La castration des veaux


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 420/26
Date de publication : juin 2007
Commande no. 07-030
Dernière révision :
Situation :
Rédacteur : Neil Anderson - vétérinaire principal/Prévention des maladies chez les ruminants/MAAARO

Définition de la castration


La castration d'un veau mâle (taureau) consiste à enlever ou éliminer les testicules de l'animal. Un bouvillon est un veau mâle castré élevé pour la viande.

Justification de la castration

On castre les veaux de boucherie pour les raisons suivantes :

  • Mettre fin à la production d'hormones mâles et de semence;
  • Domestiquer les bovins de trait (anciennement);
  • Prévenir l'accouplement et la reproduction après la puberté;
  • Faciliter l'élevage puisque les bovins castrés sont plus dociles que les taureaux;
  • Réduire l'agressivité, le grimpage, les blessures et la fréquence des carcasses foncées;
  • Accroître la sécurité à la ferme pour les animaux, les producteurs et les employés;
  • Diminuer les coûts associés à la mise en place de clôtures et d'installations de manutention pour les taureaux;
  • Éviter d'obtenir les prix réduits payés par les transformateurs pour les carcasses de taureaux;
  • Offrir de la viande à la hauteur des exigences des consommateurs.

Gestion des veaux mâles

Les éleveurs peuvent choisir d'élever des veaux mâles non castrés, de les castrer en bas âge ou à un âge plus avancé, ou encore de mettre en place des implants de promoteurs de croissance à la castration. La décision de l'éleveur dépendra de son type d'installation, de ses habiletés, de sa sensibilisation aux effets de la castration et de la demande du marché pour les veaux. Les producteurs à qui certains acheteurs garantissent de s'approvisionner en veaux mâles non préconditionnés (c'est-à-dire qui possèdent encore leurs cornes et leurs testicules) au même prix que celui des veaux préconditionnés (castrés et décornés) feraient mieux d'éviter ces interventions. Toutefois, il faut souligner que de tels acheteurs sont très rares. La plupart des acheteurs de veaux non préconditionnés sont bien conscients des risques associés à la castration de veaux plus âgés et offrent habituellement des sommes moindres à l'encan pour ces veaux. Depuis quelque temps, les veaux préconditionnés (castrés, décornés, vaccinés et habitués à consommer du fourrage) sont vendus à des prix plus élevés aux encans.

Viande de bovins non castrés

Il existe cependant un marché de niche pour la viande qui provient de jeunes bovins non castrés. Cette viande est recherchée par les consommateurs qui s'opposent à la castration pour des motifs liés au bien-être animal, ou qui souhaitent manger de la viande exempte d'implants hormonaux et préfèrent une viande plus maigre. On peut mettre en marché les animaux non castrés un ou deux mois plus tôt que les autres et, du même coup, économiser des fourrages. Les consommateurs ne décèlent généralement pas de différences de goût ou de tendreté entre la viande des bouvillons et celle des jeunes taureaux.

Immunocastration : une solution de rechange à la castration

Des chercheurs ont démontré que certaines méthodes d'immunisation et de vaccination mettent fin à la production d'hormones mâles et réduisent le développement des testicules, ce qui permet d'obtenir des carcasses analogues à celles des bouvillons. La croissance et les caractéristiques des carcasses des animaux ainsi immunisés sont semblables à celles des bouvillons. Les chercheurs ont également constaté que l'immunocastration réduit les comportements agressifs et constitue une solution de rechange efficace à la castration chirurgicale des taurillons. Il n'existe toutefois pas de produit offert à cette fin sur le marché. L'obligation d'effectuer des injections à répétition risque de compromettre l'adoption d'une telle méthode.

Âge à la castration

La castration en bas âge réduit les dangers pour le veau, le producteur de vaches-veaux (éleveur-naisseur) et l'exploitant du parc d'engraissement, notamment :

  • Les risques de maladie ou de mortalité associés à la castration des veaux à un âge plus avancé;
  • Les réductions de gains de poids vif (productivité) dans les semaines qui suivent la castration, chez les veaux plus âgés.

Bon nombre de producteurs préfèrent castrer les veaux à la naissance pour les raisons suivantes :

  • L'intervention est plus facile à réaliser;
  • La castration cause moins de stress chez les veaux naissants;
  • La castration des veaux plus âgés soulève certaines réserves en matière de bien-être animal.

On ne possède pas de preuves que la douleur soit plus intense chez les veaux plus âgés, mais il reste que la castration présente moins de dangers lorsque les animaux sont plus jeunes.

Effet de la testostérone

Certains éleveurs retardent la castration des veaux afin de profiter des effets de l'hormone mâle (testostérone) sur la croissance des veaux. Les veaux commencent à sécréter de la testostérone entre 3,5 et 5,5 mois. Les différences de gains de poids vif entre les veaux castrés et les veaux non castrés commencent à se manifester lorsqu'ils ont environ quatre ou cinq mois.

Gain de poids vif

Des études concernant les effets de la castration sur le gain de poids ont été réalisées dans bon nombre de pays. On n'observe généralement pas de différences entre le gain de poids vif des veaux non castrés et celui des bouvillons au cours des 21 jours qui suivent la castration si elle est pratiquée chez les veaux âgés de un mois. Toutefois, les différences sont importantes lorsque les veaux sont plus âgés au moment de la castration. Au cours des années 1980 et au début des années 1990, des recherches ont été menées en vue de trouver des méthodes visant à récupérer les pertes de poids ainsi subies en ayant recours à des implants hormonaux. Il semble qu'au cours de la dernière décennie cependant, les recherches aient surtout porté sur l'atténuation de la douleur et sur les questions de bien-être animal liées à la castration.

Techniques de castration

La castration peut être effectuée par des méthodes physiques ou chimiques, ou par l'utilisation d'hormones, les méthodes physiques étant les plus courantes. On peut effectuer l'ablation chirurgicale des testicules ou en détruire les tissus en bloquant l'irrigation du sang vers ceux-ci. Les jeunes veaux peuvent être castrés à l'aide d'anneaux de caoutchouc, de pinces de Burdizzo ou par chirurgie. La castration chirurgicale est peut-être plus appropriée dans le cas des veaux qui ne sont pas manipulés avant le sevrage.


Castration à l'aide de bandes élastiques

Figure 1. Élasteur utilisé pour fixer les anneaux de caoutchouc.

Figure 1. Élasteur utilisé pour fixer les anneaux de caoutchouc.

C'est par l'interruption de l'irrigation du sang vers les testicules que s'effectue la castration à l'aide de bandes élastiques puisque ce blocage entraîne la mort des tissus puis la chute des testicules. L'outil utilisé pour fixer les anneaux ou bandes élastiques au niveau du col du scrotum, chez les veaux de moins de trois semaines, s'appelle un élasteur (figure 1). Les anneaux élastiques bloquent la circulation sanguine vers les testicules et le scrotum, qui finissent par se détacher. L'élasteur est l'outil indiqué pour les veaux de moins de trois semaines. Les pinces de castration EZE et Callicrate sont des outils qui permettent de fixer des bandes élastiques sur le scrotum des veaux plus gros et plus âgés. Il est également recommandé de vacciner les animaux contre le tétanos et le charbon bactérien. Ces infections sont plus fréquentes chez les veaux plus âgés qui subissent la castration. Les vaccins doivent être administrés plusieurs semaines avant la pose des bandes élastiques. Des chercheurs de la Saskatchewan ont clairement démontré qu'il était néfaste d'utiliser les anneaux élastiques chez des taureaux adultes ou de les castrer par ablation chirurgicale, en raison de la douleur qui y est associée, du temps de guérison et de la perte de poids qui s'ensuit. Des chercheurs de l'Alberta ont déterminé que chez les sujets âgés, l'utilisation de bandes élastiques comparativement à l'ablation chirurgicale n'était pas plus avantageuse en ce qui a trait au gain de poids moyen.

Si les bandes élastiques sont mal placées, un des testicules peut être retenu près du corps, et l'animal aura les caractéristiques d'un taurillon. Pour une utilisation optimale des anneaux élastiques, il est important de connaître l'anatomie des veaux et d'immobiliser correctement l'animal. Certains pays européens ont banni la castration à l'aide de bandes élastiques, car les autorités considèrent qu'il s'agit d'une pratique cruelle.

Technique

  1. Utiliser l'élasteur avec les veaux naissants ou âgés d'au plus trois semaines.
  2. Utiliser les anneaux élastiques dans les 12 mois suivant la date d'achat afin d'éviter qu'ils ne se rompent ou qu'ils soient mal ajustés. Les anneaux doivent être suffisamment résistants pour bloquer la circulation sanguine dans les artères et les veines. Dans le cas contraire, le scrotum va enfler.
  3. Amener les deux testicules dans le scrotum. Le muscle de chaque testicule cherchera à le ramener vers l'abdomen.
  4. Placer la bande élastique sur l'élasteur. Tenir ce dernier avec les doigts de la pince vers le haut. Fermer le manche de la pince pour distendre l'anneau élastique.
  5. Le veau étant tenu debout avec les deux testicules descendus dans le scrotum, étirer l'anneau et le faire glisser autour du scrotum. L'anneau est placé juste au-dessus des testicules (~ 0,5 cm) et non à la base du scrotum.
  6. Vérifier si les deux testicules sont immobilisés à l'extrémité du scrotum et que l'anneau est bien placé (figure 2). Dans le cas contraire, couper l'anneau avec des ciseaux et recommencer.
  7. Retirer l'élasteur.
  8. Les bandes mises en place avec les pinces de castration EZE ou Callicrate doivent être placées au même endroit. Pour plus d'informations, lire les instructions du fabricant.

Figure 2. Anneau élastique au-dessus des testicules.

Figure 2. Anneau élastique au-dessus des testicules.

Douleur ressentie par l'animal

  • L'anesthésie locale soulage presque entièrement la douleur aiguë causée par la castration effectuée à l'aide d'anneaux de caoutchouc ou de bandes élastiques.
  • La douleur aiguë causée par l'utilisation d'anneaux ou de bandes est plus intense que celle qui est provoquée par les pinces de Burdizzo.

Avantages et inconvénients :

  • o Ne cause pas de saignement, facile à effectuer;
  • De grosses lésions peuvent se former autour de la zone où se trouvait l'anneau et persister longtemps; les bandes élastiques sont donc inappropriées pour les veaux d'un an;
  • Les blessures guérissent plus lentement que celles causées par la castration chirurgicale;
  • Les plus récents modèles d'élasteurs pour les veaux plus âgés permettent d'ajuster la tension des bandes élastiques;
  • Cette méthode comporte un risque de rater un testicule;
  • Les bandes peuvent se rompre ou ne pas bloquer complètement la circulation sanguine vers les testicules;
  • Méthode préconisée pour la castration dans un parc détrempé et boueux;
  • Il est suggéré de vacciner les animaux avant de poser les anneaux en raison des risques d'infections (comme le tétanos et le charbon bactérien);
  • La castration à l'aide d'anneaux élastiques suscite certaines réserves dans la population en raison de la douleur qu'elle cause aux animaux plus âgés et des questions de bien-être animal qui lui sont associées;
  • Les gains de poids après la castration à l'aide de bandes élastiques sont moins élevés que ceux qu'on observe après la castration chirurgicale;
  • L'utilisation des pinces de castration EZE et Callicrate sans anesthésie pour les taureaux plus âgés est considérée comme cruelle et contraire aux pratiques reconnues en matière de bien-être animal.

Castration à l'aide d'une pince de Burdizzo

La pince de Burdizzo permet d'écraser les vaisseaux sanguins et d'interrompre la circulation sanguine vers les testicules, causant ainsi la mort des tissus. L'animal doit être bien immobilisé, car la pince de Burdizzo doit rester en place environ 10 secondes pour vraiment écraser l'artère.

La pince de Burdizzo (figure 3) doit être en bon état. Les mors doivent être parallèles et se fermer uniformément sur toute la largeur afin que la pression engendrée soit distribuée également. Laisser la pince de Burdizzo légèrement entrouverte entre les utilisations.

Figure 3. Pince de Burdizzo.

Figure 3. Pince de Burdizzo.

Technique

  1. Recourir à cette technique lorsque le cordon spermatique peut être palpé, c'est-à-dire lorsque l'animal est âgé d'un mois ou plus.
  2. Utiliser une pince dont la taille convient à celle de l'animal. Des pinces trop petites saisiront mal le surplus de tissu entre les mâchoires, et la pression engendrée entre les mâchoires ne sera pas suffisante pour comprimer adéquatement les artères.
  3. Localiser le cordon spermatique sur un côté du scrotum. Saisir le scrotum au-dessus des testicules entre les pattes arrière de l'animal. Le cordon spermatique part du testicule en direction de l'abdomen du veau. De la taille d'un crayon, il se déplace facilement d'un côté à l'autre de la section du scrotum où il se trouve. Pincer le cordon à l'extrémité extérieure du scrotum entre le pouce et l'index. Les droitiers utilisent la main gauche pour tenir le cordon et la droite pour manipuler la pince de Burdizzo.
  4. Placer la pince de Burdizzo de manière à permettre l'écrasement du cordon. L'une des mâchoires de la pince de Burdizzo est munie de rebords à chaque extrémité afin d'empêcher le cordon spermatique de glisser hors de la pince. Placer la mâchoire avec rebords à l'avant du scrotum. Pointer les rebords vers la personne qui effectue l'intervention.
  5. Ne placer que la section du scrotum qui contient le cordon spermatique entre les mâchoires de la pince de Burdizzo. Ne pas comprimer plus de tissu scrotal que nécessaire. Les mâchoires de la pince devraient être placées juste au-dessus (1-1,5 cm) de l'extrémité supérieure du testicule.
  6. Serrer la pince de Burdizzo pendant 10 secondes, et vérifier si le cordon spermatique est bien resté comprimé entre les mâchoires de la pince. On peut aussi étirer le cordon spermatique enserré dans les mâchoires dans un mouvement de va-et-vient.
  7. Relâcher la pression de la pince de Burdizzo, puis la déplacer à 1 cm en bas du premier endroit et répéter les étapes 4 et 5. Choisir un autre point sous celui qui a été comprimé en premier afin de réduire la douleur causée par une seconde compression.
  8. Répéter l'intervention sur le côté opposé. Décaler les zones de compression à droite et à gauche du scrotum. Ne pas écraser la section du scrotum vis-à-vis la zone comprimée sur le côté opposé. Les lignes de compression ne doivent pas chevaucher la ligne médiane du scrotum (figure 4).
  9. Examiner les veaux de quatre à six semaines après l'intervention afin de s'assurer que les testicules sont vraiment atrophiés. Au début, les testicules enflent, puis dépérissent et s'atrophient.

Figure 4. Zones de compression - Castration à l'aide de la pince de Burdizzo.


Figure 4. Zones de compression - Castration à l'aide de la pince de Burdizzo.


Douleur ressentie par l'animal

  • Il faut pratiquer une anesthésie locale et administrer des anti-inflammatoires non stéroïdiens à l'animal pour éliminer la douleur aiguë causée par la castration faite avec la pince de Burdizzo.
  • La douleur aiguë causée par la castration avec la pince de Burdizzo est toutefois moindre que la douleur engendrée par la castration chirurgicale, les anneaux de caoutchouc ou les bandes élastiques.

Avantages et inconvénients :

  • Ne cause pas de saignement;
  • L'intervention est longue et exige certaines compétences;
  • L'intervention n'est pas fiable si elle n'est pas réalisée correctement et donne des veaux qui se comporteront comme des taureaux;
  • Le matériel devient inefficace après de nombreuses utilisations et doit être remplacé;
  • L'intervention a moins d'effet négatif sur le gain de poids comparativement à la castration chirurgicale ou à l'utilisation d'anneaux élastiques.

Castration chirurgicale

La castration chirurgicale est la méthode de castration la plus sûre puisque les testicules sont complètement supprimés. Il est préférable d'effectuer ce type de castration bien avant ou après la saison des mouches et lorsque les veaux peuvent être conduits dans un endroit sec après l'intervention. L'ablation chirurgicale des testicules peut être effectuée sur les veaux de tout âge. Il est plus facile d'apprendre la technique auprès des veaux qui ont de gros testicules. Par contre, les veaux plus gros et plus âgés sont plus stressés et saignent généralement davantage que les plus jeunes.

Il est essentiel de bien immobiliser l'animal afin de réduire les risques de blessures, autant pour les veaux que pour les personnes qui pratiquent l'intervention.

La castration chirurgicale se pratique à l'aide d'un couteau de castration Newberry, d'un scalpel (figure 5) et d'un émasculateur.

Figure 5. Scalpel.


Figure 5. Scalpel.


Technique

  1. Se laver les mains et nettoyer le matériel chirurgical à l'aide d'une solution antiseptique. Se placer sur le côté ou à l'arrière du veau et écarter ses pattes arrière.
  2. Le scrotum doit être propre. On peut se servir d'un désinfectant cutané doux (comme de l'iode) pour nettoyer les sites d'incision.
  3. Faire une incision dans la peau du scrotum selon la méthode A ou B.

Méthode d'incision A

a) L'incision sera pratiquée à l'extérieur de la moitié inférieure de chaque section du scrotum (figure 6).
b) Les droitiers se servent de la main gauche pour

forcer le testicule vers le bas et l'extérieur du scrotum. Une fois que le testicule se trouve au bon endroit, le retenir en place et utiliser le scalpel pour faire une bonne incision dans le scrotum par-dessus le testicule. On peut inciser le testicule lui-même.

Figure 6. Méthode d'incision A


Figure 6. Méthode d'incision A.


Méthode d'incision B

a) L'incision aura pour objectif d'enlever complètement le tiers inférieur du scrotum. Pousser d'abord les testicules vers le haut en direction du corps de l'animal de manière à ce que le tiers inférieur du scrotum soit vide.
b) Saisir l'extrémité du scrotum entre le pouce et l'index. Utiliser un scalpel tranchant pour faire une incision au travers du scrotum juste au-dessus du pouce et de l'index. Cette incision permettra d'enlever complètement l'extrémité du scrotum. Les testicules pourront descendre ou être tirés vers le bas par l'ouverture pratiquée dans le scrotum (figure 7).
c) Le reste de l'intervention est identique pour les deux méthodes (voir l'étape n° 4 de la technique générale).

  1. Faire sortir le testicule du scrotum en le tirant au travers de l'ouverture créée par l'incision. Le testicule sera recouvert d'une membrane blanche et mince, mais résistante. Dégager cette membrane du testicule en la tirant loin de l'extrémité du testicule.
  2. Le cordon résistant qui reste contient l'artère, les veines et le cordon spermatique.
  3. Utiliser un émasculateur chez les veaux plus âgés (figure 8) pour comprimer et sectionner simultanément les vaisseaux sanguins et le cordon spermatique. L'émasculateur réduit les risques de saignement. (L'émasculateur doit être placé correctement sur le cordon pour bien l'écraser.)
  4. Chez les veaux plus jeunes (moins de 3 mois), souvent, on sépare le canal déférent et les vaisseaux sanguins. Avec le scalpel, sectionner le canal déférent en le grattant sur toute son épaisseur. Tirer doucement sur les vaisseaux sanguins jusqu'à ce qu'ils se rompent.
  5. Procéder de la même manière pour l'autre testicule.

Figure 7. Méthode d’incision B.

Figure 7. Méthode d’incision B.

Figure 8. Émasculateur.

Figure 8. Émasculateur.


Aucun tissu ne devrait traîner hors du scrotum une fois la castration terminée.

Si on a eu recours à la méthode de castration B, l'intervention est terminée. Dans le cas de la méthode A, après l'ablation des deux testicules, pratiquer une incision tout le long de la moitié inférieure du septum médian afin d'assurer un drainage adéquat.

Douleur ressentie par l'animal

  • L'anesthésie locale et l'administration d'anti-inflammatoires non stéroïdiens soulagent la douleur aiguë causée par la castration chirurgicale.
  • La douleur causée par la castration chirurgicale est plus intense que celle occasionnée par l'utilisation des pinces de Burdizzo.

Avantages et inconvénients :

  • L'intervention peut causer des saignements, lesquels présentent certains dangers;
  • La castration est garantie puisque les testicules sont supprimés;
  • L'intervention chirurgicale est plus longue que la castration à l'aide de bandes élastiques;
  • Les plaies ouvertes peuvent occasionner des infections;
  • La méthode est déconseillée dans le cas d'un parc d'engraissement humide et boueux;
  • La diminution des gains de poids est plus prononcée avec cette méthode qu'avec la castration à l'aide des pinces de Burdizzo;
  • Les plaies chirurgicales guérissent plus rapidement que celles qui sont causées par les anneaux de caoutchouc;
  • L'intervention comporte des risques de blessures pour la personne qui la pratique.

Soins postopératoires

  • Placer les veaux dans un endroit propre et sec après la castration.
  • Examiner attentivement les veaux au cours des deux semaines qui suivent la castration. Dans le cas de la castration à l'aide de bandes élastiques, le scrotum devrait se détacher dans les sept semaines qui suivent.
  • Vérifier qu'il n'y a pas d'enflure, de signes d'infection, de tétanos et de boiterie.
  • Traiter les blessures comme il se doit.
  • Obtenir de l'aide professionnelle lorsque les veaux présentent de l'enflure, qu'ils montrent des signes de grande douleur ou d'infection.

Préoccupations relatives au bien-être animal

  1. La castration physique entraîne de la douleur et comporte des effets secondaires.
  2. Les jeunes veaux se rétablissent rapidement et présentent moins de complications que les veaux plus âgés.
  3. La douleur aiguë causée par la pince de Burdizzo est moindre que celle qui est occasionnée par la castration chirurgicale, la castration à l'aide d'anneaux de caoutchouc ou de bandes élastiques.
  4. Rien ne prouve que les veaux plus jeunes éprouvent moins de douleur que les veaux plus âgés.
  5. L'anesthésie locale élimine la douleur causée par la castration effectuée à l'aide d'anneaux de caoutchouc ou de bandes élastiques.
  6. L'anesthésie locale administrée conjointement avec un analgésique systémique, comme l'anti-inflammatoire non stéroïdien kétoprofène, élimine la douleur causée par la castration chirurgicale ou effectuée à l'aide de la pince de Burdizzo.
  7. Le kétoprofène employé seul n'élimine pas nécessairement les comportements associés à la douleur que l'on observe durant l'intervention.
  8. La castration sans anesthésie des animaux plus âgés est considérée comme cruelle et contraire aux pratiques reconnues en matière de bien-être animal.
  9. L'utilisation d'analgésiques représente un coût additionnel pour les producteurs. Ces médicaments peuvent être difficiles à obtenir en raison de leur offre limitée sur le marché et de la pénurie de vétérinaires praticiens en milieu agricole.
  10. En Ontario, des aides-vétérinaires peuvent pratiquer une anesthésie tronculaire locale et castrer les animaux de moins de deux mois sous la supervision immédiate, directe ou indirecte d'un vétérinaire. Ils peuvent également castrer des animaux d'élevage de plus deux mois sous la supervision immédiate ou directe d'un vétérinaire.

Anesthésie et soulagement de la douleur

Méthodes d'anesthésie et de soulagement de la douleur :

  • Produits anesthésiants locaux de courte durée (ex. : lidocaïne) dont l'effet dure de 45 à 90 minutes.
    • épidurale visant à supprimer la douleur dans les membres postérieurs et dans la région des testicules;
    • injections locales dans les testicules, au site d'incision ou dans le cordon spermatique.
  • Agonistes alpha-2 (xylazine) administrés seuls ou parallèlement à un anesthésiant local pour soulager la douleur de l'animal pendant quelques heures.
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme le kétoprofène utilisé seul, avec des produits anesthésiants locaux ou de la xylazine.

Remerciements

Gerrit Rietveld, spécialiste des soins des animaux, MAAARO, a réalisé les diagrammes de cette publication.

Références

  1. ADAMS, T.E., et B.M. ADAMS. Feedlot performance of steers and bulls actively immunized against gonadotropin-releasing hormone, dans J. Anim. Sci., 1992; 70 (6) : 1691-1698.
  2. BAGU, E.T., S. MADGWICK, R. DUGGAVATHI, et coll. Effects of treatment with LH or FSH from 4 to 8 weeks of age on the attainment of puberty in bull calves, dans Theriogenology, 2004; 62(5) : 861-73.
  3. BAKER, J.F., J.E. STRICKLAND, et R.C. VANN. Effect of castration on weight gain of beef calves, dans Bovine Practitioner, 2000; 34 (2) : 124-6.
  4. BERRY, B.A., W.T. CHOAT, D.R. GILL, C.R. KREHBIEL, R.A. SMITH, et R.L. BALL. Effect of Castration on Health and Performance of Newly Received Stressed Feedlot Calves, dans Oklahoma Agricultural Experiment Station Report, 2001.
  5. BONNEAU, M., et W.J. ENRIGHT. Immunocastration in cattle and pigs, dans Livestock Production Sci., 1995; 42(2-3) : 193-200.
  6. BRANNANG, E. The effect of castration and age of castration on the growth rate, feed conversion and carcass traits of Swedish Red and White Cattle, dans Part I. Studies on monozygous cattle twins XVIII. Lantbrukshogskolans Annaler, 1966; 32 : 1-90.
  7. BURCIAGA-ROBLES, L.O., D.L. STEP, B.P. HOLLAND, M.P. McCURDY, et C.R. KREHBIEL. Effect of castration upon arrival on health and performance of high risk calves during a 44 day receiving period, dans The AABP Proceedings, 2006; 39 : 234-235.
  8. CAPUCILLE, D.J., M.H. POORE, et G.M. ROGERS. Castration in cattle: techniques and animal welfare issues, dans Compend Cont. Educ. Pract. Veterinarian, 2002; 24(9) : 66-73.
  9. COHEN, R.D.H., P.S.W. HUNTER, E.D. JANZEN, et coll. The effect of time and method of castration and Ralgro implants on male calves, dans Termuende Research Station: Management, Production and Research, 1985 : 1-42.
  10. D'OCCHIO, M.J., W.J. ASPDEN, et T.E. TRIGG. Sustained testicular atrophy in bulls actively immunized against GnRH: potential to control carcass characteristics, dans Anim. Reprod. Sci., 2001; 66(1-2) : 47-58.
  11. EARLEY, B., et M.A. CROWE. Effects of ketoprofen alone or in combination with local anesthesia during the castration of bull calves on plasma cortisol, immunological, and inflammatory responses, dans J. Anim Sci., 2002; 80(4) : 1044-1052.
  12. FISHER, A.D., M.A CROWE, M.E.A. DELAVARGA, et W.J. ENRIGHT. Effect of castration method and the provision of local anesthesia on plasma cortisol, scrotal circumference, growth, and feed intake of bull calves, dans J. Anim. Sci., 1996; 74(10) : 2336-2343.
  13. FISHER, A.D., T.W KNIGHT, G.P. COSGROVE, et coll. Effects of surgical or banding castration on stress responses and behaviour of bulls, dans Aust. Vet. J., 2001; 79(4) : 279-84.
  14. HEATON, K., et D.R ZOBELL. A successful collaborative research project: Determining the effects of delayed castration on beef cattle production and carcass traits and consumer acceptability, dans J. of Extension, 2006; 44 (2).
  15. KNIGHT, T.W., G.P. COSGROVE, A.F. DEATH, et C.B. ANDERSON. Effect of age of pre- and post-pubertal castration of bulls on growth rates and carcass quality, dans N. Z. J. Agric. Res., 2000; 43 : 585-8.
  16. KNIGHT T.W., G.P. COSGROVE, A.F. DEATH, et C.B. ANDERSON. Effect of method of castrating bulls on their growth rate and liveweight, dans N. Z. J. Agric. Res., 2000; 43(2) : 187-192.
  17. LINDNER, H.R., et T. MANN. Relationship between the content of androgenic steroids in the testes and the secretory activity of the seminal vesicles, dans J. Endocrinol., 1960; 21 : 341-360.
  18. MADGWICK, S., E.T. BAGU, R. DUGGAVATHI, et coll. Effects of treatment with GnRH from 4 to 8 weeks of age on the attainment of sexual maturity in bull calves, dans Anim. Reprod Sci., 2007; sous presse.
  19. MOLONY, V., J.E. KENT, et I.S. ROBERTSON. Assessment of acute and chronic pain after different methods of castration of calves, dans Appl. Anim. Behaviour Sci., 1995; 46(1) : 33-48.
  20. O'CONNOR, B., S. LEAVITT, et K. PARKER, Tetanus in feeder calves associated with elastic castration, dans Can. Vet. J., 1993; 34 : 311-312.
  21. PETHERICK, J.C. Animal welfare provision for land-based livestock industries in Australia, dans Aust. Vet. J., 2006; 84 : 379-383.
  22. PRICE, E.O., T.E. ADAMS, C.C. HUXSOLL, et R.E. BORGWARDT. Aggressive behavior is reduced in bulls actively immunized against gonadotropin-releasing hormone, dans J. Anim. Sci., 2003; 81 : 411-415.
  23. ROLLIN, B.E. An ethicist's commentary on the elastrator for older bulls, dans Can. Vet. J., 2003; 44(8):624. STAFFORD, K.J., et D.J. MELLOR. The welfare significance of the castration of cattle: a review, dans N. Z. Vet. J., 2005; 53(5) : 271-8.
  24. STAFFORD, K.J., D.J. MELLOR, A.E. DOOLEY, D. SMEATON, et A. MCDERMOTT. The cost of alleviating the pain caused by the castration of beef calves, dans Porc. N. Z. Soc. Anim. Prod., 2005; 65.
  25. STOOKEY, J. M., Castration and dehorning: We have done the science, when will we use the results?, dans Conference Animal Agriculture 2001, Saskatoon, Sask., 12 jan. 2001.
  26. THUER, S., S. MELLEMA, M.G. DOHERR, B.WECHSLER, K. NUSS, et A. STEINER. Effect of local anaesthesia on short- and long-term pain induced by two bloodless castration methods in calves, dans Vet. J., 2007; 173(2) : 333-42.
  27. TING, S.T.L., B. EARLEY, J.M.L. HUGHES, et M.A. CROWE. Effect of ketoprofen, lidocaine local anesthesia, and combined xylazine and lidocaine caudal epidural anesthesia during castration of beef cattle on stress responses, immunity, growth, and behavior, dans J. Anim. Sci., 2003; 81 : 1281-1293.
  28. TING, S.T.L., B. EARLEY, et M.A. CROWE. Effect of repeated ketoprofen administration during surgical castration of bulls on cortisol, immunological function, feed intake, growth, and behavior, dans J. Anim. Sci., 2003; 81 : 1253-1264.
  29. TING, S.T.L., B. EARLEY, I. VEISSIER, S. GUPTA, et M.A. CROWE. Effects of age of Holstein-Friesian calves on plasma cortisol, acute-phase proteins, immunological function, scrotal measurements and growth in response to Burdizzo castration, dans J. Anim. Sci., 2005; 80(3) : 377-86.
  30. WATSON, M.J. The effects of castration on the growth and meat quality of grazing cattle, dans Aust. J. Exp. Agr. Anim. Husb., 1969 : 164-171.
  31. WILDMAN, B.K., C.M. POLLOCK, O.C. SCHUNICHT, et coll. Evaluation of castration technique, pain management, and castration timing in young feedlot bulls in Alberta, dans The AABP Proceedings, septembre 2006; 39 : 47-49.
  32. ZULAUF M., A. GUTZWILLER, A. STEINER, et G. HIRSBRUNNER. The effect of a pain medication in bloodless castration of male calves on the concentrated feed intake, weight gain and serum cortisol level, dans Schweiz Arch Tierheilkd, 2003; 145(6) : 283-90.