Article de l'invité : nourrir les bovins de boucherie avec du maïs ou de l'orge?

L'influence du type de grain (orge versus maïs) sur l'appréciation de la carcasse et la qualité de la viande est devenue un sujet d'importance pour les éleveurs de bétail de l'Ontario. L'alimentation des bovins de boucherie de l'Ontario repose sur le maïs, alors que dans l'Ouest canadien, l'orge constitue la principale source d'énergie dans ce secteur. Il y a plusieurs années, le Ontario Cattle Feeders Association (Association des éleveurs de bétail de l'Ontario) avait initié le programme ontarien d'alimentation des bovins de boucherie basé sur le maïs. Le but principal du programme était d'accroître la qualité, l'uniformité et la part du marché du boeuf ontarien nourri au maïs.

Le principal objectif de l'expérience était d'évaluer les effets du type de grain (maïs versus orge), du niveau d'alimentation en ensilage de maïs et du poids final à l'abattage sur la performance des bovins, l'appréciation de la carcasse et la qualité de la viande.

bovins nourrient en libre service, avec la quantite individuelle des aliments integres mesuree utilisant le system Calan Gate

Il y a eu deux expériences, l'une comptait 92 bouvillons de race Angus et l'autre 108 de race Charolais. Les bouvillons de race Angus ont été abattus après avoir atteint le poids assigné de 550 kg (1210 lb) ou 600 kg (1320 lb), alors que les Charolais ont été commercialisés à 600 kg (1320 lb), 650 kg (1430 lb) ou 700 kg (1540 lb).

À propos de l'industrie bovine de l'Ontario

L'industrie bovine de l'Alberta mène une campagne commerciale très efficace sollicitant la supériorité du boeuf de l'Alberta nourri au grain. Bien que l'orge constitue le grain de première importance dans le régime alimentaire des bovins de l'Alberta, le maïs est aussi utilisé en grande quantité, tout dépendant de l'écart de prix entre l'orge et le maïs. Ici, l'étude n'a démontré que quelques différences en ce qui concerne les performances de croissance (gains de poids, consommation, efficacité alimentaire), les caractéristiques de la carcasse (rendement en gras, portion faux-filet, persillage) et la qualité de la viande (tendreté, jutosité, goût) entre un régime à base de maïs comparativement à un régime à base d'orge. Des résultats similaires ont également été observés quand on a comparé des régimes qui comportaient 15 ou 50 % d'ensilage [élevé (70 %) ou faible (35 %) en grain]. En conclusion, les résultats indiquent qu'une alimentation riche en grain n'est pas nécessairement requise pour produire une viande de qualité acceptable pour le consommateur.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca