Prolonger la saison avec des pâturages de réserve

Les coûts de production et du carburant sont en hausse, des choix plus économiques et tout aussi viables se font de plus en plus en agriculture classique. Les pâturages ont longtemps été considérés comme des sources de fourrage pendant les mois d'été. Avec une gestion adéquate, les pâturages de réserve peuvent aussi être une façon pratique et économique de disposer de fourrages de qualité pour les mois d'automne et d'hiver.

La mise en réserve consiste à laisser une partie du foin ou des cultures fourragères sur pied dans un champ ou un enclos pour les faire brouter en automne ou en hiver une fois que la croissance des fourrages s'est ralentie ou est complètement arrêtée. Ces pâturages mis en réserve peuvent être broutés pendant l'automne et l'hiver jusqu'à ce qu'il y ait une couverture de neige permanente. C'est avantageux du fait que ce système permet de réduire les coûts des aliments pour animaux et de l'alimentation. Quand ils sont au pâturage plus tard en saison, les animaux épandent aussi leur propre fumier au pâturage, épargnant au fermier le travail de transport et d'épandage dans cette aire.

Il faut une gestion adéquate pour réussir la mise en réserve des pâturages. Le producteur doit vérifier la qualité et le rendement des fourrages comme pour une première coupe de foin. La date d'initiation, qui est la date à laquelle le pâturage commence à croître et à accumuler des réserves pour le temps froid, est très importante. Une date d'initiation plus précoce (comme le milieu juillet) peut donner un plus haut rendement mais une qualité un peu moindre, alors que si on laisse le pâturage d'été se prolonger plus longtemps en repoussant la date d'initiation vers le milieu ou la fin août, le rendement sera moins élevé mais la qualité sera supérieure. La décision quant à la date pour initier la mise en réserve dépend de divers facteurs, dont les besoins du bétail qui brouteront ce fourrage, la date à laquelle cette zone de réserve est requise, et la superficie de pâturage qui peut être mise en réserve.

Les pâturages de réserve s'intègrent bien aussi dans une rotation des pâturages; rappelons toutefois qu'à mesure que la saison de pâturage avance, l'hiver avance aussi. Il vaut mieux utiliser d'abord les pâturages de réserve plus éloignés des étables (ou des aires de nutrition) et se rapprocher progressivement. En cas d'une tempête hivernale précoce, le bétail sera plus près de la zone d'alimentation et on transportera les aliments complémentaires moins loin (au besoin).

Le choix des espèces compte aussi pour les pâturages de réserve. En général on mise sur les types de fourrages à feuilles étroites, qui semblent bien convenir à l'entreposage sur pied. On choisit généralement des espèces comme la phléole des prés, la fétuque élevée et le pâturin pour la mise en réserve, mais avec une gestion adéquate on peut aussi inclure des graminées annuelles comme des hybrides de sorgho (sorgho soudan) et des plantes fourragères du genre Brassica.

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca