Les avantages et les coûts des litières de sable

Les avantages

Des producteurs ont observé que l'utilisation de litières de sable est associée à une diminution de la fréquence des mammites cliniques causées par des microorganismes de l'environnement comme E. coli. et les streptocoques. Bien qu'on ne possède pas de données de recherche précises à ce sujet, il semble logique que ces litières soient associées à une fréquence inférieure de mammite clinique puisqu'elles ne contiennent pas de matière organique et que les risques de prolifération bactérienne y sont donc moindres. Les producteurs signalent aussi que le nombre de cellules somatiques dans le lait diminue avec l'utilisation des litières de sable. Toutefois, une étude récente réalisée dans des étables modernes au Wisconsin a démontré qu'il n'y avait pas de différence dans les moyennes de CCS des troupeaux sur litière de sable comparativement aux troupeaux sur matelas de stalle. Ce résultat illustre vraisemblablement le fait que les infections à coliformes sont souvent de nature clinique et entraînent par conséquent le retrait du lait des réservoirs.

Le CCS du lait en vrac n'est peut-être par le meilleur moyen d'évaluer la corrélation entre les litières de sable et la mammite environnementale. L'utilisation de litières de sable pourrait n'être qu'une partie de la solution au problème de la mammite. Elle ne compense pas les mauvaises pratiques en matière de traite et d'hygiène, ni la ventilation déficiente dans l'étable. Les résultats de l'étude demeurent néanmoins assez surprenants compte tenu des témoignages des producteurs.

Les litières de sable présentent le net avantage de réduire le nombre de vaches ayant les jarrets enflés ou dénués de poils, ou qui présentent des blessures au genou. Des études sur le terrain, menées en Ontario, ont démontré que 9 % des vaches sur matelas de stalle présentaient des enflures aux jarrets comparativement aux vaches sur litières de sable et la proportion était plus élevée encore dans le cas des éraflures.

Les producteurs signalent également que les vaches ont plus d'adhérence et glissent moins dans les allées, ce qui réduit les blessures; les signes de chaleur sont aussi plus manifestes. La meilleure adhérence semble également être associée à une usure des sabots plus uniforme. Les observations sur le terrain, non confirmées par la recherche cependant, démontrent par ailleurs que les litières de sable réduisent les besoins de toilettage des vaches.

Les adeptes des litières de sable prétendent aussi qu'elles sont plus confortables pour les vaches, mais les recherches ne confirment pas cette affirmation. En effet, une étude parue sur le sujet a comparé le comportement des vaches sur une litière de 8 cm (3 po) de sable étalé sur une base argileuse et sur des matelas et a démontré que les vaches préféraient les matelas. Une bonne litière de sable doit cependant comporter de 20 à 25 cm (8-10 po) de sable et il n'existe pas d'étude qui évalue les préférences des vaches pour les matelas comparativement à des litières de sable si profondes. De toute manière, rien n'indique que les vaches refusent les stalles comportant des litières de sable; on présume donc que ces dernières doivent être suffisamment confortables.

Les coûts

Avec les litières de sable, la construction d'une stalle coûte de 60 à 80 $ de moins puisqu'on n'a pas à se procurer de matelas ni à couler 3 mètres carrés (30 pi2) de béton. Les coûts d'exploitation se situent entre 8 $ et 10 $ la tonne comparativement aux litières de matière organique qui valent de 40 à 50 $ la tonne.

Bon nombre de producteurs avancent que la paille est gratuite et qu'il est facile de s'en procurer. Mais les coûts réels de la paille peuvent atteindre 40 $ même si elle gratuite au départ, en raison des coûts de manutention et d'entreposage.

L'aspect économique des litières de sable n'est pas uniquement positif. La mise en place d'un système complexe d'évacuation du fumier ainsi que l'usure et les dommages additionnels de l'équipement risquent de coûter cher et d'annuler les économies décrites plus haut. Une vache pousse normalement de 20 à 25 kg de sable chaque jour à l'extérieur de la stalle lorsque le sable dépasse le muret, et de 10 à 15 kg dans le cas contraire.

On remplit généralement la stalle à l'aide d'un chargeur compact en y déchargeant une pelletée complète. Pour faciliter l'opération, les allées doivent être assez larges pour permettre les virages. Les chargeurs de taille moyenne auront besoin d'au moins 2,8 mètres (9 pi). Il est nécessaire d'utiliser un chargeur muni d'une pelle qui peut se déployer pour décharger le sable dans la moitié avant de la stalle sans avoir à le pousser dans cette direction. Le sable est ajouté toutes les trois ou quatre semaines et doit dépasser le muret de 15 à 18 cm (6-7 po) au remplissage. Lorsque les stalles sont remplies jusqu'à cette hauteur, il y a beaucoup de sable de repoussé à l'extérieur; par contre, cela nécessite moins de nettoyage, puisque les vaches poussent aussi le fumier avec le sable. Le nettoyage peut par contre être très fastidieux lorsque le sable n'atteint pas le niveau du muret, d'où l'importance d'ajouter régulièrement du sable et d'entretenir la litière. L'arrière de la stalle doit être nettoyé chaque jour entre les remplissages comme pour tout autre type de logette. Il est également recommandé de ratisser le sable dans les stalles pour plus de confort. Plusieurs soulèvent les séparations et attachent un petit cultivateur sur le côté de la pelle pour faciliter le ratissage.

L'ajout du sable dans les stalles exige beaucoup de travail et il est difficile de distribuer le sable uniformément avec le chargeur compact. Beaucoup de producteurs ont investi dans des éjecteurs de sable. Les éjecteurs les plus simples sont constitués de godets-chargeurs avant de 0,75 à 1,15 mètre cube (1 -1,5 verge cube), et coûtent de 3000 $ à 6000 $. Ils sont remplis entièrement puis vidés à l'aide d'une courroie qui éjecte le sable à l'extérieur du godet à mesure que l'appareil circule à l'arrière de logettes.

Puisqu'un mètre cube ne permet de remplir que quelques stalles, les plus grosses exploitations préfèrent souvent utiliser des éjecteurs sur remorque d'une capacité de 2,2 à 4,4 mètres cubes ( 3-6 verges cubes) qui coûtent entre 20 000 et 25 000 $. Chargées, ces remorques pèsent de 14 à 20 tonnes; les planchers, surtout les caniveaux sous plancher de lattes doivent donc être construits de manière à pouvoir supporter une telle charge L'utilisation d'un éjecteur permet entre autres de réduire la quantité de sable utilisée à chaque remplissage et de répéter l'opération plus souvent pour remplir la stalle à juste un peu plus que la pleine capacité, afin de réduire la quantité de sable dans le fumier sans compromettre le confort des vaches.


Auteur : Jack Rodenburg - Chef du programme des systèmes de production laitière/MAAARO
Date de création : 23 mai 2007
Dernière révision : 23 mai 2007

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca