Pratiques de gestion optimales menant à la capture de cervidés d'élevage évadés ou libérés


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 400
Date de publication : août 2006
Commande no. 06-078
Dernière révision : août 2006
Situation : Fiche technique imprimé en février 2008
Rédacteur : B. Tapscott, spécialiste des élevages non traditionnels/MAAARO

Table des matières

  1. Introduction
  2. Responsabilités
  3. Plan de capture
  4. Pratiques de gestion optimales à inclure dans un plan de capture
  5. Schémas d'ecnlos de capture
  6. Mesures préventives

Introduction

Selon la publication de Statistique Canada intitulée Espèces alternatives de bétail sur les fermes au Canada, l'Ontario comptait en 2001, 100 élevages de wapitis et 234 élevages de cerfs totalisant 5 902 wapitis et 14 464 cerfs. Ces élevages ne faisaient pas tous partie d'exploitations agricoles. En effet, un nombre important d'entreprises non agricoles, telles que zoos, parcs d'animaux, zoos pour enfants et collections privées d'animaux, gardent aussi des cerfs et des wapitis.

Parmi les cervidés élevés en Ontario, citons le wapiti, le cerf commun, l'hybride de ces deux espèces, le cerf de Virginie, le daim, le sika, le cerf mulet et le renne. Aux fins du présent document, le terme « cervidés » renvoie à toutes les espèces de cervidés élevés en Ontario.

Empêcher les cervidés de fuir les élevages répond non seulement à la nécessité pour les éleveurs de protéger leur investissement, mais aussi à la nécessité de protéger les cervidés des dangers qui les guettent et d'éviter également les risques que ces animaux représentent pour la sécurité du public, les biens publics et privés, et la faune indigène.

Il arrive néanmoins que des cervidés s'échappent, malgré l'adoption de saines pratiques de gestion et la présence de clôtures et d'installations appropriées. Voici donc, à l'intention des éleveurs, des suggestions pratiques pour la capture de cervidés échappés.

Responsabilités

En vertu de la Loi de 1997 sur la protection du poisson et de la faune, administrée par le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario (MRNO), tous les propriétaires de cervidés, qu'ils soient éleveurs ou non, sont tenus de signaler la fuite ou la mise en liberté de cervidés, et de capturer leurs animaux. On trouvera plus de précisions à ce sujet dans les Pratiques de gestion optimales pour la capture de cervidés ou de wapitis d'élevage mis en liberté ou qui se sont échappés, produit par le MRNO, le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, l'Association des éleveurs de cerfs et de wapitis de l'Ontario et l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Plan de capture

Même si, dans bien des cas, le cervidé échappé finira par revenir, l'application d'un plan préparé d'avance pour capturer le cervidé échappé devrait optimiser les chances de réussite et la rapidité de la capture.

Il faut choisir un ou plusieurs enclos le long de la clôture périphérique où seront attirés les animaux qui se sont échappés. Plus ces enclos seront nombreux, meilleures seront les chances de capture. Ouvrir les barrières ou pratiquer des ouvertures dans la clôture de l'enclos afin que l'animal puisse facilement y entrer. S'il y a plus d'une entrée dans l'enclos, cela augmente les chances que l'animal qui s'est échappé y retourne, mais cela lui fournit également plusieurs voies de sortie.

Les schémas des figures 1 à 9 ci-dessous montrent comment aménager des enclos de capture.

Pratiques de gestion optimales à inclure dans un plan de capture

Pour accroître les chances de capturer un cervidé en fuite, mettre en application un plan prévoyant les pratiques de gestion suivantes :

  • Répandre des aliments (céréales, foin, etc.) sur le sol pour amener l'animal vers l'ouverture pratiquée dans la clôture périphérique ou pour l'encourager à rester à un endroit donné. Il importe d'utiliser le véhicule servant à l'alimentation des animaux, car le bruit de ce véhicule est familier au cervidé et pourrait l'encourager à revenir à la ferme ou à tout le moins à demeurer dans les environs.

Schémas d'enclos de capture

Figure 1 : Si la barrière ou la section de clôture s'ouvre vers l'intérieur selon un angle qu'on veut le plus large possible, le cervidé pourra facilement entrer dans l'enclos, peu importe de quelle direction il vient.

La barrière ou la section de clôture qui ouvre doit être orientée vers l'intérieur de l'enclos. Plus l'ouverture est large, meilleures sont les chances que le cervidé entre dans l'enclos.

Figure 1. Schéma montrant la direction qu'empruntera le cervid é si la barrière est complétement ouverte.

Figure 2 : Si le cervidé s'approche de l'ouverture trop rapidement, il peut passer tout droit, surtout si l'ouverture est trop étroite ou si la barrière n'est pas suffisamment ouverte.

Figure 2. Schéma montrant la direction qu'empruntera le cervid é si la barrière est partiellement ouverte.

Figure 3 : Si l'ouverture ou la barrière est trop proche du coin de l'enclos, à l'intersection de deux clôtures, il est possible que l'animal ne se dirige pas vers la barrière ou l'ouverture après avoir passé le coin. L'ouverture devrait se trouver au centre de la clôture périphérique, à une bonne distance des coins de l'enclos.

Figure 3. Schéma montrant la direction qu'empruntera le cervidé si la barrière est trop proche du coin de l'enclos, à l'intersection de deux clôtures.

Figure 4 : Songer à installer une clôture de rabattage temporaire et amovible, fabriquée à l'aide de fil de fer, de matériaux utilisés pour les clôtures à neige ou de toile de jute, à l'extérieur de la clôture périphérique afin de diriger l'animal vers l'enclos à son retour. Comme les cervidés ont tendance à longer les clôtures, une barrière ou une clôture de rabattage ouverte vers l'extérieur peut aider à diriger l'animal vers l'enclos s'il vient du bon côté.

Figure 4. Schéma montrant la direction qu'empruntera le cervidé si la barrière est ouverte vers l'extérieur de l'enclos et dirige le cervidé vers l'intérieur de l'enclos.

Figure 5 : Une barrière ou une clôture de rabattage ouverte vers l'extérieur peut par contre nuire à la capture si le cervidé s'approche de l'ouverture du mauvais côté; il risque alors de passer tout droit.

Figure 5. Schéma montrant la direction que pourra emprunter le cervidé si la barrière est ouverte vers l'extérieur.

Figure 6 : Pour maximiser les chances de capture, on peut installer une clôture de rabattage en V permettant de diriger le cervidé vers l'enclos. Cette méthode présente toutefois l'inconvénient d'empêcher le cervidé d'entrer dans l'enclos s'il se dirige directement sur la pointe du V.

Figure 6. Schéma montrant la direction qu'empruntera le cervidé si une clôture de rabattage en V est installée.

Figure 7 : Pour permettre à l'animal qui s'approcherait selon un angle de 90° par rapport à la clôture périphérique d'entrer dans l'enclos, on peut installer deux clôtures de rabattage formant un V, mais un V dont la pointe est ouverte.

Figure 7. Schéma montrant la direction qu'empruntera le cervidé si deux clôtures de rabattage sont installées avec une ouverture entre elles et des ouvertures entre elles et la clôture périphérique.

Figure 8 : Si les clôtures de rabattage ne pénètrent pas suffisamment à l'intérieur de l'enclos, il est possible que l'animal entre dans l'enclos en longeant l'une des clôtures de rabattage et en ressorte immédiatement en longeant l'autre.

Figure 8. Schéma montrant la direction qu'empruntera le cervidé si les clôtures de rabattage ne pénètrent pas suffisamment dans l'enclos.

Figure 9 : Pour éviter le problème illustré à la figure 8, placer les clôtures de rabattage de façon qu'elles pénètrent suffisamment à l'intérieur de l'enclos.

Figure 9. Schéma montrant la direction qu'empruntera le cervidé si les clôtures de rabattage

  • Placer des cervidés à proximité de l'enclos pour attirer l'animal qui s'est échappé. Cette méthode peut être particulièrement efficace pendant la saison du rut.
  • Vérifier fréquemment les enclos de capture, le jour comme la nuit.
  • Réduire au minimum le nombre de personnes (surtout des étrangers) participant à la capture afin de ne pas effrayer l'animal, qui pourrait alors s'enfuir. Cerner les animaux n'est pas une méthode efficace pour la capture de cervidés.
  • Toute personne participant à la capture devrait porter des vêtements de ferme ordinaires, car les animaux y sont habitués.
  • Aviser les voisins que des animaux se sont échappés et leur demander de téléphoner sur-le-champ s'ils les aperçoivent. Selon les circonstances, on recommande d'aviser également les personnes et autorités suivantes :
    • le ministère des Transports et les autorités du canton ou de la municipalité si l'incident risque de causer des problèmes de circulation;
    • le service de police, si l'incident entraîne des risques graves pour la circulation ou la sécurité du public;
    • l'Agence canadienne d'inspection des aliments;
    • le vétérinaire, au cas où des animaux auraient été blessés ou auraient besoin de tranquillisants;
    • la compagnie d'assurance.
  • Garder le ou les chiens à l'intérieur et demander aux voisins de faire de même avec leurs chiens.
  • Il est possible d'utiliser des tranquillisants et un fusil à injection si peu de cervidés se sont échappés. Par contre, si l'on a affaire à un grand nombre d'animaux échappés, le fusil à injection risquerait de disperser les animaux n'ayant pas été tranquillisés. Pour obtenir des médicaments d'ordonnance tels que tranquillisants, analgésiques et sédatifs, on doit s'adresser à un vétérinaire. Celui-ci n'en fournira qu'à des personnes qui ont les connaissances, la formation et l'expérience nécessaires.
  • On recommande de ne pas mélanger de tranquillisants aux aliments pour animaux, car il est difficile de s'assurer que ces tranquillisants seront administrés uniquement aux animaux ciblés. De plus, ils présentent des dangers pour l'être humain, les animaux de compagnie, les autres animaux d'élevage et la faune.
  • Dans certains cas, lorsqu'on n'a pas réussi à capturer les animaux ou lorsque leur fuite présente des risques élevés, il peut être nécessaire d'abattre les animaux. Il faut alors que les personnes chargées de cette tâche aient la formation et l'expérience nécessaires dans l'utilisation d'armes à feu.

Mesures préventives

Les conseils précédents peuvent faciliter la capture de cervidés qui se sont échappés. Toutefois, dans bien des cas, on peut éviter la fuite de l'animal en prenant les mesures préventives suivantes, qui sont décrites plus en détail dans la fiche technique no 97-028 du MAAARO, Clôtures pour cervidés, rédigée par P.E. Martin et R. Wright :

  • Installer une clôture conçue pour les cervidés.
  • Clôturer les fossés, ruisseaux et rivières. Éviter toutefois qu'une clôture n'enjambe un cours d'eau, car la débâcle du printemps détruira même la clôture la plus solide.
  • Installer des barrières extérieures dans tous les enclos accolés à la clôture périphérique afin de faciliter la capture.
  • S'assurer que toutes les barrières extérieures sont verrouillées en tout temps.
  • Aménager les installations destinées aux soins des animaux à l'intérieur du périmètre clôturé afin que les animaux ne quittent pas ce périmètre s'ils s'échappent.
  • Aménager un passage muni d'une barrière double vis-à-vis l'entrée principale afin de permettre aux camions, aux tracteurs et à la machinerie agricole d'accéder à la ferme facilement et de façon sûre. Lorsqu'un véhicule arrive à la ferme ou quitte les lieux, toujours garder l'une des deux barrières fermée.
  • Inspecter les clôtures régulièrement afin de bloquer toute ouverture. Effectuer les réparations et travaux d'entretien nécessaires, et retirer les branches ou les arbres cassés ou malades pour éviter qu'ils ne tombent sur la clôture.
  • Placer un fil électrique près du sol à l'extérieur de la clôture périphérique pour éviter que des prédateurs ne creusent un trou sous la clôture.
  • Enlever les amas de neige sur toute la longueur de la clôture périphérique.

La présente fiche technique a été rédigée par Brian Tapscott, spécialiste des élevages non traditionnels, Fergus, MAAARO.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca