Toxicité pour les chevaux des feuilles de l'érable rouge


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 460/62
Date de publication : novembre 2006
Commande no. 06-110
Dernière révision : novembre 2006
Situation :
Rédacteur : Dr Bob Wright - vétérinaire en chef/Prévention des maladies, Chevaux et animaux non traditionnels/MAAARO; Todd Leuty - spécialiste de l'agroforesterie et de l'horticulture/MAAARO

Table des matières

  1. Introduction
  2. Toxicité
  3. Syndrome clinique
  4. Identification de l'érable rouge
  5. Principales espèces d'érables de l'Ontario
  6. Autres érables et espèces aux feuilles semblables
  7. Le feuillage rouge ne fait pas l'érable rouge
  8. Généralités
  9. Ouvrages de référence
  10. Liens connexes

Introduction

L'érable rouge indigène (Acer rubrum), aussi appelé plaine rouge ou plaine, peut être fatal aux chevaux et aux poneys. Il s'agit d'un arbre indigène de la moitié orientale de l'Amérique du Nord.

Toxicité

La toxicité des feuilles d'érable rouge serait attribuable à l'acide gallique (1), qui provoque la méthémoglobinémie. L'acide gallique abonde à la fois dans les extraits à l'eau et dans les extraits au méthanol des feuilles d'érable rouge, d'érable à sucre et d'érable argenté, ainsi que dans les fractions d'extraits de ces espèces qui oxydent les cellules sanguines (1). L'ingestion de feuilles d'érable rouge flétries ou partiellement desséchées provenant de branches tombées ou élaguées provoque la lyse (ou dissolution) des globules rouges et l'apparition subséquente de l'anémie hémolytique, qui peut être mortelle (2). Le problème peut se produire entre juin et octobre. Les feuilles flétries provoquent des empoisonnements plus rapides quand elles sont vieilles (après le 15 septembre), que quand elles sont jeunes (en début d'été). Voilà une indication que la quantité de toxine s'accroît dans les feuilles au cours de l'été. Les feuilles flétries demeurent toxiques pendant quelques semaines ou plus. L'ingestion de feuilles fraîches ne semble pas déclencher la maladie. L'ingestion de 1,5-3 g de feuilles/kg de poids corporel (0,7-1,5 kg pour un cheval moyen de 450 kg) provoque l'anémie hémolytique.

Syndrome clinique

Il n'est pas rare que des chevaux meurent de 18 à 24 heures après avoir ingéré les feuilles flétries. Chez ceux qui sont toujours vivants après ce délai, on observe une grave dépression, une cyanose, la production d'urine rouge foncé ou brune, des muqueuses allant du bleu au brun, résultat du manque d'oxygénation, et des hémolyses intravasculaire et extravasculaire (destruction des globules rouges). Le pourcentage de globules rouges qui circulent dans le sang (volume globulaire moyen ou VGM) peut tomber jusqu'à 8-10 % et la concentration de l'hémoglobine (Hb) jusqu'à 50 g/L. Normalement, le VGM et la concentration de Hb dans le sang des chevaux s'établissent à 28-44 % et à 112-169 g/L respectivement (3). La mort est attribuable à une oxygénation insuffisante des cellules vitales causée par l'hémolyse des globules rouges, l'anémie et l'oxydation de l'hémoglobine qui se transforme en méthémoglobine, laquelle est incapable de transporter l'oxygène. Sur 32 chevaux, 19 (59 %) sont morts après avoir ingéré des feuilles flétries d'érable rouge. Les signes cliniques observés comprennent : colique, fièvre, puis fourbure et coagulation intravasculaire disséminée. La simple observation et l'examen microscopique ont révélé la présence d'hémoglobine dans l'urine chez tous les chevaux (hémoglobinurie) (4).

Identification de l'érable rouge

Les feuilles de l'érable rouge sont palmées, ont une longueur de 5-15 cm et à peu près la même largeur, et comptent entre 3 et 5 lobes. Les deux côtés du lobe central sont presque parallèles à la nervure médiane (5). Entre les lobes, le contour de la feuille est denté, ce qui distingue celle-ci des feuilles de l'érable à sucre et de l'érable plane dont le contour est lisse et dépourvu de dents. D'un gris argenté au revers, la feuille de l'érable rouge possède une tige rouge. L'érable rouge peut s'hybrider avec l'érable argenté, créant des croisements de formes intermédiaires qui devraient aussi être évitées à proximité des pâturages de chevaux. L'érable argenté se caractérise par une feuille aux lobes beaucoup plus échancrés que ceux des feuilles de l'érable rouge et de l'érable à sucre. Dans le nord de l'Ontario, l'érable à épis, qui possède de petites feuilles palmées pourvues de 3-5 lobes fortement dentés pourrait être confondu avec l'érable rouge. Toutefois, il ne vient qu'à 3-5 m de haut, et conserve plutôt la taille d'un arbuste. Les érables rouges pour leur part atteignent jusqu'à 25 m de haut.

Érable rouge (Acer rubrum)

Érable rouge (Acer rubrum)
Feuille aux contours dentés, au revers gris argenté et à tige rouge

Principales espèces d'érables de l'Ontario

Érable à sucre (Acer saccharum)

Feuille aux contours lisses

Érable à sucre (Acer saccharum) Couleur l'été Érable à sucre (Acer saccharum) Couleur l'automne

Érable à sucre (Acer saccharum)

Couleur l'été (photo à gauche) et Couleur l'automne (photo à droit)

Érable argenté (Acer saccharinum)

Feuille aux lobes fortement échancrés et aux contours dentés

Érable argenté (Acer saccharinum) Couleur l'été Érable argenté (Acer saccharinum) Couleur l'automne

Érable argenté (Acer saccharinum)

Couleur l'été (photo à gauche) et Couleur l'automne (photo à droit)

Érable rouge (Acer rubrum)

Feuille aux contours dentés, dont les côtés du lobe central sont presque parallèles à la nervure médiane et dont le revers est gris argenté et la tige rouge

Érable rouge (Acer rubrum) Couleur l'été  Érable rouge (Acer rubrum) Couleur l'automne

Érable rouge (Acer rubrum)

Couleur l'été (photo à gauche) et Couleur l'automne (photo à droit)

Autres érables et espèces aux feuilles semblables

L'illustration montre les feuilles d'arbres qui ressemblent à celles de l'érable rouge.

Érable plane (Acer platanoides)

Feuille aux pourtours lisses

Érable plane (Acer platanoides) Variété verte Érable plane (Acer platanoides) À l'automne Érable plane (Acer platanoides)  Variété pourpre

Érable plane (Acer platanoides)

Variété verte (photo à gauche), À l'automne (photo au centre) et Variété pourpre (photo à droit)

Érable à épis (Acer spicatum)

Feuille à 3-5 lobes aux contours dentés

Érable à épis (Acer spicatum)

Érable à épis (Acer spicatum)

Érable à Giguère (Acer negundo)

Érable à Giguère (Acer negundo)

Érable à Giguère (Acer negundo)

Platane anglais (Platanus acerifolia)

Platane anglais (Platanus acerifolia)  À l'automne

Platane anglais (Platanus acerifolia)

À l'automne

En cas de doute, prendre des précautions pour éviter que les branches et le feuillage en surplomb ne tombent dans les pâturages à chevaux OU abattre l'arbre et en planter un dont on est sûr qu'il ne présente aucun danger pour les chevaux.

Le feuillage rouge ne fait pas l'érable rouge

Un feuillage rouge n'est pas nécessairement celui d'un érable rouge indigène. À preuve, il se vend dans les pépinières un certain nombre de variétés d'érables planes qui ont un feuillage rouge ou pourpre, dont on ne sait si leur feuillage rouge est toxique pour les chevaux.

Généralités

Ne jamais planter d'érables rouges indigènes autour de pâturages où seront gardés des chevaux ou des poneys. S'il se trouve déjà des érables rouges dans le pâturage, il est recommandé aux propriétaires des pâturages :

  • d'abattre ces érables et de bien faire mourir les souches, afin d'éviter l'apparition de nouvelles pousses et de nouvelles feuilles;
  • d'éviter de placer des feuilles et des branches sur les tas de fumier qui sont à la portée des chevaux;
  • de clôturer les paddocks à bonne distance des érables rouges (au delà des branches les plus longues) pour éviter que des feuilles ne tombent dans les paddocks ou que des branches ne les surplombent. Se méfier du vent qui peut projeter jusque dans les paddocks des feuilles détachées d'arbres à proximité.

Les chercheurs ont relevé la présence d'acide gallique non seulement dans les feuilles des érables rouges, mais aussi dans celles des érables argentés et des érables à sucre. Toutefois, aucun rapport publié ne relie la mort de chevaux aux feuilles de ces espèces.

En règle générale, les propriétaires de chevaux doivent se montrer vigilants pour s'assurer que leurs chevaux ne broutent pas les feuilles et les branches de tous les arbres.

Voici d'excellents ouvrages à consulter pour l'identification des arbres : Trees in Canada de J.L. Farrar (5) et Trees of Ontario de Linda Kershaw (6).

Ouvrages de référence

  1. Horse-killing toxins identified in maple leaves. Cornell University Poisonous Plants Informational Database.
  2. BURROWS, G.E., et R.J. TYRIL. Toxic plants of North America. Ames, Iowa: Iowa State Press, 2001:8-11.
  3. User guide and fee schedule. Guelph, Ontario: Animal Health Laboratory, Université de Guelph, 2004; Mai:29.
  4. ALWARD, A., C.A. CORRIHER, M.H. BARTON, D.C. SELLON, A.T. BLIKSLAGER, et S.L. JONES. Red maple (Acer rubrum) leaf toxicosis in horses: a retrospective study of 32 cases, dans J. Vet. Intern. Med. 2006; 20:1197-1201.
  5. FARRAR, J.L. Trees in Canada. Fitzhenry & Whiteside Limited, 1995. ISBN 1-55041-199-3.
  6. KERSHAW, L. Trees of Ontario. Edmonton, Alberta: Lone Pine Publishing, 2001.

Liens connexes


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca