Groupes électrogènes de ferme : Comment faire les raccordements en toute sécurité


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 771
Date de publication : 05/99
Commande no. 99-008
Dernière révision : 05/99
Situation :
Rédacteur : S. Clarke - P. Eng./MAAARO; D. Holmes - consultant en génie agricole/Agviro Engineering; R. MacDonald - Agviro Engineering


format pdf - 129 KB


Une source constante d’électricité est une nécessité pour la plupart des gens et particulièrement pour les agriculteurs qui ont des vaches à traire et des animaux à nourrir. La tempête de verglas et ses conséquences désastreuses dans l’est de l’Ontario en janvier 1998 ont fait ressortir l’importance de compter sur des systèmes d’urgence en état de fonctionner quand tout s’éteint.

Comme l’ont appris bon nombre d’agriculteurs qui ont eu à vivre la tempête de verglas, il n’est pas toujours possible de faire des raccordements sûrs entre les groupes électrogènes et les réseaux électriques. Certaines fermes n’étaient pas dotées d’un sectionneur approuvé. D’autres ne disposaient pas d’une fiche d’alimentation pour le groupe électrogène ou alors la fiche n’était pas compatible avec la prise du groupe électrogène. Cette situation a été observée particulièrement sur les fermes qui se partageaient un même groupe électrogène. Ces lacunes ont fait en sorte que dans bien des cas, le raccordement au panneau électrique n’était pas sûr et était fait à l’aide d’objets comme des pinces ou des pinces-étaux.

Il existe sur les fermes différents types de connecteurs de groupes électrogènes. À l’heure actuelle, la plupart des fabricants de groupes électrogènes installent des connecteurs Anderson sur le nouvel équipement (figures 1 et 2).

Fiche pour le groupe électrogène.

Figure 1. Fiche pour le groupe électrogène.


Mise en garde

Le partage de groupes électrogènes entre fermes ne doit se faire qu’une fois qu’un électricien s’est assuré que le câblage est correct, et ce, même si les connecteurs peuvent à première vue sembler compatibles.


Prise du groupe électrogène.

Figure 2. Prise du groupe électrogène.

Même si le connecteur Anderson est celui qui est le plus largement utilisé, il peut arriver que les connecteurs ne soient pas compatibles. Cette incompatibilité peut s’expliquer par deux raisons principales :

  • la séquence du câblage sur les connecteurs ne correspond pas à la norme; et
  • les connecteurs sont installés dans des positions différentes sur le groupe électrogène (à l’envers, par exemple).

Pour connaître la séquence la plus courante du câblage des groupes électrogènes qu’on trouve sur les fermes de nos jours, voir la figure 3, Séquence de câblage de la prise du groupe électrogène, et le médaillon à la figure 4, Raccordement courant d’un groupe électrogène.

Séquence de câblage de la prise du groupe électrogène.

Figure 3. Séquence de câblage de la prise du groupe électrogène.

 

Raccordement courant d’un groupe électrogène.

Figure 4. Raccordement courant d’un groupe électrogène.

Des connecteurs mal câblés constituent un danger électrique pour les humains et les animaux. Une tension inadéquate peut endommager le matériel électrique.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario collabore actuellement avec les fabricants de groupes électrogènes à la normalisation de la configuration du câblage. La configuration qui semble privilégiée par l’industrie est celle qui est illustrée à la figure 4, Raccordement courant d’un groupe électrogène. L’on s’attend à ce que les normes soient élaborées d’ici l’automne 1999.

D’ici là, les agriculteurs peuvent s’assurer de la sécurité et de l’efficacité des connexions en suivant certaines des pratiques standards suivantes :

  • utiliser des connecteurs Anderson (2-2 pôle S.B. gris) [ou l’équivalent] comme dans les figures 1 et 2;

  • utiliser le connecteur Anderson 175 A pour les groupes électrogènes allant jusqu’à 38 kW;

  • utiliser le connecteur Anderson 350 A pour les groupes électrogènes de 38 à 80 kW;

  • fixer la prise Anderson dans le groupe électrogène, les éléments de contact en haut comme dans la figure 2, Prise du groupe électrogène, et les câbler comme dans la figure 3 et dans le médaillon de la figure 4, Raccordement courant d’un groupe électrogène;

  • câbler la prise du groupe électrogène comme le montrent la figure 3 et le médaillon de la figure 4;

  • s’assurer que la séquence de câblage et la configuration des fiches sont compatibles avec le câblage standard et la configuration de la prise du groupe électrogène (figures 2, 3 et 4);

  • raccorder le groupe électrogène au poteau du transformateur ou du sectionneur à l’aide d’un câble souple de 20 pi de long terminé à une extrémité par un connecteur Anderson convenable.

Cette information a été compilée après consultation avec les fabricants de groupes électrogènes, les associations d’agriculteurs, différents intervenants et des enquêtes sur les fermes.

Le financement de ce projet a été fourni en vertu de l’Entente entre le Canada et l’Ontario sur le programme de rétablissement à la suite de la tempête de verglas, annexe A, Assistance au secteur agricole et aux communautés rurales de l’est de l’Ontario. Ce programme est cofinancé par le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de l’Ontario.

 

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca