Les altises dans les cultures de brassicacées

Article affiché dans le site ONvegetables.com le 15 mai 2013. On a signalé la présence d'altises dans les cultures de brassicacées dans plusieurs régions (11 juin 2014).

Quelles espèces d'altises s'attaquent aux cultures de brassicacées en Ontario?

L'altise des crucifères (Phyllotreta cruciferae) et l'altise des navets (Phyllotreta striolata) sont deux espèces d'insectes qui se nourrissent souvent des cultures de brassicacées en Ontario. Selon certains rapports, l'altise des crucifères serait plus courante en Ontario que l'altise des navets.

Biologie des altises

En Ontario, les deux espèces d'altises ne produisent qu'une génération par année. Les adultes passent l'hiver dans le sol et dans les déchets de feuilles, puis s'activent le printemps venu (généralement en mai). D'habitude, l'altise des navets devient active deux semaines avant l'altise des crucifères, mais on peut généralement observer ces deux espèces simultanément dans un même champ. Peu après le début de leur période d'activité printanière, les altises pondent leurs œufs dans le sol, près des plantes hôtes. Ces œufs éclosent au bout d'environ cinq jours, à la suite desquels les larves subiront trois instars (ou stades) avant de passer à la pupaison dans le sol. Les adultes émergent en juillet pour se nourrir jusqu'à l'automne, saison à laquelle ils se mettent en quête d'un abri pour hiverner. Un temps chaud et sec représente des conditions idéales sous lesquelles la transition d'œuf à adulte peut ne prendre que sept semaines, auquel cas deux générations par années sont encore possibles. Les altises consomment aussi certaines herbes de la famille des brassicacées. Un temps chaud, sec et ensoleillé constitue également une situation idéale pour que les altises se nourrissent. La consommation des plantes par ces insectes diminue lorsque les conditions sont fraîches et humides.

Comment reconnaître les altises?

Les altises sont de petits scarabées foncés et lustrés de 2 à 3 mm de long avec une paire de puissantes pattes arrière. Lorsqu'on s'approche d'une plante infestée d'altises, celles-ci fuient en sautant. Ce comportement leur vaut d'ailleurs l'appellation anglaise de « flea beetle » (scarabée puce). L'altise des navets présente une couleur noir brunâtre avec des rayures jaunes le long du dos (figure 1A). L'altise des crucifères a pour sa part un aspect noir et bien lustré (figure 1B). La figure 2 montre une altise des crucifères sur le cotylédon d'une brassicacée.

À quoi ressemblent les dommages causés par les altises et quelles en sont les conséquences pour la plante?

Les dommages causés sur les feuilles des cultures de brassicacées par l'altise du fait qu'elle s'en nourrit ont l'aspect de petits trous ronds qui évoquent le criblage d'un coup de fusil. Les trous les plus vieux peuvent présenter un pourtour de tissu séché brun, alors que les trous récents ont le rebord encore vert (figure 3; des trous anciens et des trous récents sont visibles sur ces jeunes feuilles). Les dommages peuvent aussi se présenter sous forme de petits puits sur les feuilles. Les altises peuvent abîmer le feuillage des semis au point de causer la mort de la plante. Les plants obtenus par semis direct et les jeunes pousses sont également très sensibles aux dommages. Les plants repiqués semblent moins sujets aux dommages occasionnés par les altises en comparaison avec les plants obtenus par semis direct; ces insectes préfèrent par ailleurs les brassicacées spéciales telles que le chou chinois et le pak choï aux cultures courantes comme le brocoli, le chou et le chou-fleur. Les plants ne tolèrent pas plus qu'une altise par plant jusqu'au stade de la sixième feuille. Le plant possède en général assez de tissu végétal après le stade de la sixième feuille pour tolérer des dommages qui, à un stade plus précoce, auraient trop interféré avec la croissance.

Options pour le contrôle des altises

Utiliser si possible des plants repiqués. Les altises peuvent causer des dommages considérables aux jeunes plantules issus du semis direct des graines. L'utilisation des plants repiqués accorde par contre à la plante une longueur d'avance sur les altises. L'élimination des herbes de type brassicacée est recommandée pour réduire les sources de nourriture potentielles des altises.
Des minitunnels flottants peuvent aider, mais il ne faut jamais oublier que la rotation des cultures est importante. Si vous replantez dans un champ où étaient cultivées des brassicacées l'année précédente, les altises pourraient émerger au printemps et se retrouver enfermées avec vos cultures sous les minitunnels. Il convient d'installer les minitunnels avec des bords scellés peu après la plantation pour éviter les infestations d'altises. Les minitunnels nuisent parfois à la croissance des espèces apparentées au chou. Il faut vérifier à l'occasion sous les minitunnels pour déceler la présence d'altises (ou d'autres parasites) et s'assurer que la culture pousse bien.

Les produits de lutte antiparasitaire peuvent aider à contrôler les populations d'altises. Pour le dépistage, inspecter 25 plants choisis au hasard dans le champ. Pour les plants nouvellement transplantés ou fraîchement sortis de terre, il est préférable de vérifier le champ tous les deux ou trois jours, car les altises peuvent occasionner des dommages considérables à ce stade de croissance de la culture. Les altises vont sauter hors de portée du marcheur qui passe à côté; il faut donc tenter de compter le nombre d'individus alors qu'on approche. Additionner toutes les altises comptées sur chacun des 25 plants, puis diviser par 25 pour calculer le nombre moyen d'insectes par plant. Consigner également les dommages causés par les altises. En matière de seuils de traitement, les plants ne peuvent tolérer plus d'une seule altise jusqu'au stade à six feuilles; les dommages subis à des stades ultérieurs peuvent nuire à la qualité et à la valeur marchande de la culture (ce qui pose surtout un problème pour les brassicacées « à feuilles »).

Pour obtenir d'autres renseignements sur les produits antiparasitaires homologués pour les altises, consulter la publication 838F, Guide de protection des cultures légumières, ainsi que ses suppléments (http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/vegpubs/vegpubs.htm). Toujours suivre les instructions d'utilisation et les précautions figurant sur l'étiquette du produit. Faire une vérification auprès de l'organisme d'homologation avant d'appliquer un produit antiparasitaire. Pour en savoir plus long sur les altises, se rendre à l'adresse http://www.omafra.gov.on.ca/IPM/french/brassicas/insects/flea-beetles.html#advanced.

Figure 1 : Altise des navets (A) et altise des crucifères (B) adultes.

Figure 1 : Altise des navets (A) et altise des crucifères (B) adultes.

Figure 2 : Altise des crucifères sur le cotylédon d'une brassicacée.

Figure 2 : Altise des crucifères sur le cotylédon d'une brassicacée.

Figure 3 : Dommages nouveaux et anciens causés par la consommation de cotylédons de brassicacées par l'altise. Les anciens dommages sont cerclés de tissus foliaires séchés bruns. Les dommages plus récents ont des rebords verts.

Figure 3 : Dommages nouveaux et anciens causés par la consommation de cotylédons de brassicacées par l'altise. Les anciens dommages sont cerclés de tissus foliaires séchés bruns. Les dommages plus récents ont des rebords verts.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca