Est-il avantageux de mettre les bovins d'un an au pâturage?

Introduction

Les terres agricoles sont une ressource précieuse pour l'Ontario. Les producteurs de bovins de boucherie se doivent de les utiliser de la meilleure façon possible. Si les terres peuvent être semées an cultures annuelles, il est probablement préférable de les cultiver plutôt que de les utiliser comme pâturage. On peut aussi agrandir au maximum le troupeau de bovins en fonction de la superficie disponible (à la condition que le nombre de naissances ne soit pas déjà un facteur limitant). Il est également possible d'élever des animaux à forfait pour d'autres producteurs.Nous nous pencherons ici sur l'utilisation des terres comme pâturage pour les bovins de boucherie d'un an, incluant les veaux que le producteur a gardés ou les bouvillons d'un an qu'il a achetés.

Comparativement aux fourrages et aux grains entreposés, le pâturage est habituellement considéré comme une source économique d'aliments pour les bovins de boucherie. Dans le cas des pâturages vivaces, le coût d'utilisation de la machinerie pour le travail du sol et les semis est minimal si on l'échelonne sur toute la durée de vie de la parcelle, et peu d'herbicides sont requis.De plus, s'il y a beaucoup de légumineuses, les coûts d'engrais sont également peu élevés. Le fait que ce soit les animaux qui « récoltent » eux-mêmes leurs aliments et assurent l'épandagedu fumier est également un avantage.L'alimentation en pâturage pour les bovins d'un an en pleine croissance semble donc une option prometteuse…, mais examinons d'abord de près ce que cela représente vraiment au point de vue budgétaire. Le texte qui suit a pour but d'aider les producteurs à prendre la décision la plus judicieuse possible en ce qui a trait à la mise au pâturage des bouvillons d'un an.

La mise au pâturage des bouvillons d'un an offre aux producteurs de vaches-veaux la possibilité d'obtenir une valeur ajoutée pour les veaux qu'ils ont gardés ou pour ceux qui produisent du foinet souhaitent acheter des bovins d'un an au printemps, les engraisser au pâturageet les vendre en semi-finition. Les calculs peuvent sembler évidents au premier coup d'œil, mais il est important de tenir comptede tous les coûts, incluant l'établissement et l'entretien des pâturages, de même que les coûts associés aux animaux comme les étiquettes d'identification ainsi que les blocs de sel et de minéraux. Bien sûr, l'autre facteur important qui influe sur les profits est le revenu généré par les bovins. Ce revenu est lié au gain de poids des animaux ainsi qu'à leur prix de vente à leur sortie du pâturage.

Méthode

L'analyse économique qui suit est basée sur un guide de décision concernant les bouvillons d'un an au pâturage, en format Excel, intitulé Pasture Yearling Decision Guide (en anglais seulement). Dans cet exemple, on présumeque des bouvillons de 725 lb sont mis au pâturage pendant 120 jours, avec un gain moyen quotidien (GMQ) de2,0 lb/jour et qu'ils sont vendus à leur sortie de pâturage à965 lb. Les détails budgétaires sont indiqués au tableau 1.

Tableau 1. Budget pour les bouvillons d'un an au p�turage *

Poste budgétaire Coût
Fourchette de prix- arrivée au pâturage 1,00 - 1,80 $/lb
Fourchette de prix- sortie du pâturage 0,80 - 1,60 $/lb
Frais de santé et de vétérinaire 5,00 $/tête
Mise en marché / transport 40 $/tête
Implant 3,00 $/tête
Boucles d'identification 4,00 $/tête
Taux d'intérêt 4,0 %
Taux de chargement 1,0 acre/tête
Semis 3,00 $/acre
Engrais 25,00 $/acre
Entretien/réparation 5,00 $/acre
Coût par lb de gain 0,43 $/lb

*Poids à l'arrivée.=725 lb Poids à la sortie=965 lb, 120 jours

De nombreux scénarios ont été testés pour calculer la marge nette résultant des diverses combinaisons de prixà l'arrivée et à la sortie du pâturage. On a d'abord convenu d'un prix à l'arrivée au pâturage et effectué une série de calculs comportant différents prix à la sortie du pâturage. Les résultats ont été reportés sur un graphique (fig. 1) pour permettre une interprétation visuelle des données. Les valeurs résultantes de la Marge nette représentent l'argent gagné (ou perdu) en choisissant de mettre les bouvillons d'un an au pâturage et de les vendre à965 lb, comparativement à les vendre à 725 lb avant la saison de pâturage.

Guide de décision

La décision de mettre au non les bouvillons d'un an au pâturage comporte trois étapes :

  1. Détermination du prix à la livre que vous prévoyez obtenir en vendant les bouvillons au printemps (ou le prix payé si on achète des bovins qui seront mis au pâturage). Dans cet exemple, nous utiliserons le prix de 1,20 $/lb pour les bouvillons de 725 lb.
  2. Estimation du prix que vous prévoyez obtenir pour ces animaux s'ils sont mis au pâturage et vendus à l'automne. Ce calcul risque d'être un peu plus compliqué.On peut projeter le prix de vente au printemps en se basant sur le prix des contrats à terme des bovins sur pied *. Dans le cas présent, on prévoit que le prix des bovins de court engraissement de 965 lb à l'automne sera de 1,15 $/lb. (Marge de prix de -0,05 $/lb).
  3. Utilisation du graphique sur la marge nette ci-dessous pour établir si la mise au pâturage des bouvillons donnera des profits ou entraînera des pertes.

Utilisation du graphique de la marge nette

Dans cet exemple, on s'attend à ce que les bouvillons de long engraissement de 725 lb se vendent 1,20 $/lb au printemps.

  1. Localisez le point correspondant à 1,20 $ sur la ligne (diagonale) de prix des bouvillons à l'arrivée au pâturage sur le graphique (fig. 1).
  2. Vous avez maintenant le prix estimé pour ces animaux si vous les mettez au pâturage et que vous les vendez à 965 lb à l'automne comme bovins de court engraissement. Dans le présent cas, nous prévoyons que ces bovins se vendront 1,15 $/lb. Localisez le prix sur l'axe horizontal du graphique et tracez une ligne verticale jusqu'à ce qu'elle rencontre le point correspondant à 1,20 $ sur la ligne des bovins de long engraissement.
  3. De ce point, tracez une ligne horizontale jusqu'à l'échelle de la Marge nette. Dans ce cas, la ligne croise l'échelle au point correspondant à 50 $. Cela signifie que la mise au pâturage et la vente de ces bouvillons à l'automne vous apportent une valeur additionnelle de 50 $ par tête. Le pâturage représente donc ici un choix rentable.

La ligne verte pointillée sur le graphique indique une marge nette de zéro, qu'on appelle aussi le seuil de rentabilité. Ce point est atteint lorsque les revenus additionnels procurés par la mise au pâturage des bouvillons équivalent exactement aux coûts additionnels qui s'y rattachent.

Marge nette associée à diverses combinaisons de prix pour les bouvillons d'un an mis au pâturage

Figure 1. Marge nette associée à diverses combinaisons de prix pour les bouvillons d'un an mis au pâturage basé sur les coûts indiqués au tableau 1.

Texte
Dans ces calculs, les coûts associés à la mise au pâturage et aux animaux (incluant les frais d'intérêt) ont été pris en compte, mais les coûts additionnels de main-d'œuvre et les risques ne sont pas inclus. L'état des pâturages et leur productivité peuvent varier grandement en raison du type de sol, des engrais utilisés et du coût de ces derniers, ainsi que de la gestion des pâturages.

Résumé

Dans ces exemples, la mise au pâturage des bouvillons d'un an au pâturage a toujours été rentable lorsque la marge entre le prix à la sortie du pâturage et le prix à l'entréeau pâturage était nulle ou positive [marge = prix à la sortie du pâturage-prix à l'arrivée au pâturage]. Lorsque le prix à la sortie du pâturage était de 1,20 $ ou plus, la mise au pâturage était rentable lorsque la marge était de -0,10 $ ou moins. Lorsque le prix à la sortie du pâturage était de 1,60 $, une marge de -0,20 $ correspondait au seuil de rentabilité.

Le recours à un guide de décision comme celui-ci peut aider les producteurs à atténuer les risques et à maximiser les possibilités de profit lorsque vient le temps de décider de mettre ou non les bovins de boucherie au pâturage.

Contrat à terme du Chicago Mercantile Exchange pour les bovins d'engraissement
http://www.cmegroup.com/trading/agricultural/livestock/feeder-cattle.html

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca