Mesures de biosécurité relatives aux expositions avicoles


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 450/10
Date de publication : mars 2017
Commande no. 17-012
Dernière révision : nouveau
Situation :
Rédacteur : Al Dam, spécialiste de l'aviculture, et Gillian Greaves, technicienne, recherche en aviculture, MAAARO, Guelph.

Table des matières

  1. Introduction
  2. Avant le départ pour l'exposition avicole (à la ferme)
  3. Avant l'arrivée au site de l'exposition
  4. Sur le site de l'exposition
  5. Après l'exposition
  6. Résumé

Introduction

Les mesures de sécurité sont importantes pour réduire la propagation des maladies des volailles. ll existe de nombreux agents pathogènes (virus, bactéries et parasites) qui peuvent provoquer des maladies chez les oiseaux. Ces dernières peuvent se transmettre soit par contact direct entre les oiseaux ou par contact indirect avec des humains, des bâtiments et du matériel. Certains de ces agents pathogènes sont zoonotiques et représentent donc un risque pour la santé des humains. Les agents pathogènes préoccupants à cet égard sont notamment Salmonella, E. coli et ceux qui sont responsables de la grippe ou influenza aviaire. La présente fiche technique décrit les protocoles de biosécurité améliorée permettant de réduire les risques de transmission des maladies à respecter lorsque des volailles se retrouvent dans des expositions avicoles.

La grippe ou influenza aviaire (IA) peut infecter des oiseaux sauvages ou d'élevage, dont les poulets, les dindons, les faisans, les cailles, les canards, les oies, les pigeons et les pintades. L'IA peut demeurer viable pendant de longues périodes à de basses températures ambiantes, causer de graves symptômes et même la mort d'oiseaux d'élevage, surtout les poulets et les dindons. Les personnes en contact avec des volailles d'élevage de toute espèce devraient respecter les mesures de biosécurité améliorée afin de réduire les risques de contamination.

Les oiseaux contractent l'infection par contact direct avec les sécrétions ou les matières fécales des oiseaux infectés, les surfaces ou les sources d'eau et de nourriture contaminées. Les oiseaux sauvages peuvent aussi transmettre le virus mécaniquement par leurs pattes, leurs plumes ou leur duvet. Sans avoir l'air vraiment malade, la sauvagine est également vulnérable aux infections de grippe aviaire et peut propager le virus. On ne sait pas comment ce virus affecte les dindons sauvages ni les autres gibiers à plumes, d'où l'importance de faire preuve de vigilance.

Les personnes qui sont en contact avec des volailles d'élevage de toute espèce devraient respecter les mesures de biosécurité améliorée décrites ci-dessous afin de réduire les risques de transmission des agents pathogènes. Le mélange d'oiseaux provenant de différents troupeaux accroît les risques de propagation de maladies.

Avant le départ pour l'exposition avicole (à la ferme)

  • Examiner les oiseaux et s'assurer que le troupeau est sain et exempt de maladie et d'infestation d'insectes.
  • En cas de maladie soupçonnée ou détectée, ne pas déplacer les oiseaux du site où ils se trouvent. Consulter un vétérinaire afin d'obtenir un diagnostic précis.
  • En présence de maladie au sein du troupeau, ne pas participer à une exposition.
  • Nettoyer et désinfecter toutes les cages ou boîtes utilisées pour le transport des oiseaux avant de partir pour l'exposition et avant d'ajouter de la litière fraîche. Les boîtes en carton ne devraient servir qu'une seule fois.
  • Utiliser des contenants jetables (usage unique) pour l'eau et la nourriture. Si l'on utilise des contenants réutilisables, voir à ce qu'ils aient été bien nettoyés et désinfectés avant de les utiliser sur le site de l'exposition.

Avant l'arrivée au site de l'exposition

  • Les responsables de l'exposition devraient désinfecter la salle d'exposition, incluant les cages, le fond des cages, les murs, les plafonds et les planchers de l'installation et tout le matériel par lavage, pulvérisation ou brumisation à l'aide d'un désinfectant, avant d'ajouter de la litière.
  • N'utiliser que de la litière neuve, fraîche et sèche, de même qu'exempte de moisissures et d'autres contaminants.
  • Tous les contenants servant à la distribution d'eau et de nourriture qui sont fournis par les responsables de l'exposition devraient être jetables et éliminés à la fin de l'événement. Les participants peuvent fournir leurs propres contenants pour l'eau et la nourriture, à la condition qu'ils aient été nettoyés et désinfectés.

Sur le site de l'exposition

  • Tous les oiseaux introduits dans la salle d'exposition devraient être examinés par les responsables de l'exposition avant leur entrée sur le site, afin de s'assurer que tous les oiseaux introduits sont en santé. Retirer immédiatement, et sans exception, les oiseaux qui présentent des signes de maladie.
  • Les responsables de l'exposition doivent inspecter régulièrement les oiseaux durant la durée de l'événement afin de s'assurer que tous les oiseaux sont encore en santé, et ils devraient prendre les mesures appropriées en cas de problème.
  • Les personnes qui manipulent les oiseaux devraient utiliser des désinfectants pour les mains ou des serviettes désinfectantes. C'est le cas notamment des juges, des commis, des participants et du public. Utiliser un désinfectant avant de manipuler chaque oiseau et après. Les participants doivent avoir accès à du désinfectant pour les mains à tout moment durant l'exposition.
  • Utiliser des matelas de sol contenant un désinfectant à tous les points d'entrée et de sortie de la salle d'exposition.
  • Ne permettre qu'aux exposants de vendre des oiseaux au cours de l'exposition. Cette mesure empêche les oiseaux présents à un événement d'être en contact avec des oiseaux dont le statut sanitaire est inconnu.
  • Limiter le nombre d'oiseaux par cage afin de prévenir l'entassement et le stress excessifs. Les mesures applicables à la litière, à l'eau et à la nourriture dans l'aire de vente devaient être les mêmes que celles qui ont été décrites plus haut pour le site de l'exposition.

Après l'exposition

  • Si des poussins d'un jour sont amenés à l'exposition à des fins éducatives, utiliser des poussins qui proviennent d'un couvoir qui adhère à la Politique pour les couvoirs et les exploitations avicoles de l'Ontario. Les poussins doivent être euthanasiés après l'exposition afin de limiter les risques de propagation de maladies.
  • Afin de prévenir l'introduction de maladies, tout oiseau ramené de l'exposition doit être placé en quarantaine dans une salle ou un bâtiment distinct pour au moins 28 jours.
  • Signaler au vétérinaire ainsi qu'à la direction de l'exposition toute maladie qui se manifeste après le retour de l'exposition.

Résumé

Le mélange d'oiseaux provenant de différents troupeaux accroît les risques de propagation de maladies. Les personnes en contact avec des volailles d'élevage de toute espèce devraient respecter des mesures de biosécurité améliorée afin de réduire les risques de transmission de maladies. Le respect de bonnes pratiques de biosécurité peut limiter la propagation des maladies.

Pour plus d'information à ce sujet, consulter le site Web du MAAARO ontario.ca/élevages. Rechercher la rubrique Santé ainsi que l'expression Politique pour les couvoirs et les exploitations avicoles de l'Ontario.

Cette fiche technique a été rédigée par Al Dam, spécialiste de l'aviculture, et Gillian Greaves, technicienne, recherche en aviculture, MAAARO, Guelph. Nous tenons à remercier Troy Laroche, de l'American Bantam Association, pour sa collaboration.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca