Barrières contre les mauvaises herbes dans la culture de plantes vivaces

La lutte contre les mauvaises herbes dans les cultures horticoles vivaces peut s'avérer difficile, indépendamment du système de production. Les mauvaises herbes vivaces qui poussent dans le rang en culture peuvent être particulièrement difficiles à éliminer, car les déraciner est souvent impossible et le binage est rarement faisable sans endommager la culture. Les barrières contre les mauvaises herbes dans les cultures vivaces doivent être bien aménagées afin d'offrir une protection tout au long de la vie de la culture. Ces barrières physiques augmentent le coût d'implantation initial de la culture, mais, avec le temps, ces coûts sont souvent compensés par une réduction des coûts de main-d'œuvre.

Les barrières physiques contre les mauvaises herbes conviennent davantage aux cultures horticoles vivaces dont l'étalement est limité comme la lavande, certaines plantes médicinales (p. ex., l'échinacée), les herbes aromatiques vivaces, plusieurs petits fruits et cultures fruitières, les noix de verger, le houblon et les cultures en pépinière. Les paillis de plastique conviennent moins aux cultures qui se multiplient comme l'asperge, les fraisiers fructifiant en juin et les petits fruits sur tiges remontantes, car la propagation de ces espèces et l'émergence des nouvelles pousses peuvent être limitées.

Il existe plusieurs différents types de barrières contre les mauvaises herbes, chacun présentant des avantages et des inconvénients spécifiques. Les trois principaux types sont les suivants :

Paillis organique (p. ex., paille, copeaux de bois, écailles, écorces, feuilles, sciure de bois, papier)

Avantages :

  • Constitue le choix le plus économique. Même s'il faut en remettre avec le temps, les coûts sont nettement inférieurs comparativement à l'utilisation d'un paillis de plastique.
  • Permet la pénétration de l'eau et de l'air dans le sol et peut même améliorer l'aération du sol en empêchant les pluies battantes de détruire la structure du sol.
  • Restreint la croissance des mauvaises herbes annuelles et la germination de certaines mauvaises herbes vivaces.
  • Sa décomposition au fil du temps peut augmenter la teneur en matière organique du sol, accroître la capacité de rétention d'eau et améliorer l'activité microbienne dans le sol.
  • La température du sol et de l'air autour de la plante est modérée, ce qui réduit l'impact des périodes de temps chaud et de temps froid.

Inconvénients :

  • Les mauvaises herbes vivaces peuvent pousser à travers le paillis si elles réussissent à se propager d'entre les rangs ou du long du champ. Le binage à la main ou d'autres mesures de lutte comportent certaines difficultés puisqu'ils risquent de déranger le paillis ou de répandre de la terre à la surface.
  • Le rapport carbone-azote est généralement élevé et l'activité microbienne menant à la décomposition de la matière va abaisser la teneur en azote du sol. Un apport d'azote est donc nécessaire pour compenser les besoins de la culture.
  • Les mauvaises herbes à grosses graines peuvent germer et pousser à travers le paillis. Le paillis peut contenir des graines de céréales spontanées (paille) ou des graines de mauvaises herbes qui peuvent aussi pousser à travers le paillis.
  • Peut augmenter ou diminuer le pH du sol, ce qui risque d'affecter le développement de la culture si le pH du sol est déjà marginal pour la culture.
  • Peut contenir des organismes pathogènes pouvant s'attaquer à la culture (p. ex., le fusarium dans la paille de blé). Le paillis organique peut aussi constituer un milieu humide autour de la tige et des racines, ce qui peut favoriser la maladie.
  • Se décompose avec les années et il faut en remettre sur une base régulière.

Figure 1. Paillis de paille autour de jeunes plants de houblon.

Figure 1. Paillis de paille autour de jeunes plants de houblon.

Paillis de plastique intégral

Avantages :

  • Moins coûteux que le paillis de plastique tissé.
  • Constitue une barrière intégrale qui empêche la plupart des mauvaises herbes de passer au travers, en fonction de l'épaisseur du film plastique.
  • Peut être installé à l'aide d'une machine et la culture peut être plantée mécaniquement dans le paillis, réduisant ainsi le temps de mise en place et le coût de la main-d'œuvre.
  • Offert en divers types et couleurs pour convenir à un large éventail de cultures.
  • Peut augmenter de façon significative la température du sol et de l'air autour de la culture, ce qui peut accélérer la croissance de certaines cultures.

Inconvénients :

  • Peut restreindre l'aération du sol et promouvoir certaines maladies des racines.
  • Pratiquement imperméable à la pluie ou à l'irrigation par aspersion. Il est donc nécessaire de mettre en place un système d'irrigation goutte-à-goutte.
  • Les engrais de source organique (p. ex., du compost) sont plus difficiles à apporter une fois que le plastique est en place.
  • Généralement moins durable que le paillis de plastique tissé.
  • La température peut atteindre des niveaux excessifs durant les vagues de chaleur et pourrait endommager certaines cultures, notamment les jeunes plants qui sont en contact avec le paillis. Il existe différentes couleurs de plastique dont certaines ne causent pas ces effets d'échauffement.
  • Le coût pour enlever et éliminer le plastique est élevé. Dans le cas des cultures biologiques certifiées, le paillis de plastique doit être entièrement retiré du champ avant qu'il ne commence à se dégrader.
  • Le renouvellement d'un paillis détérioré n'est pas une option viable.

Figure 2. Plants de lavande sous un paillis de plastique intégral.
Figure 2. Plants de lavande sous un paillis de plastique intégral.

Paillis de plastique tissé (en matière textile)

Avantages :

  • Le plus résistant des paillis en général, pouvant durer une décennie ou plus, en fonction de la catégorie.
  • Empêche la croissance de la plupart des mauvaises herbes tout en permettant à l'eau et à l'air de passer au travers.
  • L'irrigation goutte-à-goutte n'est pas nécessaire.
  • Suffisamment robuste pour supporter le piétinement, donc adapté pour les exploitations d'agrotourisme (p. ex., jardin de démonstration de lavandes).
  • Offert dans les deux types de plastique, noir et blanc, pour convenir à un large éventail de cultures.

Inconvénients :

  • Le plus coûteux des paillis.
  • Bien que le paillis puisse être posé à l'aide d'une machine, les plants doivent souvent être plantés à la main.
  • Le tissu peut s'effilocher si le pourtour des trous de plantation n'est pas brûlé pour faire fondre et fusionner les fibres.
  • Similaire au paillis de plastique intégral pour les préoccupations concernant la température, la fertilisation organique et l'élimination.

Figure 3. Plants de lavande sur un paillis de plastique tissé de couleur noire.
Figure 3. Plants de lavande sur un paillis de plastique tissé de couleur noire.

Il est également possible de combiner des paillis organiques avec des paillis de plastique. Les paillis textiles et les paillis de plastique à moindre coût peuvent se dégrader quand ils sont exposés aux rayons ultraviolets du soleil. Les recouvrir d'un paillis organique peut prévenir la dégradation et fournir une barrière très efficace contre les mauvaises herbes à un prix inférieur. Le paillis de plastique doit toutefois être retiré avant qu'il ne commence à se dégrader, ce qui pourrait s'avérer très difficile à réaliser en raison des couches successives de paillis organiques accumulés à la surface avec le temps.

Selon la culture et l'espacement entre les rangs, les producteurs ont souvent la possibilité d'installer une barrière contre les mauvaises herbes dans le rang en culture et de semer une plante couvre-sol (p. ex., de l'herbe ou du trèfle) dans l'espace entre les rangs. La tonte de l'herbe entre les rangs permettra de garder la plante couvre-sol sous contrôle. Il est toutefois important de considérer les risques de concurrence de la plante couvre-sol à l'égard de la culture pour les éléments nutritifs et l'eau. Dans la production de la lavande, il semble que, pour un même cultivar, l'utilisation d'un couvre-sol d'herbe dans l'entre-rang retarderait la croissance de la culture comparativement à l'utilisation d'un paillis textile intégral dans le rang et dans l'entre-rang. Pour compenser la concurrence, un complément d'irrigation et de fertilisation devrait être apporté à la culture. Bien que les légumineuses, comme le trèfle, soient en mesure de fixer leur propre azote, celui-ci n'est libéré que lorsque les plants sont morts. Par conséquent, la concurrence qu'elles exercent constitue toujours un problème quand elles sont en croissance.

Les paillis de plastique et les paillis textiles utilisés dans les cultures annuelles ne sont généralement pas suffisamment robustes pour les cultures vivaces, à moins que le but du producteur soit de contrôler les mauvaises herbes au cours de l'année d'implantation. Pour les cultures vivaces, l'épaisseur du film plastique devrait être de 2 à 4 mil (1 mil = 0,025 mm) ou plus. Les paillis de plastique tissé sont souvent vendus comme couvre-sol pour les cultures en pépinières et devraient pouvoir durer plus de 5 ans. Dans le cas des paillis organiques, une épaisseur de 5 à 10 cm (2 à 4 po) devrait fournir une barrière efficace contre les mauvaises herbes, sans restreindre la croissance de la culture.

Les paillis organiques ou de plastique ne sont pas tous autorisés dans les systèmes de production biologique. Les paillis en polychlorure de vinyle ne sont pas autorisés. Les paillis organiques doivent provenir d'une source qui n'a pas été modifiée génétiquement et qui aurait été traitée seulement avec des substances permises au moins 60 jours avant la récolte. Les producteurs devraient toujours vérifier auprès de leur organisme de certification pour connaître les paillis autorisés. Des restrictions spécifiques s'appliquent aux paillis de plastique biodégradables, mais ces derniers ne sont généralement pas suffisamment robustes pour être utilisés dans les cultures vivaces, à moins qu'il ne soit nécessaire de détruire les mauvaises herbes jusqu'à l'établissement de la culture.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca