Répercussions sur les fourrages

Les analyses toujours aussi importantes - Nouvelle technique de laboratoire pour savoir quoi ajuster.


Dans de nombreuses régions du Canada cette année, la qualité des fourrages a laissé les producteurs laitiers en plan à la suite d'une saison de culture si pluvieuse que les niveaux de digestibilité et les teneurs en unités nutritives sont amoindris. Quand vos fourrages vous semblent de qualité moindre, si vous les faites analyser en laboratoire vous pouvez mieux anticiper les problèmes ultérieurs de production et planifier vos rations pour mieux les équilibrer.

L'évaluation précise de l'énergie nette (ÉN) et des unités nutritives totales (UNT) des plantes fourragères permet d'obtenir une formulation plus fiable et de mieux prédire les performances du troupeau. Lorsqu'on évalue mal la digestibilité des plantes fourragères, les " vaches ne donnent pas tout le lait qu'elles devraient ".

On a recours, depuis plus de trente ans, à l'analyse de la fibre par détergent acide (FDA) pour estimer l'ÉN et les UNT et on utilise la méthode par détergent neutre (FDN) pour évaluer l'ingestion alimentaire. Bien que ces deux techniques permettent de bien mesurer la quantité de fibres dans la plante fourragère, elles ne fournissent pas nécessairement une mesure exacte de la digestibilité de ces fibres.

Pour mesurer la digestibilité des fibres, on peut aussi calculer le pourcentage de lignine, la partie ligneuse non digestible de la plante. Toutefois, les recherches ont démontré que ce pourcentage ne tient pas suffisamment compte de la variabilité de la digestibilité des fibres selon la méthode par7 détergent neutre (DFDN).

De nouvelles techniques pour évaluer l'énergie digestible sont perfectionnées sans cesse et elles sont de plus en plus raffinées. Elles peuvent vous fournir des résultats plus précis sur la DFDN et vous permettre de mieux formuler et équilibrer vos rations.

Digestibilité in vitro des FDN

La meilleure façon de déterminer la DFDN est de mesurer la digestibilité au cours d'une fermentation in vitro, ou en tube d'essai. Pour mesurer la digestibilité in vitro, on utilise des fluides de rumen vivant et l'on mesure la quantité d'aliments digérés dans des conditions simulées. Le temps requis est généralement de 24, 30 ou 48 heures.

Pour les besoins nutritifs des bovins laitiers, le National Research Council américain a adopté cette méthode pour déterminer l'ÉN en utilisant les valeurs de DFDN lors d'incubations de 48 heures. Les mesures des FDN peuvent varier d'un lot ou d'un laboratoire à l'autre, mais ces données sur la DFDN sont souvent plus utiles aux spécialistes en nutrition des animaux à des fins d'ajustement, que les résultats sur l'ÉN et les UNT. Les laboratoires commerciaux d'analyse d'aliments pour animaux en Ontario peuvent généralement effectuer les analyses in vitro de digestibilité des FDN.

Analyse NIR

Les chercheurs ont également mis au point des techniques pour mesurer la digestibilité des FDN à l'aide de la spectroscopie de réflectance dans le proche infra rouge (NIRS). Ces techniques évaluent la composition en unités nutritives des plantes fourragères grâce à la réflectance de longueurs d'ondes spécifiques de la lumière. Cette approche repose sur la corrélation entre les résultats obtenus de la mesure in vitro de la digestibilité des FDN et les mesures des mêmes échantillons analysés par NIR.

L'analyse NIRS est moins onéreuse et plus rapide que les analyses chimiques humides traditionnelles et les méthodes in vitro. Cependant, l'analyse NIRS est souvent considérée moins précise que l'analyse de la digestibilité des FDN in vitro. C'est surtout vrai si les équations de calibrage utilisées par le laboratoire sont basées sur un nombre limité d'échantillons.

L'incohérence des techniques d'analyse NIR est probablement plus visible avec des fourrages de qualité moindre. À mesure que la banque de données d'analyse NIR est enrichie cependant, l'exactitude de l'analyse de digestibilité des FDN se précise aussi. Par ailleurs, pour les fourrages de qualité moindre on obtient des résultats plus fiables avec la méthode d'analyse in vitro.

Amélioration de l'énergie et de l'ingestion alimentaire

Les mesures de digestibilité des FDN d'une plante fourragère peuvent être très variables. La digestibilité des FDN fournit une estimation plus précise que les UNT, l'ÉN et le potentiel d'ingestion alimentaire. Une augmentation de la digestibilité des FDN donnera des valeurs d'énergie plus élevées et peut-être, encore plus important, une ingestion accrue de fourrages.

Une augmentation même légère de la digestibilité des fibres peut augmenter de manière significative l'ingestion de matière sèche. Les recherches ont démontré une augmentation d'unité de 1 % par ingestion de 0,37 lb de plus de matière sèche, résultant en 0,55 lb de lait de plus par vache par jour. Des taux d'ingestion plus élevés de plante fourragère à plus haute teneur en énergie devraient permettre à des vaches fraîches de mieux maintenir leur poids et d'être à nouveau en gestation plus tôt.

En mesurant la digestibilité des fibres, on peut équilibrer la ration avec plus de précision et mieux prévoir la performance du troupeau. Cela permet aussi de mieux comparer les différentes plantes fourragères.

Si l'analyse de deux échantillons d'ensilage préfané se résume ainsi : 19 % de matière azotée totale (MAT), 31 % de FDA et 42 % de FDN, peut-on les considérer équivalents? Si les résultats d'analyse de digestibilité des FDN sont disponibles et que la plante no 1 présente un taux de digestibilité de 40 % et que le même taux pour la plante no 2 est de 60 %, on conclut que la production de lait ou le gain sera supérieur avec la plante no 2.

Influence de la maturité sur la digestibilité de la FDN

La digestibilité de la FDN de l'ensilage préfané de luzerne peut varier de 70 à 35 %. La digestibilité des fibres est surtout liée à la maturité et à la date de récolte, deux aspects qui influencent aussi le pourcentage de la FDN et d'autres caractéristiques de la qualité des fourrages. La quantité et le moment où les précipitations sont tombées ont grandement influé sur le moment où vous avez pu récolter vos cultures fourragères cette année.

La FDN dans les feuilles est plus digestible que dans les tiges. La lignification du procambium dans les tiges matures diminue considérablement la digestibilité des fibres, puisque la lignine ne se digère pas. Plus la plante se développe, plus le ratio feuille tige diminue, tout comme la digestibilité des fibres.

Autres facteurs agronomiques qui influencent la digestibilité des FDN

En général, la digestibilité des FDN des graminées et du maïs ensilé récoltés au bon moment sera supérieure à celles des légumineuses. Cela explique pourquoi les vaches laitières qui se nourrissent de foin fauché tôt en saison affichent de meilleurs rendements que ne semblent pas révéler les analyses de FDA et de FDN.

La digestibilité des fibres de graminées qui sont fauchées tôt est très élevée, mais elle diminue plus rapidement à mesure que la maturité avance. La digestibilité des légumineuses avant l'apparition des bourgeons est inférieure à celle des graminées, mais la digestibilité de la fibre des légumineuses diminue plus lentement.

Les conditions de croissance, comme la température et l'humidité, influencent aussi la lignification et la digestibilité de la FDN. La digestibilité des fibres des fourrages de première coupe est généralement plus élevée que celle des coupes ultérieures.

Analyses de laboratoire

Demandez les données sur la digestibilité de la FDN lorsque vous expédiez vos échantillons de fourrage pour analyse. Discutez avec le représentant du laboratoire d'analyse des fourrages et votre nutritionniste animal de la possibilité d'avoir recours à cette technologie pour améliorer la qualité des fourrages, l'équilibre des rations et la performance du troupeau.

Les nutritionnistes devraient évaluer la digestibilité des FDN pour déterminer leur potentiel de passage dans le rumen et de réduire l'ingestion de matière sèche totale et de fourrage des vaches.

Ces deux facteurs influent sur la teneur en énergie du fourrage facilement disponible pour la vache. Les résultats de la digestibilité de la FDN ajoutent à ce que vous savez de ce que vos vaches consomment, des raisons pour lesquelles la production est peut-être à la baisse et des choix qui s'offrent à vous pour maximiser leur ration.

Cet article est paru dans la colonne " Ruminations " du numéro d'novembre 2008 de " Ontario Milk Producer ".

 


Auteur : Joel Bagg - Spécialiste des fourrages/MAAARO; Tom Wright - Spécialiste de la nutrition des bovins laitiers/MAAARO
Date de création : novembre 2008
Dernière révision : 16 janvier 2009

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca