Les avantages des protéines et les mérites des compléments de méthionine en fin de gestation

Le dernier trimestre est une période cruciale pour la vache, qui doit maintenir son état corporel et son poids corporel avant la lactation, tout en soutenant la croissance et le développement rapides du fœtus. C'est pendant cette période que se produit plus de 60 % de la croissance du veau et des membranes qui l'entourent et que, par conséquent, les besoins en éléments nutritifs de la vache augmentent (Bauman et Currie 1980). Traditionnellement, un complément protéique pouvait être donné aux vaches de boucherie en gestation, et il a été démontré que cela améliorait le rendement des vaches (Larson et autres 2014). Sur les pâturages de qualité inférieure, des producteurs peuvent donner aux vaches en gestation un complément protéique supplémentaire égal ou supérieur à ce dont elles ont besoin afin d'améliorer la santé de la mère et la croissance future du veau. Cependant, cela a également pour effet d'accroître la quantité d'énergie de l'alimentation, et on ne sait pas si c'est l'énergie ou les protéines qui ont la plus grande incidence sur ces facteurs. En outre, si le complément protéique peut avoir un effet positif sur le rendement des vaches, il peut également accroître les déchets azotés excrétés dans les matières fécales et l'urine (Burgos et autres 2010). Tandis qu'on exige que les producteurs réduisent davantage les effets de leurs activités sur l'environnement, il faut explorer d'autres options concernant les compléments protéiques. L'une d'elles consiste à donner directement à l'animal des acides aminés simples, qui sont les éléments constitutifs des protéines, afin de lui fournir une protéine plus complète. La méthionine est probablement le premier acide aminé limitant qu'on trouve dans le fourrage donné aux bovins de boucherie (Waterman et autres 2012). En tant que donneur de groupe méthyle, la méthionine peut également avoir une incidence sur les réponses à la programmation fœtale, et influencer le rendement futur des vaches. Par conséquent, on a récemment effectué des essais pour évaluer l'influence qu'ont les compléments de protéines et de méthionine sur le rendement des vaches de boucherie en gestation.

Complément de méthionine

Nos travaux

Au Centre de recherche d'Elora sur les bovins de boucherie de l'Université de Guelph, 99 vaches et 39 génisses ont été soumises à l'un de six régimes basés sur 90 %, 100 % ou 110 % des besoins totaux en protéines métabolisables (PM) (NRC, 2016), avec ou sans 9 g/j de méthionine protégée dans le rumen (Smartamine®M, Adisseo Inc.), pendant les 60 jours précédant la date de vêlage prévue (tableau 1). On a nourri les animaux individuellement à l'aide d'un système Calan et on leur a donné une ration totale mélangée de base contenant de la paille et de l'ensilage préfané. Chaque animal a reçu son complément respectif de sorte qu'il ait un niveau d'énergie stable entre les traitements protéiques d'après son poids et son stade de gestation. Les protéines ont été équilibrées à l'aide de soya, et l'énergie a été ajustée au moyen de gras palmitique. Pendant les essais, la variation du poids corporel a servi à mesurer le rendement des vaches. On a calculé la variation du poids corporel corrigé en fonction de la gestation afin d'estimer le poids de la vache sans le fœtus, les membranes qui l'entourent et les fluides (Silvey et Haydocks 1978). De plus, on a prélevé des échantillons de sang avant le vêlage afin de surveiller les changements métaboliques chez la vache et on a mesuré la digestibilité dans l'ensemble du tube digestif pour estimer l'incidence sur la digestibilité des aliments.

Répartition des traitements pour les vaches et les génisses nourries pendant 60 jours avant la date de vêlage prévue

Figure 2 - Répartition des traitements pour les vaches et les génisses nourries pendant 60 jours avant la date de vêlage prévue

Les résultats

Les vaches ayant reçu une alimentation basée sur 90 % des besoins en PM ont subi une perte de poids corporel (voir le tableau 1), poids corporel corrigé en fonction de la gestation, et la digestibilité dans l'ensemble du tube digestif a diminué. Pour le bétail ayant reçu une alimentation dont la concentration de protéines métabolisables était supérieure à leurs besoins, on a relevé une augmentation de la matière sèche (MS), des protéines brutes (PB), de la fibre au détergent acide (FDA) et de la digestibilité de l'énergie (ENe Mcal/kg). Le complément de méthionine n'a eu aucune incidence sur le rendement de la vache; cependant, les résultats des analyses sanguines indiquent qu'un complément de méthionine protégée dans le rumen fait augmenter le glucose et réduit les acides aminés essentiels (AAE), les acides aminés à chaîne ramifiée (AACR) et la concentration sérique d'acides aminés cétogènes (AAC) (tableau 2). L'augmentation des protéines alimentaires a fait hausser les concentrations circulantes d'urée (P < 0,001) et a réduit les concentrations d'acides gras non estérifiés (AGNE) (P < 0,03). Cela peut indiquer que, même si la méthionine a eu peu d'incidence sur les mesures à grande échelle, comme la variation du poids corporel ou de l'état corporel, on a noté des différences dans les voies métaboliques. Chez les vaches ayant reçu de la méthionine, on a constaté une augmentation de la disponibilité du glucose. Des traitements expérimentaux plus extrêmes auraient pu donner lieu à des différences de rendement. Ni le supplément protéique ni le supplément de méthionine n'ont influé sur la naissance du veau. Par conséquent, le fait d'inclure dans la nourriture des vaches une concentration de protéines métabolisables moins élevée que celle dont elles ont besoin peut limiter le rendement en fin de gestation et réduire au minimum la digestibilité du fourrage.

Tableau 1. Rendement et digestibilité apparente dans l'ensemble du tube digestif du bétail nourri avec des aliments contenant 90 %, 100 % ou 110 % de protéines métabolisables

Variable
% de protéines métabolisables dans l'alimentation
90 %
100 %
110 %
Gain de poids corporel (kg)
-5,7a
2,8b
4,5b
Poids corporel corrigé en fonction de la gestation (kg)
-30,8a
-21,9b
-22,9b
% de digestibilité de la MS
66,8b
67,2b
68,7a
% de digestibilité des PB
64,1c
67,8b
72,0a
% de digestibilité de la FDA
58,4b
58,5b
59,9a
% de digestibilité de la fibre de détergent neutre
60,1ab
59,6b
61,0a
% de digestibilité de l'énergie
72,1b
72,3b
73,6a

z Les différentes lettres en exposant indiquent une différence P > 0,05. Aucune différence pour la méthionine P > 0,10.

Tableau 2. Concentration sérique d'acides aminés et concentration de métabolites chez le bétail ayant reçu (ou non) de la méthionine protégée dans le rumen

Variable
Traitement
Valeur P
Teneur en protéines métabolisables
Méthionine
90 % de PM
100 % de PM
110 % de PM
Erreur-type
MET +
MET -
Erreur-type
Protéine
MET
Protéine totale g L-1
69,20
68,67
70,45
1,04
70,09
68,79
0,98
0,09
0,06
Urée mmol L-1
3,42a
3,96b
4,56c
0,25
3,92
4,04
0,24
<,001
0,28
BHBA µmol L-1
312
302
279
13,3
291
305
11,4
0,12
0,29
AGNE mmol L-1
0,68a
0,65ab
0,55b
0,05
0,62
0,63
0,05
0,028
0,84
Cholestérol mmol L-1
5,05a
4,44b
3,79c
0,20
4,36
4,49
0,19
<,001
0,38
Insuline µg L-1
0,20
0,21
0,22
0,03
0,21
0,21
0,03
0,72
0,95
Glucose mmol L-1
3,66
3,61
3,70
0,06
3,74
3,58
0,06
0,54
0,02
Ratio insuline-glucose
5,76
5,70
5,38
0,84
5,39
5,84
0,78
0,84
0,43
Total des AA essentielsz
1 000
1 006
992
19,55
977
1 022
17,15
0,83
0,02
AA non essentielsy
1 575
1 531
1 466
33,77
1 514
1 534
30,53
0,01
0,46
AA glucogéniquesx
1 816
1 775
1 705
37,02
1 750
1 780
33,43
0,01
0,33
AA à chaîne ramifiéew
447
448
441
8,71
432
458
7,27
0,79
0,01
AA cétogènesv
230
227
223
5,13
218
235
4,51
0,48
<0,01

a,b,cLes moyennes pour une variable dépendante qui n'ont pas les mêmes lettres sont différentes (P < 0,05). L'interaction entre la protéine et la méthionine n'était pas différente (P > 0,1).
zAA essentiels = Arg, His, Ile, Leu, Lys, Met, Phe, Thr, Trp et Val
yAA non essentiels = Ala, Asn, Asp, Cys, Gln, Glu, Gly, Pro, Ser et Tyr
XAA glucogéniques = Ala, Asn, Asp, Cys, Gln, Glu, Gly, His, Met, Pro, Ser et Val
wAA à chaîne ramifiée = Ile, Leu et Val
vAA cétogènes = Leu et Lys

Conséquences pour l'industrie du bœuf

Selon l'étude, le fait de donner aux vaches de boucherie une concentration de protéines métabolisables moins élevée que celle dont elles avaient besoin a nui au rendement et à la digestibilité. La perte de poids attribuable à un apport limité de protéines métabolisables pourrait avoir des effets négatifs sur la capacité de la vache de produire du lait et de se reproduire avec succès. De plus, une réduction de la digestibilité peut limiter la digestion et l'absorption des éléments nutritifs. Par conséquent, à la fin de la gestation, les producteurs doivent veiller à fournir à leur bétail suffisamment de protéines métabolisables, et ce, même lorsque les besoins en énergie sont satisfaits.

Bien que les compléments de méthionine n'aient eu aucune incidence sur le rendement des vaches ni sur les paramètres de digestibilité mesurés dans le cadre de l'étude, les marqueurs sériques indiquent que la méthionine provoque un changement dans le métabolisme du glucose et des acides aminés à la fin de la gestation. Toutefois, l'étude n'a fourni aucune indication que la méthionine pouvait remplacer un complément protéique dans l'alimentation pour améliorer le rendement des vaches ou la digestibilité apparente dans l'ensemble du tube digestif à la fin de la gestation. Des travaux sont en cours pour évaluer les répercussions de ces traitements sur le rendement de la progéniture lorsque la mère a reçu des suppléments de protéines ou de méthionine à la fin de la gestation.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca