Aménagement d'une ferme d'élevage de cervidés


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 400/20
Date de publication : février 2011
Commande no. 11-014W
Dernière révision : 11/02
Situation : Fiche technique remplaçant la fiche no 99-018 du MAAARO, qui porte le même titre
Rédacteur : Brian Tapscott, spécialiste de l'élevage d'animaux non traditionnels, MAAARO

Dans la présente fiche technique, « cervidés » fait référence à toutes les espèces de cervidés élevées en Ontario, notamment le daim, le sika, le cerf élaphe, le wapiti et leurs hybrides, ainsi que le cerf de Virginie, le cerf mulet et le caribou.

Table des matières

  1. Introduction
  2. Premières étapes
  3. Terrain
  4. Pratiques écologiques
  5. Espèces de cervidés
  6. Empêcher les animaux de s'échapper
  7. Conseils pour éviter que les animaux ne s'échappent
  8. Que faire si un cervidé s'échappe?
  9. Enclos
  10. Allée d'accès
  11. Corral de manipulation
  12. Accès des véhicules et de la machinerie
  13. Eau, aliments et abri
  14. Sommaire

Introduction

L'aménagement de la ferme d'élevage de cervidés doit :

  • assurer la sécurité et le bien être des animaux;
  • permettre à l'exploitant de déplacer facilement les animaux d'un enclos à l'autre et vers le corral de manipulation sans les blesser ni en perdre;
  • veiller à ce que les animaux demeurent à l'intérieur de la clôture périmétrique;
  • être économique;
  • se prêter à des projets d'expansion.

Premières étapes

Tous les systèmes d'élevage de cervidés sont conçus selon le même principe de base. L'aménagement diffère toutefois légèrement d'une ferme à l'autre en fonction de la taille et du tempérament de l'espèce qui y est élevée.

La première étape consiste à déterminer l'espèce de cervidé que l'on souhaite élever et à prévoir la taille du troupeau. Un bon plan d'aménagement des installations peut ensuite être élaboré. Voici certains points à considérer :

  • la qualité et le relief du terrain;
  • la forme, la taille et l'emplacement des enclos, y compris les aires d'attente et la cour d'hiver;
  • le nombre d'enclos et de barrières;
  • la protection des enclos de mise bas contre les prédateurs;
  • une allée d'accès pour permettre le déplacement des animaux d'un enclos à l'autre et vers le corral de manipulation;
  • l'emplacement et la conception du corral de manipulation et des systèmes de contention;
  • l'approvisionnement en eau et en électricité;
  • des systèmes de distribution des aliments et de l'eau;
  • l'accessibilité à longueur d'année des véhicules et de la machinerie aux aires d'entreposage et au corral de manipulation;
  • un abri.

Une bonne conception des aires de manipulation est primordiale. Avec une bonne planification, ces aires ne nécessiteront au fil des ans qu'un minimum d'améliorations, qui peuvent se limiter à de petits ajouts à des fins d'expansion.

Si l'aménagement est bien planifié, il est possible de déplacer les cervidés d'une zone à l'autre de la ferme et de les trier en soumettant à la fois les animaux et le personnel à un minimum de stress et de blessures.

Terrain

En général, le choix d'un bon terrain productif est garant des coûts de production les plus bas par tête. Une planification soignée permet de clôturer le maximum de terrain avec un minimum de clôtures.

Il ne faut pas clôturer les marécages, étangs, cours d'eau, plaines inondables, fossés, zones recevant de forts amoncellements de neige, terrains très rocheux ou accidentés et terrains boisés. Inondations et amoncellements de neige peuvent détruire les clôtures ou permettre aux cervidés de s'échapper. Les terrains rocheux, accidentés et densément boisés coûtent plus cher à clôturer et procurent généralement moins de fourrage. Les cervidés finiront aussi par détruire les arbres qui n'auront pas été protégés.

Pratiques écologiques

  • Préserver la qualité de l'eau et combattre l'érosion en installant des clôtures qui éloignent les animaux des étangs, rivières, cours d'eau et berges.
  • Garder le troupeau loin des cours d'eau afin de minimiser la charge en éléments nutritifs de l'eau et de réduire la transmission de parasites des animaux d'élevage aux animaux sauvages et vice versa.
  • Ériger des clôtures autour des boisés pour les protéger et les conserver comme brise vent.

Espèces de cervidés

L'aménagement des enclos, allées d'accès et aires de triage et de manipulation doit être conçu de sorte à répondre aux besoins particuliers du cervidé qu'on élève. Pour obtenir plus de détails sur les clôtures, voir la fiche technique du MAAARO no 97-028, Clôtures pour cervidés.

Les différences portent notamment sur :

  • le calibre des mailles et la hauteur des clôtures de treillis métallique;
  • la hauteur et la solidité des barrières et des taquets d'arrêt;
  • la taille et la forme de l'allée et du corral de manipulation;
  • les types de dispositifs de contention à intégrer au corral de manipulation.

Empêcher les animaux de s'échapper

Les cervidés d'élevage s'évadent avant tout par une barrière laissée ouverte ou en raison d'une clôture inadéquate.

Conseils pour éviter que les animaux ne s'échappent

  • N'utiliser que des clôtures recommandées.
  • Inspecter et entretenir les clôtures régulièrement.
  • Cadenasser toutes les barrières extérieures et s'assurer que toutes les barrières intérieures sont bien fermées.
  • Délimiter à l'entrée principale une zone de sécurité à l'aide de deux barrières suffisamment éloignées l'une de l'autre pour qu'on puisse faire entrer facilement et en toute sécurité tracteur et remorque, ou bétaillère, et qu'on puisse fermer la première barrière avant d'ouvrir la seconde afin de réduire les risques que des animaux ne s'échappent.
  • Installer le corral de manipulation à l'intérieur de la clôture périmétrique, mais sans qu'il lui soit contigu.
  • S'assurer que les parois et clôtures du corral de manipulation soient d'une hauteur suffisante pour décourager les animaux de sauter. C'est le plus souvent dans le corral de manipulation ou l'allée menant à celui-ci que les cervidés essaient de sauter pour s'échapper.
  • Garder les cervidés dans les enclos intérieurs centraux durant l'hiver en cas d'amoncellements de neige le long des clôtures périmétriques.
  • Clôturer les abords des fossés, ruisseaux et rivières.

Que faire si un cervidé s'échappe?

  • S'assurer que le reste du troupeau est en sécurité.
  • Voir comment l'animal s'est échappé et trouver une solution au problème.
  • Détourner les animaux calmement et tranquillement, en les attirant avec des aliments vers l'entrée d'un enclos.
  • Aviser le ministère des Richesses naturelles (MRN), l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et les propriétaires voisins.
  • Voir le Protocole pour la capture de cerfs ou d'élans évadés ou libérés. Ce document, accessible sur le site du MRN ou du MAAARO, décrit les mesures à prendre et les responsabilités en matière de divulgation.
  • Voir la fiche technique du MAAARO Pratiques de gestion optimales menant à la capture de cervidés d'élevage évadés ou libérés sur le site Web du MAAARO.
  • Au besoin, se procurer auprès de son vétérinaire des fléchettes tranquillisantes et un anesthésiant.
  • Une fois l'animal de retour, l'isoler un certain temps à des fins d'observation.

Enclos

Le nombre et la dimension des enclos doivent refléter la taille projetée du troupeau à pleine capacité. Prévoir un nombre suffisant d'enclos pour garder et trier les cervidés, au besoin, pendant toute l'année. Prévoir :

  • les besoins nutritionnels différents des animaux d'âges et de sexes différents;
  • les risques que les mâles en âge de se reproduire s'affrontent et brisent les clôtures s'ils se trouvent dans des enclos adjacents pendant la période du rut (saison de l'accouplement);
  • la construction d'enclos séparés pour :
    • les différents groupes de géniteurs;
    • les mâles non reproducteurs;
    • la mise bas;
  • des enclos pour les mères, bien clôturés ou situés le plus loin possible des enclos des faons récemment sevrés, car ceux-ci cherchent à retrouver leur mère;
  • une série d'enclos de 0,6 à 2 hectares (de 1,5 à 5 acres) chacun dans le cadre d'un système de rotation des pâturages;
  • des parcs d'attente pour les animaux malades ou pour le triage, situés à proximité du corral de manipulation afin de faciliter l'accès;
  • des enclos situés le plus près possible de la maison afin que les cervidés s'habituent à la présence d'humains.

Les enclos peuvent prendre de nombreuses formes, soit rectangulaires, carrés ou en pointe de tarte. Des clôtures partielles, appelées clôtures de rabattage (voir la caractéristique 12 de la figure 1), dirigent les cervidés vers les barrières. Celles-ci s'avèrent particulièrement efficaces dans des enclos rectangulaires ou carrés, surtout dans les élevages de daims.

Allée d'accès

Une allée relie tous les enclos entre eux et au corral de manipulation. Idéalement, chaque enclos doit comporter au moins une barrière qui donne directement sur l'allée. Mais, si ce n'est pas possible, il faut à tout le moins pouvoir accéder à l'allée par l'intermédiaire d'un enclos vide. On doit situer les barrières de sorte à offrir le plus de souplesse possible lors des déplacements des cervidés. Des barrières d'arrêt (voir la caractéristique 7 de la figure 1) qui empêchent les animaux de reculer ou de prendre une mauvaise direction sont utiles. Le fait de placer les entrées en angle par rapport à la clôture, plutôt que parallèlement à celle ci facilite l'accès pour l'équipement (voir la caractéristique 6 de la figure 1).

L'allée doit être suffisamment large pour permettre le déplacement de la machinerie, des aliments et des animaux vers tous les enclos et le corral de manipulation, même lorsqu'il y a des amoncellements de neige. Habituellement, les allées ont de 5 à 10 m (de 16 à 33 pi) de large.

Lorsqu'ils sont en troupeaux, les cervidés aiment contourner des angles pour se soustraire au regard des humains. Or, l'aménagement de légers virages et courbes dans les allées d'accès leur permet justement de le faire. Dans la mesure du possible, il faut éviter les allées d'accès droites de plus de 100 m (330 pi) de long.

Lorsque l'allée d'accès fait une boucle vers l'entrée du corral de manipulation et que les parois dans cette zone sont pleines, les cervidés sont moins susceptibles de se jeter contre la clôture ou les barrières quand la tension monte. Le fait de rétrécir graduellement une allée d'accès très large à l'approche du corral de manipulation facilite la conduite des animaux.

Les cervidés peuvent sauter par-dessus des barrières très hautes, surtout s'ils prennent un élan en dévalant une pente. Il faut éviter de placer la barrière de l'allée d'accès au bas d'une pente menant au corral de manipulation, car le stress pourrait inciter les cervidés à sauter par-dessus la barrière ou la clôture.

Corral de manipulation

Des installations pour trier et manipuler les animaux permettent d'accomplir les tâches courantes et d'administrer les soins vétérinaires, comme l'application d'étiquettes d'oreille, la vaccination, la pesée et le retrait du bois de velours, plus rapidement et plus facilement.

Il est essentiel de prévoir dans le corral de manipulation un point d'approvisionnement en eau et en électricité et de veiller à ce que le corral soit bien drainé pendant toute l'année. Un terrain plat simplifie l'érection des clôtures et barrières.

Les éléments clés du corral de manipulation sont les suivants : des parcs d'attente et de triage, une aire couverte pourvue d'une zone de travail et d'un dispositif de contention (Squeeze), et une rampe d'embarquement et de débarquement.

Un hangar couvert permet de travailler plus à l'aise et a un effet calmant sur les cervidés. Le hangar peut être petit si suffisamment de parcs de triage et de parcs d'attente se trouvent à proximité.

Accès des véhicules et de la machinerie

Il faut que les véhicules et la machinerie tirant des remorques puissent circuler facilement à l'intérieur et autour des enclos, allées d'accès et aires d'entreposage. Les barrières doivent être placées à des endroits pratiques et être suffisamment larges pour permettre à la machinerie de les franchir aisément. Il faut aussi veiller à ce que les véhicules aient accès à longueur d'année à la rampe d'embarquement et de débarquement. L'installation de deux ou trois hauteurs différentes de charnières sur le poteau de la barrière permet d'élever celle-ci lorsque la couche de neige s'épaissit autour de l'entrée.

Eau, aliments et abri

L'aménagement de la ferme doit aussi prévoir un abri et un mode de distribution de l'eau et des aliments aux cervidés.

De l'eau propre doit être accessible à longueur d'année dans tous les enclos. Les bouches d'eau à l'épreuve du gel ou les abreuvoirs chauffants font partie du matériel essentiel.

L'installation de goulottes sur le côté intérieur de la clôture longeant l'allée d'accès permet de nourrir facilement les animaux tout en veillant à la sécurité du propriétaire, étant donné que les cervidés peuvent être dangereux, plus particulièrement en périodes de rut et de mise bas. Une autre option consiste à les installer à l'intérieur de chaque enclos. Les enclos doivent aussi contenir des mangeoires à foin ou autres afin que les animaux aient accès à du fourrage supplémentaire en l'absence de pâturage. Lorsqu'on entre dans un enclos, il faut prendre des mesures pour assurer sa sécurité personnelle et toujours avoir un plan d'évacuation.

Les cervidés doivent aussi avoir accès à des zones abritées naturelles ou aménagées qui leur permettent de se protéger des intempéries. Des abris simples protègent les animaux contre le vent et une trop forte exposition aux facteurs de stress. Si l'on compte sur un boisé pour servir de brise-vent, il ne faut pas oublier que les cervidés auront tôt fait de le détruire.

Sommaire

Avant d'installer le premier poteau de clôture, il est important d'élaborer un plan qui assurera la faisabilité et l'efficacité de l'aménagement de la ferme d'élevage de cervidés et du corral de manipulation.

Les éleveurs de cervidés établis constituent d'excellentes ressources. On peut prendre le temps d'apprendre de leur expérience en visitant des installations existantes. On peut aussi inviter un exploitant établi à visiter sa ferme d'élevage afin d'obtenir des conseils selon sa situation particulière.

Étiquette Alt pour le diagramme

Figure 1. Aménagement simple qui intègre toutes les caractéristiques nécessaires d'une ferme d'élevage de cervidés. Ferme d'élevage de cervidés d'une superficie clôturée d'environ 20,2 hectares (50 acres).

Caractéristiques de la Figure 1

  1. Corral de manipulation situé à l'intérieur de la clôture périmétrique, mais sans lui être contigu (agrandi dans le médaillon)
  2. Zone de sécurité délimitée par deux barrières à l'entrée principale
  3. Possibilité d'amener le matériel directement dans le champ sans utiliser l'allée d'accès
  4. Courbe dans l'allée d'accès menant au corral de manipulation
  5. Clôture de planches ou de contreplaqué dans les 10 à 20 derniers mètres (33 à 66 pi) de l'allée et autour du corral de manipulation
  6. Barrières installées en angle pour assurer un maximum de manœuvrabilité
  7. Barrière d'arrêt à l'intérieur de l'allée
  8. Allée d'accès de 5 à 10 m (de 16 à 33 pi) de large
  9. Barrières entre les enclos
  10. Barrière cadenassée sur la clôture périmétrique pour faciliter la récupération des animaux évadés
  11. Allée des voitures
  12. Clôture de rabattage aidant à guider les cervidés vers l'allée d'accès

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca