La vaccination des bovins contre E. coli O157:H7 est-elle efficace?

Depuis septembre, il a été difficile d'ignorer ce que les médias ont désigné comme le plus important rappel de bœuf dans l'histoire canadienne, en raison d'une contamination par Escherichia coli O157:H7 dans une grosse usine de transformation de viande en Alberta. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a déclaré qu'un ensemble de lacunes avait conduit à ce rappel massif, notamment en ce qui a trait aux mesures de contrôle d'E. coli O157:H7 et aux méthodes d'échantillonnage et d'analyse utilisées1. Ces incidents nous rappellent que les mesures de contrôle en matière de salubrité des aliments ne sont pas parfaites, et nous incitent à nous interroger sur ce qu'on pourrait faire de plus pour garantir la salubrité des aliments.D'importants rappels de ce genre attirent inévitablement l'attention des médias, et peuvent contribuer à donner une image négative de l'industrie du bœuf auprès des consommateurs.

La bactérie E. coli se retrouve dans le système digestif non seulement des bovins, mais de la majorité des animaux, y compris les humains. La plupart des souches d'E. coli sont inoffensives, et jouent en fait un rôle important dans le processus de digestion. Il existe cependant certains types d'E. coli, dont E. coli O157:H7, qui peuvent provoquer de graves troubles chez les humains, sans être dommageable pour les bovins. Les infections chez les humains peuvent se produire à la suite de la consommation d'aliments ou d'eau contaminés, ou par contact direct avec des bovins et du fumier, où l'on trouve souvent des E.coli. Il existe donc aussi un risque professionnel pour les personnes qui sont en contact étroit avec des bovins, ou même dans le cadre d'une exposition agricole, comme dans les foires et les zoos pour enfants. L'infection par E. coli O157:H7 peut causer de vives crampes d'estomac, de la diarrhée sanglante, des vomissements et des nausées2. Occasionnellement, un trouble grave appelé syndrome hémolytique et urémique peut se développer et entraîner une insuffisance rénale et même la mort, particulièrement chez les enfants et les personnes âgées.

Il existe des stratégies de contrôle d'E. coli à la ferme; par conséquent, la salubrité des aliments est assurée par une série de mesures de surveillance après l'abattage, de prévention de la contamination, et de techniques de préparation des aliments.Malheureusement, ces stratégies ne sont pas toujours complètement efficaces et n'empêchent pas E. coli O157:H7 de se propager dans l'environnement avant l'abattage, par ce qu'on appelle aussi l'excrétion dans l'environnement. Cette excrétion des bactéries dans l'environnement peut résulter de la contamination de l'eau potable ou d'eaux utilisées à des fins récréatives, de la contamination de fruits et légumes entrés en contact avec du fumier, d'infection par contact direct avec des bovins et du fumier, et par propagation ultérieure à d'autres animaux. Outre ces voies de transmission, des études ont montré que les bovins excréteurs très contagieux, c'est-à-dire dont les fèces contiennent des concentrations élevées d'E. coli O157:H7 représentent moins de 10 pour cent des bovins d'abattage, mais pourraient être responsables de plus de 96 pour cent des quantités totales de bactéries d'E. coli O157 excrétées3,4,5.

Il n'existe actuellement aucun vaccin contre E. coli O157:H7. Il existe toutefois deux vaccins commerciaux pour les bovins :un vaccin utilisé chez les bovins qui s'attaque aux protéines de type III (Bioniche® Life Sciences Inc., Belleville, Ontario, Canada) et un vaccin contenant un récepteur de sidérophores et de porines (Epitopix®, LLC, Wilmar, MN, États-Unis). Ces vaccins agissent en réduisant la capacité d'E. coli O157:H7 de se développer dans le système digestif des bovins, ce qui peut donc réduire la probabilitéque la bactérie contamine les aliments et l'eau et infecte les humains (figure 1). L'un de ces vaccins, EconicheMC (Bioniche® Life Sciences Inc.) est actuellement homologué au Canada.

Photo d'une dose d'un vaccin contre E. coli administrée à une vache
Figure 1.Une dose d'un vaccin contre E. coli est administrée à une vache au Canada (Photo : J. Shea).

Récemment, une équipe de chercheurs de Guelph, en Ontario, aévalué des études sur l'efficacité de ces vaccins pour le bétail,dans le cadre d'une stratégie avant l'abattage 6. Au total, 18 études publiées répondaient aux trois principaux critères requis pour pouvoir être incluses dans cette revue de documentation. Ainsi, les études devaient inclure les éléments suivants :(1) bovins de boucherie sevrés dans des parcs d'engraissement sous des conditions commerciales; (2) examens de l'effet d'un vaccin commercial sur la présence ou la concentration d'E. coli O157:H7 chez les bovins; (3) essais contrôlés randomisés. Pour évaluer ces études, des analyses ont été effectuéessur des échantillons prélevés avant l'abattage, à l'abattage et après l'abattage ainsi qu'en regroupant les résultats d'avant l'abattage et durant l'abattage.Pour plus de détails sur l'étude, voir la section supplémentaire à la fin du présent article.

Selon l'évaluation des résultats, la vaccination des bovins contre E. coli O157:H7 a été constamment considérée comme un moyen de lutte efficace (tableau 1). Ainsi, dans les études qui étudiaient l'excrétion d'E.coliavant l'abattage après deux doses de vaccin, on a observé une réduction significative d'E. coli O157:H7 pour une efficacité estimée du vaccin de 47 pour cent (figure 2). Cela signifie que, dans ces conditions, les bovins ayant reçu deux doses de l'un des deux vaccins présentaient 47 pour cent de réduction dans l'excrétion d'E. coli O157:H7 comparativement aux bovins qui n'avaient pas été vaccinés.

Explication de la figure 2
  • Il s'agit d'un graphique en forêt illustrant l'effet d'un traitement à deux doses de deux vaccins commerciaux combinés sur la réduction d'E. coli O157:H7 dans les échantillons prélevés avant l'abattage.
  • La ligne verticale continue représente la mesure de l'effet de degré 1, correspondant à l'absence d'effet de traitement.
  • Les points à la gauche de ligne continue représentent l'estimation ponctuelle de la diminution de la prévalence d'E. coli O157:H7 pour chaque étude. Plus le point est à gauche, plus la réduction d'E. coli O157:H7 est importante.
  • Les cases grises entourant le point représentent le poids relatif de l'étudedans le calcul de la mesure globale de l'effet; plus la case est large, plus l'étude contient de renseignements (ex. : dans le cas d'un échantillon comportant plus de bovins).
  • Les lignes horizontales continues représentent un intervalle de confiance (IC) de 95 pour cent, ce qui donne une mesure de la précision de l'estimation ponctuelle.
  • La combinaison des résultats de toutes les études est représentée par le diamant dans le bas du graphique à 0,53, ce qui équivaut à une efficacité de vaccin de 47 pour cent dans ces conditions.Efficacité d'un traitement à deux doses de deux vaccins commerciaux contre E. coli O157:H7
    Figure 2. Efficacité d'un traitement à deux doses de deux vaccins commerciaux contre E. coli O157:H7

Texte

Les conclusions de cette étude témoignent de la possibilitéd'adopter une approche efficace à plusieurs volets pour réduire la propagation d'E. coli O157:H7 aux humains en ciblant la maladie à la source. Cette intervention pourrait aider à réduire non seulement la quantité d'E. coli O157:H7 excrétée dans l'environnement, mais également le risque et le fardeau associés à l'introduction de la bactérie dans les abattoirs, peut-être par des animaux fortement excréteurs. À noter toutefois que les vaccins ne sont pas efficaces à 100 pour cent, et que nous ne devons pas négliger l'importance des mesures de salubrité à la ferme en vigueur le long de la chaîne alimentaire, de la terre à la table.Néanmoins, la vaccination contre E. coli O157:H7 à la ferme semble être une stratégie proactive efficace qui peut améliorer la salubrité de nos aliments, protéger la santé publique et convaincre les consommateurs que le bœuf canadien est un produit sûr et de qualité.
Pour plus d'information sur l'étude réalisée à Guelph, ou sur les études qui ont été évaluées, consulter l'article complet (Varela, Dick et Wilson, 2012) dans Zoonoses and Public Health6. Pour en savoir davantage sur les vaccins contre E. coli O157:H7, consulter un vétérinaire.

Références :

1Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) (2012). Questions et réponses : Informations concernant l'enquête sur l'établissement 38 de l'entreprise XL Foods Inc. -Établissement 28, Brooks, Alberta. Consultation en ligne, le 3 octobre 2012, à http://www.inspection.gc.ca/aliments/centre-des-consommateurs/enquete-sur-la-salubrite-des-aliments/xl-foods-inc-/questions-et-reponses/enquete/fra/1349569721692/1349569811033.
2ACIA. (2012). Pathogène : E. coli O157:H7 - bactérie. Consultation en ligne, le 3 octobre 2012 àhttp://www.inspection.gc.ca/aliments/centre-des-consommateurs/conseils-sur-la-salubrite-des-aliments/empoisonnements-alimentaire/e-coli/fra/1332539377584/1332539833416
3CHASE-TOPPING, M.E., et al. (2007).Riskfactors for the presence of high-levelshedders of Escherichia coli O157 on Scottish farms, dans J. Clin. Microbiol. 45:1594-1603.
4OMISAKIN, F., M.MACRAE, I.DOGEDENet N.J.CSTRACHAN (2003).Concentration and prevalence of Escherichia coli O157 in cattlefaecesatslaughter, dans Appl. Environ. Microbiol. 69:2444-2447.
5CHASE-TOPPING, M., D.GALLY,C.LOW, L. MATTHEWSetM.WOOLHOUSE (2008).Super-shedding and the linkbetweenhuman infection and livestockcarriage of Escherichia coli O157, dansNature ReviewsMicrobiology. 6:904-912.
6VARELA, N. P., P.DICKet J.WILSON (2012).Assessing the Existing Information on the Efficacy of Bovine Vaccination againstEscherichia coli O157:H7 - A SystematicReview and Meta-analysis, dans Zoonoses and Public Health.doi: 10.1111/j.1863-2378.2012.01523.x

Information complémentaire

Explication du tableau 1 complémentaire.
  • Ce tableau présenteles estimations des mesures de l'effet et de l'efficacité du vaccin dérivées de méta-analyses d'essais cliniques sur l'efficacité de deux vaccins contre E. coli O157 à réduire la prévalence d'E. coli O157:H7 chez les bovins sevrés dans des parcs d'engraissement /finition.
  • Le tableau est une adaptation du tableau 5 de l'étude originale de Varela, Dick et Wilson (2012).
  • L'efficacité du vaccin est évaluée selon les différentes sources d'échantillons(données recueillies avant l'abattage seulement, à l'abattage seulement, combinaisons d'échantillons prélevés avant et pendant l'abattage), les deux différents vaccins (EconicheMCseulement, Epitopix SRP® seulement et EconicheMCet Epitopix SRP® combinés) ainsi que différents dosages.
  • Lorsque l'homogénéitéétait démontrée, les études faisant l'objet de la comparaison étaient semblables. Lorsque l'hétérogénéitéétait démontrée, des différences étaient observées dans la manière selon laquelle ces études avaient été menées.

Tableau 1.Mesure de l'effet et estimations de l'efficacité de la vaccination

Sources d'échantillons Vaccin Doses Nombre d'études

Nombre de compa-
raisons

Effect size Mesure
de l'effet Efficacité estimée du vaccin (%)
Conclusion concernant l'hétéro-
généité
Avant l'abattage (fèces, environnement, peau, écouvillon rectal-anal -muqueux) EconicheMC ou Epitopix SRP® Dose unique 8 19 0,46 54 Hétérogénéité entre les études
Deux doses 5 12 0,53 47 Homogénéité
Epitopix SRP® seulement Dose unique 1 5 0,59 41 Non évalué (une seule étude)
EconicheMC seulement Dose unique 7 14 0,42 58 Hétérogénéité
Deux doses 3 4 0,49 51 Homogénéité
Deux doses(fèces) 3 4 41 59 Homogénéité
Deux doses(peau) 1 2 0,52 48 Non évalué (une seule étude)
Trois doses 5 5 0,41 59 Hétérogénéité
À l'abattage (écouvillon rectal-anal -muqueux) EconicheMC seulement Dose unique 3 3 0,09 91 Hétérogénéité
élevée
Avant et durant l'abattage (combiné) (fèces, environnement, peau, écouvillon rectal-anal -muqueux, muqueuse rectale terminale) EconicheMC ou Epitopix SRP® Dose unique 9 22 0,43 57 Hétérogénéité
EconicheMC ou Epitopix SRP® Deux doses 6 14 0,52 48 Homogénéité
EconicheMC seulement Dose unique 8 17 0,38 62 Hétérogénéité
Deux doses 5 9 0,45 55 Hétérogénéité
Three-dose 5 6 0,32 68 Hétérogénéité
élevée

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca