Notes sur les ravageurs du fraisier
Tétranyque à deux points

 

Identification

Utiliser une loupe grossissant 10-14 fois pour observer ces tétranyques. Les adultes qui hivernent sont de couleur orangée. Les autres tétranyques adultes mesurent 0,3-0,5 mm, sont jaune verdâtre et possèdent deux taches sombres sur le dos. Les nymphes sont semblables aux adultes, mais plus petites. Les œufs sont translucides et de forme globulaire. Tous les stades infestent surtout la face inférieure des feuilles.

Tétranyque à deux points

Période d'activité

La femelle du tétranyque à deux points hiverne dans les résidus de culture qui jonchent le sol. Au printemps, elle migre vers les nouvelles pousses et se nourrit des feuilles au ras du sol. On compte de nombreuses générations de tétranyques par année. Œufs, nymphes et adultes sont souvent présents en même temps. Au fur et à mesure que les populations s'accroissent et que les feuilles vieillissent ou deviennent endommagées, les tétranyques se déplacent vers le haut des plants à la recherche de tissus plus jeunes et plus succulents. La durée d'un cycle biologique complet de l'œuf à l'adulte va de 5 jours à 24 ºC à 3 semaines à 12 ºC.

Surveillance et seuils

Les fraisiers cultivés dans des abris-serres ou des serres sont plus sujets à souffrir d'infestations de tétranyques. Ce type d'infestation pose rarement problème dans le cas des fraisiers cultivés en plein champ. Certains cultivars, par contre, comme le cultivar insensible à la photopériode Seascape, sont particulièrement sensibles aux attaques des tétranyques. Les foyers d'infestation sont le plus souvent liés à des conditions favorisant l'hivernation des tétranyques, au cultivar, aux insecticides employés et aux infestations dans des cultures adjacentes comme le soya ou le pommier.

Quand les plants commencent à pousser au printemps, les observer chaque semaine à la recherche de mouchetures et de pointillés sur les feuilles causés par les tétranyques. Prélever des échantillons de feuilles pleinement déployées, sans être parmi les plus vieilles, et voir si des individus des différents stades se trouvent au revers. Consigner le nombre de tétranyques par foliole ainsi que la présence d'insectes utiles comme les larves de syrphes, les larves de coccinelles et les acariens prédateurs. Une foliole correspond à la division du limbe d'une feuille -trifoliée.

La technique de la présence ou de l'absence peut servir à réduire le temps d'échantillonnage destiné au dépistage des tétranyques. Si des tétranyques sont présents sur 25 % des folioles, la population correspond à environ 5 tétranyques par foliole. Si des tétranyques sont présents sur 50 % des folioles, la population correspond à environ 20 tétranyques par foliole.

Notes sur la lutte

Plusieurs seuils d'intervention ont été suggérés pour lutter contre les tétranyques dans les fraiseraies; ces seuils varient de 5 à 20 tétranyques par foliole. Garder ces seuils à l'esprit et pulvériser des acaricides si des dommages sont évidents et que les populations gonflent de semaine en semaine. Les insectes utiles rendent moins nécessaire l'emploi d'acaricides. Plusieurs acaricides sont vendus sur le marché pour protéger les fraisiers. Choisir le produit en fonction de son efficacité contre le stade prédominant au moment de l'application. Voir le tableau 9-16, Acaricides homologués pour protéger les fraisiers. Alterner d'une année à l'autre les acaricides employés pour éviter de provoquer l'apparition d'une -résistance.

On peut se procurer auprès des fournisseurs commerciaux des acariens prédateurs qui se nourrissent des tétranyques. Voir Fournisseurs de matériel de surveillance des ennemis des cultures. Les espèces appartenant au genre Amblyseius ont plus de chances de survivre dans les conditions de plein champ. Dans les serres, il vaut mieux opter pour les espèces du genre Persimillous. Introduire les acariens utiles avant que les tétranyques de pullulent, mais après les applications d'insecticides dirigées contre la punaise terne. Les pyréthrinoïdes tels que Decis, Matador, Cymbush et Ripcord, de même que le Thiodan sont toxiques aux acariens utiles.

Pour en savoir plus

| Haut de la page |

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca

Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 17 mai 2006
Dernière révision : 17 mai 2006

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca