Comprendre le prix du bœuf

Les agriculteurs sont confrontés à un large éventail d'informations et d'opinions sur les prix du marché. Ces sources d'informations et d'opinions concernant les marchés offrent souvent des points de vue contradictoires qui peuvent rendre les décisions de commercialisation des agriculteurs isolés assez compliquées et angoissantes. Il serait opportun que chaque agriculteur ait une compréhension générale de la façon dont les prix sont déterminés et établis. La détermination des prix fait référence à la situation dans son ensemble ou au niveau du prix global d'une marchandise. L'établissement des prix se rapporte à la façon dont une ferme ou une entreprise individuelle arrive à un prix de transaction pour ses produits. Ce sont deux concepts fondamentalement différents.

Chaque agriculteur devrait avoir une compréhension de base des facteurs qui ont un impact sur la détermination du prix de ses produits. Cela vous aidera à anticiper la mouvance à la hausse ou à baisse des prix au fil du temps. Comprendre comment les prix peuvent être établis et anticipés vous donne la meilleure chance de maximiser le prix de vente, et par conséquent, d'être aussi rentable que possible. Aucun de ces éléments de connaissance ou de compréhension n'est une garantie et, parfois, les mécanismes d'établissement des prix qu'utilisent les agriculteurs disent tout autre chose que les facteurs de détermination des prix. Être capable d'observer et de comprendre pourquoi l'établissement des prix vous donne une indication différente est la clé pour être en mesure d'éviter de telles situations à l'avenir. Cela améliorera également vos chances de maximiser le prix de vente.

La détermination des prix est l'interaction des forces générales de l'offre et de la demande, lesquelles déterminent le prix global du marché. L'offre pour les bovins d'engraissement de l'Ontario est influencée par plusieurs facteurs, notamment les stocks de vaches, le prix différé des bovins d'engraissement, la période de l'année et la disponibilité des aliments. La demande pour les bovins d'engraissement de l'Ontario est influencée par plusieurs facteurs, notamment le prix des bovins d'engraissement, le prix des aliments, la période de l'année, le prix du bœuf au détail et les stocks de bœuf congelés.

Pour les producteurs de bétail canadiens, la détermination des prix est fondée sur les forces de l'offre et de la demande mondiale de la viande, mais surtout sur celles des États-Unis. Ces forces, comme les stocks de bétail, les coûts de production, le prix des viandes concurrentielles, la consommation et le commerce, entrent toutes en jeu pour déterminer un niveau de prix de base. Tant que le commerce de la viande et du bétail sera libre et ouvert, le prix canadien sera déterminé en fonction du marché américain. Si le prix canadien s'écarte trop du marché américain, les approvisionnements entreront ou sortiront du Canada rapidement. Ce processus est appelé arbitrage.

Dans le cas des bovins, le niveau du prix global est exprimé comme étant le prix représentatif du bétail, et, le plus souvent, on y réfère comme le prix US du bœuf. Cela peut être le prix des contrats à terme ou un prix régional comme celui des bouvillons du Nebraska. Le prix représentatif choisi et utilisé pour la détermination des prix est réellement déterminé en fonction de l'endroit où se trouve votre ferme et les principaux marchés américains qui ont le plus d'influence sur votre marché local.

L'établissement des prix est une transaction qui peut avoir lieu au niveau de l'établissement de vente ou de la ferme individuelle. Cependant et de manière générale, l'établissement des prix dans le domaine de l'agriculture canadienne et, dans le cas présent, du bétail, est représenté par cette formule :

Prix canadien = Prix US ÷ Taux de change US-Canada - Base

Que le prix du marché observé soit une transaction aux enchères, un prix formulé suivant un contrat ou une négociation au comptant, les prix finaux suivront cette formule de base.

Dans le contexte du secteur des bovins de l'Ontario, la base américaine ou le prix représentatif américain est presque toujours le prix du marché à terme du Chicago Mercantile Exchange (CME) pour les bovins d'engraissement ou les bovins de finition. Notez que les prix du marché transmis sont en dollars américains par 100 livres (poids sur pied). Des détails additionnels sur chaque contrat à terme sont disponibles aux liens ci-dessous :

Prix à terme à échéance la plus proche des bovins de finition du CME www.cmegroup.com/trading/agricultural/livestock/feeder-cattle.html

Prix à terme à échéance la plus proche des bovins sur pied du CME www.cmegroup.com/trading/agricultural/livestock/live-cattle.html

La base est à bien des égards la composante la plus difficile du processus d'établissement des prix. C'est la composante locale ou régionale du prix. C'est la différence de prix entre une région et un contrat à terme CME. Les régions qui ont un surplus de bovins sont considérées comme une base d'exportation. Cette situation fait souvent référence à une base négative, alors que le prix local est inférieur au prix de référence (contrat CME) ajusté pour le taux de change. Normalement, l'Ontario est un exportateur de bovins d'engraissement pendant la plus grande partie de l'année. Parfois, les pénuries locales peuvent, par exemple, faire basculer les prix sur une base d'importation, ce qui a largement été le cas ces deux dernières années. La partie difficile concernant la base est qu'elle est seulement observée ou comprise qu'après la vente du bétail. La base est inconnue avant la vente de vos bovins, mais, en contrepartie, vous connaissez la base des dernières transactions, les facteurs qui l'influencent et sa valeur normale en cette période de l'année. La compréhension de ces facteurs est essentielle pour maximiser le prix de vente que vous recevez en retour de votre bétail.

Le MAAARO effectue un calcul hebdomadaire de la base pour les bovins d'engraissement et les bovins de finition de l'Ontario et donne accès à ces données sur son site Web de statistiques : www.omafra.gov.on.ca/french/stats/livestock/weeklycattleprice.xlsx

Ce qui suit est un exemple de calcul de la base en date du 15 novembre 2017 :

  • Prix moyen du BFO de 225,5 $ par 100 livres pour des bouvillons de 500 à 599 livres
  • Prix de fermeture du CME de 158 $ US par 100 livres en date de novembre 2017
  • Taux de change canadien de 0,783

La base en date du 15 novembre 2017 = 225,5 $ - 158 $ ÷ 0,783 = + $23,72

Il est à noter que la base moyenne pour les bovins d'engraissement au 15 novembre pour les années 2011 à 2015 était de -10,5 $, soit une base d'exportation. D'un autre côté, la base en ce jour de 2017 était de +23,72 $, soit une base d'importation. Cela indique clairement une pénurie de bovins d'engraissement en Ontario, en d'autres mots, une demande plus forte comparativement à ce que les producteurs peuvent offrir.

Il y a deux aspects très particuliers du bétail qui rendent très difficile l'utilisation des formules d'établissement des prix et des bases. Premièrement, les bouvillons d'engraissement sont l'un des seuls produits agricoles qui se vend principalement aux enchères. La majorité des autres produits agricoles, y compris les bouvillons de finition, ont tendance à être vendus dans un marché au comptant, selon un contrat gré-à-gré ou selon une formule de prix direct. Deuxièmement, les bovins ne sont pas un produit homogène ou standard. Les produits homogènes comme le boisseau de maïs sont généralement très similaires et peuvent être facilement normalisés en ce qui concerne le prix et la qualité. Les bovins ont plusieurs caractéristiques qui affectent grandement le prix du marché, comme le poids, le sexe, la race, le gabarit, la condition préalable (écornés, castrés, vaccinés, vérifiés pour l'âge, etc.) et la capacité à être regroupés en vue d'être vendus avec un ou plusieurs bovins ayant des caractéristiques similaires.

Le marché aux enchères rassemble les acheteurs et les vendeurs. Il procure aussi la meilleure méthode d'établissement des prix pour les producteurs de bovins d'engraissement. Les résumés des marchés sont disponibles en ligne et, dans le cas de certaines ventes aux enchères, dans les journaux agricoles, comme le Ontario Farmer, ou sur le site Web du BFO, sur une base journalière ou hebdomadaire. Mais, en tant que vendeur potentiel, il est important de comprendre les caractéristiques de chaque marché en rapport avec les bovins d'engraissement que vous prévoyez vendre. Par exemple, certains emplacements de ventes n'imposent pas des caractéristiques aux bovins mis en vente, ce qui peut faire varier le nombre d'acheteurs, de vendeurs et de bovins disponibles d'une semaine à l'autre. Dans de nombreuses régions de l'Ontario, il y a de plus en plus de ventes «spéciales» qui visent à regrouper un plus grand nombre d'acheteurs et de vendeurs et à offrir aux acheteurs une plus grande disponibilité de bovins d'engraissement très uniformes. Cette uniformité est possible grâce à des programmes de préparation de qualité (bouvillons castrés, écornés, vaccinés, acclimatés à la ration d'engraissement et soigneusement présentés). Des articles dans des éditions précédentes du Bœuf virtuel ont montré que ces types de ventes peuvent être très avantageuses : www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/beef/news/vbn1015a3.htm

Peu importe où vous vendez votre bétail ou les caractéristiques de votre bétail, voici quelques éléments d'information essentiels à suivre chaque année et qui contribueront à gérer vos attentes en matière de prix et, espérons-le, à vous offrir les meilleures chances de succès :

  • Soyez au courant de votre coût de production par animal vendu et calculez-le de temps à autre.
  • Notez les prix que vous avez obtenus pour vos bêtes et leurs caractéristiques et vérifiez si ces caractéristiques ont changé au fil du temps.
  • Si votre vente s'est déroulée à une enchère spéciale, enregistrez la catégorie de poids et de gabarit, le prix le plus bas, le plus élevé et le prix moyen, ainsi que le volume vendu et à quel endroit à l'intérieur de cette fourchette votre bétail se situe.
  • Si vous ne vendez pas à une enchère spéciale, choisissez-en une non loin dans votre région et utilisez-la comme référence en notant chaque année les données de vente et comparez le prix que vous avez reçu au prix moyen de l'enchère spéciale.
  • Notez les prix à terme des bouvillons de finition établis au CME et le taux de change correspondant au jour où vos bovins ont été vendus et calculez votre propre base et comparez-la à la base hebdomadaire fournie par le MAAARO. www.omafra.gov.on.ca/french/stats/livestock/weeklycattleprice.xlsx

En résumé, le secteur bovin du Canada fait partie d'un marché nord-américain hautement intégré. L'un des avantages d'être un petit preneur de prix dans ce marché nord-américain est qu'il permet d'établir des liens assez clairs pour la détermination et l'établissement des prix. Les prix à terme du CME offrent aux agriculteurs de l'Ontario un outil solide pour planifier et gérer leurs attentes en matière de prix. L'utilisation des prix à terme du CME jumelée aux renseignements sur les marchés locaux provenant du BFO, du MAAARO ou des résultats de ventes individuels permet aux producteurs de voir par eux-mêmes où leur bétail s'intègre dans le marché au fil du temps. Ce faisant, chaque producteur a les meilleures chances d'établir son prix avec succès dans un monde bovin sans aucune garantie.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca