Utilisation des aiguillons électriques sur les bovins


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 420/20
Date de publication : novembre 2014
Commande no. 14-052
Dernière révision :
Situation :
Rédacteur : C. Richardson et N. Noecker

Les aiguillons électriques sont couramment utilisés pour faire avancer les bovins à travers les installations de manipulation et jusque dans les camions. L'aiguillon électrique est un instrument conçu pour aider les travailleurs à diriger les bovins. L'information qui suit se veut un guide pour une utilisation appropriée de cet instrument.

Mod d'utilisation

Les fabricants offrent des aiguillons pourvus d'un commutateur/sélecteur qui permet de choisir deux intensités de décharge. Pour les animaux de plus petite taille, utiliser le réglage le plus bas.

Placer les points de contact de l'aiguillon sur le flanc arrière ou la partie haute de la patte arrière de l'animal. Pour éviter une décharge de trop forte intensité, appuyer sur le bouton de mise en marche et le relâcher aussitôt.

Ne pas aiguillonner les animaux qui sont mouillés, car l'intensité de la décharge risque alors d'être plus grande. La Canadian Cattlemen's Association et le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des bovins de boucherie (2013) du Conseil national pour les soins aux animaux d'élevage posent comme exigence que « le préposé aux animaux doit connaître les comportements des bovins et utiliser des techniques de manipulation peu stressantes ».

Le Code 2013 exige aussi ce qui suit :

  • « Le bâton (aiguillon) électrique ne doit servir qu'à aider le mouvement des bovins lorsque la sécurité des animaux et des humains est en jeu ou en dernier recours lorsque toutes les autres options sans cruauté sont épuisées et seulement lorsque les bovins ont une voie ouverte a suivre.
  • Ne pas utiliser le bâton électrique plusieurs fois sur un même animal.
  • Ne pas utiliser le bâton électrique sur les parties génitales, la face, le pis ou l'anus.
  • Ne pas utiliser le bâton électrique pour les veaux de moins de trois mois qu'on peut déplacer manuellement. »

Surutilisation des aiguillons électriques

Ne pas aiguillonner un animal déjà en mouvement ou qui n'a nulle part où aller. L'utilisation systématique de l'aiguillon électrique soumet l'animal à un stress et à des douleurs inutiles. Le fait d'aiguillonner un animal à l'arrière d'un groupe ne fera pas bouger l'animal qui est à la tête du groupe. Au contraire, cela peut entraîner des bousculades et des meurtrissures. Les animaux qui ont subi une décharge électrique et sont excités risquent de charger le préposé s'ils ne voient aucune possibilité de fuite.

L'aiguillon électrique doit être utilisé modérément. Si l'utilisateur ou l'animal devient agité, il vaut mieux prendre ses distances et attendre que le calme revienne. Un animal met entre 20 et 30 minutes pour se détendre après avoir été excité. On peut profiter de cette période pour évaluer ce qui a pu rebuter l'animal avant d'essayer à nouveau de le diriger vers les installations de manipulation.

Situations où l'utilisation de l'aiguillon électrique est inacceptable

Le Code de pratiques recommandées pour le soin et la manipulation des bovins de boucherie ne conseille pas l'utilisation des aiguillons électriques. Le Dr Temple Grandin, spécialiste du comportement animal, étudie les modes de déplacement des animaux et conçoit des installations de manipulation adaptées aux élevages et aux abattoirs. Elle recommande de ne pas utiliser d'aiguillons sur les fermes où sont élevés des animaux de reproduction. Le stress occasionné par l'utilisation de cet instrument peut affaiblir le système immunitaire des animaux, réduire le gain de poids, nuire à la fonction du rumen et réduire la capacité de reproduction. Les animaux qui sont manipulés brusquement et qui deviennent énervés ou apeurés se rappelleront de leur expérience et seront encore plus difficiles à manipuler une prochaine fois. Leur niveau d'anxiété ou de stress au moment d'entrer dans l'installation de manipulation se trouvera accru du fait de leur souvenir des expériences passées.

Le Dr Grandin a étudié les sons émis par les bovins et utilisé ces derniers comme mesure du niveau de stress dans les enclos de rassemblement, les couloirs d'amenée individuels et les aires d'étourdissement des usines de transformation. Ses travaux révèlent que les décharges électriques sont responsables de plus de 50 % des sons émis. Elle souligne que dans les établissements où l'on recourt de manière abusive à l'aiguillon électrique, les sons émis ont diminué considérablement après qu'on a demandé aux employés de donner d'abord une tape sur le derrière de l'animal avant d'utiliser l'aiguillon électrique.

Le Dr Grandin a aussi découvert que le fait de hâter les animaux durant le déchargement est une cause importante de meurtrissures. Les meurtrissures sur les longes sont souvent attribuables à la collision de deux bovins qui restent coincés à la sortie du camion lorsqu'ils se précipitent au-dehors. Pour éviter ces blessures inutiles, il faut utiliser le moins possible les aiguillons durant le déchargement. Une étude menée en 1994 à l'Université Purdue a établi que le fait de crier après les animaux était tout aussi inefficace que les décharges électriques.

Solutions de rechange à l'utilisation des aiguillons électriques

Au cours d'une étude menée en 1998 par Dr Grandin dans plusieurs gros abattoirs, on a réduit de 83 à 17 % l'utilisation des aiguillons électriques sur les bovins de boucherie. La chercheuse a expliqué au personnel de l'établissement comment tirer parti de la distance de fuite ainsi que les autres principes qui régissent naturellement le déplacement des bovins. L'erreur la plus courante au moment de déplacer des bovins consiste à essayer de faire entrer trop d'animaux dans l'enclos de rassemblement. Il vaut mieux ne remplir l'enclos de rassemblement qu'à moitié et éviter d'avoir à comprimer les animaux au moment de refermer la barrière. Si les animaux refusent de s'engager d'eux-mêmes dans un couloir d'amenée individuel en sortant de l'enclos de rassemblement, il faut en chercher la cause et apporter les correctifs nécessaires avant d'utiliser l'aiguillon.

De nombreuses études portent sur les façons de tirer parti des principes inhérents aux mouvements des bovins au cours des déplacements et du chargement du bétail. Visiter le site Web du Ministère pour y consulter des articles sur les moyens de faciliter la manipulation des bovins à la fois pour les préposés et pour les animaux.

Bud Williams enseigne à une école d'élevage qui insiste sur la nécessité de changer notre attitude fondamentale envers le bétail. Il estime qu'en essayant de maîtriser les animaux en les brusquant, nous perdons toute chance d'obtenir la maîtrise recherchée. Il prône le bon positionnement de l'éleveur qui peut ainsi appliquer suffisamment de pression sur les animaux pour les faire avancer dans la direction où ils sont physiquement en mesure d'aller. Pour M. Williams, il est clair que l'utilisation de la peur et de la force pour faire avancer le bétail impose un stress considérable aux animaux. Il prend en considération le comportement naturel de l'animal et demande à ses étudiants de modifier plutôt leur comportement à eux. Selon lui, les animaux qui se trouvent dans un « état d'esprit normal » cherchent :

  • à aller dans la direction vers laquelle on les dirige;
  • à suivre les autres animaux; et
  • à voir ce qui les pousse à avancer.

Conclusion

Par un examen attentif de ses installations et méthodes de manipulation, un éleveur peut gagner du temps et réduire le stress occasionné tant aux travailleurs qu'aux animaux ainsi que l'utilisation des aiguillons électriques.

Cette fiche technique a été rédigée par Nancy Noecker, spécialiste des exploitations vache-veau, et Craig Richardson, spécialiste des soins aux animaux, Kemptville, MAAARO.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca