Les moisissures et les mycotoxines - méthodes de prélèvement d'échantillons d'aliments pour bétail aux fins d'analyse pour le dépistage des mycotoxines

Pour procéder à des analyses afin de déceler la présence de mycotoxines, il faut prélever des échantillons. :

  • si l'on donne de la ration totale mélangée (RTM), l'analyser d'abord pour détecter les mycotoxines;
  • si les résultats des analyses sont positifs, prélever des échantillons des ingrédients suspects, individuellement;
  • si le grain et le fourrage sont donnés séparément, il faut les analyser individuellement;
  • échantillonner individuellement les ingrédients suspects;
  • échantillonner les rations concentrées.

Quand doit-on procéder à des analyses pour déceler la présence de mycotoxines :

Les mycotoxines et certaines moisissures ne sont pas visibles à l'œil nu et il faut des analyses en laboratoire pour déceler leur présence. Les analyses sont nécessaires dans certaines situations comme :
  • si les animaux reçoivent des aliments moisis ou que ces derniers constituent une proportion assez élevée des rations;
  • si l'on constate d'importants changements dans la production et la santé d'une forte proportion des animaux recevant les aliments suspects;
  • si le rendement et la santé des animaux sont affectés et qu'aucune autre explication ne semble plausible et que l'on constate les symptômes typiques des effets des mycotoxines.

Les échantillons d'aliments humides et d'aliments secs doivent être prélevés et traités différemment :

  • les aliments secs contiennent 12 % d'humidité ou moins (grains secs, suppléments protéiniques, foin sec, concentrés);
  • les aliments humides contiennent plus de 15 % d'humidité (ration totale mélangée, ensilage de maïs, ensilage préfané, grains à forte teneur en humidité);
  • les aliments contenant de 12 à 15 % d'humidité sont à traiter au cas par cas; dans le doute, traiter comme des aliments humides.

Méthode d'échantillonnage n° 1 pour les aliments secs (Université Penn State) :

  • prélever des échantillons de 3 à 5 repas, ou au moment où les aliments sont retirés de l'entreposage; prélever 8 à 12 échantillons chaque fois;
  • bien mélanger les échantillons prélevés; en retirer un échantillon composite de 500 g et le conserver dans un lieu sec et frais;
  • combiner au moins 3 à 5 échantillons composites, bien mélanger, et prélever un échantillon de 500 g pour expédition au laboratoire;
  • conserver tous les échantillons dans des sacs en papier ou en coton propres à double épaisseur;
  • conserver un échantillon supplémentaire de 500 g aux fins de confirmation ou pour d'autres analyses.

Méthode d'échantillonnage n° 2 pour les aliments secs (Université Penn State) :

  • prélever 12 à 20 échantillons provenant d'une livraison complète, à la nappe de chute, ou encore, à l'aide d'une sonde, 12 à 20 échantillons provenant des couches profondes du compartiment de stockage (dans ce dernier cas, prélever certains échantillons sur les côtés ou les rebords du compartiment, qui sont plus propices à l'apparition de moisissures);
  • mélanger les échantillons comme il est indiqué précédemment, et prélever un échantillon composite final de 500 g pour expédition au laboratoire;
  • conserver l'échantillon dans un lieu sec et frais, dans un sac en papier ou en coton à double épaisseur.

Méthode d'échantillonnage pour les aliments humides (Université Penn State) :

  • prélever des échantillons de 3 à 5 repas, ou au moment où les aliments sont retirés de l'entreposage; prélever 8 à 12 échantillons chaque fois;
  • bien mélanger les échantillons préliminaires et prélever un échantillon composite de 750 à 1 000 g;
  • conserver l'échantillon composite dans un sac en plastique épais ou à double paroi, expulser autant d'air que possible et fermer hermétiquement le sac;
  • conserver les échantillons au congélateur jusqu'au moment de la préparation de l'échantillon composite final;
  • bien mélanger les 3 à 5 échantillons composites, et prélever un échantillon composite final de 1 kg en vue de l'expédition au laboratoire aux fins d'analyse pour déceler la présence de mycotoxines;
  • prélever un second échantillon de 1 kg en vue de l'expédition au laboratoire pour la mesure de la teneur en humidité;
  • prélever un troisième échantillon de 1 kg et le conserver au congélateur en vue d'une éventuelle confirmation ou d'autres analyses;
  • toujours conserver les échantillons d'aliments humides au congélateur jusqu'à l'expédition au laboratoire;
  • les échantillons d'aliments humides doivent toujours être expédiés congelés, dans un sac isotherme garni de poches de réfrigérant; dans la mesure du possible, livrer les échantillons personnellement au laboratoire dès que l'on a procédé à la préparation et à la congélation de l'échantillon composite final.

Le prélèvement d'échantillons pour les analyses en vue de déceler les mycotoxines présente plusieurs difficultés :

  • les mycotoxines sont souvent présentes en très petites quantités, parties par million et parties par 109 (ppm et ppb), et sont détectées en laboratoire;
  • la teneur en mycotoxines n'est pas proportionnelle à la quantité de moisissure constatée;
  • les mycotoxines ne sont pas nécessairement réparties uniformément dans la masse des aliments contaminés, mais sont parfois concentrées dans des « poches »;
  • certaines mycotoxines peuvent apparaître pendant un long trajet jusqu'au laboratoire;
  • la teneur en mycotoxines peut continuer d'augmenter tandis que les aliments sont entreposés (surtout dans de mauvaises conditions).

En laboratoire, les analyses à effectuer :

  • sont déterminées après consultation avec le spécialiste en nutrition pour savoir quelles mycotoxines déceler dans les échantillons soumis;
  • le prélèvement d'échantillons s'effectue au hasard mais il faut savoir que les moisissures sont plutôt sur les côtés des compartiments d'entreposage, où il faut aussi prélever des échantillons;
  • Agri-Food Laboratories recommande de prélever un échantillon composite de 1 kg (1 000 g) et de le faire parvenir au laboratoire pour déceler la présence des mycotoxines.

Marche à suivre en tout temps : prélever les échantillons (jusqu'à 10 kg au total, ou environ 20 lb), les mélanger et constituer des échantillons composites; prélever des sous-échantillons, les entreposer dans des sacs de coton ou de papier propres, les conserver au frais et au sec et les faire parvenir au laboratoire le plus rapidement possible. Plus le délai entre le prélèvement et l'analyse est court, plus les résultats sont fiables.

 


Auteur : Tom Wright - spécialiste de la nutrition des bovins laitiers/MAAARO
Date de création : 2 juin 2011
Dernière révision : 29 juillet 2013

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca