L'ensilage de tiges de maïs et la paille de blé dans la ration alimentaire d'hiver des vaches de boucherie

Étant donné que les coûts d'alimentation ne cessent d'augmenter et que l'industrie du bétail éprouve beaucoup de difficulté à affronter les pressions financières à la hausse, les éleveurs de bétail devraient penser plus que jamais à tirer profit des fourrages à moindre coût pour réduire au minimum les coûts d'alimentation et le gaspillage de nutriments. Les coûts d'alimentation d'hiver représentent une part importante du coût de production global du secteur vache-veau. Étant des aliments qui conviennent aux besoins nutritionnels minimes de la vache, ces fourrages peuvent donner lieu à des économies significatives sans influencer la performance du veau, surtout quand la vache est à la mi-gestation et que ses besoins nutritionnels sont relativement faibles.

Il y a de nombreux fourrages de moindre qualité qui sont souvent sous-utilisés dans les rations pour vaches de boucherie. Les résidus de récolte, dont l'ensilage de tiges de maïs et la paille de blé, sont beaucoup moins riches en protéines, mais ont des teneurs plus élevées en ADF (fibre au détergent acide) et en NDF (fibre de détergent neutre) comparativement aux foins et ensilages de foin de bonne qualité. Ces résidus de récolte sont souvent disponibles pour une fraction du prix du foin ou des ensilages de foin, et peuvent être utilisés pour diluer les fourrages de haute qualité, tout en étant adéquats aux besoins nutritionnels minimes de la vache gestante.

Une fois que la vache de boucherie a sevré son veau, ses besoins nutritionnels sont relativement bas. Pendant ce temps, les besoins nutritionnels pour la gestation et la croissance fœtale sont faibles et la vache n'a besoin en soi que des nutriments requis pour l'entretien de base. Avec les fourrages de haute qualité communément récoltés en Ontario, il arrive souvent que les vaches reçoivent beaucoup plus de nutriments que nécessaire durant cette période de leur cycle de production. Ceci peut être un moment opportun d'inclure certains fourrages de moindre qualité dans la ration en vue pour mieux correspondre aux besoins nutritionnels minimes de la vache à la mi-gestation. Il faut cependant faire attention quand on restreint les nutriments dans la ration de la vache de boucherie gestante. Si la vache est restreinte au point où elle doit puiser dans ses réserves corporelles pour assurer la gestation et que sa condition de chair se détériore, elle risque d'avoir des difficultés au vêlage et d'avoir une production de lait réduite, ce qui pourrait entraîner une piètre performance du veau.

L'ensilage de tiges de maïs a une digestibilité de la fibre et une teneur nutritive semblables à la paille de blé, cependant il est sous-utilisé comme aliment potentiel de moindre qualité dans les rations pour vaches de boucherie. Lorsque la paille de blé à des fins d'alimentation est parfois en concurrence avec son utilisation comme litière, faute de disponibilité, alors l'ensilage de tiges de maïs pourrait être utilisé. Les superficies de maïs-grain ont augmenté ces dernières années, ce qui donne lieu à une plus grande disponibilité de résidus de maïs comme source potentielle de fourrage de moindre qualité pour le bétail.

Une vache avec un transpondeur à son cou qui se nourrit à sa mangeoire individuelle
Figure 1. Une vache avec un transpondeur à son cou qui se nourrit à sa mangeoire individuelle

Un des défis avec l'utilisation des fourrages de moindre qualité est que les vaches peuvent choisir de ne pas consommer ces résidus de récolte. L'utilisation d'un mélangeur de RTM peut aider à incorporer les résidus de récolte avec des fourrages de qualité supérieure, mais les vaches peuvent quand même trier les ingrédients. Le refus de s'alimenter et le tri excessif peuvent avoir un impact indésirable sur la consommation et avoir des implications sur la vache et le rendement du veau.

L'étude que nous avons récemment menée à l'Université de Guelph portait sur l'emploi de l'ensilage de tiges de maïs et de la paille de blé dans des rations totales mélangées (RTM) destinées à des vaches en gestation. Les tiges de maïs ont été récoltées après la récolte du maïs-grain, comme on le fait dans le cas de l'ensilage du maïs, c'est-à-dire en coupant et en hachant les tiges et les feuilles du plant de maïs et en les ensilant dans un silo couloir. L'ensilage de tiges de maïs et la paille de blé ont été ajoutés à la ration dans une proportion de 40 % (sur une base de matière sèche), et la partie restante était constituée d'ensilage de foin de graminées/luzerne de haute qualité. Bien que les analyses nutritionnelles pour les rations contenant des résidus de récolte étaient très semblables (tableau 1), les vaches nourries avec la RTM qui contenait de l'ensilage de tiges de maïs ont vu leur poids et leur état de chair diminuer au cours de la période d'alimentation (tableau 2). Cela est probablement dû à certains problèmes d'appétence avec l'ensilage de tiges de maïs, ce qui a entraîné une baisse de la consommation globale d'aliments. Bien qu'il n'y ait pas eu de différence dans le poids des veaux à la naissance entre les vaches nourries à la paille de blé et les vaches nourries à l'ensilage de tiges de maïs, le poids des veaux au sevrage était inférieur dans le cas des vaches nourries à l'ensilage de tiges de maïs comparativement aux vaches nourries à la paille de blé. Les vaches qui ont été nourries seulement à l'ensilage de foin ont eu des poids de sevrage semblables à ceux des vaches ayant reçu des rations contenant de la paille de blé.

 

Tableau 1. Composition et analyse des rations
Analyseszy
Dietary Treatment
Paille de blé seulement

Ensilage de tiges de maïs seulement
Ration Ensilage de foin
Ration Ensilage de tiges de maïs
Ration Paille de blé

MS, %
36,7
27,4
47,6
90,5
30,2
PB, %z
18,3
11,4
11,7
4,2
4,2
NDF, %z
49,5
63,4
64,5
82,7
81,8
ADF, %z
42,2
51,0
50,6
56,8
56,8

z % Base MS. Moyenne des échantillons hebdomadaires de RTM. Les échantillons de la composition de l'ensilage de tiges de maïs et de la paille de blé sont la moyenne de quatre échantillons prélevés pendant la période d'expérimentation.
y MS = matière sèche; PB = protéine brute; NDF = fibre de détergent neutre; ADF = fibre au détergent acide


Ensilage de tiges de maïs empilé dans un silo couloir au Centre de recherche sur les bovins de boucherie delora'
Figure 2. Ensilage de tiges de maïs empilé dans un silo couloir au Centre de recherche sur les bovins de boucherie d'Elora

Lorsque nous avons corrigé le poids corporel de la vache pour tenir compte du gain de poids associé à la gestation (développement du veau et des tissus connexes), nous avons constaté que les vaches qui ont reçu une ration d'ensilage de tiges de maïs avaient perdu environ 50 kg de poids corporel, en moyenne, tandis que les vaches qui ont été nourries d'ensilage de foin ont gagné environ 50 kg en moyenne. Les vaches nourries avec la ration contenant de la paille de blé ont maintenu leur poids corporel, gagnant seulement 2 kg en moyenne. Puisque la performance des veaux au sevrage n'a pas été améliorée par le gain de poids supplémentaire dans le cas des vaches nourries à l'ensilage de foin, nous en avons conclu que la ration contenant de la paille de blé satisfaisait davantage les besoins minimes de la vache sans qu'il y ait gaspillage de nutriments pour un gain de poids inutile de la vache.


Tableau 2. Performance de la vache et du veau
Éléments Ration Ensilage de foin Ration Ensilage de tiges de maïs Ration Paille de blé

Gain journalier moyen de la vache, kg/jour
1,07a
-0,13b
0,51c
Prise alimentaire de la vache en MS, kg/jour
12,8a
6,7b
10,9c
Changement du pointage de l'état de chair de la vachez
0,3a
-0,3b
-0,04c
Poids du veau à la naissance, kg
43,2
44,3
44,3
Poids du veau au sevrage, kg
266ab
253a
282b

z Différence entre le PEC initial et le PEC final sur une échelle de 1 à 5, où 1=émacié et 5=obèse.
a-c Les valeurs dans une ligne donnée ne partageant pas le même indice diffèrent ( P <0,05)

D'après cette recherche, il est évident que l'inclusion d'ensilage de tiges de maïs dans une proportion de 40 % (MS) n'est pas recommandée, puisque les vaches ont perdu du poids, leur état de chair a diminué et le poids des veaux au sevrage était moindre. Cependant, en raison de la valeur nutritive semblable à celle de la paille de blé, l'ensilage de tiges de maïs pourrait quand même avoir une place dans les rations d'hiver pour les vaches de boucherie, mais à un taux d'inclusion plus faible, afin de surmonter certains des problèmes d'appétence et augmenter la prise alimentaire. Une ration (RTM) d'hiver pour vaches gestantes composée à 40 % de paille de blé et à 60 % d'ensilage de foin (base MS) a donné des veaux de poids similaires à ceux issus de vaches dont la ration d'hiver était composée strictement d'ensilage de foin. La paille de blé est un aliment viable dans les rations pour vaches de boucherie gestantes, en autant que la ration globale fournisse les quantités adéquates de nutriments. L'économie que représente l'ajout de paille de blé dans les rations dépendra de sa disponibilité et de son coût, ainsi que de la possibilité d'avoir accès à un mélangeur de RTM.

Remerciements

Merci à Charlie Watson et au personnel du Centre de recherche sur les bovins de boucherie d'Elora; à Ira Mandell, Steve Miller et Matt Kelly pour leur aide durant cette étude, ainsi qu'au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation de l'Ontario pour le financement.



Auteur : Katie Wood et Kendall Swanson - Département des sciences animales et de la volaille/Université de Guelph
Date de création : 05 novembre 2009
Dernière révision : 05 novembre 2009

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca