Le petit coléoptère des ruches - pratiques de gestion exemplaires et protocoles de biosécurité

Le petit coléoptère des ruches, Aethina tumida, est un ravageur de l'abeille mellifère capable d'endommager et de stresser les colonies, en plus d'entraîner l'altération du miel. Si la présence du petit coléoptère des ruches est détectée ou soupçonnée, les apiculteurs doivent le déclarer au Programme d'apiculture du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario.

Même si le petit coléoptère des ruches peut endommager les colonies d'abeilles mellifères, il est possible de gérer cet impact. Les apiculteurs doivent connaître les risques que présente le petit coléoptère des ruches, les dommages potentiels liés à sa propagation et les mesures à adopter pour atténuer ce ravageur.

Le risque d'infestation au petit coléoptère des ruches augmente en présence des facteurs et des activités qui suivent :

  • ruchers à proximité de la frontière américaine ou des secteurs positifs de l'Ontario;
  • partage du matériel apicole entre les ruchers et les mielleries;
  • capture d'essaims d'abeilles d'origine inconnue;
  • regroupement et transport des abeilles;
  • importation d'abeilles ou de matériel dans une exploitation apicole.

Lorsqu'ils choisissent de déplacer des colonies d'abeilles mellifères dans la province, les apiculteurs doivent être conscients de la distribution du petit coléoptère des ruches en Ontario et effectuer les déplacements en gardant cette information à l'esprit. Vous pouvez trouver l'information actualisées du petit coléoptère des ruches à l'adresse suivante : http://tiny.cc/PCR. Le partage des installations d'extraction, des ruchers ou du matériel peut accroître le risque de transmission du petit coléoptère des ruches. En cas de partage avec d'autres apiculteurs, assurez-vous :

  • qu'ils connaissent les risques de transmission du petit coléoptère des ruches;
  • que leur profil de risque est semblable au vôtre;
  • qu'ils sont situés dans une région à faible risque;
  • qu'une inspection fréquente pour le petit coléoptère des ruches de même que les protocoles de nettoyage et de désinfection sont régulièrement réalisés afin de détecter les infestations dès le début et de réduire la probabilité d'une contamination croisée.

Il est possible de déployer des options de traitements pour le petit coléoptère des ruches, notamment des traitements chimiques à l'intérieur et à l'extérieur des ruches, des pièges physiques sans produits chimiques, ainsi que des options de lutte biologique. Vous pouvez trouver davantage de renseignements concernant des recommandations en matière de traitement à l'adresse suivante : www.ontario.ca/apiculture.

Afin de réduire la probabilité d'une infestation au petit coléoptère des ruches, de prévenir sa propagation et de minimiser les dommages aux colonies d'abeilles mellifères, les apiculteurs doivent déployer des pratiques de gestion exemplaires et adopter des pratiques de biosécurité courantes. Les pratiques de gestion exemplaires qui suivent seront actualisées sur une base continue lorsque davantage de données locales et de connaissances deviendront accessibles.

Pratiques de gestion exemplaires (PGE) apicoles

  1. Surveillance régulière des colonies
    1. Effectuer une surveillance régulière à l'aide d'un dépistage visuel sous le couvercle intérieur sur les traverses supérieures des cadres et dans les alvéoles des rayons afin de détecter la présence de petits coléoptères des ruches adultes.
    2. Les larves de petit coléoptère des ruches peuvent être détectées sous les galettes de pollen, dans les alvéoles des rayons et parmi les débris sur le plateau de fond.
    3. L'utilisation de pièges physiques peut aider à détecter le petit coléoptère des ruches.
  2. Maintenier le rucher propre
    1. Nettoyez régulièrement les débris des panneaux inférieurs des colonies d'abeilles.
    2. Gardez le ruissellement apiaire des débris de cire à partir de cadres cassés ou de scraps de cire.
    3. Conserver le rucher exempt de débris de cire provenant de cadres brisés ou de raclages de cire.
    4. Combiner trois structures ou deux ruches pour essaimage dans une seule boîte à couvain Langstroth.
  3. Maintien de colonies d'abeilles mellifères fortes, saines et populeuses
    1. Obtenir le stock d'abeilles d'une exploitation ayant un état de santé connu.
    2. Réduire le dommage ou le stress potentiel d'une colonie en gérant d'autres ravageurs et maladies des abeilles mellifères tout au long de la saison apicole.
    3. Si un traitement pour les ravageurs ou une maladie est nécessaire, choisir le traitement approprié et homologué et l'appliquer conformément au mode d'emploi.
    4. S'assurer que les ruches pour essaimage sont suffisamment fortes, qu'elles comportent pas moins de trois cadres et qu'il y a peu ou pas d'espace supplémentaire pour des rayons de miel.
    5. Combiner trois structures ou deux ruches pour essaimage dans une seule boîte à couvain Langstroth.
  4. Adoption immédiate de mesures pour gérer les colonies faibles
    1. Procéder au remérage immédiat des colonies sans reine.
    2. Écarter ou combiner les colonies d'abeilles mellifères faibles, après avoir évalué les problèmes liés aux ravageurs ou aux maladies de ces colonies.
    3. Minimiser la quantité de rayons de miel non protégés en proportion de la population d'abeilles mellifères - ne pas avoir de colonies avec trop de hausses.
    4. S'assurer que les abeilles mortes et le matériel inutilisé (en particulier les cadres à couvain foncés) ne sont pas laissés exposés dans le rucher.
  5. Respect des protocoles de biosécurité
    1. Garder les fenêtres et les portes des véhicules fermées lors de la visite d'un rucher.
    2. Avant de quitter un rucher et avant d'entrer dans un véhicule, effectuer une inspection exhaustive de votre costume d'apiculteur et de votre voile pour trouver des insectes. Les enlever et les secouer vigoureusement.
    3. Garder pour la fin de journée les tâches à accomplir dans un rucher ou un endroit plus à risque d'abriter le petit coléoptère des ruches.

Précautions supplémentaires pour les zones à risque élevé (dans un rucher connu comme étant positif au petit coléoptère des ruches, ou près d'un tel rucher)

  1. Stationner le véhicule à une distance de 10 mètres des limites du rucher. Laver l'extérieur du véhicule avant de quitter une zone à risque élevé.
  2. Amener seulement le matériel apicole nécessaire dans le rucher. Dans une zone à risque élevé, utiliser un ensemble différent de matériel apicole d'un rucher à l'autre.
  3. Après une visite dans un rucher infesté, mettre le costume d'apiculteur et le voile dans un sac à ordures avant d'entrer dans le véhicule. Congeler ce sac pendant 48 heures avant d'en porter à nouveau le contenu.

Pratiques de gestion exemplaires pour les installations d'extraction du miel et le matériel apicole

  1. Extraire rapidement les hausses. Ne pas amener à l'installation d'extraction plus de hausses que ce qui peut être extrait dans un délai d'une semaine (idéalement de 24 à 28 heures).
  2. Assurez-vous que les supers sont exempts d'abeilles et de PCR avant de ramener à la maison de miel.
  3. Gérer si possible les colonies avec des grilles à reine. Si des grilles à reine ne sont pas utilisées, s'assurer que le couvain n'est pas amené dans la miellerie dans les hausses.
  4. Utiliser des déshumidificateurs dans les salles chaudes afin de maintenir l'humidité relative sous les 50 %.
  5. Maintenir un ruisseau propre et une maison de miel, sans débris, peigne de cire, etc., pour réduire l'attraction à la PCR. S'assurer que les installations d'extraction sont propres.
  6. Enlever les rayons non protégés, les opercules et les drêches, ou les entreposer dans des contenants étanches à l'abri des insectes.
  7. Si les matériaux sont infestés de PCR, assurez-vous que le matériel est rapidement congelé, idéalement à -10 ° C ou plus froid pendant 24 heures.
  8. Entreposer les rayons de miel, extraire les cadres et les hausses non utilisées dans un congélateur ou une chambre froide (< 10 °C) et (ou) une chambre avec une faible humidité (< 50 % d'humidité relative).
  9. Inspectez les peaux de miel contre les dommages causés par le coléoptère (miel gluant et / ou malodorant à un stade avancé de fermentation) ou la présence de stades de vie du coléoptère.
  10. Si vous rencontrez des larves de PCR, grattez-les dans un seau et disposez soit par combustion soit par congélation.
  11. Affichez les panneaux de biosécurité pour éviter que les apiculteurs visiteurs ne mettent de camions et d'équipements sur votre site.

Précautions supplémentaires pour les installations d'extraction du miel et le matériel apicole dans un rucher connu comme étant positif au petit coléoptère des ruches, ou près d'un tel rucher

  1. Le plan de déplacement pour les ruchers positifs au petit coléoptère des ruches.
  2. Extrayez les ruchers positifs au petit coléoptère des ruches le dernier et aussi peu de fois par saison.
  3. Assurez-vous que les cales de miel sont placées et stockées dans un récipient scellé * avant de déménager de la cour d'abeilles.
  4. Congéler les hausses dans un récipient scellé idéalement à -10 ° C ou plus froid pendant 24 heures avant l'extraction du miel.

* Options recommandées :

  • Sacs en plastique. Le plastique blanc ou clair fonctionne mieux car les coléoptères peuvent facilement être vus. Assurez-vous que les sacs ne sont pas perforés et évitez de conserver les sacs de miel pendant plus de 5 jours.
  • Intérieur d'un camion frigorifique réfrigéré fonctionnant à -10 ° C ou plus froid pendant 24 heures avant l'extraction du miel.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca
Auteur : Wael Haddad - Apiary Data Coordinator/MAAARO
Date de création : 16 mai 2016
Dernière révision : 14 août 2017