Ventilation des structures d'élevage des volailles

Conférence sur la volaille de l'est de l'Ontario
17 octobre 2007

Harry Huffman
Ingénieur agricole

La ventilation a pour fonction de fournir de l'air frais aux oiseaux, maintenir la température désirée à l'intérieur du bâtiment, extraire l'humidité excessive et éliminer les odeurs et les autres gaz. La vapeur d'eau provenant de la respiration des oiseaux produit de l'humidité. Les appareils de chauffage en produisent aussi. De plus, les oiseaux et les appareils de chauffage produisent du CO2.

Les odeurs dans le poulailler peuvent être causées par une ventilation inadéquate. L'air de piètre qualité provoque une hausse des troubles respiratoires. De plud, la cécité des oiseaux peut être parfois observée et l'incidence d'ampoules au bréchet de cellulite augmente le tout évidemment associé à des pertes de rendement.

Un renouvellement minimum d'air est requis dans les bâtiments d'élevage. C'est ce que l'on nomme la ventilation minimum. L'objectif de cette ventilation de base est d'évacuer assez d'air pour maintenir un niveau d'humidité relative de 55 % à 65 % (selon l'âge des oiseaux) mais aussi maintenir le niveau d'ammoniac inférieur à 20 PPM et de dioxyde de carbone inférieur à 5 000 PPM.

L'emplacement des entrées d'air est crucial. Comme l'air froid est plus lourd que l'air chaud, il se retrouve au niveau du sol et ne peut monter le long des plafonds pentus. Il faut donc localiser les prises d'air en haut du mur latéral et que cette prise d'air soit équipée d'un contrôle automatisé. Une pression statique de 0,06 à 0,08 pour la saison froide, et de 0,03 à 0,06 pour la saison chaude devrait être maintenue à l'intérieur du bâtiment. L'air froid ne retient pas beaucoup d'humidité mais son humidité relative est d'ordinaire élevée. Chaque augmentation de température de 10 °C double le pouvoir de rétention d'eau de l'air. Le chauffage d'appoint est souvent nécessaire pour maintenir à la fois la température ambiante désirée et permettre l'échange d'air nécessaire pour obtenir une bonne qualité de l'air.

Certaines préparations sont requises pour la saison froide. Il faut en effet couvrir les grands ventilateurs d'été avec des panneaux isolants intérieurs, s'assurer que tous les passages et les portes sont bien calfeutrés et bien fermés et refermer assez la prise d'air pour avoir une ventilation minimum.

Le mouvement de l'air à l'intérieur est aussi un facteur important. Il faut une circulation d'air interne dans tous les poulaillers qui abritent des oiseaux au sol pour assurer la distribution de l'air frais, distribuer de la chaleur supplémentaire, réduire les différences et la stratification de la température. De plus, la circulation d'air interne résout le problème de la pression statique insuffisante par temps froid quand les oiseaux sont petits, favorise la dissipation du CO2 près du sol et fait circuler un échantillon d'air ambiant bien mélangé devant chaque ventilateur pour l'extraire.

Les commandes de ventilation sont au cœur de tout système de ventilation et de chauffage. La ventilation doit être réglée correctement et si les nouvelles commandes ne sont pas bien connues des préposés aux bâtiments, il faut prendre le temps d'encadrer les préposés et leur permettre de se familiariser avec ceux-ci.

 


Auteur : Mario Mongeon - Spécialiste en production animale/MAAARO
Date de création : 22 janvier 2008
Dernière révision : 22 janvier 2008

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca