Les soins de l'agneau nouveau-né


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 431/23
Date de publication : 01/99
Commande no. 98-088
Dernière révision : 15 avril 2010
Situation : Fiche technique originale
Rédacteur : Dr. S. John Martin/MAAARO

 

La présente fiche technique fait partie d'une série de trois fiches intitulées Les interventions à l'agnelage, L'hypothermie chez l'agneau nouveau-né, et Les soins de l'agneau nouveau-né, qui portent sur la survie des agneaux à la naissance. Il est conseillé de les consulter ensemble.


Table des matières

  1. Introduction
  2. Soins de la brebis gestante
  3. Cases d'agnelage
  4. Préparations à l'agnelage
  5. Trousse pour les soins des agneaux
  6. Agnelage
  7. Traitements et opérations
  8. Adoption des agneaux par d'autres brebis

Introduction

La rentabilité d'une exploitation ovine dépend du nombre d'agneaux vendus soit pour la boucherie, soit pour la reproduction. Le nombre d'agneaux mis sur le marché témoigne directement de la qualité de la gestion du troupeau tout au long de l'année. Un des stades critiques du cycle de gestion est l'agnelage.

Soins de la brebis gestante

On attend de la brebis qu'elle donne naissance à des agneaux vigoureux et en bonne santé et qu'elle produise assez de lait pour les nourrir. Sa capacité à répondre à ces deux attentes dépend des soins qu'elle reçoit pendant la gestation. Après l'accouplement, la brebis doit coter 2,5 pour ce qui concerne l'état d'engraissement. Pendant la plus grande partie de sa gestation, la brebis sera suffisamment nourrie par du foin de bonne qualité. Au cours des six dernières semaines, on peut lui donner du grain en complément du foin pour tenir compte des besoins des foetus en croissance, du développement du pis et des réserves de gras que la brebis doit constituer en prévision de la lactation. La quantité d'aliment supplémentaire dépend de la taille et de l'état d'engraissement de la brebis et de la qualité du fourrage qu'on lui fournit. À l'agnelage, l'état d'engraissement de la brebis doit coter entre 3 et 3,5. Il faut se garder de lui donner trop de grain trop tôt au cours de la gestation et faire attention d'augmenter graduellement la quantité en fonction du développement des agneaux. Si la quantité de grain ingérée n'augmente pas ou si elle baisse à la fin de la gestation, il peut en résulter une toxémie de gestation et la mort des agneaux in utero. Par ailleurs, un apport de grain insuffisant se traduira par la naissance d'agneaux petits et chétifs dont la chance de survie est faible. En outre, la brebis n'aura pas un pis suffisamment développé pour assurer une bonne lactation.Quatre semaines au moins avant la date où la première brebis doit normalement agneler, il faut donner à toutes les brebis une vaccination de rappel contre le groupe des maladies clostridiennes (toutes les brebis qui sont gestantes pour la première fois doivent avoir reçu toutes les primo-vaccinations nécessaires avant d'être saillies) et une injection de vitamine E/sélénium. Si on ne les tond pas, on doit au moins raser l'entrecuisse pour enlever l'excédent de laine dans la région du pis.

Cases d'agnelage

Chaque brebis doit avoir une case d'agnelage où l'on pourra surveiller le développement du lien entre la mère et ses petits, attraper facilement l'agneau pour lui faire subir toutes les petites opérations (amputation de la queue, etc.) et vérifier qu'il tète bien sa mère. Suivant le système utilisé, la brebis peut être amenée dans la case d'agnelage quand on observe que la mise bas est imminente, ou après la mise bas. La case doit mesurer environ 1,5 mètre de côté et comporter un recoin où l'agneau peut se mettre hors de portée de sa mère. Une fois que l'agneau est vigoureux et que tous les traitements lui ont été administrés, il peut, en compagnie de sa mère, être conduit dans un enclos plus grand avec d'autres mères et leurs petits. Après chaque séjour d'une brebis, il faut curer la case et la garnir de litière fraîche. En moyenne, on doit s'attendre que chaque brebis passe trois jours dans la case d'agnelage.

Préparations à l'agnelage

En prévision des agnelages, il faut préparer deux trousses : l'une pour aider la brebis au moment de l'agnelage (voir la fiche technique no 98-092 du MAAO, Les interventions à l'agnelage) et l'autre pour donner les traitements d'usage à chaque agneau qui naît.

Trousse pour les soins des agneaux

Cette trousse doit contenir (figure 1) :

  • une seringue et des aiguilles de taille convenable;
  • de la teinture d'iode pour désinfecter les ombilics;
  • des injections de vitamine E/sélénium;
  • des étiquettes d'oreille et des pinces pour les poser et (ou) une pince à tatouer;
  • un couteau ou des anneaux pour l'amputation de la queue.

 

Trousse pour les soins des agneaux

Figure 1. Trousse pour les soins des agneaux

 

Agnelage

La gestation dure en moyenne 147 jours chez la brebis, mais il se produit toujours des agnelages précoces. Préparez la trousse d'agnelage à l'avance.

L'agneau doit commencer à respirer dès la naissance. Il peut parfois avoir besoin d'aide, aussi doit-on vérifier qu'il n'y a pas de placenta qui recouvre ses narines ou son museau. On réussit souvent à stimuler la respiration en frottant doucement la poitrine de l'agneau avec une serviette ou un bouchon de paille, en chatouillant l'intérieur de ses narines avec un brin de paille ou en lui soufflant dans les narines (quand vous faites cela, vos lèvres ne doivent pas entrer en contact avec l'agneau humide). On trouve aussi dans le commerce un appareil qui effectue cette tâche.

Traitements et opérations

Au cours des premiers jours de la vie de l'agneau, vous devez lui faire subir plusieurs petites opérations. Une fois que vous êtes certain que l'agneau a reçu assez de colostrum, faites-lui les traitements suivants :

  • Amputation de la queue
  • Injection
  • Désinfection de l'ombilic
  • Castration


Queue

Il faut couper la queue de l'agneau avant qu'il atteigne l'âge de sept jours (Code de pratique pour l'élevage des ovins). L'amputation de la queue se réalise avec plusieurs outils :

  • Coupe-queue électrique ou à gaz;
  • Anneau élastique en caoutchouc;
  • Pince de castration qui écrase ou sectionne;
  • Anneau en caoutchouc plus pince de castration.

On doit laisser un moignon de queue qui couvre l'anus du bélier ou la vulve de la brebis. Un bon repère est de sectionner au niveau de la première articulation des os de la queue située en-dessous de la « toile » qui se trouve sur la face interne de la queue.


Injection

En Ontario, les agneaux nouveau-nés sont parfois carencés en sélénium. On injecte donc systématiquement à tous les agneaux une dose appropriée d'une préparation à base de vitamine E et de sélénium. Le mode d'emploi sur la bouteille indique si l'injection doit être sous-cutanée ou intramusculaire. Toujours injecter dans la région du cou, jamais dans les muscles de l'arrière-train.


Ombilic

L'ombilic de l'agneau nouveau-né doit être désinfecté dès que possible après la naissance. Un ombilic non traité est la porte d'entrée par excellence des agents infectieux dans l'organisme de l'agneau, et il en résulterait des abcès internes ou des problèmes articulaires. La teinture d'iode est le désinfectant le plus couramment utilisé. On peut soit le pulvériser sur l'ombilic, soit tremper l'ombilic en appliquant contre le ventre un petit récipient rempli de ce produit. Si vous optez pour le trempage, renouvelez la solution désinfectante du récipient après dix agneaux.


Castration

Il est nécessaire de castrer les agneaux qui sont destinés à être mis sur le marché après l'âge de trois mois.Comme pour l'amputation de la queue, que l'on se serve d'anneaux en caoutchouc, de pince ou de couteau à châtrer, cette opération doit être faite avant l'âge de sept jours (Code de pratique pour l'élevage des ovins).Qu'il s'agisse de tatouages, d'étiquettes d'oreilles ou de marques d'oreilles, il faut appliquer un moyen d'identification à l'agneau avant qu'il ne quitte la case d'agnelage.

Adoption des agneaux par d'autres brebis

Pour toutes sortes de raisons, on est amené à faire adopter un certain nombre d'agneaux par d'autres brebis. Dans la mesure du possible, cette solution est à préférer à l'allaitement des orphelins au biberon.L'adoption doit avoir lieu aussitôt que possible après la naissance. Si l'agneau n'est pas encore sec, c'est encore mieux. Si l'on cherche une mère adoptive pour un agneau provenant d'un groupe de triplés, il faut choisir l'agneau le plus robuste. On garde la brebis et l'agneau adoptif dans la case d'agnelage jusqu'à ce qu'on soit certain que l'adoption est réussie.Pour persuader une brebis d'adopter l'agneau, on peut recourir à plusieurs stratagèmes. On peut frotter l'agneau dans le placenta d'un agneau de cette brebis; si on substitue l'agneau à un agneau mort, on peut le recouvrir de la peau de ce dernier; si la brebis ne veut toujours rien savoir, on peut lui bloquer la tête dans un cornadis pour l'empêcher de repousser l'agneau qui cherche à téter. Après quelques jours dans le cornadis, la brebis finit habituellement par accepter l'agneau.


Liens connexes

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca