Démythifier l'agriculture dans le nord

Qu'est-ce qui entrave l'expansion de l'agriculture dans le nord? Dans le cadre de la récente étude intitulée Comprendre les obstacles liés à l'élevage de bétail dans la Clay Belt : une analyse économique, sociale et environnementale, qui a été menée par Wayne Caldwell, Ph. D., RPP, MCIP, Sara Epp, Ph. D., Isabelle Chouinard-Roy, M.A., Anthony Miron, B.A.A., et Gabriella Miron, B.A.A., on a examiné quelques obstacles à l'expansion du secteur agricole dans la grande région la Clay Belt dans le nord de l'Ontario. L'Université de Hearst s'est associée à l'Université de Guelph pour examiner les difficultés et les possibilités que présente la production de bétail dans le nord.

L'étude comportait quatre objectifs principaux :

  1. Sonder, auprès de la population générale locale, y compris des Premières Nations et des Mennonites, les opinions à l'égard des exploitations d'élevage de bétail afin d'identifier les avantages ainsi que les difficultés perçus en lien avec cette problématique.
  2. Évaluer et comprendre les perceptions à l'égard des exploitations d'élevage de bétail auprès des personnes ayant une certaine expertise (agriculteurs, entrepreneurs, membres des associations locales de la région ou du Sud, décideurs des agences gouvernementales et du MAAARO).
  3. Identifier les difficultés et les obstacles liés à l'établissement d'exploitations d'élevage de bétail.
  4. Proposer des moyens et des actions nécessaires pour réduire ou éliminer ces obstacles.

La connaissance de ces obstacles devait permettre de trouver des moyens d'assurer l'expansion de l'industrie de l'élevage dans la région de la Clay Belt.

En cherchant des moyens d'assurer l'expansion de l'agriculture dans le nord, on a examiné dix mythes :

  1. Obstacles liés à la langue
  2. Absence d'emplois
  3. Absence d'activités sociales et récréatives
  4. Climat
  5. Accès limité aux soins de santé
  6. Options limitées quant aux études postsecondaires
  7. Incapacité à faire pousser certaines récoltes
  8. Accès limité aux services agricoles dans le nord
  9. Isolement/éloignement
  10. Faible rétention des jeunes
  1. Obstacles liés à la langue : On a souvent l'impression qu'il faut parler français pour vivre dans le nord. En fait, bien qu'une grande partie de la population de la région de la Clay Belt parle le français, la majorité des résidents sont bilingues. En effet, près de 90 % de la population de la Clay Belt se considère comme bilingue ou ne parle que l'anglais.
  2. Absence d'emplois : Les exploitations agricoles en démarrage ont souvent besoin d'une source de revenus externe pour pouvoir effectuer les importantes dépenses en immobilisations que nécessite l'agriculture. L'accès à des emplois est une préoccupation souvent exprimée. En réalité, de nombreux emplois sont possibles dans le nord de l'Ontario, notamment dans les secteurs des services et du tourisme ou l'industrie minière. En effet, une étude menée par la Commission de formation du nord-est avec l'aide de données provenant de Statistique Canada prévoit qu'entre 2016 et 2036, plus de 40 % des personnes qui travaillent dans la région prendront leur retraite.
  3. Absence d'activités sociales et récréatives limitées : Il y a un large éventail d'activités culturelles et récréatives dans le nord. La plupart des villes offrent des festivals et des spectacles tout au long de l'année, sans compter que la région possède les meilleurs sentiers de motoneige et de VTT de la province. De plus, les possibilités de chasse, de pêche et de camping sont nombreuses.
  4. Climat : Il y des gens qui pensent qu'il fait toujours froid dans le nord de l'Ontario. Bien que l'hiver puisse être plus long dans le nord, les températures d'été ne diffèrent pas tant de celles du sud de l'Ontario. En effet, si on compare les températures moyennes en été à Kapuskasing et à Guelph, la différence n'est que de deux ou trois degrés Celsius.
  5. Services de santé extrêmement limités : Bien que l'accès aux médecins spécialistes soit limité dans le nord de l'Ontario, la majorité des communautés accueille des médecins, des dentistes et des infirmiers praticiens. On trouve la plupart des spécialistes dans les centres régionaux, comme c'est le cas dans le sud de l'Ontario.
  6. Impossibilité d'entreprendre des études postsecondaires : Le nord de l'Ontario compte plusieurs universités, collèges et instituts techniques.
  7. Incapacité à faire pousser certaines récoltes à cause du climat et de la topographie : Il existe de vastes régions dans le nord de l'Ontario qui ont un climat et un sol adéquats pour produire un éventail de cultures et pour élever du bétail. [Traduction] «Avec les nouvelles technologies et le réchauffement climatique, le rendement des récoltes s'améliore et l'éventail de récoltes qui peuvent pousser dans le nord de l'Ontario s'élargit» (Caldwell et autres 2018). Le nombre moyen de degrés-jours a augmenté de même que le nombre de cultures en raison des conditions de croissance de plus en plus favorables. Par exemple, l'ensilage de maïs, le soja, le blé d'hiver et les riches herbages qui peuvent soutenir les agriculteurs sont de plus en plus courants dans la région.
  8. Accès limité aux services agricoles dans le nord : Une multitude de services agricoles sont offerts dans certaines communautés, qui desservent une vaste région. Voici quelques exemples : abattoirs, services vétérinaires, marchés agricoles, vente et location d'équipement agricole, vente d'aliments pour le bétail et de semences, vente et transport de bétail, conseillers agricoles certifiés, équipement et services à valeur ajoutée et matériaux de construction. Une carte de ces services peut être consultée à l'adresse suivante
  9. Isolement/éloignement : Le fait de vivre dans une région éloignée suscite de l'inquiétude. Plusieurs communautés du nord de l'Ontario jouissent d'un fort sentiment d'appartenance et de réseaux sociaux bien développés pour assurer la qualité de vie des résidents.
  10. Faible rétention des jeunes : S'il est vrai que beaucoup de jeunes partent étudier ailleurs dans la province, un grand nombre choisissent d'étudier et de travailler dans le nord de l'Ontario. De plus, au cours des dernières années, un mouvement entrepreneurial a pu être observé dans la Clay Belt, où de jeunes entrepreneurs reviennent dans la région pour lancer une variété d'entreprises et d'initiatives, comme la Cordonnerie Francoeur de Kapuskasing, La chèvre laitière de Hearst Ltée et la Fromagerie Kapuskoise.

Le texte intégral de l'étude qui propose des solutions pour l'agriculture dans le nord peut être consulté ici


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca