Démarrage de la saison de pâturage

Au moment de rédiger cet article, les températures sont encore froides et il y a de la neige partout. L'hiver 2013-2014 ne semble pas vouloir partir! De la mi-mai à la fin mai, les pâturages seront en pleine croissance et vous serez en train de vous préparer pour la saison de pâturage 2014. Ne surutilisez pas les champs, gardez une hauteur résiduelle d'herbe de 8 à 10 cm (3 à 4 po) de manière à laisser beaucoup de surface foliaire pour capter les rayons du soleil et assurer la photosynthèse pour la croissance des plants. Le système racinaire reflète ce qui se passe en surface. En effet, les herbes courtes ont des racines peu profondes qui les rendent beaucoup plus vulnérables à la sécheresse. L'humidité au cours des épisodes de sécheresse prolongée demeure plus accessible à l'herbe dont les racines sont profondes.

Surveillez la croissance dans tous vos pâturages et déplacez le bétail assez souvent pour qu'il parvienne à la dernière parcelle avant l'épiaison et avant que l'herbe soit trop haute pour être broutée et ingérée facilement par les animaux. La consommation des bêtes dépend beaucoup de la taille des bouchées : une grosse bouchée d'une herbe qui s'avale facilement va favoriser la consommation et la productivité sous forme de gain de poids ou de production de lait.

La fertilité des pâturages peut être entretenue en épandant du compost ou du fumier immédiatement à la suite de la rotation des pâturages. Ajouter des légumineuses dans les parcelles afin d'apporter de l'azote aux graminées et aux autres légumineuses présentes. Idéalement, les pâturages devraient contenir plus de 50 % de légumineuses; la luzerne, le trèfle blanc, le lotier corniculé et le trèfle rouge sont d'excellentes espèces de légumineuses à incorporer dans un champ. Un système de rotation des pâturages qui permet de déplacer le bétail dans une nouvelle parcelle chaque jour ou tous les 2 à 3 jours permet d'obtenir une distribution beaucoup plus uniforme du fumier et de l'urine et, par conséquent, une croissance plus homogène de l'herbe dans les pâturages.

Subdivisez les pâturages pour qu'idéalement les animaux aient accès à des parcelles fraîches chaque jour et au moins tous les cinq jours. L'accès à de l'herbe fraîche favorise la consommation, réduit le gaspillage causé par le piétinement et les animaux qui s'étendent ainsi que par la présence de fumier et d'urine, et diminue l'excès de broutage qui ralentit la croissance des herbes coupées plus courtes que 8 à 10 cm. Les déplacements fréquents d'animaux améliorent en outre la répartition du fumier et de l'urine dans les champs, ce qui favorise la croissance de l'herbe. Il est facile de subdiviser les champs en installant un fil électrique sur un touret et quelques piquets mobiles. Il sera très rentable en matière de productivité des pâturages de consacrer quelques minutes à l'installation de clôtures temporaires.

Les herbes annuelles et les cultures de couverture peuvent fournir du pâturage supplémentaire à la fin de l'été et durant l'automne. Vous pourriez peut-être semer dans les chaumes des céréales après la récolte du grain. Si vous semez du trèfle rouge sur sol gelé dans un champ de blé, la parcelle peut être broutée de septembre à novembre. Les brassicacées, les céréales, le sorgho-Soudan peuvent tous être semés pour procurer du pâturage additionnel ou des fourrages dans des champs qui resteraient autrement inutilisés de la fin de l'été à la fin de l'automne.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca