Réduction des risques d'incendie à la ferme - Principales causes d'incendies à la ferme

Table des matières

  1. Mauvaise utilisation d'une source d'inflammation ou d'un dispositif d'allumage
  2. Déficience dans la conception, la construction ou l'entretien
  3. Facteurs aggravants

Le Bureau du commissaire des incendies gère une base de données dans laquelle sont consignés tous les cas d'incendies et d'explosion qui surviennent en Ontario. Une analyse des données publiées par les services d'incendie pour les années 2004 à 2007 a permis de recueillir de l'information sur les incendies touchant des bâtiments agricoles et de dégager les principales causes de ces incendies et les leçons qu'on peut en tirer. La figure 1 montre une méga-porcherie détruite par les flammes, en moins d'une heure.

Photo aérienne d'une méga-porcherie complètement détruite par les flammes, en moins d'une heure. Les seuls éléments épargnés sont des silos à moulée et un hangar.

Figure 1.0. Porcherie entièrement détruite par les flammes. (Mention de source : P. Stolk, Farm Mutual Reinsurance Plan)

Même si dans bon nombre de cas, l'ampleur des dommages empêche de déterminer la cause exacte de l'incendie, les services d'incendie attribuent les incendies à la ferme à trois causes principales.

Défaillance mécanique ou électrique
  • court-circuit ou défaut de mise à la terre du matériel électrique;
  • défaillance d'une commande automatique intégrée dans un appareil ou un système mécanique.
Mauvaise utilisation d'une source d'inflammation ou d'un dispositif d'allumage
  • négligence dans l'utilisation du tabac;
  • source d'inflammation laissée sans surveillance;
  • utilisation du tabac en présence de vapeurs inflammables;
  • mauvaise utilisation de rallonges électriques (p. ex., circuit surchargé, plusieurs jeux de lumières en séquence).
Déficience dans la conception, la construction ou l'entretien
  • défaut de construction ou d'installation d'un élément ou d'un système du bâtiment;
  • mauvaise installation d'un appareil, p. ex., un appareil de chauffage placé trop près d'un élément combustible du bâtiment;
  • mauvais état d'entretien, p. ex., omission d'enlever poussière ou débris combustibles qu'un appareil de chauffage, de procédé ou électrique peut enflammer;
  • défaut de conception d'un produit, indépendamment de la manière dont celui-ci est installé et utilisé.

Défaillance mécanique ou électrique

Le secteur de l'assurance et l'Office de la sécurité des installations électriques ont passé en revue des données supplémentaires sur les défaillances mécaniques et électriques de nature à causer des incendies dans les bâtiments d'élevage. Ils ont déterminé que le milieu corrosif présent à l'intérieur des bâtiments d'élevage clos est la principale cause de la dégradation ou de la défaillance du matériel électrique. La dégradation se manifeste le plus souvent par la corrosion des éléments métalliques exposés (p. ex., câbles ou connexions). La corrosion augmente la résistance à ces endroits, ce qui ralentit la circulation du courant électrique dans le circuit. La résistance accrue fait en sorte que davantage d'électricité se trouve convertie en chaleur (figures 1.1 et 1.2). Au fur et à mesure que les niveaux de corrosion continuent de s'accroître, la chaleur produite s'élève jusqu'à atteindre le point d'inflammation des matériaux avoisinants. La dégradation peut se produire en peu de temps. Des signes de corrosion sont observés dans des bâtiments moins de cinq ans après la construction.

Illustration en deux parties montrant, à gauche, une image thermographique (et les températures indiquées par le code de couleur) d'une boîte de prise de courant dans laquelle la corrosion provoque un accroissement de la résistance électrique et un échauffement qui constitue un risque d'incendie. La partie de droite montre un gros plan de la même boîte de prise de courant (fixée au plafond) telle qu'on la voit dans le bâtiment d'élevage.

Figure 1.1. Image thermographique d'une prise de courant située dans un bâtiment d'élevage. (Mention de source : R. Drysdale, Farm Mutual Reinsurance Plan)

Illustration en deux parties montrant, à gauche, par une image thermographique (et les températures indiquées par le code de couleur), les points chauds dans un panneau électrique situé dans un bâtiment d'élevage. La partie de droite montre une photo normale du même panneau électrique.

Figure 1.2. Image thermographique d'un panneau électrique situé dans un bâtiment d'élevage. (Mention de source : R. Drysdale, Farm Mutual Reinsurance Plan)

Mauvaise utilisation d'une source d'inflammation ou d'un dispositif d'allumage

Une cause fréquemment signalée d'incendies dans les bâtiments agricoles est la mauvaise utilisation d'appareils (tels que soudeuses à arc électrique, chalumeaux coupeurs ou meuleuses) en présence de gaz ou de matériaux combustibles, sans mesures de protection convenables. La négligence dans l'utilisation du tabac (cigarettes, allumettes, pipes, etc.) reste une cause fréquente d'incendies. Les incendies attribuables aux causes mentionnées ici témoignent de l'erreur humaine et sont évitables pour peu qu'on observe des pratiques exemplaires (figure 1.3).

Photo d'un homme debout en train de travailler un morceau de métal à l'aide d'une meuleuse. À ses pieds, se trouvent deux balles de foin, un matériau combustible. Cette activité devrait se faire à l'extérieur du bâtiment, loin de tout ce qui est de nature à prendre feu.

Figure 1.3. Opération de meulage effectuée en présence de matériaux combustibles. Utiliser ce type de matériel hors du bâtiment et loin des combustibles ou mettre en place des mesures de protection pour réduire le risque d'inflammation.

Déficience dans la conception, la construction ou l'entretien

Des systèmes mal conçus, mal installés ou mal entretenus constituent une autre cause courante d'incendies dans les bâtiments agricoles. Il peut s'agir d'appareils de chauffage et d'éclairage, de matériel servant à des procédés et de matériel de distribution de l'électricité. Par exemple, le jet d'eau d'un nettoyeur haute pression peut déplacer les écrans thermiques destinés à protéger les surfaces d'un générateur de chaleur à tubes radiants. Si les écrans thermiques sont déplacés, la sous-face du plafond peut devenir trop chaude, ce qui augmente les risques d'inflammation et d'incendie (figures 1.4 et 1.5). Même si la conception et l'installation du matériel sont bien faites, un incendie peut aussi être mis sur le compte d'une lacune dans l'entretien.

Photo d'une portion noircie du plafond d'un bâtiment d'élevage, montrant les tubes radiants et l'écran protecteur qui y sont suspendus, à un endroit où il manque justement une section de l'écran protecteur entre le plafond et les tubes radiants.

Figure 1.4. Générateur de chaleur à tubes radiants dont les écrans ont été déplacés. Remarquer les traces de carbonisation au plafond. (Mention de source : R. Drysdale, Farm Mutual Reinsurance Plan)

Gros plan d'un raccord en U reliant deux tubes radiants suspendus à un plafond. Le raccord n'est surmonté d'aucun écran protecteur, malgré la proximité du plafond en bois et d'un conduit électrique en plastique (deux matériaux combustibles).

Figure 1.5. Absence d'écran protecteur au-dessus d'un tube radiant. Noter la proximité de matériaux combustibles (plafond en bois et conduit). (Mention de source : R. Drysdale, Farm Mutual Reinsurance Plan)

Facteurs aggravants

En plus d'examiner les causes d'incendies, il est important de passer en revue les facteurs qui contribuent à la propagation des flammes et à l'aggravation des pertes. Pour qu'un incendie se déclare, il faut qu'une source d'inflammation se trouve à proximité de matériaux combustibles. À la ferme, il est impossible d'éliminer complètement les matériaux combustibles, mais en en réduisant l'emploi dans la construction et en adoptant de bonnes pratiques de tenue des locaux, on peut contribuer grandement à réduire la propagation des flammes. Le recours aux compartiments résistant au feu constitue une stratégie de conception efficace pour contenir un foyer d'incendie et empêcher la destruction de tout un bâtiment. Pour que le compartiment résistant au feu donne des résultats, le garder en bon état, en veillant particulièrement à ce que les portes coupe-feu fonctionnent correctement. La maîtrise des incendies passe par une détection et une intervention précoces. Le présent guide s'attarde à bon nombre de ces notions et recommandations.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca
Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 21 novembre 2012
Dernière révision : 21 novembre 2012