Supplémentation d'oligoélements au pâturage et rendement du bétail selon différentes oligoéléments

Dans le numéro 23, volume 8, du bulletin Le bœuf virtuel (juillet 2009), j'ai rédigé un article dans lequel je parlais d'une recherche cumulative qui a été effectuée par le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), et je donnais mes recommandations à l'égard des besoins en minéraux du bétail quand les animaux sont au pâturage. Les données recueillies et l'article suggéraient que si l'on effectuait une analyse des prairies fourragères pour s'assurer qu'elles contiennent des niveaux suffisants de macro minéraux (p. ex., phosphore, calcium, potassium, magnésium), les producteurs pourraient utiliser du sel enrichi d'oligoéléments adéquatement formulé pour combler d'autres besoins en oligoéléments, en particulier le sélénium, en Ontario.

Depuis ce temps, un projet appuyé par l'Ontario Cattlemen's Association (OCA) et financé par l'intermédiaire du Programme d'innovation agricole (PIA - Conseil de l'adaptation agricole) a particulièrement examiné cette question de la supplémentation en oligoéléments pour le bétail qui est au pâturage et au stade de la semi finition. Cette recherche a débuté et continue sous la direction du Dr Peter Kotzeff (clinique vétérinaire de Chesley) et de moi-même. À ce jour, nous avons analysé les données 2011 du rendement des animaux au pâturage et avons tiré certaines conclusions que nous communiquons aux lecteurs du Bœuf virtuel. Les analyses de sang et la collecte des données de clôture sur le parc d'engraissement se poursuivent; ces renseignements seront disponibles plus tard. Voici donc un compte rendu de ce que nous avons recueilli à ce jour.

Objectif du projet sur les oligoéléments 2011

Déterminer l'efficacité des granules de sélénium (Se) (Australie), des bolus d'oligoéléments enveloppés de résine (Royaume-Uni, et maintenant disponibles ici) et de l'accès à du sel enrichi d'oligoéléments au pâturage comme uniques sources de SE, de minéraux et de vitamine E.

Procédure (méthodes)

Au printemps de 2011, on a fait l'achat d'environ 700 têtes de bétail dans des endroits différents. Les bêtes provenaient, notamment, de l'Ouest canadien, de la vallée de l'Outaouais ainsi que de la région de Grey-Bruce. Un tiers de ces animaux a reçu les granules de Se, l'autre les bolus d'oligoéléments enveloppés de résine et le troisième, aucun de ces éléments. Toutes les bêtes pouvaient pâturer en tant que groupes commerciaux. Tout le temps qu'ils étaient au pâturage, tous les animaux avaient libre accès à du sel enrichi d'oligoéléments. Chaque bovin a été pesé dès la mise à l'herbe et à la fin du processus en utilisant son identifiant électronique RFID et son étiquette visuelle. On a évalué chaque animal sur le plan de la morbidité (santé) et du rendement (gain total et GMQ) pendant son séjour au pâturage. On a prélevé du sang sur environ 85 bovins du groupe au début et à la fin du processus; on répétera l'exercice sur 42 de ces animaux lorsqu'ils seront au parc d'engraissement dans le cadre du suivi qui sera effectué sur ces bêtes jusqu'au marché. Les échantillons de sang prélevés ont été et seront analysés pour détecter la présence d'oligoéléments, y compris le Se et la vitamine E. Comme il a été mentionné, la partie du projet comprenant les analyses de sang n'est pas terminée; les résultats seront communiqués dans un prochain numéro du Bœuf virtuel. Le présent article porte principalement sur le rendement des animaux.

Résultats

L'analyse statistique préliminaire et principale sur le gain de poids au pâturage est terminée, mais celle sur les tendances dans la qualité des fourrages est encore en cours d'exécution, tout comme l'analyse des échantillons de sang mentionnée précédemment. L'un des plus grands défis associés aux essais sur le terrain concerne les provenances différentes des bovins et les emplacements variés des pâturages, ainsi que les dates de début et de fin qui sont échelonnées dans le temps. Ces facteurs compliquent l'analyse statistique, mais ils reflètent bel et bien la réalité! Comme on s'y attendait, nous avons remarqué que la qualité du bétail et le rendement au pâturage étaient importants, mais il est tout de même possible de démêler certains effets particuliers des sources d'oligoéléments. Pour le démontrer, des rendements normalisés au pâturage sont présentés au tableau 1 et à la figure 1. On n'a pas indiqué les significations statistiques au tableau 1 ni à la figure 1, car ce graphique ne fait que montrer la réalité et la difficulté que représente le maintien de la qualité des pâturages lorsqu'ils sont situés en divers endroits, que ce soit par l'effet de pratiques agronomiques, de la gestion, des précipitations ou du hasard.

Tableau 1. Rendement des animaux (gain moyen quotidien en lb) par pâturage.
Ferme où se trouve le pâturage
MMC1 du GMQ1
(lb/jour)
K-Ranch
1,40
Lockerby
1,70
North Farm
1,83
Paisley
1,86
River Ridge
1,29
Stonewall
1,51
Twin Pine
1,67

1 Méthode des moindres carrés

Graphique - Rendement normalisé des animaux

Figure 1. Rendement normalisé des animaux (gain moyen quotidien en lb) par pâturage.

Voici ce que nous avons remarqué dans nos traitements aux oligoéléments (tableau 2 et figure 2) :

  • Les granules Fe-Se n'améliorent pas le rendement des animaux comparativement au libre accès au sel enrichi d'oligoéléments;
  • Les bolus d'oligoéléments enveloppés de résine améliorent le gain, en particulier dans un groupe d'achat (interaction). Bien que ce résultat suggère que les avantages tirés du bolus soient disproportionnés pour ce groupe, l'amélioration n'est pas rentable si l'on tient compte du coût du produit.
Tableau 2. Rendement des animaux (gain moyen quotidien en lb) par source d'oligoéléments, l'élément " témoin " étant le sel enrichi d'oligoéléments seulement.
Traitement MMC du GMQ11,2
Témoin 1,58a,b
Granule Se 1,53a
Bolus d'oligoéléments 1,71b

1 Méthode des moindres carrés
2 Les méthodes dont l'exposant est différent sont statistiquement différentes.

Graphique - Rendement normalisé des animaux

Figure 2. Rendement normalisé des animaux (gain moyen quotidien en lb) par source d'oligoéléments, l'élément " témoin " étant le sel enrichi d'oligoéléments seulement.

Si l'on inclut les données tirées des travaux préliminaires et antérieurs sur les échantillons de sang et le gain de poids des animaux effectués par le Dr Kotzeff en 2010, il semble que, par défaut, un sel enrichi d'oligoéléments adéquatement formulé soit le supplément le plus approprié et le plus économique à donner aux animaux. On suppose encore que le producteur a veillé à ce que ses prairies fourragères contiennent des niveaux suffisants de macro-minéraux. Cela signifie également qu'en général, l'élément le plus important de la semi-finition est le pâturage. Il est à noter que les pratiques agronomiques et les principes de gestion sont les facteurs clés du gain de poids des bovins. Un exemple est présenté à la figure 3.

Cette photo prise lors de l'échantillonnage des pâturages en septembre montre certains des défis qu'il faut relever et qui varient selon l'emplacement du pâturage.
Figure 3. Cette photo prise lors de l'échantillonnage des pâturages en septembre montre certains des défis qu'il faut relever et qui varient selon l'emplacement du pâturage. Dans ce cas-ci, de toute évidence, la fin de l'été a été caractérisée par de faibles précipitations, puisqu'il est possible d'enfoncer une bonne partie d'un cintre dans la terre argileuse craquelée.

Résultats à venir

Comme il a été mentionné, d'autres paramètres concernant le sang et les pâturages pour 2011 doivent encore être compilés et publiés. Cependant, nous avons maintenant des données probantes indiquant que les programmes d'oligoéléments simples, économiques et adéquatement formulés peuvent fonctionner en théorie et en pratique. Les producteurs qui sont intéressés par l'un de ces programmes peuvent relire l'article du Bœuf virtuel mentionné plus haut et qui a été publié en juillet 2009.

Le Dr Kotzeff et moi-même poursuivrons nos travaux en 2012, mais nous essayons actuellement de déterminer quelle orientation particulière il faudrait prendre à la lumière de ce que nous avons découvert. Nous aimerions remercier l'OCA et AAC pour leur appui constant et nous espérons que ces renseignements intéresseront les éleveurs de bovins de l'Ontario.

Cliquez ici pour lire d'autres articles de Boeuf virtuel


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca