Anatomie, physiologie et reproduction de l'étalon


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 460/30
Date de publication : Janvier 2011
Commande no. 11-004
Dernière révision : Janvier 2011
Situation :

Remplace la fiche technique no 89-150 du MAAARO, Le cheval : Anatomie et physiologie de la reproduction de l'étalon. La fiche technique a à l'origine été rédigée par le Dr Bob Wright, vétérinaire, Prévention des maladies des chevaux et des animaux non traditionnels, MAAARO, maintenant à la retraite.

Rédacteur : La mise à jour de cette fiche technique a été pilotée par Tania Sendel, Unité des sciences et des politiques vétérinaires, MAAARO, Guelph.

Table des matières

  1. Introduction
  2. Hormones
  3. Cycle saisonnier
  4. Anatomie
  5. Problèmes de fertilité
  6. Âge et qualités requises
  7. Gestion
  8. Ouvrage de référence

Introduction

Les chevaux peuvent afficher une performance de reproduction élevée. Les éleveurs qui comprennent les principes de base de la reproduction sont mieux placés pour atteindre leurs buts. La présente fiche technique offre, sur l'anatomie, la physiologie et les techniques de gestion, de l'information de base qui peut contribuer à améliorer la performance de reproduction chez l'étalon.

Hormones

Les hormones sont des substances chimiques que le corps produit pour régir différentes fonctions organiques. Voici certaines des hormones qui interviennent dans la reproduction chez l'étalon :

Hormone folliculo-stimulante - Produite par l'hypophyse, elle stimule la production de sperme.

Hormone lutéinisante et testostérone - Nécessaires pour compléter le processus de production de sperme.

Testostérone - Favorise le développement et le fonctionnement des glandes sexuelles annexes, cause l'apparition des caractères sexuels secondaires et est nécessaire à l'accouplement, notamment parce qu'elle joue un rôle dans l'intérêt sexuel, l'érection et l'éjaculation. La testostérone stimule également la croissance corporelle.

Cycle Saisonnier

Chez l'étalon comme chez la jument, la performance de reproduction varie selon les saisons, en raison de l'influence que la longueur du jour exerce sur la production hormonale. Durant la saison de reproduction, d'avril à fin août, l'accroissement de la performance par rapport aux mois d'automne ou d'hiver s'observe à plusieurs niveaux :

  • Accroissement du volume séminal - Pendant les mois d'été, un étalon moyen à maturité produit environ 8 milliards de spermatozoïdes par jour, ce nombre étant proportionnel à la taille des testicules.
  • Accroissement de l'intérêt sexuel - Comme le montre la figure 1, les saisons influencent le temps de réaction des étalons à la mise en présence de la jument. Le temps de réaction (érection, saillie et pénétration du vagin artificiel) est inférieur à 2 min durant la saison de reproduction et supérieur à 10 min en contre-saison. Il est donc préférable que l'entraînement du jeune étalon à la monte commence durant la saison de reproduction normale.

Graphique illustrant l'influence du mois de l'année sur le comportement sexuel, telle qu'elle est révélée par le temps nécessaire à l'éjaculation.

Figure 1. Influence du mois de l'année sur le comportement sexuel, révélée par le temps nécessaire à l'éjaculation.
Source : Pickett et Voss

  • Accroissement de la capacité d'éjaculation - Comme le montre la figure 2, les saisons influencent la capacité d'éjaculation. Le nombre moyen de sauts (intromissions franches dans le vagin) avant l'éjaculation est légèrement supérieur à 1 durant la saison de reproduction, mais de plus de 2,5 en contre-saison.

Graphique illustrant l'influence du mois de l'année sur le comportement sexuel, telle qu'elle est révélée par le nombre de sauts avant l'éjaculation.

Figure 2. Influence du mois de l'année sur le comportement sexuel, révélée par le nombre de sauts avant l'éjaculation. Source : Pickett et Voss

C'est de septembre à février que les étalons sont le moins fertiles, leur fertilité s'accroissant à partir de mars pour culminer en mai et en juin. En juillet et en août, la fertilité demeure élevée, mais elle décroît.

Anatomie

Croquis anatomique illustrant l'appareil reproducteur de l'étalon (vue sagittale).

Figure 3. Vue sagittale de l'appareil reproducteur de l'étalon.

Texte correspondant la figure 3

Canal déférent - Les canaux déférents transportent le sperme de l'épididyme jusqu'aux glandes sexuelles annexes.

Épididyme - Organe transportant les spermatozoïdes du testicule au canal déférent et leur servant de lieu de conservation, de maturation et de stockage.

Gland - Extrémité sensible du pénis qui se gonfle lors de l'excitation sexuelle et de la copulation.

Glandes bulbo-urétrales, glandes vésiculaires et prostate - Glandes sexuelles annexes qui liquéfient le sperme.

Glandes sexuelles annexes - Glandes non indispensables à la fertilité, mais qui ont pour fonction de liquéfier et de lubrifier le sperme.

Glandes vésiculaires - Glandes sexuelles annexes qui ajoutent un liquide lubrifiant au sperme.

Muscle rétracteur du pénis - Muscle qui maintient le pénis dans le fourreau et qui se relâche au cours de l'érection.

Pénis - Organe constitué essentiellement de tissu érectile et servant à pénétrer l'appareil reproducteur femelle pour y déposer la semence. Le pénis est parcouru longitudinalement de l'urètre, le canal d'évacuation du sperme et de l'urine.

Scrotum ou bourses - Enveloppe cutanée des testicules dont les principales fonctions sont de protéger les testicules et de les maintenir à plusieurs degrés sous la température corporelle.

Testicules - Paire de gonades mâles situées dans le scrotum. Ce sont les organes produisant les spermatozoïdes et l'hormone sexuelle masculine, la testostérone. Les testicules devraient bouger librement dans le scrotum et devraient être de grosseur, de forme et de texture identiques (même si le testicule droit est souvent légèrement plus petit que le gauche).

Problèmes de fertilité

Hémospermie - Présence de sang dans le liquide spermatique, ce qui le rend infertile. Il y a plusieurs causes possibles. Consulter un vétérinaire en présence de sang sur le devant des pattes arrière, de gouttes de sang sortant du pénis ou de sang dans le sperme.

Klebsiella et streptocoques bêta-hémolytiques - Propagés de façon intermittente par le sperme des étalons infectés, ces organismes peuvent provoquer l'avortement. Il est possible d'établir un diagnostic positif à partir d'une culture de la semence et/ou d'un prélèvement réalisé au niveau de l'urètre et du fourreau après l'éjaculation. Même si l'étalon infecté peut se débarrasser lui-même des organismes, à ce jour, le traitement des étalons infectés consiste à nettoyer et à irriguer la région du fourreau (y compris de l'urètre) avec de la glycérine et des antibiotiques, puis à traiter le sperme lui-même avec des antibiotiques. La reproduction par insémination artificielle est la seule méthode de reproduction efficace pour les étalons infectés.

Artérite virale équine (EVA) - Maladie contre laquelle tous les étalons destinés à la reproduction devraient être vaccinés convenablement ou pour laquelle ils devraient être testés annuellement. Gérer avec prudence les étalons présentant des sérologies positives et ne les utiliser que pour monter des juments immunes, afin de limiter l'incidence de l'EVA au sein d'une population de reproducteurs. Les juments infectées après la conception risquent d'avorter.

Surutilisation - Les étalons peuvent se retrouver temporairement infertiles ou voir leur fertilité diminuer du fait d'une surutilisation. La bonne fréquence d'utilisation pour la reproduction dépend de la production de sperme, de la viabilité du sperme et de l'intérêt sexuel propres à chaque étalon. Une fréquence de deux ou trois fois par jour peut ne sembler occasionner aucun problème chez certains étalons, alors qu'une fréquence d'une fois par jour sera excessive chez certains de leurs congénères. L'idéal est de soumettre tous les étalons à un examen de l'aptitude à l'utilisation comme reproducteur avant la saison de reproduction afin de déterminer des calendriers d'utilisation individuels et le nombre de juments à faire saillir par chaque étalon.

Cryptorchidisme - Anomalie due à la retenue d'un ou des deux testicules dans la cavité abdominale et qui les empêche de descendre dans le scrotum. Chez le fœtus mâle, les testicules sont situés dans la cavité abdominale, un peu comme le sont les ovaires chez la femelle. La descente testiculaire se fait avec l'aide du gubernaculum, un cordon ligamentaire fixé au testicule à une extrémité et à la base du scrotum à l'autre extrémité, qui tire le testicule à travers le canal inguinal jusque dans le scrotum. Le processus se produit normalement à la naissance ou peu avant. Un étalon atteint de cryptorchidie unilatérale peut être fertile, mais il devrait être castré, étant donné que cette anomalie constitue un caractère héréditaire.

Maladie - Si une maladie ou une blessure provoque une hausse de la température testiculaire, le sperme qui s'y trouve stocké risque d'être endommagé. Plus l'élévation de température sera importante et plus elle persistera longtemps, plus le rétablissement sera long. Les spermatozoïdes mettent une soixantaine de jours à se développer entièrement. Un étalon qui a été malade pendant une période prolongée et dont la température testiculaire a grimpé passablement risque d'être infertile pendant une période allant jusqu'à 60 jours suivant le retour à la température normale.

Éjaculation - Il arrive qu'un étalon monte la jument, fasse les poussées nécessaires sans toutefois qu'il y ait déclenchement de l'éjaculation. Cette situation peut être due à une surutilisation, à une mauvaise expérience (blessure antérieure ou mauvais maniement pendant la copulation), à la période de l'année ou à une dysfonction éjaculatoire. De multiples essais peuvent être nécessaires. Les signes d'une éjaculation sont la queue qui se lève et s'abaisse, les pulsations observables à la base du pénis, l'éjaculat qui adhère au gland après le retrait du pénis et la perte d'intérêt pour la jument.

Âge et qualités requises

Les chevaux atteignent la puberté à un âge variant entre 12 et 18 mois. Il est par conséquent conseillé de garder les poulains et pouliches séparés les uns des autres passé l'âge d'un an. Bien que possible, la reproduction des jeunes chevaux n'est pas conseillée.

Évaluer la fertilité de l'étalon quand il atteint 2 ou 3 ans, puis le mettre à l'entraînement et évaluer sa performance pendant 1 ou 2 ans. Cette période est l'occasion pour le propriétaire d'évaluer le potentiel de reproduction de l'étalon et la qualité de sa progéniture avant d'élaborer pour lui un programme.

L'âge de l'étalon joue sur la taille et l'intégrité du tissu testiculaire, ce qui influence la production de sperme. La largeur totale du scrotum de l'étalon augmente jusqu'à l'âge de 6 ans. La capacité de stockage du sperme est beaucoup plus importante chez l'étalon à maturité que chez un étalon de 2 ou 3 ans. En règle générale, l'étalon à maturité produit plus du double du nombre de spermatozoïdes par jour qu'un étalon de 2 ou 3 ans. Du coup, un étalon de 2 ou 3 ans ne peut être utilisé aussi souvent qu'un étalon à maturité, sous peine de voir sa fertilité réduite.

À un âge avancé, il se produit une dégénérescence testiculaire qui s'accompagne d'une réduction de la production de sperme, mais qui, chez les étalons normaux, n'affecte pas la qualité de la semence.

Gestion

L'idéal est que l'étalon entame la saison de reproduction dans un excellent état corporel, car certains étalons perdent du poids et voient leur état se détériorer au cours de la saison.

Pour atténuer les réactions d'agressivité durant les manipulations, on peut loger les étalons à part des juments. Les étalons sont souvent mis au pâturage individuellement dans des champs qui ne sont pas adjacents à des champs où se trouvent des juments ou ils sont mis au pâturage avec des hongres (chevaux castrés). Il est également possible de les mettre au pâturage avec des juments et leurs petits, car celles-ci ont alors tendance à ne tolérer aucune agression de la part d'un étalon.

Bien entraîner l'étalon à la monte. L'approche de la jument devrait se faire par derrière légèrement du côté gauche. Une fois en érection, l'étalon ne doit saillir la jument que lorsque l'éleveur le lui permet. Une fois qu'il monte la jument, il devrait apprendre à continuer de la chevaucher jusqu'à l'éjaculation et la perte de l'érection. Cet entraînement doit se faire de manière disciplinée, de la même façon à chaque fois.

Si un étalon est utilisé plus d'une fois par jour, il vaut mieux espacer le plus possible les séances de monte au cours de la journée.

Des modifications de la photopériode permettent d'augmenter la production de sperme, celle-ci étant optimale, selon les recommandations, lorsque la durée d'exposition à la lumière est de 16 heures. Au-delà de 16 heures, l'exposition à la lumière peut produire l'effet contraire et réduire la production de sperme.

L'adoption des pratiques de gestion recommandées et une bonne compréhension des notions de base de la reproduction applicables à l'étalon sont des conditions gagnantes pour connaître du succès sur les plans de la santé de la reproduction et de la performance de l'étalon.

Ouvrage de référence

Pickett, B.W., et J.L. Voss. Reproductive management of the stallion, actes du 18e congrès annuel, American Association of Equine Practitioners, 1972, p. 501.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca