Les eaux souterraines - Une ressource rurale importante, Protéger la qualité des réserves d'eaux souterraines


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 716/552
Date de publication : Décember 2015
Commande no. 15-046
Dernière révision :
Situation : Remplace la fiche technique 06-116 du MAAARO portant le même titre
Rédacteur : H. Simpson, Ph. D.

Table des matières

  1. Introduction
  2. Zones de captage des puits
  3. Menaces à la qualité des eaux souterraines
  4. Protection des ressources rurales en eaux souterraines
  5. Intervenir dés maintenant
  6. Autres ressources

Introduction

Tous les Ontariens peuvent contribuer à protéger la qualité et la quantité des eaux souterraines. Voici la troisième des quatre fiches techniques destinées à renseigner la population rurale et les producteurs de l'Ontario sur les eaux souterraines. La présente fiche technique donne un aperçu des mesures permettant de protéger les eaux souterraines et traite des zones de captage des puits ainsi que de la vulnérabilité des eaux souterraines à la contamination.

Les autres fiches de cette série sont :

  • Comprendre les eaux souterraines
  • Gérer les réserves d'eaux souterraines
  • Les puits d'eau privés en milieu rural

Les eaux souterraines sont une ressource précieuse pour les familles et entreprises établies en milieu rural. Elles constituent même parfois l'unique source d'eau. Quand on vit en milieu rural, il est important de savoir ce qu'on doit faire pour protéger l'intégrité des réserves d'eaux souterraines.

Toutes les eaux naturelles, comme la pluie, les eaux de surface et les eaux souterraines, renferment une certaine quantité de matières dissoutes. En s'infiltrant dans le sol et en traversant des formations géologiques, ces eaux peuvent dissoudre des minéraux. La quantité et le type de matières dissoutes contenues dans l'eau dépendent du type de minéraux présents dans la formation, du temps de contact de l'eau avec ces minéraux et des matières qui étaient déjà dissoutes dans l'eau avant que celle-ci n'entre en contact avec les minéraux.

Une formation est une couche de substratum rocheux ou de sédiments composée d'un ou de plusieurs types de matériaux géologiques (p. ex. roche, sable, gravier, argile). Les aquifères sont des formations perméables à la surface du sol ou sous cette dernière qui, par pompage, peut fournir de bonnes quantités d'eau. Les aquitards sont des couches qui entravent l'écoulement de l'eau. L'eau circule très lentement dans les aquitards. La fiche technique du MAAARO, Comprendre les eaux sou­terraines fournit des précisions sur les aquifères et les aquitards ainsi que sur d'autres concepts propres aux eaux souterraines.

Les eaux souterraines de l'Ontario sont généralement de bonne qualité, de sorte qu'elles peuvent être utilisées sans traitement majeur, quand traitement il y a. L'analyse régulière de l'eau constitue un bon moyen de surveiller la qualité de l'eau. L'un des principaux avantages à boire l'eau provenant de nappes souterraines est que celle-ci risque beaucoup moins d'avoir été contaminée par des microbes ou des agents pathogènes que celle qui provient des réserves d'eaux de surface. Il arrive que les minéraux présents dans l'eau à l'état naturel rendent celle-ci peu agréable à boire en nuisant à son aspect, en lui conférant une odeur (parfois d'œufs pourris), en lui donnant un goût particulier ou en la rendant dure ou tachante. Il peut arriver en de très rares endroits que des substances naturelles et des minéraux dissous dans l'eau (p. ex. arsenic, sels ou pétrole) rendent l'eau impropre à la consommation. Des exemples de matières présentes naturellement dans l'environnement sont donnés au tableau 1.

Quand un puits contient une eau non potable (c.-à-d. qui ne répond pas à une ou plusieurs normes de qualité de l'eau potable en Ontario), le propriétaire du puits est invité à prendre conseil et à adopter les mesures recommandées par le Bureau de santé local, à défaut d'abandonner immédiatement le puits. Pour en savoir davantage sur les analyses de qualité de l'eau de puits, consulter le document du ministère de la Santé et des Soins de longue durée Pour garantir la salubrité de l'eau de votre puits - Trousse de documentation pour vous aider à prendre soin de votre puits.

Table 1. Types et sources possibles de contaminants issus de matières présentes en milieu rural qui peuvent compromettre la qualité des eaux souterraines.

Matières Types et sources possibles de contaminants
Agents pathogènes
  • Fosses septiques
  • Fumier et biosolides d'épuration épandus sur les terres
  • Égouts municipaux
  • Structures de stockage du fumier et des eaux-vannes
  • Problèmes d'étanchéisation ou de construction des puits
Nitrates
  • Engrais pour pelouses
  • Fosses septiques
  • Engrais, fumier et biosolides d'épuration épandus sur les terres
  • Cultures d'engrais verts (légumineuses) enfouies
Pesticides
  • Application sur les champs
  • Fuite provenant des réservoirs de stockage en vrac
  • Déversements durant la manipulation ou l'application
Solvants
  • Fuite provenant des ateliers et des réservoirs de stockage en vrac
  • Évacuation de déchets domestiques dangereux ou de déchets agricoles dans des fosses septiques ou à la surface du sol
  • Certains produits de traitement pour fosses septiques
  • Effluents des décharges et des lieux d'enfouissement
Carburants
  • Fuite provenant des véhicules, des ateliers et des structures de stockage en vrac
  • Fuite provenant des réservoirs de stockage souterrains et des canalisations
  • Évacuation accidentelle dans des fosses septiques
Salt
  • Épandages de sel de déglaçage durant l'hiver et de produits chimiques de dépoussiérage
  • "Formations naturelles
Chemicals
  • Fuite provenant des décharges et des lieux d'enfouissement
  • Épandage en surface de fumier et de biosolides municipaux
  • Arsenic, fluorure, mercure, radon et uranium naturellement présents dans l'environnement
  • Résidus des opérations minières
  • Produits de préservation du bois

Zones de captage des puits

La superficie de terrain qui alimente un puits s'appelle la zone de captage. Les eaux souterraines situées dans cette zone sont tôt ou tard " captées " et pompées hors du sol depuis le puits. La superficie des zones de captage des petits puits résidentiels peut être très faible. Les gros puits municipaux, par contre, ont habituellement des zones de captage d'une superficie supérieure à 1 km2 et il arrive que cette superficie soit faible en regard de l'aquifère pris dans son ensemble.

Les zones de captage peuvent voir leur taille et leur forme se modifier selon le taux de pompage et le réapprovision­nement en eau de l'aquifère. Les scientifiques sont à même de préciser l'envergure des zones de captage à partir des données disponibles sur la construction des puits, les taux de pompage, la hauteur de la nappe phréatique, les cônes de rabattement et les formations géologiques qu'on trouve sur le site.

Menaces à la qualité

Il existe en milieu rural des sources de contamination potentielles liées à l'activité humaine qui peuvent compro­mettre la qualité des eaux souterraines. Il peut s'agir de sources de contamination ponctuelles, c.-à-d. concentrées en des points précis, comme un réservoir de carburant. Il peut aussi s'agir de sources de contamination diffuses où les contaminants sont répandus sur une grande surface, comme c'est le cas des éléments nutritifs qui sont épandus sur les terres agricoles. Le tableau 1 fait état des types et des sources possibles de contaminants que l'on trouve communément en milieu rural. La figure 1 illustre les sources possibles de contamination des eaux souterraines.

Pour s'assurer de la salubrité d'une source d'eaux souter­raines, il est important de connaître l'emplacement des aquifères, afin de pouvoir bien les protéger, surtout à l'intérieur des zones de captage des puits d'eau potable.

Schéma illustrant des contaminants de surface (provenant de la fosse septique, du réservoir de diésel, de l'étable et de la remise à machinerie) qui s'infiltrent dans le sol par un aquifère peu profond, un aquitard argileux et un aquifère du substratum rocheux. Un puits abandonné constitue un canal qui transporte les contaminants vers les aquifères plus profonds du substratum rocheux.

Figure 1. La vulnérabilité des eaux souterraines dépend généralement de la vitesse à laquelle l'eau s'infiltre dans un aquifère.

Protection des ressources rurales en eaux souterraines

La vulnérabilité des eaux souterraines à la contamination varie selon le paysage. Chaque aquifère possède ses propres caractéristiques qui influent sur sa vulnérabilité, comme les matériaux géologiques qui l'entourent, la profondeur de l'aquifère, la présence d'un aquitard peu perméable (fait, par exemple, de matériaux denses comme l'argile) qui le protège.

La figure 1 montre l'effet que peuvent avoir les différents matériaux géologiques sur la vulnérabilité des eaux souterraines. Plus l'aquitard est épais, plus il faut de temps à l'eau et aux contaminants pour pénétrer dans le sol. Plus l'eau met de temps à s'infiltrer dans le sol, plus grand est le degré de purification que le contact prolongé avec le sol lui pro­cure. Ainsi, un aquifère peu profond et non confiné est habituellement plus vulnérable aux sources de contami­nation potentielles qu'un aquifère profond et confiné. L'eau doit parfois traverser un aquitard pour atteindre un aquifère profond et confiné.

Les pratiques de gestion optimales à la ferme et en milieu rural en général peuvent réduire au minimum les réper­cussions des sources de contamination ponctuelles ou diffuses. De bonnes méthodes de construction et d'entretien des puits s'imposent pour empêcher les puits d'offrir aux eaux de surface et aux contaminants des voies d'accès directes aux eaux souterraines. Pour éviter ce même problème, un puits qui cesse d'être utilisé doit abso­lument être bouché et scellé. En vertu du Règlement de l'Ontario sur les puits, les propriétaires fonciers sont légalement tenus de veiller à maintenir en bon état tous les puits qui se trouvent sur leur terrain.

Intervenir dés maintenant

Il existe de multiples sources d'information à la disposition des propriétaires de puits d'eau en Ontario.

Le document intitulé Pour garantir la salubrité de l'eau de votre puits - Trousse de documentation pour vous aider à prendre soin de votre puits, publié par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée, fournit des instructions détaillées sur la façon d'entretenir convenablement les réserves d'eau privées. Ce document indique comment et quand faire analyser l'eau et quelles sont les quantités acceptables de matières dissoutes de même que les numérations bactériennes à ne pas dépasser dans l'eau potable.

La fiche technique du MAAARO, Les puits d'eau privés en milieu rural, renseigne sur les différents types de puits et sur la gestion des réserves en eau hautement vulnérables.

Le manuel du Programme Canada-Ontario des plans agroenvironnementaux et les fiches techniques correspondantes contiennent de l'information sur les moyens à prendre pour protéger la qualité des eaux souterraines et de l'approvisionnement en eau potable. Ces ressources sont utiles pour éviter les déversements de carburant, d'éléments nutritifs, de pesticides et d'autres produits chimiques, à la ferme ou ailleurs en milieu rural.

Autres Ressources

MAAARO, Fiche technique Contamination des sources d'approvisionnement en eau par les pesticides dans les exploitations agricoles

Ministère de l'Environnement de l'Ontario et de l'Action en matière de changement climatique de l'Ontario (MEACC). Well Aware - A Well Owner's Guide (en anglais seulement).

La présente fiche technique a été mise à jour par Hugh Simpson, Ph. D., analyste de programme, MAAARO, Guelph; Jim Myslik, JPM Consulting, Marden; Brewster Conant, Ph. D., Département des sciences de la terre, Université de Waterloo. La fiche a été révisée par Tim Brook, ingénieur, gestion de l'eau, MAAARO, Elora; Rebecca Shortt, ingénieure, qualité de l'eau, MAAARO, Simcoe; et H. J. Smith, spécialiste en gestion environnementale, MAAARO.

Commandez ces publications auprès de ServiceOntario

  • En Ligne à ontario.ca/publications
  • Par téléphone, au Centre de service de ServiceOntario
    Du lundi au vendredi : de 8 h 30 à 17 h
    • 416-326-5300
    • 416-325-3408 (ATS)
    • 1-800-668-9938 sans frais au Canada
    • 1-800-268-7095 ATS sans frais en Ontario

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca