Évaluer les ressources agricoles et les systèmes de production des moutons

Table of Contents

  1. Introduction
  2. La terre
  3. Les installations
  4. Les machines
  5. Le marché
  6. Le système de production
  7. Le marché de l’agneau de Pâques pourrait s’avérer non rentable

Introduction

Le producteur ovin devra tenir compte de la terre, des bâtiments, du travail et des machines dont il dispose, tant à la ferme que sur le marché, avant de pouvoir prendre de bonnes décisions commerciales. Si toutes les ressources agricoles n'ont pas été recensées, il y a de fortes chances que l'exploitation les sous-utilise.

La terre

Est-il nécessaire de posséder une terre pour l'exploiter et y élever des moutons? Bien entendu, la réponse est non. Bien des producteurs croient qu'il est indispensable de posséder une terre pour être exploitant ou pour élever des moutons. Dans certains cas, il est plus rentable de louer la terre et les installations. En voulant à tout prix acheter sa terre, le producteur risque de voir la dette supplémentaire générée compromettre gravement le succès de son entreprise.

Les installations

En fonction de son étape de production, il faut, pour chaque brebis, une superficie de 0,9 à 1,8 mètre carré. Les brebis sèches n'utilisent qu'une superficie restreinte (0,9 m2 ou moins), tandis que celles qui allaitent auront besoin de 1,4 à 1,9 m2. Il est plus aisé d'aménager un local pour les brebis lactantes, qui doivent être gardées dans un abri ouvert, que pour les brebis sèches. Lorsque les brebis allaitent, les espaces réservés dans la bergerie à l'enclos et à la distribution de nourriture occupent une place prépondérante.

Dans bien des cas, c'est la longueur de la mangeoire qui détermine le nombre de moutons pouvant être contenus dans la bergerie. Les enclos devraient être longs et étroits. En prévoyant un espace de tête de 41 cm par brebis, avec une largeur d'enclos de 0,30 à 0,39 cm, l'espace total par brebis sera de 1,39 à 1,86 m2. Les allées entre les mangeoires sont très utiles pour nourrir les brebis lactantes.

Diagramme montrant les dimensions de la bergerie

Il existe 4 points d'approvisionnement en nourriture pour les brebis, donc chaque longueur de 10,16 cm dessert une brebis.

Exemple : une bergerie d'une longueur de 19,50 m abritera 192 brebis (19,50 m / 10,16 cm).

Il est également important de réserver un espace aux béliers, organisé de sorte que les béliers d'élevage puissent être retirés du troupeau lorsque vient le temps de former les groupes.

La bergerie convient-elle à l'agnelage d'hiver? La plupart du temps, les moutons n'ont pas besoin de rester au chaud. Au moment de l'agnelage, cependant, il est préférable d'aménager un enclos plus chaud afin de limiter la mortalité des agneaux par hypothermie. Cet endroit devra rester sec, chaud et exempt d'humidité au moment de l'agnelage. Si l'agnelage a lieu en hiver, il faudra peut-être prévoir un local bien isolé.

De même, il faut prévoir un espace approprié pour le stockage du fourrage. Une brebis qui met bas au cours de l'hiver consommera environ 340 kg de foin et 54 kg de grains mélangés. Pour réduire les coûts des installations pour le stockage, il est envisageable d'entreposer des balles rondes de foins à l'extérieur.

Les machines

De quel équipement avez-vous besoin pour exploiter votre bergerie? Si vous faites paître vos troupeaux, vous aurez probablement besoin de matériel pour tondre les pâturages et peut-être même épandre de l'engrais. Vous devrez également nettoyer le fumier de la bergerie et des prés.

Le marché

Selon la période de l'année, les producteurs peuvent vendre des agneaux pesant entre 18 et 54 kg sur le marché. Il existe un réel potentiel d'expansion du marché de l'agneau en Ontario, mais il dépend de la régularité de l'approvisionnement.

Le système de production

Une fois que vous aurez évalué la terre, les installations, le travail, les machines et le marché actuel, vous pourrez définir le système de production le plus efficace avec toutes vos ressources. Les producteurs ovins ont le choix entre différents systèmes de production ou de gestion. Voici leurs avantages et leurs inconvénients.

Agnelage de printemps (avril-mai) annuel

Avantages

  1. Frais d'engraissement moins élevés
  2. Mortalité des agneaux plus basse
  3. Plus de brebis/personne
  4. Les agneaux ont besoin de très peu de nourriture supplémentaire pour être élevés en pâturage
  5. La pâture comble les besoins alimentaires élevés de la brebis
  6. Coûts de logement réduits

Inconvénients

  1. Augmentation des coûts de vermifugation
  2. Diminution du prix de vente au kilo

Agnelage d'hiver annuel (jan.-fév.)

Avantages

  1. Moins de vers
  2. Meilleur marché potentiel
  3. Bonne croissance des agneaux 1.

Inconvénients

  1. Mortalité plus élevée de 15 % chez les agneaux
  2. Coûts d'affouragement élevés
    • ration de maternage
    • alimentation complémentaire
  3. Accroissement des problèmes de santé

En connaissant les avantages et les inconvénients du système de production qui correspond le mieux à vos ressources agricoles, vous serez à même d'utiliser celles-ci plus efficacement.

Le marché de l’agneau de Pâques pourrait s’avérer non rentable

En examinant le prix de l’agneau de Pâques pour les 4 dernières années (en prenant le mois où la fête de Pâques arrive), on peut voir que la moyenne était de 237,36 $ les cent livres. Les agneaux pesaient de 50 à 64 livres avec un poids moyen de 57,3 livres. Le revenu brut généré a été de 136,01 $ par agneau de Pâques.

Pour ce qui est de l’agneau lourd de septembre et octobre, le prix de vente moyen pour les 3 dernières années s’est situé à 150,64 $ les cent livres. Les agneaux lourds pesaient de 80 à 94 livres avec un poids moyen de 86,8 livres. Le revenu brut généré a été de 130,76 $ par agneau lourd.

Si on tient compte de la mortalité des agneaux nés en janvier et février, dont le taux est généralement le double de celui des agneaux nés en avril et mai, on est à même de constater que le marché de l’agneau de Pâques n’est probablement pas aussi intéressant que l’on pourrait le croire. Les coûts d’alimentation et la main d’œuvre requise pour produire les agneaux de Pâques sont beaucoup plus élevés par tête comparativement aux agneaux lourds qui naissent dans le pré et qui sont vendus à l’automne. Si vos brebis mettent bas une seule fois par année, pensez à concentrer les agnelages au printemps, en vous assurant que vos ressources le permettent.

Une fois que vous avez évalué les ressources agricoles et que vous avez choisi le système de production le plus efficace selon ces ressources, la prochaine étape consiste à évaluer les animaux reproducteurs qui conviennent à ce système de production. Bien que les caractères d’importance du bélier géniteur soient similaires d’un système de production à l’autre, certains caractères dénotent une importance plus élevée pour un système de production donné. Tous les béliers géniteurs doivent démontrer les caractères génétiques suivants : bonne fertilité, prolificité, longévité, bonne capacité de maternage et d’allaitement, être de taille moyenne, être facile à nourrir et donner naissance à des agneaux avec une bonne viabilité. Pour ce qui est des agnelages au pré, il serait souhaitable d’avoir un bélier présentant des caractères de résistance au froid. Par ailleurs, dans le cas d’agnelages à des intervalles de 7,2 à 8 mois, des brebis qui peuvent être saillies à contre-saison et qui démontrent une maturité sexuelle hâtive seraient appréciées. Il est primordial de savoir choisir les races qui cadrent avec le système de production.

Il faut tenir compte de toutes les ressources agricoles quand vient le temps de choisir le système de production. Souvent, on détermine le système de production et on doit adapter les ressources agricoles nécessaires par la suite. Les décisions de gestion sont meilleures quand on connaît ses ressources avant de démarrer; on est ainsi en mesure de choisir le système de production adapté à la ferme et à ses ressources. Cette approche est préférable à celle où il faut modifier les installations et les ressources pour les adapter au système de production.

 


Auteur : Delma Kennedy - MAAARO
Date de création : 15 janvier 2000
Dernière révision : 30 juin 2009

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca