Guide d'alimentation des vaches laitières


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 401/50
Date de publication : 02/93
Commande no. PUB 101F
Dernière révision : 11/96
Situation : Fiche technique originale
Rédacteur : Beth Wheeler - spécialiste de la nutrition des bovins laitiers/MAAARO

Table des matiéres:

  1. Guide d'alimentation des vaches laitières
  2. Consommation de matière sèche (MS)
  3. Consommation de fourrages grossiers
  4. Alimentation de la vache tarie (jusqu'à 3 semaines avant le vêlage)
  5. Alimentation prévêlage (2 à 3 semaines avant le vêlage)
  6. Alimentation de défi (peu après le vêlage)
  7. Niveaux de grain dans l'alimentation
  8. Sous-alimentation et suralimentation
  9. La précision en alimentation
  10. Changement d'apport de grain
  11. Teneur en protéines brutes du mélange de concentrés
  12. Fractions protéiques du mélange de concentrés
  13. Recommandations concernant l'énergie, la fibre et les lipides dans les mélanges de concentrés
  14. Préparation du mélange de concentrés
  15. Gestion de l'alimentation
  16. Formulation des rations complètes

Guide d'alimentation des vaches laitières

La production de lait d'une vache laitière dépend de quatre principaux facteurs : a) le potentiel génétique, b) le programme d'alimentation, c) la conduite du troupeau, et d) la santé. Alors que le potentiel génétique des vaches s'améliore constamment, nous devons perfectionner l'alimentation et la conduite du troupeau pour permettre à chacune de produire à la mesure de ses aptitudes héréditaires. Un bon programme d'alimentation pour vaches laitières doit indiquer les aliments qui sont appropriés, les quantités nécessaires, ainsi que la manière et le moment de les servir.

Consommation de matière sèche (MS)

Amener la vache à consommer de grandes quantités d'aliments est la clé d'une production de lait abondante et efficace. En choisissant les aliments on doit viser à assurer le maximum de consommation. Tous les éléments nutritifs (sauf l'eau) requis pour la production de lait se trouvent dans la matière sèche (MS) des aliments. Une forte consommation de matière sèche se traduit par un grand apport d'éléments nutritifs et une haute production laitière.

Le tableau 1 indique le maximum de MS totale (fourrage et mélange de concentrés) qu'une vache laitière peut consommer dans la seconde moitié de sa lactation. Dans ce tableau, la MS totale est exprimée en pourcentage du poids vif de la vache et en kg par jour. Une vache de 550 kg donnant 30 kg de lait peut consommer 3,7 % de son poids vif en MS chaque jour, soit à peu près 20,4 kg. Une plus grosse vache (650 kg) ayant une production laitière similaire ne peut consommer que 3,4 % de son poids en MS (22,1 kg par jour). Des vaches plus grosses à production laitière supérieure peuvent consommer davantage de MS alimentaire.

Tableau 1. Ingestion de matière sèche par vache en seconde moitié de lactation (% du poids vif et kg par jour)

Production laitière (kg)

Poids vif de la vache (kg)

450

550

650

%

Kg

%

Kg

%

Kg

10

2,6

11,7

2,3

12,7

2,1

13,7

20

3,4

15,3

3,0

16,5

2,8

18,2

30

4,2

18,9

3,7

20,4

3,4

22,1

40

5,0

22,5

4,3

23,7

3,8

24,7

50

5,6

25,2

5,0

27,5

4,4

28,6

Dans le cas de vaches en début de lactation, les valeurs du tableau 1 peuvent être réduites d'au plus 18 %, les vaches ayant moins d'appétit en début de lactation. En outre, toute difficulté au vêlage, la fièvre vitulaire, la rétention placentaire et la torsion d'estomac (volvulus) sont autant de facteurs qui font chuter la consommation de MS. Chez la plupart des vaches, la consommation de MS augmente graduellement après le vêlage pour atteindre un sommet à 10 ou 12 semaines de lactation.

La teneur de la ration totale en MS devrait se situer entre 50 et 75 %. Les rations plus humides ou plus sèches limitent la consommation de MS. Quand la proportion d'ensilage est forte, on doit s'attendre à une diminution de la consommation de MS de 0,02 % du poids vif de la vache pour chaque 1 % de réduction de MS dans la ration totale. Exemple : une ration de 40 % de MS moins la limite de 50 % = -10 x 0,02 % x vache de 600 kg = -1,2 kg de consommation de MS par jour.

La consommation maximale de MS dépend de l'accès en tout temps à de l'eau fraîche et propre. L'eau doit être placée dans un endroit bien éclairé, à moins de 15 mètres de l'auge. Une vache boit environ 5 L d'eau par kilogramme de lait produit (p. ex., une vache produisant 40 L de lait boit 200 L d'eau). Les vaches ressentent la soif et la faim aussitôt après la traite. Une diminution de 40 % de l'apport d'eau entraînerai t donc une chute de 16 à 24 % de consommation de MS et une forte diminution de la production laitière. Par temps chaud, les vaches ont besoin de plus d'eau.

Les vaches réduisent leur consommation de MS quand la température ambiante dépasse 24 °C. La diminution est généralement attribuable à une baisse de la consommation de fourrage. Les vaches commencent à ressentir intensément le stress de chaleur quand la température dépasse 27 °C et l'humidité dépasse 80 %, ou quand la somme des deux valeurs est supérieure à 100. Pendant les très chaudes journées d'été, la consommation de MS peut subir une baisse de 15 à 20 %. Pour rehausser la consommation de MS en été, il suffit de servir au moins 60 % de la ration en soirée et de s'assurer que les aliments et l'eau sont offerts dans un endroit ombragé.

Consommation de fourrages grossiers

Les fourrages grossiers (foin, ensilage préfané, ensilage de maïs) sont des aliments riches en fibre. La teneur en MS de ces fourrages détermine la quantité et l'espèce de grain requis dans la ration. Pour être économique, le programme d'alimentation doit être basé sur une forte consommation de fourrages grossiers de bonne qualité. La consommation de fourrages grossiers dépend de leur qualité, du poids vif de la vache et de la proportion de grain dans la ration totale.

Les vaches laitières peuvent consommer chaque jour de 1,8 à 2,2 % de leur poids vif en équivalent de MS provenant d'un fourrage grossier sec de qualité moyenne. La qualité du fourrage grossier dépend en partie de sa teneur en fibre, laquelle augmente à mesure que mûrit la récolte. Les fourrages à forte teneur en fibre sont moins appétents, moins riches en protéines et moins digestibles que les fourrages de haute qualité. Or, les aliments ne sont pas expulsés du rumen tant que leur digestion n'est terminée, et la vache doit interrompre sa consommation jusqu'à ce que le rumen puisse en accepter d'autres. Voilà pourquoi les fourrages à forte teneur en fibre réduisent la consommation de MS. Une vache peut consommer 3 % de son poids en équivalent de MS provenant d'un excellent foin, mais seulement 1,5 % d'un foin de pauvre qualité (tableau 2).

La valeur nutritive des fourrages grossiers est fonction des espèces végétales, de leur stade de maturité, des systèmes de récolte et d'entreposage ainsi que des pertes. Le foin récolté tôt (moins de 10 % en fleurs) et entreposé correctement fournit un fourrage grossier de haute qualité pour le troupeau laitier. Pour plus de renseignements sur la qualité des fourrages, se référer à la publication 30F, La production fourragère, et à la fiche technique Légumineuses fourragères comme compléments protéiques, AGDEX 120/81, MAAARO.

Tableau 2. Quantité maximale (kg) de MS ingérée selon la qualité du fourrage (foin de légumineuses ou ensilage préfané)

Qualité du fourrage

Éléments nutritifs (% de la MS)

MS (kg) du fourrage

MS en % du poids de la vache

Poids de la vache (kg)

PB

FDA

NDF

400

500

600

Excellente

>18

>33

<43

3,0

12,0

15,0

18,0

Bonne

16-18

33-37

43-48

2,5

10,0

12,5

15,0

Passable

13-15

38-41

49-53

2,0

8,0

10,0

12,0

Pauvre

<13

>40

>53

1,5

6,0

7,5

9,0

PB = protéines brutes; FDA = fibre au détergent acide; NDF = cellulose au détergent neutre. Les termes techniques utilisés en alimentation des bovins laitiers sont définis dans la fiche technique Terminologie de la nutrition du bétail, AGDEX 400/60, MAAO.

Les valeurs du tableau 2 sont des maximums basés sur le fourrage seulement. Généralement, quand la vache ingère plus de grain, sa consommation de fourrage grossier diminue. De 5 à 7 kg de grain ne feront probablement pas diminuer la consommation de fourrage grossier. Par contre, au-delà de ce niveau de grain, la consommation de fourrage grossier diminue d'à peu près 1 kg par 2,5 kg de grain supplémentaires. Dans la plupart des essais d'alimentation utilisant du fourrage et du grain, la consommation de MS tirée du fourrage grossier s'est révélée inférieure à 2 % du poids vif de la vache.

D'après certaines recherches, la MS du fourrage consommé est liée à la teneur en NDF. Par exemple, l'apport de NDF du fourrage au milieu de la période de lactation est d'environ 0,9 % du poids vif de la vache. Ainsi, une vache de 650 kg pourrait ingérer 650 kg x 0,9 % = 5,85 kg de NDF. S'il s'agit d'un excellent foin de légumineuse (42 % de NDF), elle pourrait consommer 5,85 kg x 100/42 = 13,9 kg de MS provenant de ce foin. S'il s'agit d'un foin médiocre de légumineuse (54 % de NDF), elle ne pourrait consommer que 5,85 kg x 100/54 = 10,8 kg de MS provenant de ce foin.

La NDF dans la ration devrait représenter de 25 à 28 % de la MS. Les trois quarts de la NDF devraient provenir de fourrages grossiers. Règle générale, il faut hacher les ensilages à une longueur théorique de 95 mm (3/8 po) afin qu'au moins 15 à 20 % des particules mesurent plus de 3,8 cm (1½ po), ces particules constituant une fibre dite «efficace» pour stimuler la rumination. Les vaches devraient ruminer la plupart du temps quand elles ne sont pas en train de s'alimenter. Toute carence en fibre efficace fait baisser l'appétit des vaches et entraîne la chute de la teneur en gras du lait. Quand la ration contient une proportion adéquate de fibre efficace et de NDF provenant de fourrages, il n'est pas nécessaire d'inclure du foin sec à longue tige dans la ration journalière.

On devrait aussi s'assurer que l'ingestion de fourrage ne tombe pas sous un certain niveau. Une très faible ingestion de fourrage provoque l'acidose du rumen, une baisse de la teneur du lait en gras et la torsion de l'estomac. En proportion de la MS, une ration contenant 19 % de FDA et 28 % de NDF maintient le rumen en bon état de fonctionnement et favorise une rumination normale.

Pour des vaches à haute production en début de lactation, au moins 40 % de la MS dans la ration devraient provenir de fourrages grossiers. Le rapport fourrage/mélange de concentrés serait donc d'au moins 40:60. Quand l'ensilage de maïs représente plus de 45 % de la MS du fourrage grossier, un rapport de 45:55 est acceptable. Des quantités plus fortes de fourrage grossier (moins de grain) peuvent être servies aux vaches en fin de lactation et aux vaches qui produisent peu. Un rapport fourrage/mélange de concentrés dépassant 80:20 peut convenir à la production de 20 kg de lait si le fourrage grossier est de bonne qualité.

Alimentation de la vache tarie (jusqu'à 3 semaines avant le vêlage)

La vache devrait être bien en chair (indice de 3,5 ou 4) avant le début de son tarissement. La vache est mieux apte à restaurer son état de chair pendant sa lactation qu'au cours de sa période de tarissement. Elle devrait reconstituer ses réserves corporelles durant la seconde moitié de son cycle de lactation. Les vaches ne devraient ni engraisser ni maigrir pendant leur période de tarissement.

La quantité de grain à donner quotidiennement après le tarissement dépendra de la qualité du fourrage grossier. Si le fourrage grossier est de qualité médiocre, 2 à 4 kg (4 à 9 lb) de grain par jour peuvent être nécessaires pour maintenir l'état de chair de la vache. S'il s'agit de bon fourrage, mais que les vaches sont maigres, 2 à 4 kg seront requis pour permettre un gain modéré et graduel de poids durant la période de tarissement.

Des programmes d'alimentation individualisés peuvent être élaborés pour des vaches taries groupées selon leur état de chair et la proximité du vêlage. Une ration équilibrée pour vache tarie doit contenir des quantités adéquates de fibre, de protéines, de vitamines et de minéraux (tableau 6). Une ration adéquate pour vache tarie prévient les désordres métaboliques et la rétention du placenta, et elle permet aux vaches de continuer de s'alimenter au vêlage.

Alimentation prévêlage (2 à 3 semaines avant le vêlage)

Pour permettre aux bactéries du rumen de s'adapter aux changements de ration, la vache doit commencer à recevoir du grain et la quantité doit augmenter lentement jusqu'au vêlage. Dans le cas de vaches groupées, on prépare une ration commune pour tout le groupe en prévêlage.

Deux semaines avant la date de vêlage prévue, on augmente la quantité de grain jusqu'à un maximum de 1 % du poids vif de la vache ou de la taure. C'est la ration prévêlage. À la date du vêlage, de 5 à 7 kg (11 à 15 lb) par jour conviennent pour les vaches Holstein et de 4 à 5 kg (9 à 11 lb) pour les Jersey.

La ration prévêlage améliore l'appétit au vêlage et au début de la lactation. Le mélange de concentrés pour vache laitière peut causer la fièvre vitulaire s'il est trop riche en calcium. Les grains d'orge, d'avoine ou de maïs, et les minéraux pour vaches taries, conviennent idéalement dans la ration prévêlage. On peut y ajouter en surface de faibles quantités (0,5 à 1 kg) de complément protéique juste avant le vêlage.

Certains fourrages pour vaches en lactation peuvent être servis dans la période de prévêlage. Toutefois, le foin ou l'ensilage préfané de légumineuse de haute qualité servis en grande quantité peuvent causer la fièvre vitulaire. On évitera les rations riches en ensilage de maïs pour prévenir la torsion de l'estomac. Si l'on utilise plus de 7 kg (15 lb) d'ensilage de maïs, il faut réduire le niveau de grain dans la ration prévêlage. Le foin à longues tiges devrait former une part importante de la ration prévêlage.

Au troupeau qui reçoit une ration totale mélangée (RTM) on offrira 8 à 9 kg (15 à 20 lb) de la RTM pour vache en lactation comme ration prévêlage, plus du foin sec. Il n'est pas nécessaire de servir aussi du grain si la RTM pour vache en lactation en contient déjà une forte proportion. Il faut que le passage à la ration pour vache en lactation soit graduel pour maintenir une bonne alimentation et la santé des vaches.

Alimentation de défi (peu après le vêlage)

Une alimentation judicieuse au prévêlage permet à l'éleveur habile d'amener rapidement ses vaches à la pleine alimentation après le vêlage. Pendant les premiers jours après le vêlage, il ne faut pas augmenter le grain au-delà de la quantité offerte en prévêlage. Il est préférable d'offrir du fourrage de qualité, comprenant autant de foin sec que possible. Servir plusieurs seaux d'eau tiède pour réduire le stress de vêlage. Il faut s'assurer que la vache s'alimente à volonté et que son rumen reste plein pour prévenir la torsion d'estomac et la fièvre vitulaire.

Environ 3 ou 4 jours après le vêlage, utiliser la ration de défi pour obtenir la meilleure production possible, en commençant par augmenter la quantité de grain. Ajouter au grain, qui constitue l'aliment énergétique principal en début de lactation, un aliment riche en protéines. Offrir le complément protéique dès les premiers jours de lactation s'il n'a pas été servi en prévêlage. Les protéines stimulent l'appétit et la digestion chez la vache qui reprend sa production. Au début de la lactation, les besoins en protéines sont élevés, atteignant 19 % de la MS de la ration (tableau 6). Au pic de la production laitière, le besoin de protéines est de 18 %. L'objectif est d'amener les vaches au maximum d'aliment riche en protéines dans les deux premières semaines de lactation (figure 1).

Augmenter graduellement la quantité de grain. Trop poussées, les vaches en viendront à manifester du refus. La plupart des vaches tolèrent une augmentation de 1 kg tous les deux jours pendant la première semaine, puis 0,5 kg tous les deux jours de la deuxième semaine et ensuite 0,3 kg tous les deux jours de la troisième semaine. Si les niveaux de ration prévêlage étaient corrects, on amènera ainsi les vaches à leur consommation maximale de grain et de protéine dans les 3 à 3½ premières semaines de lactation.

La figure 1 illustre comment utiliser les grains et le complément protéique dans les rations de prévêlage et de début de lactation. Dans cet exemple, l'apport de complément protéique atteint son sommet (4,5 kg ou 10 lb) au dixième jour de lactation, tandis que celui de grain atteint son sommet (10,5 kg ou 23 lb) au vingt-deuxième jour de lactation.

Figure 1. Ajout de grain et de protéine dans la ration de vaches en prévêlage et en début de lactation (Vaches de 600 kg, pic de lactation à 45 kg/j) Consommation (kg par jour) Prévêlage Début de lactation Vêlage Consommation de grain Consommation de complément protéique Jours en lactation Grain de base Complément protéique Note : La consommation de grain et de complément protéique varie selon la qualité du fourrage.

Pour les troupeaux à RTM séparés en deux groupes de vaches pendant la lactation (niveau élevé et niveau faible de production), les vaches seront placées dans l'un ou l'autre des deux groupes selon leur production. Servir un peu de RTM en prévêlage aidera les vaches à s'adapter aux niveaux élevés de grain dans la RTM. Certains producteurs laitiers ont bien réussi en introduisant les vaches à leur retour en lactation dans le groupe à faible production pour deux semaines et en les déplaçant ensuite vers le groupe à haute production. Pour réduire le stress de compétition, on déplace plusieurs vaches du même coup et en soirée, moment où les animaux sont les plus calmes. Maintenir l'alimentation continue en servant la RTM à volonté. Les vaches doivent s'alimenter autant qu'elles le désirent et quand elles en sentent le besoin. À cette fin, il faut garder les auges remplies et être disposé à tolérer 5 % de refus. Une auge complètement vide signifie que nombre de vaches ont faim et n'atteignent pas leur potentiel de production.

Niveaux de grain dans l'alimentation

L'alimentation doit répondre aux besoins nutritionnels une fois que la vache a atteint son pic de production (6 à 8 semaines pour les vaches, 10 à 12 pour les taures en première lactation). Les besoins en grain varient selon : · la production laitière, · la teneur en gras du lait, · le stade de lactation, · le poids vif de la vache, · l'état de chair de la vache, · la quantité de fourrage ingérée, · la qualité du fourrage.

Meilleure est la qualité du fourrage grossier qu'elle consomme, moins la vache a besoin de grain. Pour formuler la ration équilibrée d'un troupeau, il faut connaître la qualité du fourrage et les quantités effectivement consommées. Les rations équilibrées à l'ordinateur doivent fournir un rapport imprimé des quantités de grain dans l'alimentation, avec indications pour les vaches en début de lactation (avant le pic de production) et pour celles qui ont dépassé leur pic de production afin de permettre la reconstitution de leur état de chair.

On trouvera au tableau 3 les quantités de grain suggérées pour différents niveaux de production. Ces quantités de grain conviennent aux vaches dans la seconde moitié de leur lactation qui consomment des fourrages de qualité moyenne et dont l'état de chair est stable. Les quantités de grain du tableau 3 sont des quantités totales de grain de base (maïs, orge) ou de mélange de concentrés, et de complément protéique.

Tableau 3. Quantités de grain recommandées en fonction de la production laitière (après le pic de production)

Production laitière kg (lb)

Rapport de la production au grain servi

Quantité totale de grain servie kg (lb)

40 (90) et +

2,5:1

16,0 (35)

35 (75)

2,6:1

13,5 (30)

30 (65)

2,7:1

11,0 (24)

25 (55)

2,9:1

8,5 (19)

20 (45)

3:1

6,5 (14)

15 (35) et -

4:1

3,8 (8)

| Haut de la page |

Il faut corriger les quantités de grain dans les situations suivantes :

1) Le tableau 3 est basé sur un fourrage de qualité moyenne. Quand le fourrage grossier est constitué surtout d'ensilage de maïs ou de foin d'excellente qualité, réduire la quantité de grain de 10 %. Si le fourrage est de qualité médiocre, ajouter 10 % de grain.

2) Ne pas servir plus de grain que chaque vache peut ingérer en toute sécurité. Le maximum quotidien par vache égale 2 à 2,5 % du poids vif. À une vache de 650 kg, on ne donnera donc pas plus de 13 à 16 kg.

3) Les quantités du tableau 3 s'appliquent à du grain sec. Augmenter les quantités de 5 à 10 % si le grain est humide.

4) Compenser l'ingestion réduite des vaches en début de lactation par une augmentation de la teneur en grain. Donner un aliment riche en protéines en plus du grain de base ou du mélange de concentrés aux vaches qui sont en lactation depuis moins de 100 jours. Fournir 1 à 1,5 kg (2 à 3 lb) de complément protéique par 5 kg (11 lb) de lait au-dessus de 35 kg (75 lb).

Exemples : · Production de 40 kg; besoin de 40/2,5 kg de grain = 16 kg Production de 5 kg au-dessus de 35; d'où le besoin de 1 ou 1,5 kg de complément protéique Servir : 15 kg de grain + 1 kg de complément protéique ou 14,5 kg de grain + 1,5 kg de complément protéique · Production de 45 kg; besoin de 45/2,5 kg de grain = 18 kg Production de 10 kg au-dessus de 35; d'où le besoin de 2 ou 3 kg de complément protéique Servir : 16 kg de grain + 2 kg de complément protéique ou 15 kg de grain + 3 kg de complément protéique

5) Satisfaire les besoins de croissance des taures en donnant à celles en première lactation 1 à 1,5 kg (2 à 3 lb) supplémentaire, et à celles en deuxième lactation 0,5 à 1 kg (1 à 2 lb) supplémentaire, en plus des besoins relatifs à la production laitière.

6) Corriger en fonction de l'énergie nécessaire à la production de matière grasse du lait en donnant 10 % plus ou moins de grain par 0,5 % d'augmentation ou de diminution de la teneur en gras par rapport à 4,0 %.

7) Corriger l'apport de grain en fonction des besoins de chair après le pic de production. Ajouter ou enlever 2 à 3 kg (4 à 6 lb) pour les vaches manifestement maigres ou grasses.

8) Compenser pour les chutes excessives de production mensuelle. Régler les quantités de grain en plafonnant à 10 % les chutes de production journalière. On prévient ainsi toute baisse sévère de l'apport de grain aux vaches qui seraient en chaleurs ou malades le jour de la vérification. Examiner les vaches qui montrent une chute excessive de la production laitière, afin de déceler tôt les cas de mammite chronique ou d'autres problèmes. Rechercher les causes de toute baisse de 5 à 10 % de la production mensuelle que pourrait manifester un groupe de vaches ou tout le troupeau.

9) Alimenter chaque groupe de vaches en visant un niveau de production d'au moins 10 kg (22 lb) au-dessus de la moyenne réelle du groupe. On prévient ainsi les chutes importantes de production quand les vaches entrent dans un groupe inférieur, et on permet une amélioration de l'état de chair en fin de lactation.

Sous-alimentation et suralimentation

Il n'est pas rare que des producteurs laitiers suralimentent les vaches de faible production et sous-alimentent les vaches de forte production en début de lactation. On corrige cette erreur en redistribuant le grain de façon à assurer la satisfaction des besoins des meilleures productrices.

La sous-alimentation en grain entraîne :

1) une faible production de lait, particulièrement en début de lactation, 2) une perte excessive de poids, 3) une chute de la fertilité, 4) des problèmes plus nombreux de santé, 5) une baisse du revenu après déduction des coûts d'alimentation.

La suralimentation se produit surtout vers la fin de la lactation et pendant le tarissement. La suralimentation est coûteuse en terme de valeur de production laitière, et elle peut entraîner l'engraissement des vaches à l'excès. Les vaches trop grasses ont plus de difficultés au vêlage, manquent d'appétit après le vêlage et sont plus sujettes à l'acétonémie, à la torsion d'estomac et à l'oedème du pis. En outre, ces vaches sont plus sensibles aux infections bactériennes comme la métrite et la mammite.

La précision en alimentation

En pratique, très peu de producteurs laitiers se donnent la peine de peser le grain ou le fourrage chaque jour, mais ils devraient trouver le temps de le faire. Les grains devraient être servis à 0,5 kg près de la quantité recommandée par repas. Exactement, quelle quantité de grain ou de protéine tient dans une pelle à main? Le grain servi dans l'étable quotidiennement devrait correspondre à la recommandation du guide d'alimentation. Des erreurs sont souvent commises, et ce 3 ou 4 fois par jour, quand on traduit en nombre de pelles à main par repas le nombre quotidien de kilogrammes que recommande le guide d'alimentation. Dans l'étable, l'affichage de cartes de consommation de grain permet plus d'exactitude; ces cartes devraient être corrigées chaque jour pour les vaches en début de lactation et, tous les mois pour les vaches au-delà de leur pic de production.

Là où l'on utilise des distributeurs et des mélangeurs d'aliments commandés par ordinateur, des balances précises sont nécessaires. Il est essentiel d'en faire fréquemment l'entretien, le dépoussiérage et la calibration. Il faut les recalibrer à chaque fois que changent la sorte de grain, le lot de produits achetés, la composition du mélange de concentrés ou la teneur en MS du fourrage. Chaque semaine, il faut vérifier la teneur en MS du fourrage destiné à la RTM et modifier la composition du mélange au besoin.

On peut vérifier l'exactitude de la RTM en ajoutant 1 kg de bonbons de couleurs vives dans le mélange de concentrés. Prélever un petit seau de RTM du premier et du dernier lot et d'un lot intermédiaire. Tous les échantillons devraient contenir le même nombre de bonbons. On peut aussi vérifier l'exactitude du mélange de concentrés en faisant analyser chaque portion. Quand on doute de l'exactitude du mélange, on fait alterner l'ordre de distribution aux vaches d'un jour à l'autre. Mentionnons qu'il faut éviter de surcharger le mélangeur, la plupart des mélangeurs de RTM étant le plus efficaces à 60-70 % de leur capacité.

Changement d'apport de grain

Idéalement, l'apport de grain aux vaches en tout début de lactation devrait être changé chaque jour. Certains nourrisseurs commandés par ordinateur font ce changement automatiquement. La distribution des aliments à la main à 60 vaches en stabulation entravée est une tout autre histoire! Distribuer aux vaches une ration de défi pendant les 6 à 8 premières semaines de lactation. Permettre aux vaches de s'alimenter à volonté. Si les vaches refusent le grain, il faut en diminuer la quantité puis revenir graduellement au niveau désiré.

Les vaches retrouveront leur état de chair d'avant le début de la lactation si les grandes quantités de grain sont maintenues pendant les 10 ou 12 premières semaines. On favorise ainsi le cycle de reproduction et la conception, puisqu'on arrive ensuite à l'époque de l'insémination. Une bonne vache qui consomme beaucoup de grain atteint son pic de production laitière à 6 ou 8 semaines et maintient ce niveau de production durant les 3 à 4 semaines qui suivent. Son poids augmente jusqu'à la 8e ou 10e semaine de lactation.

Après 10 ou 12 semaines et jusqu'au tarissement, régler l'apport de grain mensuellement, selon les résultats des tests DHI et l'état de chair de la vache. Si l'apport de grain répond à peine à ses besoins pour la production laitière, la vache est incapable de retrouver l'état de chair nécessaire. Elle sera maigre au tarissement, et elle produira probablement moins de lait, de matière grasse et de protéines au cours de la lactation suivante.

Pour qu'une vache retrouve son poids, il lui faut à peu près 2 à 3 kg de grain de plus par jour (au-delà des besoins pour le lait) durant les 100 derniers jours de lactation. La densité énergétique de la RTM doit être assez haute pour que le tarissement des vaches se fasse à un état de chair convenable (indice de 3,5 à 4).

Teneur en protéines brutes du mélange de concentrés

La teneur en protéines brutes du mélange de concentrés dépend de l'espèce et de la qualité de fourrage, de la production laitière, de la teneur en matière grasse du lait et du stade de lactation. Le guide de niveau de protéines dans le mélange de concentrés (tableau 4) s'applique aux vaches produisant 25 kg de lait à 4 % de matière grasse par jour.

Il faut utiliser la donnée minimale de la plage appropriée du tableau si l'ensilage de maïs a été ammonié. Le niveau de l'apport de grain affectera le pourcentage de protéines brutes requis dans le mélange de concentrés. Les vaches à faible production consommant peu de grain doivent recevoir un mélange de concentrés à teneur en PB plus élevée. Les niveaux et fractions de protéines du tableau 4 reflètent les nouveaux besoins nutritionnels des bovins laitiers (NRC, Nutrient Requirements of Dairy Cattle, 1989).

Tableau 4. Teneurs recommandées en PB et PDR dans les concentrés selon les fourragers

Mélange fourrager

% de PB dans le mélange de concentrés

Teneur en PDR du mélange de concentrés

75 % ensilage maïs, 25 % foin légumineuses

18 - 20

haute

75 % ensilage maïs, 25 % foin graminées

20 - 22

Haute

50 % ensilage maïs, 50 % foin graminées

17 - 20

Haute

50 % ensilage maïs, 50 % foin légumineuses

15 - 17

moyenne

Foin de légumineuses

feuillu, coupe hâtive

12 - 14

basse

coupe tardive

15 - 18

moyenne

Foin de graminées

bonne qualité, coupe hâtive

15 - 17

moyenne

coupe tardive

17 - 20

haute

Foin mélangé (légumineuses/graminées) qualité moyenne

15 - 16

moyenne

Pâturage

excellente qualité

14 - 16

basse

qualité bonne à passable

15 - 17

moyenne

PDR = protéine dégradable dans le rumen

Fractions protéiques du mélange de concentrés

La quantité de protéines fournie par le mélange de concentrés revêt une grande importance. La sorte de protéines est également importante (tableau 4). La protéine alimentaire se compose de deux fractions protéiques principales. La protéine digérée dans le rumen par la population microbienne est la protéine dégradable dans le rumen (PDR). Les aliments riches en PDR sont l'ensilage préfané, le soya cru et l'urée. À peu près 55 à 65 % de la protéine totale dans la ration devrait être dégradable dans le rumen.

La protéine non digérée par les micro-organismes du rumen est la protéine absorbable dans l'intestin (PAI). C'est la protéine «tannée», qu'on dit «soustraite à la dégradation ruminale» parce qu'elle traverse le rumen sans y être digérée. Quelques exemples d'aliments riches en PAI de sources végétales sont le soya torréfié, les drêches de distillerie, les drêches de brasserie et la farine de gluten de maïs. La PAI devrait constituer environ 35 à 45 % de la protéine de la ration. Le niveau de 35 % convient aux vaches dans la seconde moitié de leur lactation. En début de lactation, les vaches à haute production ont besoin de 40 à 45 % de PAI dans la MS de la ration. Pour les vaches qui consomment de grandes quantités de gras alimentaire, les besoins de PAI sont de 45 à 50 %.

La PAI de source animale (farine de viande, farine de poisson, farine de sang) coûte plus cher la tonne que celle de source végétale. Compte tenu de leur forte teneur en PAI, les aliments de source animale sont un très bon achat. La PAI de source animale renferme des composés protéiques (acides aminés) similaires à ceux qu'on trouve dans le lait. En conséquence, la protéine de source animale est une PAI de haute qualité. Cependant, les aliments à PAI de source animale ne sont pas très appétents. Il faut les servir en petites quantités, soit sous forme de granulés ou déjà incorporés dans les aliments complets vendus dans le commerce. Pour plus de renseignements sur ce sujet, se référer à la fiche Concentrés protéiques pour rations laitières, AGDEX 410/64, MAAARO.

Recommandations concernant l'énergie, la fibre et les lipides dans les mélanges de concentrés

Même si elle consomme 14 à 16 kg (30 à 35 lb) de grain par jour, une vache à forte production ne peut pas absorber assez d'énergie pour satisfaire à ses besoins en début de lactation. La vache doit donc puiser dans ses réserves corporelles de gras pour compléter son apport en énergie alimentaire. Brûler des graisses de réserve corporelle peut fournir l'énergie nécessaire, mais la dépendance à l'énergie des réserves doit rester faible.

Une carence en énergie alimentaire amène la vache à faire une dépense excessive de ses réserves corporelles. Une mobilisation rapide des lipides du corps accompagnée d'un apport faible en aliment ou en énergie conduit à l'acétonémie. La vache maigrit et son bilan énergétique devient négatif. Ses chaleurs sont moins apparentes et son taux de conception est plus bas que celui des vaches qui progressent en état de chair et connaissent un bilan énergétique positif. En début de lactation, la plupart des vaches à forte production sont dans un faible état (chronique) d'acétonémie, ce qui pose peu de problèmes exception faite de l'amaigrissement graduel.

Le maïs est le grain le moins coûteux, mais c'est le grain le plus énergétique, suivi de l'orge puis de l'avoine. Les grains sont très riches en amidon. Digéré par les micro-organismes du rumen, l'amidon est transformé en produits acides. L'augmentation d'acidité dans le rumen nuit à la digestion de la fibre. Il peut en résulter un refus des aliments ainsi qu'une diminution de la production laitière et de la teneur en matière grasse du lait. Il faut donc augmenter la densité énergétique de la ration en servant plus de grain à haute énergie. On doit aussi maintenir un niveau de fibre assez élevé pour une bonne santé du rumen et de la vache.

Les glucides solubles (GS), c.-à-d. qui ne renferment pas de fibre, sont rapidement digérés. Ils forment un groupe de glucides qui comprennent les hydrates de carbone, l'amidon et la pectine. On détermine leur quantité dans un aliment au moyen de l'équation suivante : 100 - (NDF + PB + lipides + cendres). Dans la ration totale, les GS doivent constituer au moins 20 à 25 % de la MS mais pas plus de 40 à 45 %. Les rations dont la MS renferme de 35 à 37 % de glucides solubles ne causent aucun des troubles métaboliques généralement associés aux hautes teneurs en amidon des mélanges de grains et des compléments. Dans le cas de régimes qui contiennent beaucoup d'ensilage de maïs ou de grain, l'utilisation de sous-produits alimentaires riches en fibre contribue à réduire la charge d'amidon dans le rumen. Les sous-produits tels que les enveloppes de soya, le son de blé, les drêches de brasserie et de distillerie sont tout indiqués pour les rations visant une forte production laitière puisqu'ils sont pauvres en GS.

Quand les niveaux de grain sont au maximum, l'ajout de gras est un moyen plus coûteux d'élever le niveau d'énergie. Le gras coûte trop cher pour être servi à des vaches qui ne sont pas en début de lactation ou qui ne produisent pas au moins 35 à 40 kg de lait. Le gras contient au-delà de 2¼ fois plus d'énergie que les grains. Le gras ajouté améliore le bilan de l'énergie en diminuant la perte de poids de la vache, en prolongeant la production de haut niveau et en favorisant le retour précoce à un bilan positif d'énergie.

Il y a trois sortes de gras :

1) Les gras insaturés (ils sont liquides à la température de la pièce). Exemples : l'huile de maïs, l'huile de soya (dans les fèves entières), l'huile de coton (dans les graines entières).

2) Les gras saturés (ils sont solides à la température de la pièce). Exemple : le suif.

3) Les gras protégés : matières grasses traitées ou combinées à une autre substance pour empêcher leur dégradation dans le rumen. Exemples : le Megalac®, l'Energy Booster® et d'autres produits commerciaux.

À l'état naturel, les différents concentrés contiennent de 3 à 4 % de gras. On peut ajouter du gras supplémentaire jusqu'à ce que la MS de la ration en renferme au plus 7 à 8 %. On peut utiliser du gras provenant de multiples sources. Voir les indications du tableau 5. Une suralimentation en gras non protégés (particulièrement en huiles végétales) est nuisible. Cinq kilogrammes de soya torréfié ou de graines de coton entières fournissent environ 1 kg de gras. Au-delà des limites, on risque de perturber le métabolisme du rumen ou d'abaisser la digestibilité de la fibre ainsi que la teneur du lait en matière grasse et en protéine. Quand on inclut de hauts niveaux de gras (particulièrement de gras non protégés) dans la ration, on doit s'assurer que :

a) la teneur en calcium de la ration dépasse 1 % de la MS,
b) la teneur en magnésium de la ration dépasse 0,3 % de la MS,
c) l'apport de vitamine E s'élève à 1000 UI ou plus par vache par jour, sinon le gras risquerait de s'oxyder et le lait pourrait prendre un goût désagréable,
d) la concentration de PAI dans le rumen représente de 45 à 50 % des protéines de la ration.

Suivre ces directives concernant le grain et le gras pour permettre à chaque vache d'atteindre un pic de production qui approche autant que possible de son potentiel génétique. L'avantage de pousser le pic au maximum est de maintenir le plus haut niveau de production laitière tout au long de la lactation.


Tableau 5. Guide d'apport de gras dans la ration laitière

Sorte de gras

Gras (% de MS ingérée)

Apport de gras (kg par jour)

Naturels (fourrages, grains, etc.)

2 à 3 %

0,75

Non protégés (suif, huile de graines)

2 à 3 %

0,5*

Protégés (savons de calcium, gras

perlés, gras encapsulés)

2 à 3 %

0,5 à 0,6

* 2,5 kg de soya torréfié ou de graines de coton entières fournissent environ 0,5 kg de gras.

Préparation du mélange de concentrés

Les concentrés (grains) qui sont servis séparément plutôt qu'incorporés dans la RTM doivent être de mouture grossière-moyenne ou encore roulés. Une mouture correcte du grain améliore le taux de digestion de l'amidon, ce qui est désirable quand la ration contient de hautes teneurs en protéine dégradable. On permet ainsi aux micro-organismes du rumen d'utiliser l'amidon et les protéines simultanément, et on favorise au maximum la croissance microbienne. La mouture fine n'est pas désirable car elle crée un aliment pâteux et peu appétent. Dans les rations à forte proportion de grain, la mouture fine peut entraîner des troubles de rumen et une chute de la teneur en matière grasse. Par contre, les concentrés moulus fin ne posent aucun problème dans les RTM car ce type d'aliment ne manque pas d'appétence en général. Le grain entier n'est pas facilement digestible.

La présence de grains de maïs entiers (non digérés) dans les déjections signifie un gaspillage d'énergie. Ce phénomène est dû à des teneurs élevées en grain, au passage rapide des aliments dans le système digestif, à une carence de fibre ou à une mauvaise mouture des grains.

Moudre le maïs-grain rafle à moyen-fin. Les particules les plus grosses doivent être de la grosseur d'un pois. La mise en granules des concentrés est utile pour accélérer l'ingestion ou quand les concentrés ne sont offerts que dans la salle de traite. Si la ration contient suffisamment de fibre, les aliments granulés n'affectent pas la teneur du lait en matière grasse.

Gestion de l'alimentation

Il suffit de simples stratégies de gestion pour améliorer considérablement l'ingestion de MS et la production de lait. Voici quelques conseils en matière de gestion : Ne pas servir plus de 4 kg de concentrés par repas; Offrir les concentrés en plusieurs petits repas par jour plutôt qu'en deux gros repas, surtout par temps chaud; Distribuer le complément protéique après ou pendant le repas de concentrés; Servir le fourrage 1 ou 1½ heure avant les concentrés; Combiner les fourrages (p. ex. ensilage préfané et ensilage en coupe directe) ou offrir une RTM; Assurer la disponibilité des aliments dans les mangeoires ou les auges après l'heure de la traite; Adapter les stratégies d'alimentation au comportement alimentaire des vaches; Servir les fourrages plusieurs fois par jour et les RTM au moins deux fois; Rapprocher fréquemment les aliments des vaches en stabulation entravée; Nettoyer les auges et les mangeoires chaque jour, particulièrement par temps chaud; Nettoyer fréquemment les abreuvoirs et les auges; Allouer au moins 60 cm (2 pi) de mangeoire par vache; Permettre l'accès des vaches aux aliments au moins 22 heures par jour; Les vaches en santé et satisfaites consomment plus d'aliments; Le parage régulier des onglons améliore la mobilité de la vache et sa consommation d'aliments.

La présente fiche technique ne présente que des généralités sur la formulation des rations. Le seul moyen d'élaborer un programme d'alimentation particulier consiste à équilibrer complètement les rations. Un service informatique gratuit de formulation des rations est offert par tous les bureaux locaux du MAAO et par le Service de consultation sur l'alimentation du bétail, Direction des productions animales. Certaines fiches techniques pourront aussi être utiles : Comment équilibrer les rations de la vache laitière, AGDEX 410/52; Besoins des bovins laitiers en éléments nutritifs, AGDEX 410/53; Régie et alimentation des vaches taries, AGDEX 410/50; Évaluation de l'état de chair des bovins laitiers, AGDEX 411/10.

Formulation des rations complètes

Le tableau 6 contient des recommandations relatives aux aliments complets. Il s'agit de minimums à l'intention de professionnels en formulation de rations.


Tableau 6. Guide de formulation des rations complètes

 

Production de lait par jour

Début lact.

0-3 sem

TARIE

<20 kg

<45 lb

30 kg

65 lb

40 kg

90 lb

50 kg

110 lb

Protéines

Protéines brutes %

12-15

16

17

18

19

12

PDR, % de PB

63

61

60

55

55

-

PAI, % de PB

37

39

40

45

45

-

Energie

EN l, Mcal/kg

1,42-1,52

1,62

1,72

1,72

1,67

1,25

UNT, % de MS

63-67

71

75

75

73

56

Fibre

Fibre brute, %

17

17

15

15

17

22

FDA, %

21

21

19

19

21

27

NDF, %

28

28

25

25

28

35

Minéraux

Calcium, %

0,43-0,51

0,58

0,64

0,66

0,77

0,39

Phosphore, %

0,28-0,33

0,37

0,41

0,41

0,48

0,24

Potassium, %

0,9

0,9

1,0

1,0

1,0

0,65

Magnésium, %

0,2

0,2

0,25

0,25

0,25

0,2

Soufre, %

0,2

0,2

0,2

0,2

0,2

0,16

Sodium, %

0,18

0,18

0,18

0,18

0,18

0,1

Chlore, %

0,25

0,25

0,25

0,25

0,25

0,2

Manganèse, ppm

40

40

40

40

40

40

Cuivre, ppm

10

10

10

10

10

10

Zinc, ppm

40

40

40

40

40

40

Fer, ppm

50

50

50

50

50

50

Cobalt, ppm

0,1

0,1

0,1

0,1

0,1

0,1

Iode, ppm

0,6

0,6

0,6

0,6

0,6

0,6

Vitamines

Vitamine A, UI/kg

3200

3200

3200

3200

4000

4000

Vitamine D, UI/kg

1000

1000

1000

1000

1000

1200

Vitamine E, UI/kg

15

15

15

15

15

15

Nous tenons à remercier le Secrétariat d'État pour sa contribution financière à la réalisation de la présente fiche technique.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca