Botulisme chez les chevaux et ensilage du foin


Les propriétaires de chevaux et les vétérinaires demandent de plus en plus d'information sur l'utilisation de l'ensilage (ensilage préfané) et/ou du foin modifié comme solution de rechange à l'alimentation à faible teneur de poussière pour les chevaux. Cette poussière se forme quand le foin est insuffisamment séché, ce qui entraîne un excès de chaleur et une décomposition qui permet la croissance de moisissures. L'ensilage est une des méthodes possibles de préservation du foin quand les conditions météorologiques l'empêchent de sécher et de descendre sous le niveau de 14 % d'humidité. Malheureusement, on ne recommande pas l'ensilage pour alimenter des chevaux en raison du danger du botulisme.

L'ensilage vert est le processus où de jeunes plants aérobiques sont coupés, partiellement fanés et entreposés dans un silo ou un conteneur tel qu'un sac en plastique (où l'exposition à l'air est éliminée). Le foin est emballé à une humidité d'environ 45 à 50 % et immédiatement enveloppé de plastique ou mis dans un sac, ce qui élimine la présence d'oxygène. Les plants utilisent l'oxygène qui reste; puis la fermentation fait baisser le pH et le fourrage entre dans un état de suspension quand le pH atteint 5. Si le sac est perforé, la fermentation secondaire se produit et l'ensilage se gâtera dans les espaces où l'oxygène est présent. Par exemple, les grandes balles rondes, de 1,2 à 1,5 m, présentent un risque plus élevé de botulisme. Les grandes balles comportent souvent un nombre insuffisant d'hydrates de carbone hydrosolubles pour la fermentation adéquate de l'acide lactique pour atteindre un pH stable (1). Une plus grande quantité de matières sèches peut aussi mener à un pH plus élevé. La multiplication clostridiale est inhibée quand le pH est plus petit que 4,5. Les plus petites balles (de 22,7 kg) commercialement mises en sac sont probablement moins enclines à transmettre le botulisme en raison du meilleur contrôle de la qualité sur la fermentation et de la baisse plus rapide du pH.

Les chevaux sont les animaux en élevage les plus sensibles au botulisme. Il s'agit d'une maladie qui survient quand les toxines produites par la bactérie, le Clostridium botulinum, pénètre le corps d'un cheval et cause des faiblesses qui peuvent progresser jusqu'à la paralysie. La bactérie du botulisme, une bactérie anaérobique (qui croît en l'absence d'oxygène) crée des spores. On la trouve à l'échelle mondiale. Elle est souvent présente dans le sol et les carcasses animales en décomposition. On la trouve moins fréquemment dans les plantes en décomposition. Le foin, et particulièrement, l'ensilage peuvent en être contaminés pendant le raclage et la mise en balles. Les niveaux d'humidité plus élevés (en comparaison avec le foin sec), les conditions anaérobiques et un pH au-dessus de 4,5 dans certains ensilages fournissent un milieu propice pour la croissance de cette bactérie.

Quand la bactérie se développe, elle produit une ou plusieurs toxines qui bloquent les influx entre les nerfs et les muscles. Par conséquent, les chevaux malades présentent souvent des signes variant de la faiblesse musculaire à la paralysie (1).

Les chevaux malades :

  • sont habituellement pris de tremblements musculaires;
  • peuvent devenir si faibles qu'ils ne parviennent plus à se lever;
  • perdent le contrôle de leur langue, qui finit par pendre de leur bouche;
  • ne peuvent pas manger et bavent parce qu'ils ne peuvent pas avaler;
  • peuvent marcher avec raideur d'un pas court ou devenir faibles et trébucher. Peuvent présenter une queue sans tonus.

Finalement, ils meurent parce que leurs muscles respiratoires paralysent ou parce qu'ils développent d'autres problèmes de santé liés au fait qu'ils restent couchés. Ces signes cliniques peuvent se produire dans un intervalle pouvant varier entre plusieurs heures et 7 à 10 jours après l'ingestion des aliments contaminés.

Les chevaux peuvent contracter le botulisme de trois façons. Chez les poulains de 8 mois et moins, le botulisme peut survenir si la bactérie croît dans les intestins du poulain (1). Les poulains qui grandissent bien et qui sont nourris de grain sont les plus aptes à contracter la maladie. On les surnomme les " shakers foal " parce que les toxines causent la faiblesse de leurs muscles et les font trembler.

De temps en temps, une blessure peut s'infecter et causer le botulisme chez les adultes. Heureusement, ce phénomène se produit rarement. Habituellement, le botulisme survient quand les chevaux mangent de la nourriture ou boivent de l'eau qui contient la toxine préformée. Les Clostridia croissent sur des substrats (des sources d'aliments) au pH plus grand que 4,5 et se trouvent dans un milieu anaérobique (sans oxygène). C'est là qu'ils produisent les toxines. S'il est incorrectement préservé, l'ensilage présente un milieu idéal pour la croissance clostridiale. L'eau et les aliments peuvent aussi être contaminés par la carcasse d'un animal mort. Quand plusieurs chevaux développent le botulisme, la cause en est souvent la présence de toxine dans les aliments ou l'eau.

Plusieurs cas de botulisme se présentent chaque année après que les chevaux aient mangé de l'ensilage de balles de foin rondes enveloppé ou mis en sac. Dans certains cas, l'ensilage avait un aspect et une odeur de pourriture. Pour d'autres, l'ensilage ne semblait pas gâté, mais les chevaux en ayant mangé ont développé le botulisme.



Auteur : Dr. Bob Wright - scientifique vétérinaire, chevaux et animaux non traditionnels/MAAARO; Dr. Dan Kenney - vétérinaire membre du personnel/Collège de médecine vétérinaire de l'Ontario, Université de Guelph
Date de création : 30 octobre 2001
Dernière révision : 30 octobre 2001

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca