Utilisation de la neige propre pour abreuver les brebis et les vaches de boucherie


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 424/433
Date de publication : novembre 2009
Commande no. 09-066
Dernière révision : 10 juin 2010
Situation : Fiche technique originale
Rédacteur :

Christoph Wand, spécialiste de la nutrition des bovins de boucheries, des ovins et des caprins/MAAARO; Craig Richardson - Spécialiste des soins des animaux/MAAARO


 

Table des matières

  1. Introduction
  2. Recherches sur l'utilisation de la Neige Comme Source D'eau D'abreuvement
  3. Gestion de la Neige Comme Source D'eau
  4. Conclusion
  5. Bibliographie

Introduction

En Ontario, la neige propre peut être une source d'eau économique pour l'abreuvement des brebis et des vaches de boucherie adultes. Souvent, dans l'ouest de l'Amérique du Nord, la neige est l'unique source d'eau utilisée pour abreuver les troupeaux en pâturage libre durant l'hiver.

Recherches sur l'utilisation de la Neige Comme Source D'eau D'abreuvement

Des études menées en Alberta révèlent que les vaches de boucherie et les brebis taries et gestantes qui mangent de la neige pour s'abreuver ne souffrent d'aucun désavantage par rapport aux mêmes animaux qui boivent de l'eau. La chaleur que les animaux dégagent pendant qu'ils digèrent et qu'ils s'alimentent fait fondre la neige et porte l'eau à la température du corps. Les animaux qui s'abreuvent à même la neige mangent celle-ci par petites quantités pendant les heures de clarté.

Dans le cadre d'au moins une recherche, on a étudié les effets de l'inclusion de la neige dans la ration totale mélangée (RTM) des animaux, les résultats ne révélant aucune effet négatif sur les vaches en gestation. Les animaux au pâturage ou qui passent l'hiver à l'extérieur, lorsqu'on met de l'eau à leur disposition, ne boivent qu'une ou deux fois par jour. Chaque fois qu'ils ingèrent ainsi une grande quantité d'eau, ils utilisent une partie de leur chaleur interne pour amener le liquide à la température du corps. Une comparaison des effets des deux méthodes d'abreuvement indique qu'il n'y a pas de différence dans la quantité d'aliments ingérés, dans l'utilisation des réserves d'énergie (sous forme de graisse) ni dans le poids des animaux.

Le printemps venu, lorsque les brebis et les vaches taries ayant fait l'objet d'études comparatives ont eu accès à de l'eau, les rendements en lait et les taux de croissance des agneaux et des veaux étaient identiques, que les mères aient eu accès à de l'eau tout l'hiver ou qu'elles se soient abreuvées en mangeant de la neige.

Dans les études portant sur des troupeaux mis au pâturage pendant des périodes prolongées en Ontario, les bovins qui se sont strictement abreuvés à même la neige se portaient très bien.

Gestion de la Neige Comme Source D'eau

L'hiver, les brebis et les vaches recherchent une neige molle, poudreuse et propre quand elles n'ont pas accès à de l'eau. Dans le cas des brebis, aucun comportement anormal - comme des bêlements - n'a été relevé après une période ininterrompue de vingt-quatre heures pendant laquelle la seule source d'eau accessible était la neige. Les vaches connaissaient une brève période d'adaptation (de trois à cinq jours), mais finissaient par s'adapter au remplacement de l'eau par la neige. Une fois qu'elles apprennent à manger de la neige, les vaches peuvent passer rapidement de la neige à l'eau et vice versa, sans subir de stress. L'inclusion dans un troupeau d'une vache ayant déjà mangé de la neige parmi d'autres n'ayant jamais fait cette expérience peut accélérer l'adaptation de ces dernières.

Pour une transition réussie de l'eau à la neige comme source d'eau d'abreuvement, il faut offrir aux animaux :

  • un abri contre les vents et les froids extrêmes (les animaux eux-mêmes doivent avoir développé un pelage ou une toison d'épaisseur suffisante);
  • une source de neige molle et humide (la présence de particules de glace dans la neige peut inciter les animaux à réduire leur consommation d'eau, ce qui risque de se traduire également par une baisse de la prise alimentaire).

Si la seule source de neige disponible est une neige granulaire, soufflée par le vent ou piétinée et/ou salie, il faudra prévoir une source d'eau complémentaire. Si une couche de glace recouvre la neige, on la brisera par le passage d'un tracteur, afin que les animaux aient accès à la neige poudreuse sous-jacente.

Les vaches de boucherie et les brebis taries et gestantes doivent être en santé et rester en bonne forme (indice 3,0 ou plus sur une échelle d'évaluation de l'état de chair de 1 à 5) tout au long de la période où elles s'abreuvent uniquement en mangeant de la neige. Visiter quotidiennement le troupeau et prévoir une formule de rechange - pour amener de l'eau aux animaux ou les animaux à une source d'eau - en cas de détérioration de la neige. Si les animaux montrent des signes continus d'agitation après être passés de l'eau à la neige ou si leur prise alimentaire diminue, il se peut que la neige ne soit pas assez abondante ou qu'elle ne soit pas de qualité satisfaisante.

Conclusion

Les vaches de boucherie et les brebis taries et gestantes peuvent utiliser de la neige propre comme unique source d'eau, sans présenter quelque signe de stress. Cette méthode d'abreuvement est utilisable sur de longues périodes en situation normale ou comme solution de rechange en cas d'interruption de l'approvisionnement en eau habituel durant l'hiver. La neige propre constitue une source économique et sûre d'eau pour les troupeaux de moutons et de vaches de boucherie élevés en Ontario.

Bibliographie

  • Butcher, J.E. Is snow adequate and economical as water source for sheep?, collaboration spéciale avec la National Wool Grower, février 1970.
  • Butcher, J.E. « Snow as the only source of water for sheep », dans Proceedings of Symposium on Water-Animal Relations, éd. H.F. Maryland, University of Idaho Press, Kimberly (Idaho), 1973, p. 205-209.
  • Degen, A.A., et B.A. Young. « Response of lactating ewes to snow as a source of water », dans Canadian Journal of Animal Science, vol. 61, 1981, p. 73-79.
  • Degen, A.A., et B.A. Young. « The performance of pregnant beef cows relying on snow as a water source », dans Canadian Journal of Animal Science, vol. 70, 1990, p. 507-515.
  • Wand, C.M. Stockpiled perennial pasture for extending the grazing season in Ontario cow/calf operations, thèse présentée à la faculté Graduate Studies, Université de Guelph, Guelph (Ontario), 2000.
  • Weeth, H.J., C.R. Torell, et D.W. Cassard. « Effects of a simulated snowbound stress condition on ewes », dans Journal of Animal Science, vol. 18, 1959, p. 694-700.
  • Young, B.A., et A.A. Degen. « Ingestion of snow by cattle », dans Journal of Animal Science, vol. 51, 1980, p. 811-815.
  • Young, B.A., et A.A. Degen. « Effect of snow as water source on beef cows and their calf production », dans Canadian Journal of Animal Science, vol. 71, 1991, p. 585-588.
  • Young, B.A, T. Tennessen, et A.A. Degen. « Liveweight and behavioural responses in cattle ingesting snow as their water source », dans rapport no 59 du Annual Feeders' Day, Agriculture and Forestry Bulletin, University of Alberta, juin 1980.