Prendre la moitié et laisser la moitié : Régie du pâturage pour une productivité durable

«Prendre la moitié et laisser la moitié» est une expression liée au pâturage et qui est utilisée pour définir une stratégie de gestion particulière des pâturages. C'est une expression générale, mais qui peut constituer un excellent point de départ pour une stratégie efficace de gestion des pâturages.

La gestion des pâturages englobe à la fois la gestion de l'animal et celle des plantes. En laissant environ la moitié de la matière végétale après une phase de broutage, les feuilles qui restent sont assez amples et vertes pour que la photosynthèse ait lieu et pour que la croissance des feuilles et des racines progresse. Les feuilles captent la lumière du soleil, tandis que les racines absorbent l'humidité et les éléments nutritifs qui sont dans l'eau du sol. La capacité d'une plante à maintenir un niveau de production élevé grâce à une bonne photosynthèse est très important pour une croissance efficace.

Dans une étude récente menée en Argentine, il est suggéré que les bovins broutent la moitié supérieure de la canopée en place dans le pâturage - qu'elle soit haute ou très courte. La moitié d'une grande plante est certainement beaucoup plus grande que la moitié d'une petite plante. Il en ressort qu'une grande plante qui est laissée à une certaine hauteur et qui est broutée à moitié comporte suffisamment de matière restante pour la repousse. À l'opposé, quand la moitié d'une petite plante est pâturée, les bovins consomment beaucoup moins de fourrage et par surcroît, la plante subira les effets du surpâturage (faible productivité).

Une vache de boucherie qui broute dans un pâturage.

Figure 1. Les bovins prennent de 25 000 à 30 000 bouchées par jour.

La prise alimentaire d'un animal est grandement influencée par la taille des bouchées et le nombre de bouchées. Le contrôle de ces facteurs permet d'optimiser une prise alimentaire efficace. Les performances animales reposent sur une consommation suffisante. En moyenne, le bétail mange environ 25 000 - 30 000 bouchées par jour, et il a été démontré que, dans une situation idéale, il va passer environ 6,5 - 7 heures par jour à la mangeoire pour satisfaire ses besoins de consommation. Les animaux qui doivent chercher leur nourriture vont paître beaucoup plus longtemps, mais généralement pas plus de 10 heures par jour. Cela influe négativement sur la capacité de l'animal à se reposer. Les bovins doivent se reposer et ruminer afin de digérer les aliments qu'ils ont ingérés tout au long de la journée. Un temps de repos long va de pair avec une productivité animale efficace.

Avec un certain nombre de bouchées par jour préétabli, le gestionnaire du pâturage doit veiller à ce que chaque bouchée soit aussi grande que possible. Si les bouchées sont de petites tailles, l'animal devra prendre plus de bouchées par jour pour satisfaire ses besoins de consommation et aura par conséquent moins de temps pour se reposer. Un apport d'herbe ou de fourrage qui donne à l'animal des bouchées de grandes tailles permettra d'optimiser la prise alimentaire, et par conséquent d'obtenir un meilleur rendement.

Troupeau de bovins de boucherie au pâturage.

Figure 2. Un pâturage abondant et luxuriant favorise une prise alimentaire optimale.

Comme mentionné, le concept «prendre la moitié et laisser la moitié» n'est pas toujours exact ou complet, mais il fournit une excellente référence pour élaborer un système de gestion efficace. Une fois que vous êtes capable de gérer vos pâturages de cette façon, vous serez en mesure d'ajuster le système avec succès pour relever les défis spécifiques auxquels vous serez confrontés.

Par exemple, dans les situations où le pâturage est très fourni et luxuriant, il est possible de prendre plus de la moitié du fourrage disponible. Dans un cas pareil, où plus de la moitié du fourrage est prélevé, il reste encore suffisamment de feuilles vertes pour permettre la croissance continue de la plante et fournir un couvre-sol, pour prévenir que le sol se dessèche ou devienne trop chaud. Quand le sol n'est pas protégé de manière adéquate ou lorsqu'il est dénudé, la lumière du soleil est capable de l'atteindre et de le chauffer, accélérant ainsi l'évaporation de l'humidité du sol. Les espèces végétales de saisons froides qui prédominent dans les pâturages de l'Ontario ont un taux de croissance réduit lorsque les températures du sol sont trop chaudes.

D'un autre côté, les pâturages où la végétation est éparse et peu fournie, en prendre la moitié pourrait compromettre la capacité de ce qui reste de la plante à poursuivre sa croissance, surtout quand les conditions du sol ou climatiques sont difficiles. Dans des conditions pareilles, il est préférable de laisser autant de matière végétale que possible pour la repousse, en fournissant au sol une couverture et de la litière pour le protéger.

Fondamentalement, le facteur le plus important à considérer est la quantité de surface foliaire verte qui reste par rapport à la production totale. Dans des conditions de croissance difficiles, laisser une plus grande quantité de fourrage aura un impact négatif moins important sur les espèces végétales souhaitées et les aidera à se rétablir du broutage. Dans ce type de situation, le gestionnaire doit faire tout son possible pour aider la croissance et l'amélioration du pâturage, ce qui signifie de réduire la charge de broutage.

En conclusion, «prendre la moitié et laisser la moitié» est un excellent guide et un très bon point de départ. Toutefois, à partir de ce point, le gestionnaire de pâturages doit faire des ajustements selon les conditions individuelles des pâturages et les conditions climatiques de croissance. Pour développer et maintenir un pâturage sain et productif, le gestionnaire doit se concentrer sur les besoins de la plante d'abord et ajuster le nombre d'animaux en fonction du fourrage disponible.

L'Indice de réponse au pâturage d'Agriculture et agroalimentaire Canada est une bonne référence.

Bien que ce lien soit surtout axé sur la gestion des parcs d'engraissement de l'Ouest, il fournit de bons renseignements applicables à tous les scénarios de pâturage.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca