L’Alimentation intensive des brebis reproductrices : est- ce utile?


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 433/22
Date de publication : 09/02
Commande no. 02-056
Dernière révision : 11 février 2010
Situation : Fiche technique orginale
Rédacteur : Anita O'Brien -Spécialiste des ovins et des caprins/MAAARO

 

On appelle alimentation intensive ou encore flushing le fait d’enrichir la ration alimentaire des brebis en vue d’améliorer leur état de chair avant et pendant la saison de lutte. Cette pratique a pour objet d’augmenter le taux d’ovulation et donc le taux d’agnelage.

La réponse des brebis à l’alimentation intensive varie selon:

  • l’âge de la brebis (la réponse est plus forte chez les brebis adultes que chez les brebis d’un an)
  • la race (la réponse est la plus faible chez les races prolifiques)
  • l’état de chair de la brebis (la réponse est plus forte chez les brebis maigres que chez les brebis dont l’état de chair est au-dessus de la moyenne)
  • le stade de la saison de reproduction (la meilleure réponse s’observe au début et à la fin de la saison de lutte).

Les brebis maigres qui ne sont pas remises du stress de leur dernière lactation sont celles qui profitent le plus de l’alimentation intensive. Par contre, on constate qu’elle est sans effet chez les brebis qui sont déjà plus en chair que la moyenne.

Il est préférable d’augmenter la ration des brebis dont l’état de chair est coté 2–2,5 pour les faire passer à la cote 3–3,5. Les brebis qui bénéficient d’une alimentation plus riche produisent plus d’ovules que les brebis dont le régime reste inchangé. Une brebis doit passer environ 6 semaines sur un bon pâturage pour que son état de chair s’améliore d’un point et 3 semaines pour qu’il s’améliore d’un demi-point. Le tableau suivant indique la durée de la période d’alimentation intensive nécessaire pour que des brebis moins en chair que la moyenne atteignent l’état de chair idéal pour la reproduction.

Cote d’état de chair

Période d’alimentation intensive (semaines)

1,5

9

2,0

6

2,5

3

3,0

2



L’alimentation intensive des brebis consiste en général à fournir une bonne pâture fraîche, ou à distribuer du fourrage en complément ou une quantité de grains pouvant aller jusqu’à 1 lb par brebis par jour, selon le stress environnemental (époque de l’année), les fourrages dont on dispose et l’état de chair des brebis. Dans le cas des brebis qui ont déjà l’état de chair voulu, l’alimentation intensive débute environ 2 semaines avant la saison de lutte et continue au moins 2–4 semaines pendant la saison. On la prolonge après la lutte parce que cela a pour effet d’abaisser le taux de mortalité embryonnaire. L’alimentation intensive des brebis favorise en effet une meilleure fixation des oeufs fécondés à la paroi utérine, et diminue le risque qu’ils soient résorbés à cause d’un déficit énergétique chez la brebis.

Il est déconseillé de continuer l’alimentation intensive trop longtemps après la lutte, car cela coûte cher et ne rapporte rien; en effet, on n’observe pas de gains du point de vue de la performance et de la productivité des brebis suralimentées au-delà de la période normale, quand on les compare aux brebis qui reçoivent une ration normale couvrant leurs besoins d’entretien.

 

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca