Mise à jour sur la punaise marbrée

Des adultes ont été capturés cette semaine dans nos pièges à phéromones à une exploitation mixte d'arbres fruitiers près de Beamsville, en Ontario et à une exploitation mixte d'arbres fruitiers et de légumes près d'Essex, en Ontario. De plus, une nymphe de punaise marbrée a été capturée sur un arbre Catalpa à une résidence de St. Catharines, en Ontario (d'autres nymphes ont été observées au même endroit, mais elles n'ont pu être prélevées parce qu'elles se trouvaient trop haut dans le couvert végétal). Une population en âge de reproduction a été observée dans la Ville de London, en Ontario. (Voir ci-dessous les endroits et un complément d'information.)

La punaise marbrée n'a pas encore été observée dans les cultures mêmes, mais elle peut être difficile à trouver à de faibles densités. De plus, les adultes sont très mobiles. À ce point de la saison, tous les stades de développement sont présents (œufs, nymphes et adultes). Si la saison ressemble à celle de 2013, les premiers nouveaux adultes (provenant des premières masses d'œufs pondus par les adultes hivernants) devraient être observés dans une semaine ou deux. Si vous n'avez pas encore commencé la surveillance de vos cultures (les pêchers sont un hôte précoce) et des plantes sauvages aux abords de vos plantations, vous devriez le faire dès maintenant. Le nerprun, le catalpa, le lilas, l'érable à Giguère, le noyer noir et l'ailante glanduleux sont de bons hôtes précoces sauvages, mais il en existe de nombreux autres.

Cherchez des signes de lésions laissés par la punaise, en particulier le long des bordures des cultures près de lots boisés, de haies, de l'escarpement, etc. Les premiers signes dans les arbres fruitiers ressemblent à des taches d'eau ou à de petites zones de saignement (catfacing), qui forment une dépression ou un creux à mesure que le fruit se développe. Dans les pommes, les dommages peuvent ne pas être apparents avant deux ou trois semaines. Dans les tomates ou les poivrons, les lésions ressemblent à des taches décolorées, avec des tissus spongieux de couleur pâle sous l'épiderme. D'autres descriptions et des images se trouvent dans nos pages Web à www.omafra.gov.on.ca/french/crops/insects/bmsb-resources.html.

Des seuils et des programmes de lutte sont toujours en cours d'élaboration dans les États américains du centre du littoral de l'Atlantique, où la punaise marbrée est abondante. Le dépistage est toujours important, tant dans les cultures que les plantes hôtes du paysage environnant. Les prises d'adultes dans les pièges indiquent que la punaise marbrée est établie dans la région, mais pas nécessairement que des traitements insecticides sont nécessaires. Les pièges à phéromones sont recommandés comme outils de détection précoce, pour déterminer s'il faut procéder à un dépistage intensif dans les cultures ou appliquer des insecticides. Les pièges sont généralement placés entre les délimitations des cultures et les plantes ligneuses hôtes présentes dans le paysage OU à l'intérieur des limites de la culture. Si des adultes ou des nymphes sont capturés dans les pièges à l'extérieur de la culture, une surveillance intensive est nécessaire. Si des nymphes sont capturées dans des pièges placés dans les limites de la culture, des pulvérisations s'imposent. Chez les arbres fruitiers, la présence d'adultes ou de nymphes dans la culture même justifie des traitements insecticides.

Des pulvérisations en bordure de champ suffisent parfois à limiter les dégâts, sauf si le ravageur s'est déjà établi dans la culture. Commencez en pulvérisant les bordures du champ dès que vous trouvez le premier adulte (dans la culture), ou en pulvérisant le verger complet à la première observation de nymphe avant le 1er août. La majorité des dommages de fin de saison semble survenir dans les 30 premiers mètres des bordures boisées. N'oubliez pas que les pulvérisations vont seulement détruire les punaises marbrées présentes au moment du traitement, ou peu après, et que les nymphes sont plus faciles à tuer que les adultes. L'activité résiduelle est généralement limitée. De nouvelles vagues d'adultes peuvent migrer dans les cultures à partir de zones adjacentes pendant la saison. La lutte contre la punaise marbrée nécessite votre attention tout au long de la saison.

Aucun insecticide biologique n'est homologué pour la lutte contre la punaise marbrée au Canada. Les recherches sur des stratégies de lutte pour les producteurs biologiques, notamment les obstacles, le contrôle biologique, les cultures-appâts et les insecticides, se poursuivent aux États-Unis, où les populations de punaises marbrées sont présentes dans les zones cultivées.

La plupart des observations de punaises marbrées en Ontario ont été faites par des propriétaires et, à certains endroits, des observations multiples indiquent que des populations locales se sont établies. À ce jour, la présence de la punaise marbrée a été confirmée aux endroits suivants :

  • Golden Horseshoe et région du Grand Toronto : Hamilton (2010, population établie), Beamsville (2014, adulte dans un piège, 15 juillet); Burlington (2012), Milton (2012), Toronto (2012), Vaughan (2013), Niagara-on-the Lake (septembre 2013), St. Catharines (avril 2014, photo seulement; nymphe sur plante d'ornement, 15 juillet 2014), Niagara Falls (hiver 2014, photo seulement), Fort Erie (février 2014), Stoney Creek (février 2014), Waterdown (adultes capturés dans des pièges le 1er juillet 2014), St. David's (adultes capturés dans des pièges, 8 juillet 2014)
  • Ouest de l'Ontario : Cedar Springs (2013), Essex (2014, adulte dans un piège, 17 juillet 2014), Windsor (2013, 2014), Kincardine (2013), London (octobre 2013), population établie, 18 juillet 2014), Kincardine (novembre 2013), Paris (janvier 2014), Tecumseh, Maidstone (avril/mai 2014)
  • Est de l'Ontario : Newboro (2012, population établie), Ottawa (mars 2014); Newboro : adultes capturés dans des pièges la semaine du 2 juillet 2014

Si vous croyez avoir observé une punaise marbrée, faites-le-nous savoir! Les signalements confirmés aident au suivi de cette espèce. Appelez au Centre d'information agricole au 1 877 424-1300 ou écrivez à ag.info.omafra@ontario.ca.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca