Le coût d'élevage des génisses laitières de remplacement


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 412
Date de publication : Décembre 2011
Commande no. 11-056
Dernière révision : aôut 2012
Situation : En remplacement de la fiche technique no 09-064 du MAAARO, qui porte le même titre
Rédacteur : B. Lang

Le coût d'élevage des génisses laitières de remplacement est important. De nouvelles études montrent les répercussions que peut avoir l'élevage des génisses de remplacement sur le bénéfice net d'une exploitation laitière.

En raison des taux élevés de renouvellement du troupeau et de l'âge plus avancé des génisses au premier vêlage, plusieurs exploitations doivent avoir un plus grand nombre de génisses simplement pour maintenir la taille du troupeau laitier.

D'après une analyse récente, fondée sur les données d'enquête du Programme d'analyse de la comptabilité des exploitations laitières de l'Ontario de 2010, le coût d'élevage d'une génisse laitière s'élève à 2 252 $, de la naissance au vêlage. Ce programme, dirigé par les Dairy Farmers of Ontario (DFO), a permis de recueillir des données dans 64 fermes laitières de l'Ontario.

Selon cette analyse, les coûts au comptant s'élevaient à 1 483 $, et la plus grande partie des frais était attribuable aux coûts des aliments achetés et de la production des cultures (tableau 1). Les coûts d'alimentation ne comprenaient pas la valeur du colostrum ou du lait dont était nourri le veau. L'étude s'est servie des coûts de production des cultures au lieu d'évaluer directement les aliments produits à la ferme.

Des dépenses de réparations de 282 $ par génisse représentaient une partie importante des coûts au comptant. Les frais d'intérêts totalisaient 167 $.

La plupart des producteurs peuvent facilement calculer les coûts au comptant de l'élevage d'une génisse, mais ils sous-estiment souvent les coûts indirects et le coût de leurs heures de travail et de gestion.

Table 1. Coût d'élevage d'une génisse, Ontario, 2010
Poste
Coût
Coûts au comptant:  
Aliments achetés
275 $
Coût de production des cultures
127 $
Vétérinaires, médicaments, reproduction
109 $
Autres coûts associés à l'animal
133 $
Construction, amélioration et entretien des terres
183 $
Réparations et entretien, machinerie et équipement
99 $
Carburant et lubrifiants
78 $
Travail à forfait
81 $
Impôt foncier et assurances
85 $
Électricité et téléphone
23 $
Salariés
73 $
Autres dépenses
49 $
Intérêts
167 $
Total partiel des coûts au comptant
1 483 $
Amortissement des installations
121 $
Amortissement de la machinerie et de l'équipement
131 $
Main-d'œuvre non rémunérée 30, 4 h @ 17 $/h
517 $
TOTAL
2 252 $

Source: Données 2010 du Programme d'analyse de la comptabilité des exploitations laitières de l'Ontario

Les frais d'amortissement des bâtiments et de l'équipement utilisés pour les génisses, au montant de 252 $, se sont ajoutés à ces coûts. Selon l'étude, il faut compter 30,4 heures non rémunérées de travail et de gestion pour élever une génisse.

Quelle est la valeur des heures de travail et de gestion non rémunérées nécessaires pour élever une génisse? À 17 $ de l'heure, on arrive à 517 $, ce qui porte le coût total d'élevage d'une génisse à 2 252 $.

Les coûts ont diminué d'environ 10 % par rapport à une analyse semblable réalisée dans la province en 2007. Ce sont les coûts d'intérêts, les frais d'amortissement et les coûts de main-d'œuvre non rémunérée qui ont le plus diminué. Dans l'étude de 2010, il y avait presque 9 heures de moins affectées au poste de main-d'œuvre non rémunérée, bien qu'on ne sache pas trop pourquoi.

Certains producteurs vont évaluer leur travail à un taux inférieur et d'autres à un taux supérieur. À 12 $ de l'heure, le coût total d'élevage d'une génisse serait de 2 100 $. Si l'on avait utilisé le taux des DFO pour la main-d'œuvre et la gestion, soit 26,60 $, le coût d'élevage d'une génisse aurait atteint 2 544 $.

Le nouveau programme Profit Profiler conçu par CanWest DHI a une façon particulière d'étudier les coûts par génisse. Selon les calculs effectués dans le cadre du programme Profit Profiler, le coût d'élevage des génisses dans les fermes laitières représentait en moyenne 11 % des revenus tirés de la vente du lait. Les coûts par génisse se situaient entre 9 et 13 % des revenus tirés de la vente de lait pour les groupes situés dans la fourchette du 25e au 75e percentile.

Le programme Profit Profiler a calculé que les coûts annuels moyens d'élevage d'une génisse étaient de 900 $, frais d'intérêt et amortissement exclus. Si la moyenne d'âge au vêlage est de 26,6 mois, il en coûte 2 000 $, plus les intérêts et l'amortissement, pour élever une génisse jusqu'à l'âge du vêlage.

Le programme Profit Profiler a sélectionné les 20 troupeaux dont l'âge au premier vêlage était le plus bas et les 20 troupeaux dont l'âge au premier vêlage était le plus élevé, parmi les 85 troupeaux utilisés pour leurs données 2009-2010 (tableau 2). À noter que les troupeaux du programme Profit Profiler sont généralement au-dessus de la moyenne provinciale de 305 jours de lactation.

L'âge moyen au premier vêlage était de 24,0 mois pour le groupe d'âge inférieur et de 28,2 mois pour le groupe d'âge supérieur.

Les coûts moyens quotidiens d'élevage d'une génisse étaient semblables pour les deux groupes; toutefois, en raison de la différence de quatre mois en ce qui a trait à l'âge au premier vêlage, le coût total d'élevage par génisse jusqu'au vêlage, pour le groupe d'âge supérieur, était de 300 $ de plus.

Tableau 2. Comparaison entre troupeaux, selon l'âge au premier vêlage (plus jeune âge et âge le plus avancé) 
Plus jeune âge au premier vêlage
Âge le plus avancé au premier vêlage
Âge @ 1er vêlage (mois)
24.0
28.2
Coût moyen/jour jusqu'au vêlage
2,57 $
2,54 $
Coût jusqu'au vêlage (excluant les intérêts et l'amortissement)
1 882 $
2 178 $
Lait - 1ère lactation de 305 jours
9 182
8 739
Coût total par génisse en pourcentage du revenu tiré des ventes de lait
12,1 %
13,0 %
Lait vendu par vache/année (troupeau)
9,841
8,440
Source: Données du programme CanWest DHI Profit Profiler

L'étude réalisée dans le cadre du programme Profit Profiler a également montré que la production de lait des génisses en première lactation et les volumes moyens de lait du troupeau par vache étaient plus élevés dans les fermes où les génisses étaient plus jeunes au premier vêlage, comparativement aux fermes où les génisses étaient plus âgées au premier vêlage.

Coûts variables dans des régions différentes

Les coûts observés en Ontario sont semblables à ceux des États-Unis.

En 2007, un rapport de l'Université du Wisconsin estimait que le coût d'élevage d'une génisse au Wisconsin était de 1 649 $US, soit une hausse de 31 % par rapport à 1998.

Une analyse menée en 2007 par l'Université Cornell et la Cornell Co-operative Extension dans l'État de New York donnait un coût moyen de 1 734 $US, pour élever une génisse. Cette étude a analysé les données de 17 fermes qui possédaient en moyenne 885 génisses.

Par ailleurs, les heures de travail requises pour élever une génisse étaient très différentes dans les études de l'Ontario et dans celles des États de New-York et du Wisconsin, soit 18,2 et 21,3 heures par génisse respectivement dans les États de New York et du Wisconsin, et 35,1 heures en Ontario.

Tableau 3. Génisses requises pour assurer le renouvellement d'un troupeau de 100 vaches
Approximatif

Coût total

SUS/tête/jour

Poids (lb)
Age (mois)
Pré-sevrée
5,42
215
2,5
1,75
309
4,0
1,66
398
5,5
1,71
514
8,0
1,62
618
10,0
1,75
705
11,5
1,88
815
13,5
2,33
896
15,0
2,46
1 016
18,0
2,38
1 114
19,5
2,26
1 209
21,5
2,60

Source: Zwald et al.

On ignore pour quelles raisons les heures de travail nécessaires pour élever une génisse sont considérablement plus élevées en Ontario qu'à New York et au Wisconsin. Deux explications sont possibles :

1) Les études de New York et du Wisconsin étaient fondées sur des entreprises plus grandes qu'en Ontario. 2) En Ontario, les génisses avaient un âge moyen de 27 mois au premier vêlage, alors que dans les deux rapports américains, l'âge moyen au premier vêlage était d'environ 24 mois.

L'étude du Wisconsin estimait le coût quotidien d'élevage d'une génisse à différents âges et à différents poids (tableau 3). Comme prévu, les coûts pour veaux pré-sevrés étaient les plus élevés, soit 5,42 $US/jour. Après le sevrage, les coûts allaient de 1,60 à 1,80 $US/jour jusqu'à 10 mois. Ensuite, les coûts quotidiens montaient à 2,60 $US à 21 mois, alors que les génisses gestantes approchaient du vêlage.

Tableau 4. Génisses requises pour assurer le renouvellement d'un troupeau de 100 vaches

Taux de renouvellement

annuel du troupeau laitier*

Âge au premier vêlage

(mois)

24
26
28
30
20 %
46
50
54
58
25 %
58
62
67
72
30 %
69
75
81
85
35 %
81
87
94
101
40 %
92
100
107
115

* Inclut une marge de 15 % pour les animaux réformés, ceux qui ne sont pas aptes à la reproduction et pour les décès.

Incidence des coûts d'élevage des génisses

Le nombre d'animaux nécessaires au renouvellement du troupeau peut avoir une incidence mesurable sur les coûts totaux de l'exploitation, lorsqu'on tient compte du coût d'élevage moyen d'une génisse. Le tableau 4 présente le nombre d'animaux de remplacement nécessaires au renouvellement du troupeau. On y tient compte de deux facteurs : l'âge au premier vêlage et le pourcentage de renouvellement annuel du troupeau laitier. Le tableau comprend une marge de 15 % pour les animaux réformés, inaptes à la reproduction et décédés.

Les troupeaux ontariens inscrits au plan d'amélioration des troupeaux laitiers ont actuellement 26,6 mois en moyenne au premier vêlage et leur taux de renouvellement annuel est de 32 %.

Les exemples suivants montrent l'incidence des coûts d'élevage des génisses. Pour l'un des troupeaux, l'âge au premier vêlage est inférieur à la moyenne, et pour l'autre, l'âge au premier vêlage et le pourcentage de renouvellement annuel sont plus élevés.

Pour un renouvellement adéquat du troupeau, un troupeau de 100 vaches, dont le pourcentage de renouvellement est de 30 % et l'âge au premier vêlage est de 24 mois, devrait avoir 69 génisses disponibles. Un deuxième troupeau de 100 vaches, qui a un taux de renouvellement de 40 % et dans lequel l'âge au premier vêlage est de 28 mois, devrait avoir 107 génisses pour répondre aux besoins de renouvellement du troupeau.

Les 38 génisses supplémentaires nécessaires pour le second troupeau représentent une importante dépense additionnelle. L'éleveur du premier troupeau pourrait vendre six génisses de plus chaque année, et réduire d'autant ses dépenses nettes de l'exploitation consacrées aux génisses. Dans le cas du second troupeau, il faudrait acheter cinq génisses chaque année pour avoir suffisamment d'animaux de remplacement.

Conclusion

Les génisses représentent un important investissement pour l'avenir des fermes laitières. Cependant, comme pour tous les investissements, l'examen des coûts et des revenus peut se révéler rentable pour l'exploitation.

Références

Karszes, J., C. Wickswat et F. Vokey. Dairy Replacement Programs: Costs & Analysis, December 2007. Université Cornell, 2008.
Zwald, A., T.L. Kohlman, S.L. Gunderson, P.C. Hoffman et T. Kriegl. Economic Costs and Labor Efficiencies Associated with Raising Dairy Herd Replacements on Wisconsin Dairy Farms and Custom Heifer Raising Operations. Université du Wisconsin, 2007.

La présente fiche technique a été rédigée par Brian Lang, chargé de programme, systèmes de production laitière, MAAARO, Woodstock.

Nous remercions particulièrement Phil Cairns et Kristen Benke, du Dairy Farmers of Ontario, qui ont aidé à résumer le rapport 2010 du Programme d'analyse de la comptabilité des exploitations laitières de l'Ontario, ainsi que Bill Grexton du CanWest DHI concernant les données du programme Profit Profiler.