Gestion du colostrum pour démarrer les veaux du bon pied

La mise bas est une source de stress pour la vache comme pour le nouveau-né. Une mise bas difficile peut entraîner des pertes de production, des infections et une fertilité médiocre chez les femelles. Le veau nouveau-né peut être affaibli et souffrir de grippe bovine ou de diarrhée en raison de ces complications et risque même de ne pas survivre.

Certains décès au cours des trois premières semaines ont été attribués à un échec du transfert passif de l'immunité maternelle au veau nouveau-né. La seule manière par laquelle un veau acquiert de l'immunité après sa naissance est par le colostrum. Les anticorps, aussi appelés immunoglobulines ou Ig, sont présents dans le colostrum de la mère et sont transférés au veau. Pour une courte période après la naissance, ces immunoglobulines seront absorbées telles quelles dans le sang par la membrane de l'intestin grêle. Ces immunoglobulines aideront le veau à combattre la maladie durant les premières semaines de sa vie, d'où l'importance de très bien gérer l'apport de colostrum.

Le colostrum est sécrété par la vache juste un peu avant et après la mise bas. Le vrai colostrum ne provient que de la première tétée puisque les tétées subséquentes sont moins concentrées en éléments nutritifs et en immunoglobulines. Des pertes de liquide du pie avant la mise bas vont réduire la concentration d'Ig dans le colostrum une fois que le veau est né.

Les trois conditions pour réussir le transfert passif de l'immunité par les immunoglobulines sont les suivantes : qualité, quantité et rapidité. L'apport de colostrum de qualité en bonne quantité rapidement après la naissance augmentera considérablement les chances de survie du veau, et contribuera à sa bonne santé et à sa performance future.

Qualité

Le colostrum contient plus d'énergie et de protéines que le lait. La quantité d'immunoglobulines par millilitre de colostrum ainsi que la propreté de ce dernier vont déterminer sa qualité. Afin de minimiser la contamination du colostrum, le pie doit être bien nettoyé. Le matériel utilisé pour la traite, l'entreposage et l'alimentation doit aussi être désinfecté. Le colostrum donné au nouveau-né devrait contenir au moins 50 mg/ml d'Ig et, idéalement, pas plus de 100 000 unités formant colonie /ml (estimation du nombre de bactéries).

Il est possible d'utiliser un réfractomètre pour mesurer le degré Brix afin d'évaluer la concentration en immunoglobulines du colostrum. Le réfractomètre est conçu pour mesurer la quantité de sucrose (sucre ordinaire) dans une solution, comme dans le sirop d'érable. Il est possible de relier la valeur Brix à la quantité d'Ig dans le colostrum. Une valeur Brix de 22 % correspond à 50 mg d'Ig par ml. Il est facile d'utiliser un réfractomètre fiable et on peut en trouver en ligne à prix raisonnable (175 à 350 $). Le modèle optique est moins cher que le numérique, mais il peut être plus compliqué à lire. Rechercher un réfractomètre dont l'échelle Brix se situe autour de 0 à 30 %.

La qualité du colostrum diminue rapidement après la mise bas, d'où la nécessité de le recueillir au cours des premières heures. Le colostrum provenant de vaches porteuses d'anticorps de la paratuberculose ne devrait pas être utilisé. Le colostrum d'apparence douteuse, provenant visiblement d'une vache atteinte de mammite, décoloré, avec des traces de sang ou aqueux doit aussi être jeté. Le colostrum fraîchement recueilli devrait être donné au veau immédiatement ou réfrigéré ou congelé dans l'heure qui suit, afin de prévenir toute prolifération bactérienne. Le colostrum réfrigéré ne devrait pas être gardé plus de 48 heures.

Les surplus de colostrum peuvent être congelés, et utilisés lorsque la qualité du colostrum d'une mère est douteuse. Puisque la concentration en Ig a tendance à augmenter avec le nombre de lactations, la congélation du colostrum provenant de vaches plus vieilles est logique. Le colostrum congelé peut être gardé jusqu'à un an. La technique utilisée pour le dégeler est toutefois déterminante. Éviter d'exposer le colostrum à des températures supérieures à 40? C. Une fois dégelé, le colostrum devrait être donné immédiatement au veau, car la croissance bactérienne reprend aussitôt.

Quantité

Donner le colostrum aux veaux dès que possible après la naissance à une dose correspondant à 12 à 15 % du poids vif du veau, ce qui représente au moins trois à quatre litres selon les races. Les races plus costaudes comme les Holsteins devraient recevoir au moins quatre litres de colostrum d'excellente qualité peu après la naissance et deux autres litres dans les 12 heures qui suivent. Une grande quantité de colostrum ne compense pas une faible concentration d'anticorps (Ig), d'où l'importance d'en vérifier la qualité. Selon certaines recherches, la meilleure manière de s'assurer que les veaux ingèrent le colostrum dont ils ont besoin, dans les limites de temps prescrites, est de traire la vache et de donner une quantité connue de colostrum au veau nouveau-né.

Rapidité

Un veau nouveau-né devrait consommer du colostrum dès que possible après sa naissance. La capacité du veau à absorber les immunoglobulines par les membranes intestinales diminuera rapidement dans les six heures suivant sa naissance. En fait, le veau n'est en mesure d'absorber les Ig intactes durant les 30 premières heures de sa vie (Tableau 1). Une fois passée cette période critique, les Ig seront digérées comme toute autre protéine dans le système digestif du veau. Les mises bas difficiles et le fait de laisser le veau téter de lui-même sont reconnus comme étant des conditions qui favorisent l'échec du transfert passif de l'immunité. Les veaux qui naissent sans assistance mais qu'on laisse téter par eux-mêmes ne se portent pas aussi bien, car ils ne consomment probablement pas le premier colostrum. Des recherches montrent que 25 % des veaux laissés à eux-mêmes NE TÈTENT PAS au cours des huit premières heures suivant leur naissance.

Tableau 1 : Absorption des immunoglobulines par le veau en fonction du temps.

Heures après la mise bas

Concentration d'IG dans le sang

1 heure
23,0 mg
5 heures
17,7 mg
9 heures
12,5
30 heures
0 mg

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca