaire, à la valeur de la carcasse et enfin à la rentabilité. Des données de sources indépendantes ont démontré une grande variation de l'ingestion alimentaire sur les fermes commerciales au Canada, il importe donc de constamment surveiller la consommation alimentaire aux différents stades de la croissance.

Selon les chercheurs, les modèles offrent de nombreuses applications pratiques dans la production porcine commerciale. Ils peuvent servir d'outils éducatifs pour démontrer les principes de base de l'utilisation des éléments nutritifs dans la croissance des porcs. Des connaissances plus approfondies des interactions entre les différents facteurs permettent aux spécialistes en nutrition de mieux comprendre pourquoi des groupes d'animaux, gérés dans des conditions variables, réagissent différemment à des rations similaires et pourquoi des rations différentes sont nécessaires quand les conditions varient.

On peut aussi établir des objectifs de production réalistes grâce aux modèles. Si la performance réelle diffère grandement de celle prévue, on peut définir systématiquement la raison de ces différences avec les modèles.
Ces derniers sont utiles pour répondre à des questions de base, faire des simulations et examiner quels scénarios s'appliquent à des exploitations différentes. Par exemple, ils peuvent mesurer comment des changements au système de classement des carcasses peuvent influer sur la stratégie d'expédition optimale. L'expert en nutrition peut se servir des modèles pour faire des recommandations générales sur les rations selon un nombre limité d'observations, comme les dépôts protéiques maximaux et les taux d'ingestion alimentaire observés chez les porcs de croissance engraissement.

Ces modèles de croissance permettent aussi d'évaluer un nombre infini de stratégies de gestion et de nutrition pour décider de la plus rentable sur une exploitation. Pour ce faire, suivre les étapes suivantes :

  • établir les courbes d'ingestion exactes et le dépôt protéique maximal;
  • comparer les niveaux de performance actuels de l'animal par rapport à ce qui est prévu par le modèle, afin de peaufiner le système;
  • définir clairement les stratégies de gestion et d'alimentation à considérer;
  • identifier les objectifs de production;
  • rechercher la meilleure solution en faisant générer par le modèle des prévisions pour chacune des stratégies de gestion et d'alimentation et voir comment elles se comparent;
  • vérifier à quelques reprises que les changements suggérés à la stratégie de gestion ou d'alimentation donnent des résultats réels tant chez l'animal que du point de vue économique;
  • les stratégies de gestion et d'alimentation potentielles sont à revoir régulièrement suivant les changements dans l'état des porcs, l'environnement et les conditions économiques.

D'après les chercheurs, peu importe le modèle utilisé, une communication efficace avec l'éleveur est primordiale pour établir les objectifs de production de l'exploitation. En bout de ligne, la meilleure stratégie de gestion et d'alimentation dépendra du but recherché, qu'il s'agisse d'optimiser le potentiel de croissance en viande maigre de l'animal (pour les sélectionneurs), le revenu par porc (pour les éleveurs dont l'approvisionnement en porcelets sevrés est limité) ou le revenu par emplacement de porc par année (quand la surface est limitée).

Référence : de Lange, C. F. M., Marty, B. J., Birkett, S., Morel, P. and Szkotnicki, B. 2001. Application of pig growth models in commercial pork production. Can. J. Anim. Sci. 81: 1-8.


Auteur : Greg Simpson - Spécialiste de la nutrition des porcs/MAAARO
Date de création : 01 décembre 2000
Dernière révision : 16 février 2016

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca