Structures à recouvrement textile pour l'élevage au froid du bétail

Les bâtiments à recouvrement textile existent depuis longtemps. Ils sont devenus une option répandue pour le remisage des machines, l'entreposage du foin et le logement des animaux (figure 1). Utilisés comme étables froides, ces bâtiments peuvent constituer une solution moins coûteuse comparativement au logement pour bétail traditionnel, pourvu que les producteurs soient conscients des différences et qu'ils sachent comment y travailler.

Figure 1: Photo d'un bâtiment à recouvrement textile de forme arrondie et ouvert aux deux extrémités servant à abriter un tracteur et des balles rondes

Figure 1: Photo d'un bâtiment à recouvrement textile de forme arrondie et ouvert aux deux extrémités servant à abriter un tracteur et des balles rondes.

De nombreux producteurs considèrent les bâtiments à recouvrement textile comme une solution de rechange au logement classique, parce qu'ils croient que ces structures sont moins coûteuses, qu'elles sont lumineuses, aérées et bien ventilées. Ces faits peuvent être vrais si elles sont conçues et gérées correctement, toutefois les producteurs doivent être conscients des limites de ce type de logement et comprendre comment les opérer.

Coût plus faible

La principale raison pour laquelle les producteurs s'intéressent aux bâtiments à recouvrement textile, c'est parce qu'ils croient que ces bâtiments sont une solution à moindre coût comparé aux structures à charpente avec des poutres et des poteaux. Si vous envisagez d'acquérir une telle bâtisse en vous basant sur le coût, assurez-vous de comparer des pommes avec des pommes. Un bâtiment à recouvrement textile n'est pas une structure renforcée comme une charpente à ossature avec des poutres. Dans le calcul du coût d'un bâtiment à recouvrement textile, assurez-vous d'inclure l'ensemble des coûts de la structure, dont les murs d'extrémité, les portes et les choix de ventilation. Les murs d'extrémité et les portes ne figurent pas toujours dans le devis. Il faut aussi tenir compte de la préparation du site, des fondations et de la mise en place de la structure, mais ces derniers items devraient faire partie de l'évaluation des coûts pour les deux types de structures.

Isolation

L'autre élément qui diffère grandement lorsque l'on compare les deux types de structures est l'isolation. Les producteurs négligent souvent le fait que les bâtiments à recouvrement textile sont dépourvus d'isolation. L'environnement de ces bâtiments est celui d'une étable froide. Dans un bâtiment traditionnel, il est très facile d'ajouter à peu de frais un peu d'isolation sous le toit en acier pour réduire la condensation. Les bâtiments à recouvrement textile ne sont pas isolés et vont donc dégoutter. Lors d'une nuit froide et claire, une couche de gelée va se former sur la paroi interne de la toile, et le matin suivant au lever du soleil, le frimas en fondant va dégoutter sur tout ce qui se trouve en dessous. En général, cela ne dure que de 20 à 30 minutes, mais si vous ne pouvez supporter ce désagrément, oubliez un bâtiment non isolé.

Lumineux et aéré

Les producteurs apprécient le fait que les bâtiments à recouvrement textile soient lumineux et aérés. La clarté et l'ouverture qu'on retrouve dans le bâtiment donnent une impression de « grands espaces ». La couleur la plus couramment utilisée de nos jours pour la toile est le blanc. Une toile transparente laisse passer plus de lumière, ce qui est agréable par temps froid, mais le bâtiment devient un peu trop chaud au courant de l'été. Le tissu blanc permet à la lumière d'entrer en hiver et en été, sans que le bâtiment devienne trop chaud lorsque la température est élevée.

Un bâtiment ouvert n'est pas nécessairement bien ventilé. En raison de leur forme, les bâtiments à recouvrement textile renferment un grand volume d'air, ce qui contribue à la ventilation, mais pour être ventilés correctement, ces bâtiments doivent être équipés d'entrées et de sorties d'air, comme toute autre structure d'élevage. Quand un bâtiment à recouvrement textile doit être utilisé pour loger du bétail, il devra être muni d'ouvertures de ventilation réglables des deux côtés, le plus souvent sous la forme de rideaux, et de sorties d'air par le toit, prenant souvent la forme de cheminées, ou encore d'une faîtière ouverte. La seule exception s'appliquerait à une structure à recouvrement textile plus petite, c'est-à-dire d'une longueur inférieure à 100 pieds. Une structure moins longue peut être ventilée d'un bout à l'autre avec succès en utilisant les portes ouvrantes des extrémités lorsqu'il fait chaud et en utilisant une toile d'ombrage dans les pignons durant les mois froids de l'année. La toile d'ombrage coupe la force du vent tout en permettant à l'air de s'infiltrer. C'est une bonne idée de recouvrir la toile d'ombrage dans les pignons d'extrémités d'un rideau réglable pour contrôler le degré d'ouverture.

Les structures à recouvrement textile sont souvent installées sur des poteaux, de sorte que la paroi droite des poteaux peut être utilisée pour mettre en place l'ouverture réglable des rideaux. Pour évacuer l'air vicié, les cheminées doivent être dimensionnées pour fournir environ ½ pi2 d'ouverture de cheminée pour chaque 100 pi2 de surface de plancher (figure 2).

Figure 2: Photo rapprochée de la toiture d'un bâtiment à recouvrement textile où l'on peut voir une cheminée d'aération, l'armature de soutien et une lumière

Figure 2: Photo rapprochée de la toiture d'un bâtiment à recouvrement textile où l'on peut voir une cheminée d'aération, l'armature de soutien et une lumière.

Entretien

Les producteurs craignent que la toile s'use avec le temps et qu'elle doive être remplacée. Ce n'est pas très différent d'une tôle en acier peint qui aura besoin d'être repeinte un jour. Il est toutefois important de maintenir la toile tendue. Le matériau de la toiture est maintenu en place avec des tendeurs de courroies. Il est important de maintenir la toile sous tension, afin qu'elle ne puisse bouger et s'user sur l'armature. Il est également important de réparer tout dommage mécanique dès qu'il survient. Si jamais une chargeuse frontale ou un autre objet perce ou déchire la toile, il est important de réparer le trou ou la déchirure avec du ruban adhésif spécial afin que l'ouverture ne prenne de l'ampleur. Le vent peut facilement aggraver une petite déchirure.

En raison de leur taille et de leur forme, les bâtiments à recouvrement textile sont soumis au vent, surtout au soulèvement dû au vent. Il est important que les poteaux de soutien soient ancrés correctement et que l'armature soit boulonnée aux poteaux correctement de manière à empêcher que les poteaux sortent du sol, ou que l'armature s'arrache des poteaux.

Il est également important d'enlever la neige qui glisse du toit pour dégager les murs latéraux. Si on laisse la neige s'accumuler en hauteur, elle risque de provoquer une charge latérale supplémentaire pour laquelle la structure n'a pas été conçue. La neige sur les côtés latéraux peut également bloquer la ventilation.

Résumé

Les bâtiments à recouvrement textile peuvent constituer une option à faible coût pour du bétail pouvant s'accommoder d'un environnement froid, à condition que le producteur connaisse les limites de telles structures et la façon de les opérer. Conçus adéquatement, ces bâtiments procurent un environnement lumineux, spacieux et bien ventilé dans lequel le travail peut être agréable.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca