Avis de santé animale : Cas de maladie hémorragique épizootique chez des cervidés en Ontario

Le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales (MAAARO) a été informé de cas de maladie hémorragique épizootique chez des cervidés sauvages trouvés morts dans les régions du lac Gananoque, de l'île Wolfe et d'Amherstburg.

Dans ces cas, les cervidés ont été trouvés morts près de cours d'eau. Il y a eu des signalements de cervidés morts dans l'ensemble de l'Est ontarien, y compris au lac Gananoque, à Kingston, à Lansdowne et à Stirling durant le mois de septembre. Des prélèvements ont été envoyés au Réseau canadien pour la santé de la faune (RCSF) à des fins d'analyse. Des cas de maladie hémorragique épizootique ont également été identifiés cet automne dans plusieurs états du Nord, y compris dans le Michigan, le New Jersey, l'État de New York, le Vermont et le Wisconsin.

La MHE est une maladie virale des cervidés et, dans de rares cas, des bovins et des bisons. Les cervidés infectés par le virus présentent des signes cliniques de fièvre, de faiblesse, de salivation extrême et d'aphte buccal important, d'hémorragie et d'œdème. Lorsque le virus infecte des bovins et des bisons, l'infection semble être temporaire et la plus grande partie des animaux ne présentent aucun signe clinique. Cependant, de légers signes cliniques peuvent ressembler à d'autres maladies des bovins, comme la diarrhée virale des bovins, la rhinotrachéite infectieuse bovine, la fièvre catarrhale maligne des bovins et la fièvre aphteuse. Comme les bovins, les moutons et les chèvres sont aussi susceptibles de contracter la maladie hémorragique épizootique, mais présentent rarement des symptômes de la maladie. Si la maladie survient chez des moutons, les signes peuvent s'apparenter à ceux d'une infection plus grave appelée fièvre catarrhale du mouton.

Le virus est transporté par de petits brûlots de la famille des Culicoïdes. Le risque de transmission d'un cervidé à un autre est improbable puisqu'un cervidé doit être piqué par un brûlot transportant le virus pour être infecté.

La maladie hémorragique épizootique n'est généralement pas présente au Canada, mais des éclosions sporadiques surviennent dans le pays en raison de l'incursion de brûlots transportant le virus en provenance des États-Unis. Le virus est considéré comme répandu chez les cervidés sauvages aux États-Unis et a été signalé dans tous les états frontaliers de l'Ontario. Des éclosions surviennent de façon régulière dans la région de la vallée de l'Okanagan en Colombie-Britannique et un cas a été identifié chez un cervidé en Alberta en 2013. Le dernier cas signalé en Ontario était un cerf de la région de London en 2017. La maladie hémorragique épizootique apparaît généralement à la fin de l'été et à l'automne.

Il n'y a aucune preuve que les humains peuvent contracter la maladie hémorragique épizootique après avoir été piqués par un brûlot ou avoir manipulé et mangé de la venaison adéquatement cuite.

Les producteurs peuvent réduire le risque de maladie hémorragique épizootique dans leurs troupeaux en maintenant des densités de logement des animaux appropriées et en adoptant des mesures pour gérer les piqûres d'insectes autour de leurs exploitations. Il n'y a pas de traitement spécifique pour la maladie hémorragique épizootique et aucun vaccin commercial n'est offert en Amérique du Nord.

Si vous êtes préoccupé par la présence de la maladie hémorragique épizootique chez votre bétail, veuillez communiquer avec le vétérinaire de votre troupeau ou de votre élevage.

Les signalements d'animaux de la faune malades ou morts peuvent être envoyés au RCSF.

De plus amples renseignements sur la maladie hémorragique épizootique peuvent être trouvés en cliquant sur les liens qui suivent :


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca