Rétablir le fourrage dans les aires d'affouragement d'hiver et les parcs d'engraissement

Cet hiver et l'automne dernier ont été parmi les plus humides de toutes ces dernières années. La boue générée par les pluies excessives a compliqué la recherche d'endroits secs pour nourrir les vaches et les mettre en enclos. Dans ces conditions de pluie et de boue, la meilleure solution consiste à limiter l'aire d'accès du bétail, et donc, la zone qui pose problème. Si le bétail peut accéder à toutes les aires, il y a de grandes chances pour qu'il les abîme, et ces dégâts prendront bien trop de temps à disparaître au printemps suivant. En revanche, si une seule aire de taille restreinte est saccagée, elle pourra toujours se rétablir au printemps tandis que les pâturages non endommagés connaîtront une croissance normale.

Le défi que pose la boue soulève une question : que faire avec les aires touchées au printemps? Chaque situation est unique et dépend du type de sol, du drainage, des sortes de fourrage, de l'épaisseur de la boue et de la superficie endommagée. Si l'étendue des dégâts varie selon chaque situation, leur nature comporte deux niveaux : les dégâts subis par les végétaux et les dégâts subis par la structure du sol. De plus, alors que certaines aires se rétabliront sans grande intervention, d'autres nécessiteront des travaux majeurs.

Le fumier, la litière utilisée et la nourriture éparpillée favoriseront la fertilité de leur sol. Il importe d'évaluer chaque situation avec soin. Si les dommages sont légers ou modérés, l'ensemencement, qu'il soit fait en sol gelé ou enfoui, devrait pouvoir rendre l'aire à nouveau utilisable pour la prochaine saison de pâturage.

Les aires n'étant pas trop gravement touchées peuvent réagir favorablement à l'ensemencement à la volée de trèfle et d'herbe au début du printemps. Environ 2 kg (4 à 5 lb) de trèfle rouge ou 1 kg (2 à 3 lb) de trèfle blanc par acre devraient fournir un ensemencement suffisant pour assurer un bon départ. Il faut interdire l'accès au bétail jusqu'à ce que la couverture végétale soit suffisante.

Dans certains cas, le semis à la volée de céréales combinées avec des semences fourragères peut s'avérer bénéfique, car les céréales poussent plus vite que le fourrage et peuvent fournir une couverture végétale et un pâturage dès le début de l'été.

L'action du gel survenant après un tassement du sol (par le piètement des sabots) et avant l'arrivée du printemps contribuera à rétablir sa structure, comme le fait le labourage d'automne. Cependant, si le sol subit des dégâts au printemps, il s'en ressentira plus longtemps. La préparation du lit de semence et l'implantation du semis seront plus difficiles.

La plupart des aires de pâturage bénéficieront d'un bon approvisionnement en semences dans le sol, et de conditions leur permettant de croître. Dans de nombreuses aires moyennement endommagées, il restera des racines viables en mesure de produire de nouvelles pousses.

Toutefois, lorsque les dommages sont graves, il peut s'avérer nécessaire d'effectuer quelques travaux pour niveler la zone et préparer un lit de semence propice au réensemencement. Ces travaux ne peuvent être faits que si la terre est sèche. Des travaux en sol humide aggraveraient les dommages à la structure et gêneraient l'établissement du semis. Une prudence particulière est de mise si vous envisagez de recourir à un équipement spécial pour travailler le sol en profondeur. Le système racinaire des plantes réussira souvent à pénétrer les sols compactés si on lui en laisse le temps.

Dans l'éventualité où des travaux au sol s'imposent, évaluez la meilleure solution pour le réensemencement. Dans certains cas, peut-être aurez-vous intérêt à réensemencer avec un mélange de plantes fourragères vivaces, alors qu'il sera préférable, dans d'autres cas, d'opter pour une culture annuelle (sorgho, céréales, navet ou maïs) pendant un an, pour ensuite revenir à des plantes fourragères vivaces. Au moment de prendre cette décision, demandez-vous si vous aurez besoin de nourrir votre bétail dans la même aire l'automne ou l'hiver prochain. Si vous souhaitez à nouveau destiner cette aire à l'affouragement ou en faire un parc d'engraissement lors de la saison prochaine, pensez à un plan d'assolement qui vous permettrait de bien établir l'herbe ou les céréales au cours de l'automne.

 


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca