Systèmes d'approvisionnement en eau de remplacement pour l'abreuvement du bétail


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 716
Date de publication : 04/04
Commande no. 04-028
Dernière révision : 04/04
Situation :
Rédacteur : R. P. Stone - ing./MAAARO; S. Clarke, ing./MAAARO

 

Table de matières

  1. Introduction
  2. Avantages des systèmes d'approvisionnement en eau de remplacement
  3. Systèmes de pompage
  4. Choix de la pompe et de la batterie
  5. Systèmes par gravité
  6. Pompes alimentées au carburant ou par une génératrice
  7. Transport de l'eau
  8. Abreuvoirs pour le bétail
  9. Reférences

Introduction

Quand les animaux au pâturage s'abreuvent à même les sources d'eau de surface (ruisseaux, rivières, étangs, fossés, etc.), ils contaminent l'eau par leurs excréments et provoquent la sédimentation des cours d'eau, dont ils piétinent le lit et les berges. En tenant les animaux à distance des eaux de surface, on améliore leur santé et on protège la qualité de l'eau en aval.

Dès qu'on limite l'accès des animaux aux eaux de surface, la qualité de l'eau s'améliore. On freine également la détérioration des rives en éloignant des eaux de surface les mangeoires, le sel et les zones ombragées. Fournir des sources d'eau de remplacement peut réduire considérablement le temps que passe le bétail dans l'eau ou à proximité. Souvent, les animaux préféreront boire dans une auge que dans un cours d'eau. L'eau de remplacement que l'on fournit au bétail peut provenir d'un cours d'eau, d'un puits ou d'une source.

Les systèmes d'approvisionnement en eau de remplacement se divisent en deux grandes catégories :

  • les systèmes de pompage;
  • les systèmes par gravité.

L'alimentation en électricité est absente de bien des pâturages et il peut être coûteux d'installer des lignes de transport d'énergie sur de grandes distances. Les systèmes d'approvisionnement en eau de remplacement reposent sur une source d'énergie autre que l'électricité. Ainsi, les systèmes par gravité utilisent la force gravitationnelle pour déplacer l'eau. Le système retenu est fonction des besoins en eau, des caractéristiques de l'emplacement, de la source d'eau et des coûts en jeu.

Avantages des systèmes d'approvisionnement en eau de remplacement :

  • Amélioration de la qualité des eaux de surface découlant de la possibilité que ces systèmes offrent de limiter ou d'interdire l'accès du bétail aux plans d'eau.
  • Amélioration de la santé du troupeau qui boit de l'eau plus propre.
  • Circulation du bétail sur un sol plus ferme grâce aux plates-formes renforcées entourant les abreuvoirs.
  • Utilisation plus uniforme des pâturages du fait de la possibilité d'amener l'eau à bien des endroits.
  • Réduction de l'entretien des berges des fossés et des cours d'eau.

Systèmes de pompage

Ces systèmes sont mus par une source d'énergie trouvée sur place, par exemple la force des animaux, la force d'écoulement de l'eau, le vent et le soleil.

Pompe à museau

L'eau jaillit dans un bol lorsque l'animal actionne une pompe à diaphragme en appuyant son museau sur un levier. Le fonctionnement de ce type de pompe nécessite des animaux pesant au moins 180 kg (400 lb) et un entraînement préalable de ces derniers. La pompe peut convenir aux animaux de plus petite taille sous réserve de l'installation d'une stalle spéciale. Une seule de ces pompes peut alimenter en eau jusqu'à 30 animaux. Il est toutefois recommandé de ne pas dépasser 15-20 animaux, de manière à éviter que ces derniers ne soient en concurrence les uns avec les autres (figure 1). La pompe est à même de remonter l'eau sur une hauteur maximale de 6,1 m (20 pi) de la source au bol. À la fois la hauteur de remontée de l'eau et la distance horizontale de la source à la pompe doivent être prises en considération.

Fixer les abreuvoirs à une surface solide de manière à empêcher tout renversement intempestif pendant qu'un animal s'abreuve et de manière à réduire l'érosion et la présence de boue autour de l'abreuvoir. L'installation d'une pompe à museau ne requiert que des connaissances de base en plomberie. Aucune source d'énergie auxiliaire n'est nécessaire et les coûts des matériaux et de l'installation sont modiques. La pompe peut être alimentée par une source d'eau à proximité, qu'il s'agisse d'un cours d'eau, d'un étang, ou d'une nappe d'eau souterraine captée par un puits peu profond. Il se vend des abreuvoirs à l'épreuve du gel. Une pompe ordinaire coûte 250-500 $. Une pompe à l'épreuve du gel coûte autour de 1000 $.

Photo de deux pompes actionnées par le museau des animaux.

Figure 1. Pompes actionnées par le museau des animaux.

Pompe rotative

La pompe rotative est activée par le courant de l'eau. Elle est mise en mouvement de rotation lente par une hélice qui est entraînée par le courant de l'eau (figure 2). Pendant la rotation, l'air et l'eau entrent à l'arrière de l'appareil; ils sont poussés dans un tuyau en plastique spiralé vers un réservoir de stockage (figure 3).

On obtient un pompage convenable lorsque la vitesse de l'eau est d'au moins 60 cm/s (2 pi/s). Le cours d'eau doit être profond de 25-40 cm (10-16 po), selon le modèle choisi. Habituellement, la pompe rotative alimente un réservoir de stockage. Comme la pompe fonctionne continuellement, le réservoir est muni d'un trop-plein qui évacue l'eau excédentaire vers un exutoire sûr. La hauteur de remontée maximale de la pompe varie selon le modèle et le nombre de pompes utilisées, mais en général, elle se situe dans la fourchette de 8-25 m (26-83 pi).

Les débris qui flottent à la surface de l'eau constituent un problème avec ce type de pompe. Le sable, le limon et l'eau fortement calcaire peuvent bloquer les tuyaux. Selon les modèles, les pompes rotatives fournissent des capacités de pompage de 3000-6000 L/jour (650-1300 gal imp./jour) Elles coûtent 900-1600 $.

Photo d'une pompe rotative ancrée dans un cours d'eau.

Figure 2. Pompe rotative ancrée dans un cours d'eau.

 

SSchéma illustrant l'écoulement de l'eau dans une pompe rotative jusqu'à un réservoir de stockage.

Figure 3. Schéma illustrant le fonctionnement d'une pompe rotative. (Source : The Stockman's Guide to Range Livestock Watering From Surface Water Source.)

Bélier hydraulique

Ici, c'est l'énergie produite par la chute d'une grande quantité d'eau sur une faible hauteur, le minimum étant de 0,6 m (2 pi), qui permet de pomper une petite quantité d'eau sur une hauteur beaucoup plus grande. L'eau entre dans la conduite d'entraînement, traverse la nourrice et sort par le clapet d'impulsion. Quand le clapet d'impulsion est ouvert, l'eau qui s'écoule dans la nourrice prend de la vitesse. À une vitesse donnée, la force de l'eau provoque la fermeture brutale du clapet d'impulsion, phénomène du « coup de bélier », ce qui entraîne une augmentation de la pression de l'eau dans la nourrice. Sous l'effet de cette augmentation de pression, l'eau soulève le clapet de retenue à la base du réservoir d'air, s'engouffre dans celui-ci et comprime l'air qui s'y trouve. Avec l'augmentation de la pression dans le réservoir d'air, le clapet de retenue se referme. L'air se détend et chasse l'eau dans la conduite de refoulement qui alimente un réservoir de stockage. Pendant ce temps, la pression étant tombée dans la nourrice, le clapet d'impulsion s'abaisse de son propre poids et le cycle reprend (figure 4).

Quand il faut déplacer une grande quantité d'eau en peu de temps, de nombreuses pompes sont nécessaires. Lors de l'installation de la pompe, veiller à ce que la conduite d'entraînement soit rectiligne pour maximiser la vitesse de déplacement de l'eau qui actionne la pompe. La hauteur de refoulement maximale de la pompe est de 10 fois la hauteur de chute de l'eau, c.-à-d. que, pour une dénivellation de seulement 30 cm (1 pi), il sera possible de pomper l'eau jusqu'à 3 m (10 pi) de hauteur. Si le rapport entre la hauteur de refoulement et la hauteur de chute est inférieur à 10:1, le rendement au pompage sera plus grand.

L'un des grands désavantages des béliers hydrauliques est que leur fonctionnement nécessite une source d'eau courante. Ils ont besoin d'un débit minimal de 4,5 L/min (1 gal imp./min).

Les béliers coûtent environ 200-600 $, installation non comprise.

Schéma illustrant le fonctionnement d'un bélier hydraulique.

Figure 4. Schéma illustrant le fonctionnement d'un bélier hydraulique. (Adaptation d'un schéma de Lifewater Canada)

Éolienne

Même si la technologie a considérablement évolué, l'éolienne (figure 5) est utilisée pour pomper l'eau depuis des centaines d'années. Une pompe à énergie éolienne peut être activée de trois façons : mécaniquement, par l'air et par l'électricité. Tous les systèmes de pompage à énergie éolienne nécessitent un réservoir suffisant pour permettre aux animaux de s'abreuver.

Traditionnellement, les éoliennes pompent l'eau par une méthode mécanique. Les multiples pâles (il y en a au moins trois) servent à générer un mouvement de rotation. Grâce à une boîte d'engrenage, le mouvement de rotation est transformé en mouvement vertical alternatif. Celui-ci entraîne une pompe à piston située au fond d'un puits. Le principal inconvénient de ce type de pompe vient du fait que l'éolienne doit se situer directement au-dessus du puits.

Dans un système de pompage à air comprimé, l'éolienne comprime l'air et c'est l'air comprimé qui pompe l'eau. La pompe à air comprimé fonctionne en utilisant l'air comprimé par l'éolienne et en la forçant par un tuyau sous la ligne d'eau du puits. L'air comprimé aère un peu l'eau dans le tuyau, la rendant ainsi plus légère que l'eau environnante, ce qui la fait remonter dans le tuyau. Comme ce système utilise de l'air comprimé, l'éolienne peut être située à un endroit plus pratique que directement au-dessus du puits.

L'inconvénient de ce type de pompe est que la conduite de refoulement doit être placée profondément dans l'eau, de telle sorte que le niveau statique de la plupart des puits est insuffisant. Des trois types de pompe à énergie éolienne, c'est celui-ci qui, à vitesse de vent égale, pompe la moins grande quantité d'eau, mais c'est par contre le type le plus économique.

Photo d'une éolienne utilisée pour pomper l'eau.

Figure 5. Pompe à air comprimé fonctionnant à l'énergie éolienne. (Source : Dutch Industries)

La pompe peut aussi être activée par de l'énergie électrique d'origine éolienne. C'est le type de pompe qui fait appel à la technologie la plus complexe. Des trois types de pompe à énergie éolienne, c'est celui qui, pour une même vitesse du vent, pompe la plus grande quantité d'eau. L'énergie électrique que l'éolienne produit peut être utilisée directement pour alimenter une pompe ou être stockée dans une pile (ou un groupe de piles, appelé batterie). Pour plus d'information sur les batteries, se reporter à la rubrique Pompe à énergie solaire de la présente fiche technique. Comme dans le cas des systèmes alimentés par l'énergie solaire, la puissance de pompage dépend du type de pompe électrique à courant continu que l'on achète. Tout comme l'éolienne alimentant une pompe à air comprimé, ce type d'éolienne peut être situé à distance de la source d'eau.

Il y a des paramètres géographiques et météorologiques importants à considérer quand il s'agit de systèmes à énergie éolienne. Avant d'installer une éolienne, il faut s'assurer qu'il ventera suffisamment pour pomper l'eau au moment opportun. Étudier les données que peuvent fournir les autorités publiques, les autorités aéroportuaires et les agriculteurs propriétaires d'éoliennes. Pour avoir la certitude que le vent souffle suffisamment pour faire fonctionner une éolienne, mesurer sur place la vitesse du vent à l'aide d'un anémomètre. Pour maximiser la force du vent que reçoit la turbine, il est recommandé d'opter pour une éolienne dépassant d'au moins 9 m (30 pi) tout objet situé dans un rayon de 90 m (300 pi) autour d'elle.

Il existe une relation entre la vitesse du vent et la capacité de pompage de l'éolienne. Si la vitesse du vent est doublée, la puissance de pompage se trouve multipliée par 8. Si l'on double les dimensions du rotor (la partie tournante de l'éolienne), la capacité de pompage se trouve multipliée par 4.

Très approximativement, les prix des éoliennes varient de 3000 à 6000 $, selon leurs dimensions et la qualité des composantes utilisées.

Pompe à énergie solaire

Les panneaux photovoltaïques, aussi appelés panneaux solaires (figure 6), captent l'énergie du soleil et la convertissent en un courant électrique continu qui sert à charger des batteries ou à alimenter directement une pompe destinée à amener l'eau à un abreuvoir. Munir les panneaux solaires de parafoudres raccordés à la terre. Entourer les panneaux de clôtures pour les protéger du bétail. Si le système ne comporte pas de batterie, prévoir un réservoir contenant assez d'eau pour suffire à l'alimentation du bétail pendant cinq jours. Modifier l'angle d'inclinaison des panneaux à chaque saison pour maximiser la quantité d'énergie solaire absorbée. Il est possible d'installer un suiveur solaire pour maximiser l'exposition au soleil tout au long de la journée et à longueur d'année. Les systèmes à énergie solaire se prêtent à un vaste éventail d'activités de pompage (figure 7) à partir notamment de puits profonds, de cours d'eau et d'étangs, selon le type de pompe électrique à courant continu choisi.

Photo d'un panneau solaire alimentant en électricité une pompe à eau.

Figure 6. Panneau solaire alimentant en électricité une pompe à eau.

Choix de la pompe et de la batterie

Les pompes électriques utilisent deux types d'alimentation électrique :

  • un courant continu de 12 ou 24 volts qui alimente directement le système de pompage, ou un courant continu qui, au moyen d'un convertisseur, est d'abord converti en courant alternatif avant d'alimenter le système;
  • un courant continu de 12 ou 24 volts destiné à charger une batterie qui alimentera le système.

Certaines pompes alimentées par un courant continu de 12 volts peuvent être branchées directement à la source d'énergie, ce qui élimine le coût d'une batterie, mais nécessite un réservoir contenant assez d'eau pour suffire à l'alimentation du bétail pendant 5 jours. Les batteries peuvent alimenter la pompe directement ou peuvent servir à stocker l'énergie produite par les panneaux solaires, les génératrices hydrauliques et les éoliennes, afin d'alimenter la pompe plus tard.

Les systèmes de pompage qui n'utilisent que des batteries pour alimenter une pompe, c.-à-d. sans panneaux solaires, obligent à retirer les batteries pour les recharger et à les remplacer par des batteries chargées à bloc. Un système qui stocke l'énergie dans une batterie peut assurer l'alimentation en eau pendant environ 5 jours.

Ne pas utiliser de batteries d'autos car elles ne se chargent pas et ne se déchargent pas aussi efficacement que les autres types de batteries. Par conséquent, elles ont besoin d'être remplacées plus souvent. Utiliser des batteries à décharge profonde (qui ne sont pas destinées aux automobiles) qui se déchargent à 50-80 % et ont une efficacité de 80-90 %. Un régulateur de charge est nécessaire entre la batterie et la génératrice pour éviter toute surcharge et décharge excessive.

Photo d'un système d'abreuvement du bétail à l'énergie solaire.

Figure 7. Système d'abreuvement du bétail à l'énergie solaire. (Photo offerte par Ottawa Solar Power)

Il y a deux types de batteries :

  • Batteries du type pile ouverte : Ce sont les batteries au plomb dont les plaques en plomb sont noyées dans une solution d'acide sulfurique. Ces batteries, utilisées dans les systèmes de pompage doivent obligatoirement être à décharge profonde. Cela signifie qu'elles doivent pouvoir se décharger davantage qu'une batterie qui n'est pas à décharge profonde.
  • Batteries à électrolyte gélifié : Ces batteries sont essentiellement les mêmes que les batteries au plomb, sauf que les plaques de plomb sont immergées dans une substance gélifiée. Le gel sert à éviter les fuites si la batterie venait à être perforée. Les batteries à électrolyte gélifié utilisées dans les systèmes de pompage de l'eau, doivent aussi être du type à décharge profonde. Elles coûtent de 30 à 50 % plus cher que les batteries au plomb et n'améliorent pas le rendement du système.

Au moment de concevoir un système de pompage de l'eau, il faut veiller à ce que l'énergie stockée dans la batterie soit suffisante pour ne pas que la batterie perde périodiquement plus de 50 % de sa charge, ce qui, à la longue, minerait son rendement et lui enlèverait des années de durée de vie utile.

Le prix d'un système de pompage à énergie solaire destiné à approvisionner en eau les abreuvoirs pour animaux oscille entre 2000 et 6000 $. Il est plus coûteux de faire fonctionner les systèmes à énergie solaire en hiver.

Systèmes par gravité

Ces systèmes tirent parti de la gravité pour déplacer l'eau d'un point plus élevé à un point plus bas. Si l'écoulement de l'eau est fiable, ces systèmes sont habituellement simples à installer et faciles à entretenir. Les coûts sont assez raisonnables, mais varient énormément, selon les caractéristiques du site et les matériaux utilisés.

Un drain collecteur recueille l'eau d'une source d'eau fiable, qu'il s'agisse d'une crique, d'un ruisseau ou d'une canalisation, et l'amène par gravité vers un puits de captage (figure 8). Le collecteur peut aussi être intégré au puits de captage (figure 9). L'eau s'écoule du puits de captage vers un réservoir de stockage par un tuyau d'entrée, comme on le voit à la figure 10. Le puits de captage recueille les sédiments et fournit un accès pour les opérations d'entretien. Un tuyau de trop-plein situé dans l'abreuvoir dirige l'excès d'eau vers un exutoire convenable de manière à éviter la formation de boue autour de l'abreuvoir.

Avant d'opter pour un système par gravité, examiner la source d'eau (crique, ruisseau, étang, etc.) ainsi que le terrain qui l'entoure et s'assurer que la source d'eau ne se tarit en aucun temps pendant l'été. L'installation d'un système par gravité exige un terrain ayant une pente supérieure à 0,2 %. Pour une pente supérieure à 1 %, utiliser un tuyau de 1 ¼ po de diamètre; pour une pente de 0,5 à 1 %, utiliser un tuyau d'un diamètre de 1 ½ po. Toujours veiller à enfouir les tuyaux sous la ligne de gel.

Les coûts de ce type de système varient considérablement selon les matériaux et les méthodes de construction employés.

Schéma d'un puits de captage recevant l'eau recueillie par un drain perforé.

Figure 8. Puits de captage alimenté par un drain collecteur. (Adaptation d'un schéma tiré du logiciel de l'EPA, Software for Environmental Awareness).

 

Schéma d'un puits de captage intégrant le collecteur destiné à intercepter l'eau.

Figure 9. Puits de captage avec collecteur intégré. (Adaptation d'un schéma tiré du logiciel de l'EPA, Software for Environmental Awareness).

 

Plan d'un puits de captage montrant le trajet de l'eau du drain collecteur au puits de captage, puis au réservoir de stockage.

Figure 10. Plan en coupe d'un puits de captage.

Pompes alimentées au carburant ou par une génératrice

Dans certains cas, une pompe à essence ou au diesel ou une génératrice est plus indiquée pour les opérations de pompage. L'avantage des systèmes alimentés au carburant ou par une génératrice est que les pompes centrifuges qu'ils utilisent déplacent de grands volumes d'eau très rapidement. De plus, ces systèmes sont assez courants et offerts par la plupart des quincailleries et des fournisseurs de matériel agricole. L'inconvénient est qu'ils nécessitent beaucoup d'entretien. Il faut démarrer le moteur manuellement pour amorcer le pompage, faire les pleins et veiller aux mises au point périodiques du moteur. Un autre inconvénient tient au fait qu'au coût de la pompe ou de la génératrice s'ajoute celui du carburant consommé pour chaque litre d'eau pompé.

Transport de l'eau

Transporter l'eau est une solution très pratique pour approvisionner en eau le bétail, mais il reste que cette solution est vorace en main-d'œuvre. Quand on transporte l'eau, l'idéal est de déplacer en un voyage suffisamment d'eau pour approvisionner un groupe d'animaux pendant toute une journée. La plupart des véhicules de ferme, des camionnettes, des tracteurs et des remorques peuvent transporter jusqu'à 4,5 tonnes (5 tonnes impériales) ou 4500 L (1000 gal). Il s'agit de la quantité d'eau approximative que 50 vaches de boucherie boiront au cours d'une journée. L'inconvénient de ce système tient au temps qu'il faut pour transporter l'eau et au coût du carburant nécessaire aux véhicules. Sans compter que les besoins en eau peuvent tripler par temps chaud, ce qui augmente le nombre de voyages à faire.

Abreuvoirs pour le bétail

Abreuvoirs à l'épreuve du gel

Là oùles animaux ont besoin d'eau pendant des épisodes de gel, utiliser des abreuvoirs avec isolation thermique, qu'ils soient chauffés ou non. Les abreuvoirs non chauffés misent sur la chaleur de la terre et l'écoulement de l'eau pour prévenir le gel. Si les abreuvoirs sont trop petits, les animaux peuvent se faire concurrence pour l'eau et souffrir d'un manque d'eau. Si trop peu de bovins utilisent l'abreuvoir, l'eau risque de geler. Si l'abreuvoir est chauffé, il faut une source d'énergie pour chauffer les tuyaux et le réservoir d'eau. Le coût initial des abreuvoirs chauffés est inférieur à celui des abreuvoirs non chauffés, mais les coûts de fonctionnement rendent ces unités plus onéreuses. Il faut aussi compter sur une source d'énergie pour faire fonctionner les abreuvoirs chauffés.

Réservoirs d'eau

Bon nombre des systèmes énumérés plus haut nécessitent l'installation d'un réservoir d'eau ou d'une auge permettant au bétail de se désaltérer. Consulter le tableau 1 pour déterminer les besoins en eau du bétail et les dimensions du réservoir nécessaire.

Tableau 1. Besoins en eau du bétail
  L/jour gal imp. /jour
Vache laitière 68-136 15-30
Vache de boucherie 68-114 15-25
Brebis 9-14 2-3
Cheval 55 12

Source : Water Management Guide: For Livestock Production, Water Quality and Wildlife Habitat, Version 2, automne 1998

Paramètres

  • Choisir un réservoir en acier galvanisé, en polymère plastique ou en béton.
  • Déterminer comme suit les dimensions du réservoir à utiliser dans des systèmes de pâturage continu :
    • capacité égale au quart de la consommation d'eau quotidienne du troupeau;
    • temps de remplissage maximal de 1 heure.
  • Situer les réservoirs à distance des eaux de surface sur un terrain plat bien drainé, pour réduire au minimum les risques de contamination et ne pas favoriser la formation de boue autour de l'abreuvoir.
  • Fournir de l'ombre aux réservoirs d'eau pour limiter la formation d'algues et maintenir la qualité de l'eau.
  • Installer des dispositifs de trop-plein pour diriger tout surplus d'eau hors du site d'abreuvement vers un exutoire convenable.
  • Installer des systèmes à l'épreuve du gel là où les abreuvoirs servent aussi l'hiver.
  • Consolider le sol autour du réservoir pour prévenir l'érosion et garder les pattes des animaux au sec. Voici des façons de consolider le sol :
    • épandre une couche de gravier de 15 cm (6 po) sur un géotextile (figure 11)
    • épandre une couche de gravier de 15 cm (6 po) sur un géotextile, puis couler sur une épaisseur de 13 cm (5 po) du béton ayant une surface anti-dérapante (figure 12).

Coupe transversale d'une plate-forme en gravier aménagée autour des réservoirs et des pompes actionnées par le museau des animaux.

Figure 11. Plate-forme en gravier autour des réservoirs et des pompes actionnées par le museau des animaux.

 

Coupe transversale d'une plate-forme en béton aménagée autour des réservoirs et des pompes actionnées par le museau des animaux.

Figure 12. Plate-forme en béton autour des réservoirs et des pompes actionnées par le museau des animaux.

Données sur les pompes et les fournisseurs
Type Bélier hydraulique Pompe à museau Pompe rotative
Hauteur de refoule-ment et débit Peut élever l'eau sur une hauteur de 3 m (10 pi) par 0,3 m (1 pi) de hauteur de chute. Débit faible. Peut élever l'eau jusqu'à 6 m (20 pi). Débit variable selon la vigueur qu'y met l'animal. Peut élever l'eau sur 8-25 m (26-83 pi) selon le modèle et le nombre de pompes utilisées. Débit de 3000-6000 L/jour (650-1300 gal/jour).
Fournis-seurs Rife Water Pumps (USA) Rife Water Pumps (USA) Rife Water Pumps (USA)
The Ram Company (USA) Frostfree Nose Pumps (CA) Real Goods (USA)
Green and Carter (R.‑U.) Jad-Vent (CA)
(519) 632-7471
 
Aquatic Ecosystems (USA) Ketchum Manufacturing (CA)  

Nota : Les fournisseurs non canadiens indiquent leurs prix dans leur devise nationale.

Données sur les pompes et les fournisseurs
Type Pompe à énergie solaire Pompe à énergie éolienne
Hauteur de refoulement et débit Débit approximatif de 900-5500 L/jour (200-1200 gal/jour), selon le système et les conditions environnementales. Débit approximatif de 700-7200 L/jour (150-1600 gal/jour), selon le système et les conditions environnementales.
Fournis-seurs Rife Water Pumps (USA) Free Breeze (CA) - Mechanical windmills
Kelln Solar (CA) Soltek Powersource (CA) - Electrical windmills.
Generation Solar (CA) Trillium Windmills (CA) - Electrical and air.
Soltek Powersource (CA) Dean Bennett Supply (USA) - Mechanical Windmill
Sunmotor International (CA) Dutch Industries Ltd. (CA) - Air windmills
Ottawa Solar Power  
T.P.S. Industries Inc. (CA)
(519) 842-7351
 

Nota : Les fournisseurs non canadiens indiquent leurs prix dans leur devise nationale.

Références

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada, Administration du rétablissement agricole des Prairies
  • Environment Protection Agency, Private Water Systems
  • Water Management Guide: For Livestock Production, Water Quality and Wildlife Habitat, Version 2, Fall 1998
  • Watering Systems for Grazing Livestock, Great Lakes Basin Grazing Network and Michigan State University Extension
  • Livestock Watering Options in Non-freezing Conditions, B.C. Ministry of Agriculture, Food & Fisheries, Order #590-300-8
  • Fiches techniques du MAAARO

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca